Afrique du Sud : La bataille d'Isandlwana ou la plus humiliante défaite des Britanniques

par Laetitia Lago Dregnounou

Ce 22 janvier 1897, des lances ont pris le pas sur des fusils sur les collines sud-africaines lors de l'une des plus humiliantes défaites infligées à des troupes coloniales.

Quelque 20 000 Amabutho écrasèrent en quelques heures un régiment de tuniques rouges armées de fusils. L'histoire de cette victoire de l'armée zouloue sur les Britanniques a été rejouée samedi en présence du roi Misuzulu au pied du mont d'Isdanlwana qui a donné son nom à la bataille.

« En fait, nous sommes ici pour célébrer la conquête des guerriers zoulous, le jour où les Zoulous ont conquis les blancs » a souligné Muzi Nyandeni, guerrier zulu « ambutho ».

Le royaume Zoulouland du roi Cetshwayo, est parvenu à résister à l'armée anglaise grâce à son chef militaire, charismatique Chaka, qui avait mis sur pied la tactique de la tête de bœuf appliquée le jour de cette bataille historique.

« Il est important de commémorer la bataille, parce que c'est une partie très importante de notre histoire, et c'est également important pour nous et les Zoulous, et cela permet de commémorer les soldats morts au combat. Ça rappelle aussi aux soldats qui servent maintenant que c'est toujours important, qu'on se souvient d'eux pendant longtemps. Il est donc très important de commémorer cette bataille », a expliqué John major de l'armée royale galloise.

Les Britanniques, pris par les flancs, sont assaillis, avant d'être achevés dans une attaque frontale fulgurante. Bilan de la bataille d'Isandlwana plus de 1300 morts côté anglais et un jour d'exploit pour les Amabutho.

Mais le triomphe zoulou fut de courte durée, car dès la nuit suivante, l'armée britannique inflige le premier d'une série de revers définitifs pour le royaume zoulou. Mais l'histoire reste marquée par cette victoire improbable des lances contre des fusils.

source :  Africa News

 reseauinternational.net

 Commenter