Le chef de l'état-major interarmées vient d'admettre que Kiev ne peut pas vaincre la Russie

Par  Andrew Korybko - Le 21 janvier 2023

Le général Mark Milley, président des chefs d'état-major interarmées, est le plus haut responsable militaire des États-Unis et ne peut raisonnablement pas être accusé d'être un « propagandiste russe«, compte tenu de son rôle de premier plan dans l'orchestration de la guerre  par procuration de l'OTAN contre ce pays par le biais de l'Ukraine. Au contraire, il est l'une des figures anti-russes les plus dures depuis la Seconde Guerre mondiale en raison de ce qu'il fait aujourd'hui, et c'est pourquoi sa dernière prédiction sur le  conflit  ukrainien devrait faire l'objet d'une réflexion approfondie de la part de tous les Occidentaux.

Milley a conforté les propos tenus par le  premier ministre, le  président et le  chef d'état-major des forces armées polonais au cours de la semaine écoulée en déclarant publiquement vendredi que « D'un point de vue militaire, je maintiens qu'à partir de cette année, il sera très, très difficile d'éjecter militairement les forces russes de chaque pouce de l'Ukraine occupée par la Russie. »  Voici la vidéo de ses remarques partagée par The Guardian pour les sceptiques qui douteraient que le plus haut responsable militaire des États-Unis ait vraiment dit cela.

Ce que cela signifie, c'est que les quelque 100 milliards de dollars que les États-Unis ont déjà donnés à Kiev pour combattre la Russie en son nom n'ont manifestement  pas suffi pour gagner. Le  milliard doré occidental dirigé par les États-Unis est donc véritablement à un « point de basculement«, comme  l'affirmait CNN en début de semaine, où il devra soit augmenter indéfiniment le financement de l'Ukraine, à hauteur de centaines de milliards de dollars supplémentaires, soit accepter le  fait accompli imminent de la victoire de la Russie.

Pour ajouter l'insulte à la blessure que les responsables militaires polonais et maintenant même américains viennent d'infliger au « récit officiel » antérieur sur cette guerre par procuration censée tendre vers une  » inévitable victoire ukrainienne «, un haut responsable américain anonyme a déclaré aux médias que Kiev  gaspillait de précieuses ressources en continuant à se battre pour  Artymovsk/Bakhmut. Ce conseil est intervenu une semaine après que la Russie a officiellement confirmé la  libération de Soledar, dont l'évolution a obligé le « récit officiel » à changer radicalement.

Dans ce qui n'est manifestement pas une coïncidence, Der Spiegel  rapportait, le même jour que la déclaration des hauts fonctionnaires américains anonymes susmentionnés et celle de Milley, que l'agence de renseignement allemande avait précédemment informé les législateurs que Kiev perdait « un nombre à trois chiffres de soldats » chaque jour autour d'Artyomovsk. Pris ensemble, ces trois événements narratifs, plus les trois autres initiés par le premier ministre, le président et le chef d'état-major des forces armées polonais, préparent le public à la défaite de Kiev.

Cela ne signifie pas que le mandataire anti-russe du milliard doré va bientôt s'effondrer, et encore moins que les forces de son adversaire vont balayer l'ensemble de cette ancienne république soviétique en ruine dans un avenir proche, mais simplement que la défaite de Kiev semble désormais inévitable en l'absence d'une évolution qui change la donne. À tout le moins, les États-Unis, la Pologne et l'Allemagne s'attendent à de nouveaux revers dans la bataille du Donbass, ce qui explique pourquoi leurs responsables (nommés ou non) viennent de modifier de manière décisive le « récit officiel«.

Cette dynamique militaro-stratégique tardivement reconnue, qui était évidente depuis un certain temps déjà mais qui est devenue indéniable après la libération de Soledar la semaine dernière, contribue également à expliquer la  réticence de Berlin à approuver la  demande de ses partenaires européens d'envoyer en Ukraine les chars Leopard fournis par l'Allemagne. En d'autres termes, le leader de facto de l'UE ne veut pas parier sur un cheval perdant et se retrouver dans l'embarras si les forces russes commencent à partager des images d'elles détruisant ces armements surfaits.

L'Allemagne pourrait encore capituler devant la pression sans précédent exercée par le milliard doré pour qu'elle revienne sur sa décision, mais elle tient bon pour le moment, du moins en grande partie grâce à ces calculs prudents. Milley ayant déclaré publiquement qu'il ne s'attendait pas à ce que Kiev vainque la Russie cette année, le chancelier  Olaf Scholz et son nouveau ministre de la défense Boris Pistorius n'ont aucune raison de faire marche arrière, ce qui pourrait accélérer le calendrier de la victoire apparemment inévitable de la Russie.

Andrew Korybko

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter

Se réfère à :

1 article

Référencé par :

1 article