22/01/2023 ismfrance.org  11 min #222822

Le sionisme socialiste : Antiraciste ou participant enthousiaste au nettoyage ethnique et au meurtre ?

David Miller, 13 janvier 2023. Certains sionistes prétendent qu'il existe un sionisme « progressiste » ou « socialiste », qui est tout à fait distinct du courant dominant du mouvement sioniste. Il s'agit d'une forme de sionisme qui n'est ni raciste ni favorable au nettoyage ethnique ou au colonialisme de peuplement, affirment-ils. De plus, il s'agit d'une forme de sionisme distincte, irréductible et désavouée du mouvement sioniste officiel. Une comparaison étroite de ces arguments avec les archives historiques montre que chaque élément de cette argumentation est incorrecte.

Récemment, le sioniste  autoproclamé « progressiste fier » et universitaire britannique Justin Schlosberg a soutenu que le sionisme socialiste existe bel et bien. En outre, il est allé jusqu'à affirmer que le sionisme socialiste était et est toujours séparé du courant dominant du mouvement sioniste.  Selon Schlosberg, « il y a et il y a toujours eu beaucoup de sionistes qui ne se sont jamais identifiés » à l'Organisation sioniste mondiale. Il a même  affirmé que « peu de ceux qui s'identifient comme sionistes sont racistes envers les Palestiniens, beaucoup ne le sont pas ». Cependant, les archives historiques montrent qu'aucune de ces affirmations n'est vraie.

Schlosberg, en plus d'être universitaire, est proche du  Peace and Justice Project mis en place par Jeremy Corbyn après sa démission à la tête du parti travailliste britannique. Sa femme, Chloé, est la  directrice du projet.

Schlosberg est un ancien membre du groupe de jeunes sionistes  Habonim Dror, qui est associé au mouvement travailliste sioniste. Ce mouvement était-il sceptique à l'égard du mouvement sioniste officiel ? En fait, c'était la tendance dominante du mouvement, comme en témoigne le fait que son chef David Green (plus connu sous son nom sioniste Ben Gourion) est devenu le premier Premier ministre de l'entité sioniste. Mais cela était déjà clair dans les années 1920 et 1930 lorsque les socialistes de Poale Zion défendaient le racisme abject de la politique du « travail juif » visant à exclure les Arabes du marché du travail. Comme l'a  rappelé David Hacohen, plus tard membre de la Knesset, dans un discours en 1969 :

« Je me souviens d'avoir été l'un des premiers de nos camarades à aller à Londres après la Première Guerre mondiale... Là je suis devenu socialiste... Quand j'ai rejoint les étudiants socialistes - anglais, irlandais, juifs, chinois, indiens, africains -... J'ai dû me battre avec mes amis sur la question du socialisme juif, défendre le fait que je n'accepterais pas d'Arabes dans mon syndicat, la Histadrut ; pour défendre l'interdiction faite aux femmes au foyerd'acheter dans les magasins arabes ; pour défendre le fait que nous montions la garde dans les vergers pour empêcher les travailleurs arabes d'y trouver du travail.... Verser du kérosène sur des tomates arabes ; attaquer les ménagères juives sur les marchés et écraser les œufs arabes qu'elles avaient achetés ;... prendre Rothschild, l'incarnation du capitalisme, comme socialiste et le nommer le "bienfaiteur" - faire tout cela n'était pas facile. »

Donc, s'il faisait référence à Poale Zion (ou à ses successeurs), Schlosberg n'a clairement pas raison. Mais il y a un détail dans l'un de ses tweets qui suggère qu'il pensait à un autre groupe sioniste « socialiste ». Il  déclare que de nombreux sionistes ne se sont jamais identifiés à la WZO, « surtout après 1942 ». « Le premier mouvement (socialiste) des kibboutz », déclare-t-il, « était ardemment sioniste et largement opposé à toute sorte d'État juif exclusif ».

Que s'est-il passé en 1942 ? Une conférence du mouvement sioniste s'est tenue à l'hôtel Biltmore à New York. Il a voté pour le  soi-disant programme Biltmore, qui appelait explicitement à un « État juif » pour la première fois. Il y avait un groupe clé qui a voté contre la politique - un groupe de gauche auto-identifié appelé Hashomer Hatzair. Au lieu de cela, ils ont mis en avant une politique de « binationalisme » et un rapprochement entre les Arabes et les Juifs en Palestine. Mais que signifiait cette politique ? En fait, comme Tony Cliff, le fondateur du British Socialist Workers Party, qui avait une expérience directe de Hashomer Hatzair en Palestine, l  'écrivait en décembre 1946 :

« Toutes les questions d'immigration et de colonisation, selon Hashomer Hatzair, doivent être traitées par l'Agence juive, qui sera concernée - comme elle l'a été jusqu'à aujourd'hui - par le « développement de l'économie arabe ». Bien sûr, Hashomer Hatzair est prêt à coopérer avec les Arabes sur une telle base. Ils n'oublient qu'une petite question : les masses arabes accepteront-elles cela comme base de collaboration ? Le contrôle de l'immigration et de la colonisation dans un pays comme la Palestine n'est-il pas le contrôle des fonctions les plus importantes de l'État ? Le programme d'Hashomer Hatzair diffère-t-il du programme de l'Etat juif autrement qu'en une plus grande dose d'hypocrisie ? »

Cliff demande de façon rhétorique :

« Hashomer Hatzair n'est-il pas vraiment enthousiasmé par le binationalisme et la fraternité avec les Arabes ? Après tout, tout ce qu'ils leur demandent, c'est de consentir à seulement deux « petits » points - la domination impérialiste et le sionisme. »

Comme il poursuit en le notant, « il n'y a eu aucun cas de piquets de grève contre la main-d'œuvre arabe qui n'aient pas été soutenus par Hashomer Hatzair ». Hashomer Hatzair, dit-il, a eu un « bilan héroïque » en collaborant avec d'autres gauchistes dans « l'expulsion des habitants arabes de leurs terres ».

Coloniser le Naqab - 1946

Le soutien de Hashomer Hatzair à une politique efficace des bantoustans a été davantage souligné à mesure qu'ils développaient le mouvement kibboutz. Hashomer Hatzair faisait partie des groupes prééminents développant le réseau des kibboutzim. Ils ont formé le «   Kibboutz Artzi » apparemment radical. C'est dans l'un de leurs kibboutzim que Tony Benn, le célèbre gauchiste britannique et député travailliste, a passé la soirée à célébrer la reddition des nazis le jour de la victoire le 8 mai 1945, lors d'une visite prolongée. Benn a ensuite  écrit une préface élogieuse pour un livre sur  l'expérience du kibboutz Artzi. Un peu plus d'un an plus tard, les membres du kibboutz Artzi ont joué un rôle clé dans l'opération d'octobre 1946 connue sous le nom des «   onze points du Néguev », qui était un plan de l'Agence juive pour établir onze colonies dans le désert du Naqab (appelé le « Néguev » par le sionistes). Le plan était de maximiser le territoire contrôlé par leur soi-disant « État juif » puisque le Naqab devait faire partie de l'État arabe envisagé par l'ONU. Six des onze points étaient associés à des groupes sionistes "socialistes", dont trois à  Hashomer Hatzair.

Congrès sioniste mondial - 1946

La politique d'Hashomer Hatzair sur le « binationalisme » - aussi raciste soit-elle - n'a pas survécu auvgfba& Congrès sioniste suivant tenu en décembre 1946 à Bâle, en Suisse. Lors de cette réunion, Hashomer Hatzair (toujours membre de l'Organisation sioniste mondiale) s'est aligné sur le « commonwealth juif » raciste.

Atrocités commises par des « socialistes »

Il ne pouvait guère en être autrement. Le mouvement sioniste a intensifié ses attaques terroristes et ses efforts de nettoyage ethnique au cours des deux années suivantes. À la pointe de cela se trouvait le Palmach, la « force de frappe » d'élite de la Haganah, le groupe terroriste sous le contrôle de l'Agence juive. Les membres de Hashomer Hatzair  auraient « formé le noyau » du Palmach, et la direction de Hashomer Hatzair était bien représentée  au sommet de la force de frappe. Joel Beinin déclare dans son livre Was the Red Flag Flying There? que « la plupart » des officiers du Palmach et de la Haganah étaient membres du Mapam (le parti créé par la fusion de Hashomer Hatzair et du mouvement Ahdut HaAvoda Poale Zion en janvier 1948). Ils ont donc été au centre des atrocités et des massacres commis lors de la création du soi-disant « État juif ».

Par exemple, en octobre 1948, le village de Safsaf est  rayé de la carte par la 7e compagnie, l'une des unités faisant partie des trois brigades du Palmach. Voici le  récit de Yossef Vashitz, un vétéran de Hashomer Hatzair, dans un document ultérieurement retiré des archives officielles :

« Ils ont pris 52 hommes, les ont attachés les uns aux autres, ont creusé un fossé et les ont abattus. Dix bougeaient encore quand [pas clair]. Les femmes sont venues, implorant la miséricorde. Les corps de six vieillards ont été retrouvés. Il y avait 61 corps [au total ?]. Trois cas de viol. L'un [des violeurs était] un Mizrahi de Safed, une fille de 14 ans [était l'une des victimes de viol], quatre hommes ont été abattus. L'un d'eux a eu le doigt coupé au couteau pour prendre sa bague. »

En Galilée (al-jalīl en arabe), les kibboutzniks ont exhorté la milice de la Haganah à poursuivre le nettoyage ethnique qu'ils avaient commencé plus tôt dans l'année. « De nombreux kibboutzim de cette partie de la Galilée », écrit Ilan Pappe, « appartenaient au parti socialiste sioniste, Hashomer Hatzair, dont certains membres ont tenté d'adopter une position plus humaine ». Certains « se sont plaints à Ben Gourion de ce qu'ils considéraient comme une extension « inutile » de l'opération de nettoyage. Ben Gourion n'a pas tardé à rappeler à ces kibboutzniks de conscience qu'eux-mêmes avaient été heureux de voir la première phase initiée dans la région en avril 47. » « En effet », comme le conclut Pappe, « si vous étiez un juif sioniste en 1948, cela signifiait une chose et une seule : un engagement total dans la désarabisation de la Palestine ».

Les contradictions du « sionisme socialiste »

Tony Cliff  a résumé la contradiction dans son autobiographie :

« Les socialistes sionistes ont été piégés idéologiquement. Ils croyaient que l'avenir appartenait au socialisme, que dans le kibboutz on pouvait voir l'embryon d'une future société socialiste (plutôt qu'une unité collective de colons). Mais entre-temps, il a fallu vaincre la résistance arabe à la colonisation sioniste, ils ont donc collaboré avec des sacs d'argent sionistes et des institutions riches ainsi qu'avec l'armée et la police britanniques. Les socialistes sionistes tenaient le Manifeste communiste d'une main et le fusil du colonisateur de l'autre. »

Hashomer Hatzair est, à ce jour, affilié à la WZO par le biais du  Conseil des mouvements de jeunesse sionistes mondiaux. Bien que nous ne puissions pas dire à quel point ses membres « s'identifient » à la WZO, ils sont clairement un élément formel du mouvement sioniste.

Nous pouvons conclure qu'il n'y a pas de sionisme « socialiste » qui ne soit fondamentalement et irréductiblement raciste et pratiquement et idéologiquement favorable au nettoyage ethnique et au colonialisme en Palestine. L'ignorance apparente de Schlosberg de l'histoire des groupes sionistes avec lesquels il semble s'identifier l'amène à faire de fausses déclarations sur le bilan réel du sionisme « socialiste ». Il s'est pris à son propre piège.

Article original en anglais sur  Al-Mayadeen / Traduction MR

David Miller est chercheur d'investigation, diffuseur et universitaire. Il est le fondateur et codirecteur de l'organisme de surveillance du lobbying  Spinwatch et rédacteur en chef de  Powerbase.info.

 ismfrance.org

 Commenter