22/01/2023 euro-synergies.hautetfort.com  5 min 🇬🇧 #222812

Téhéran à la lecture de Brasilia ou le contraire?

par Georges FELTIN-TRACOL

Deux ans et deux jours après l'assaut magnifique du Capitole à Washington, les partisans de l'ancien président Jair Bolsonaro occupent, le 8 janvier 2023, pendant une demi-journée la place des Trois-Pouvoirs en plein cœur de la capitale brésilienne et investissent les sièges de la présidence de la République fédérative, du Congrès et du Tribunal suprême fédéral. Le même jour, des centaines d'exilés manifestent dans les rues des grandes villes françaises dont Paris et Lyon pour mieux attirer l'attention en faveur de l'actuelle déstabilisation en Iran et inciter l'opinion publique à pousser le gouvernement français dans un soutien plus explicite à la subversion.

Le hasard veut que deux événements aux formes assez semblables se percutent sur le devant de l'actualité. Il est intéressant de constater que l'interprétation politico-médiatique qui en est tirée diverge complètement. Si ce qui vient de se passer au Brésil s'était produit à Téhéran, les « merdiats » auraient exulté. Ce n'est pas une nouveauté: les « Gilets Jaunes » français, les festivaliers impromptus du 6 janvier 2021, les « camionneurs de la Liberté » au Canada qui organisaient des pique-niques bon enfant n'ont jamais bénéficié de la bienveillance du Système occidental d'occupation mentale.

À peine investi, le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, parle de «vandales fascistes» et réclame une répression impitoyable envers les responsables directs et indirects de cette journée d'agitation qui confirme la profonde division de ce pays. La presse aux ordres s'indigne que des œuvres d'art moderne et contemporain auraient été dégradées, saccagées ou pillées. Elle éprouvait au contraire une sollicitude quasi-pathologique envers quelques esprits détraqués qui souillaient d'aliments les fleurons picturaux de la civilisation européenne au nom de la très sainte foi climatiste.

Les régimes en place du BOA (Bloc occidental atlantiste) s'offusquent des pendaisons d'Iraniens fauteurs de troubles. Ils semblent ignorer que ces malfaiteurs ont tué des forces de l'ordre, envahi et dévasté des bâtiments administratifs et brûlé les locaux d'un grand quotidien. L'Iran est la proie d'une révolution de couleur préparée par quarante ans d'embargo économique, d'accès sans aucun filtrage aux réseaux sociaux informatiques de l'Occident décadent et d'une perte d'esprit de mobilisation populaire collective.

La sortie, le 4 janvier dernier, d'un numéro spécial de Charlie Hebdo comporte de nombreux dessins répugnants appelés pour la circonstance «caricatures». Cette publication veut soutenir la contestation. Sa parution a choqué les autorités iraniennes. Or les mêmes qui applaudissent ces illustrations ordurières dénonçaient un banal dessin dans un numéro de Valeurs actuelles en août 2020 mettant en scène dans une fiction l'élue parisienne de La France Insoumise Danièle Obono sans jamais atteindre la bassesse et l'abjection de Charlie Porno...

Les belles âmes du BOA dénoncent la soi-disant répression organisée par Téhéran. Elles se taisent sur le sort judiciaire de Julian Assange et de Vincent Reynouard. Elles ne s'inquiètent pas de la détention des camionneurs canadiens persécutés, ni des quelque cinq cents Étatsuniens déjà condamnés par une justice folle et expéditive pour avoir participé à la démonstration festive et transgressive du 6 janvier 2021.

Face à la vive réaction de l'Iran qui condamne cette agression visuelle, le Quai d'Orsay a répliqué par un communiqué qu'en France existe la liberté de la presse. Vraiment ? Le ministère hexagonal des Affaires étrangères ne sait peut-être pas que l'hebdomadaire Rivarol a perdu sa commission paritaire et qu'on a retiré à France Soir son agrément de service de presse en ligne. Contrairement aux « médiats de grand chemin » hyper-subventionnés qui ne se préoccupent pas du sort des Français, ces deux titres expriment une réelle hostilité à la clique dirigeante en place.

Malgré leur indéniable vandalisme progressiste, les émeutiers iraniens sont du côté du « Bien occidental ». En revanche, les protestataires brésiliens appartiennent aux « forces du Ma-a-a-l ». Ces derniers n'ont pas non plus accepté qu'un membre influent du Tribunal suprême fédéral et président du Tribunal supérieur électoral, Alexandre de Moraes, ait prononcé, fin novembre, une amende d'environ 4,2 millions de dollars au Parti libéral du président vaincu parce qu'il émettait de sérieux doutes sur la régularité et la sincérité du scrutin électronique. Dans le même temps, ces deux instances judiciaires ont régulièrement suspendu les comptes Telegram, WhatsApp, TikTok et YouTube des nombreux dubitatifs électoraux brésiliens. Bolsonaro est battu, mais ses partisans remportent de nombreux sièges parmi les gouverneurs des États fédérés et au Congrès. N'y a-t-il pas là un choix contradictoire qui interroge ?

Ainsi existeraient-ils des « bons » soulèvements et d'autres « mauvais ». Pour l'hyper-classe mondialiste, les révoltes populaires chez ses ennemis relèvent de l'action positive alors que l'expression puissante d'un mécontentement populaire légitime dans une cellule du grand bagne occidental planétaire constitue une inacceptable sédition et témoigne sûrement d'un dérangement psychiatrique.

Il est bon de garder à l'esprit ce manichéisme médiatique riche en désinformation officielle. Il revient aux éléments les plus avancés de l'Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne d'accélérer et de structurer les vecteurs de ré-information. Le combat (méta)politique passe aussi par des batailles narratives.

GF-T

« Vigie d'un monde en ébullition », n° 57, mise en ligne le 18 janvier 2023 sur Radio Méridien Zéro.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter