La situation de Kiev est « très, très difficile », selon le général en chef américain

par Lucas Leiroz

Alors que les journalistes occidentaux insistent sur le fait que l'Ukraine est en train de « gagner » le conflit, des militaires et des analystes expérimentés continuent de souligner le fait évident que la Russie ne peut être vaincue aussi facilement. Dans une récente interview, un général américain de haut rang a déclaré que la situation est très compliquée pour les Ukrainiens, qui auront beaucoup de difficultés à tenir leur promesse d'« expulser » les forces russes des territoires déjà réintégrés dans l'espace souverain de Moscou.

Selon le président des chefs d'état-major interarmées américains, Mark Milley, l'Ukraine sera confrontée à de nombreux problèmes pour atteindre ses objectifs militaires dans le conflit actuel contre la Russie. Il souligne que la plupart des dirigeants occidentaux, et même le président ukrainien Volodymyr Zelensky, malgré son discours belliqueux, pensent que la résolution du conflit se fera par des négociations diplomatiques plutôt que par la force. Milley semble sceptique quant à la possibilité d'un succès ukrainien par le biais du conflit militaire.

Milley a également commenté le temps qu'il faudrait pour mettre fin aux hostilités. Bien que certains politiciens ukrainiens et occidentaux affirment qu'ils prévoient d'expulser les Russes dès que possible, il ne croit pas à la possibilité que ce processus soit achevé d'ici 2023. Les solides positions maintenues par les forces russes dans les régions nouvellement intégrées à la Fédération font qu'il est difficile de croire à la possibilité d'un rapide retournement militaire suffisamment fort pour garantir à Kiev le contrôle de ces territoires.

« Le président Biden, le président Zelensky et la plupart des dirigeants européens ont déclaré que cette guerre se terminerait probablement par une négociation (...) D'un point de vue militaire, c'est un combat très, très difficile (...) Je maintiens toujours que pour cette année, il serait très, très difficile d'éjecter militairement les forces russes de chaque pouce de l'Ukraine occupée par la Russie (...) Cela ne signifie pas que cela ne peut pas arriver, ne signifie pas que cela n'arrivera pas. Mais ce serait très, très difficile », a-t-il déclaré lors de l'interview.

Le point de vue de Milley est réaliste. Il indique clairement que les faiblesses de l'Ukraine ne seront pas surmontées si facilement, malgré l'aide occidentale. À eux seuls, les États-Unis ont déjà envoyé plus de 110 milliards de dollars d'aide militaire à Kiev, fournissant des colis comprenant des armes lourdes, des véhicules de combat, des systèmes anti-aériens et plus d'un million d'obus d'artillerie. L'Europe et les pays alliés de l'OTAN fournissent également tout ce qu'ils peuvent au régime néo-nazi ukrainien. Cependant, la supériorité militaire russe semble évidente, alors que Moscou célèbre des victoires de plus en plus importantes, comme les récentes prises de Soledar et de Klishchiivka.

De nombreux facteurs expliquent le succès de la Russie malgré l'aide occidentale à l'Ukraine. L'objectif de Moscou est d'éviter une guerre d'attrition qui tue inutilement des soldats et des civils russes. Pour cela, il y a une orientation stratégique des forces combattantes vers des régions clés, où la victoire militaire rend viable la coupure des lignes d'approvisionnement des forces ukrainiennes. De même, l'artillerie russe se concentre sur les grandes zones militaires et les infrastructures, tandis que les troupes parallèles, comme la société militaire privée « Groupe Wagner », jouent le rôle de force d'infanterie, principalement dans les zones urbaines.

D'autre part, Kiev semble avoir des difficultés à gérer stratégiquement le conflit. Malgré le soutien de l'OTAN, les forces ukrainiennes, comme l'ont déjà signalé plusieurs informateurs sur le terrain, sont marquées par la désorganisation et la corruption. La plupart des armes occidentales sont absolument nouvelles pour les soldats ukrainiens, qui ne savent pas comment les utiliser correctement, causant souvent des dégâts contre leur propre camp.

En outre, les Ukrainiens semblent donner la priorité au territoire sur les vies humaines, contrairement aux Russes. Alors que Moscou encourage constamment les retraites stratégiques pour sauver des vies, Kiev maintient ses troupes dans les tranchées même lorsque les batailles sont pratiquement perdues. Le résultat est la mort de milliers de soldats dans des combats inutiles. Ces soldats sont remplacés par de nouveaux combattants, insuffisamment formés et sans expérience militaire, ce qui entraîne des erreurs stratégiques et davantage de morts.

En outre, il est important de mentionner que depuis 2014, Kiev attaque délibérément les civils et cela s'est aggravé avec l'arrivée dans le pays d'armes lourdes en provenance de l'Occident. Une grande partie du matériel importé par l'Ukraine a été utilisé dans des zones démilitarisées du Donbass dans le seul but d'assassiner des civils d'origine russe, sans aucun gain militaire, ce qui rend encore plus compliqué le fait que cette aide occidentale ait un réel impact dans le conflit.

En fait, les propos de Milley ne font que confirmer ce qui est déjà devenu une conclusion constante parmi les experts militaires : Kiev n'est pas en mesure de vaincre la Russie - à la fois parce que Moscou est militairement plus fort et en raison du manque de capacité organisationnelle et administrative des Ukrainiens. La possibilité d'un véritable retournement militaire ne se produirait que dans un scénario d'intervention plus directe de l'OTAN, mais dans ce cas, la guerre s'intensifierait certainement au niveau nucléaire et se terminerait sans vainqueur.

À l'horizon proche, seule la victoire russe ressemble à un scénario réel. Le mieux à faire est de reprendre les pourparlers, avec Kiev acceptant pleinement les conditions de cessez-le-feu russes. Comme l'a suggéré Milley, les politiciens occidentaux eux-mêmes le croient, mais ils préfèrent continuer à financer le conflit juste pour essayer de déstabiliser autant que possible l'environnement stratégique de la Russie, même si cela coûte la vie de citoyens ukrainiens.

source :  InfoBRICS

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter