Ukraine Sitrep. Pas encore de poussée par le sud, le gouvernement de Kiev en butte à des difficultés, chars et escalade

Par  Moon of Alabama - Le 24 janvier 2023

La semaine dernière, après deux jours de combats intenses le long du front sud de l'Ukraine, j'en concluais que la poussée attendue par le sud vers l'arrière des forces ukrainiennes tenant la ligne de front de Donetsk, était finalement en train de se produire.

 Ukraine. L'armée russe active le front sud

J'avais tort. Moi-même, et d'autres  analystes qui suivons cette guerre, avons été trompés par l'afflux soudain de nouvelles en provenance de cette ligne de front. Elles disaient que les forces russes avaient progressé dans un grand nombre de villes. Mais presque aussitôt après la publication de mon article, ces nouvelles se sont tues. Les jours suivants, il ne s'est rien passé d'autre que les habituels échanges de tirs d'artillerie et autres petits affrontements locaux.

Je ne vois pas bien ce qui s'est passé. Mais l'armée ukrainienne semble avoir cru que quelque chose d'important allait se produire, puisqu'elle a envoyé en urgence une brigade mécanisée supplémentaire sur cette ligne.

Bien que le grand événement ne se soit pas encore produit, il y a eu plusieurs attaques de reconnaissance dans la région, avec quelques succès  autour de Vuhledar.

Agrandir

Dima, de la chaîne Military Summary, a remarqué (vidéo ) un rapport russe disant que deux officiers ukrainiens avaient franchi la ligne de front sud pour se rendre aux forces russes. Il suppose que toute cette histoire a été créée pour faire diversion et permettre une extraction sécurisée de ces officiers. Nous n'avons aucune preuve de cela, mais c'est peut-être ce qui s'est passé.

Il est intéressant de noter que cette affaire a été suivie d'une nouvelle agitation gouvernementale à Kiev, avec la  démission d'un autre conseiller principal du président Zelensky, le chef adjoint de son bureau, Kyrylo Tymoshenko. En outre, plusieurs vice-ministres et gouverneurs d'oblast ont été licenciés :

Le vice-ministre de la défense, Viatcheslav Shapovalov, a également démissionné, suite à des informations selon lesquelles il aurait supervisé l'achat de fournitures alimentaires militaires à des prix gonflés auprès d'une entreprise relativement inconnue. Le ministère a parlé d'une « erreur technique » et a affirmé qu'aucune somme d'argent n'avait changé de mains.

Le ministre de la défense lui-même - Oleksii Reznikov - a fait l'objet d'un examen minutieux pour la même raison.

Une foule d'autres hauts fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions mardi, notamment :

Le procureur général adjoint, Oleskiy Symonenko

Le vice-ministre du Développement des communautés et des territoires, Ivan Lukerya

Vyacheslav Negoda, vice-ministre du Développement des communautés et des territoires

Le vice-ministre de la politique sociale, Vitaliy Muzychenko

Et les gouverneurs régionaux de Dnipropetrovsk, Zaporizhzhia, Kyiv, Sumy et Kherson.

Je demande instamment aux gens de faire attention aux allégations de corruption en Ukraine. Celles-ci proviennent souvent de l'extralégal Bureau national anticorruption de l'Ukraine (NABU). Ce bureau a été mis en place en 2014, après le coup d'État de Maidan. Il a été créé et est contrôlé par  l'ambassade des États-Unis. Le NABU a été utilisé dans divers jeux de pouvoir pour écarter les personnes qui déplaisaient à l'ambassade.

En 2020, la Cour suprême d'Ukraine a statué que le NABU était en dehors de la loi et ne devait pas avoir les pouvoirs d'enquête qu'elle s'était attribués. Cette décision a été prise après que le NABU a  enquêté sur plusieurs juges de la Cour suprême dans des affaires de corruption. Cette lutte entre deux camps du pouvoir en Ukraine a débouché sur une  crise constitutionnelle.

Un an plus tard, Zelensky a  licencié le principal juge de la Cour suprême qui avait rédigé l'avis sur le NABU. Le juge a  fait appel de la décision et la Cour a pris sa défense. Le conflit n'est toujours pas résolu. Le juge s'est enfui en Autriche où il est maintenant  menacé d'être arrêté en vertu d'un mandat ukrainien.

Il y a de nombreux jeux de pouvoir de ce type, dont on parle peu, à Kiev Zelensky s'orientant de plus en plus vers une position dictatoriale. Avec le temps, cette position va devenir très isolée.

Mais à l'est, la bataille continue et l'Ukraine continue de  perdre la guerre. Le canal Telegram Intel Slava Z  note :

Prigozhin sur les objectifs des actions de la compagnie de mercenaires « Wagner » dans la région d'Artemovsk.

« La tâche pour prendre Bakhmut est de détruire l'armée ukrainienne dans les environs de la ville et d'empêcher toute action offensive dans n'importe quelle direction du front. Toutes les unités des forces armées ukrainiennes prêtes au combat sont envoyées à Bakhmut. Et le PMC « Wagner » les détruit, ce qui ouvre des possibilités opérationnelles dans d'autres régions ».

Cela confirme mon  observation précédente :

Je compte l'équivalent de quelque 27 formations de la taille d'une brigade dans cette zone. La taille habituelle d'une brigade est de quelque 3 000 à 4 000 hommes avec des centaines de véhicules de toutes sortes. Si toutes les brigades étaient au complet, cette force compterait 97 500 hommes. Dans une récente interview, le commandant militaire ukrainien Zaluzhny a  déclaré que son armée comptait 200 000 hommes entraînés au combat et 500 000 autres ayant d'autres fonctions ou en cours d'entraînement. Les forces qui se font actuellement malmener dans la région de Bakhmut constituent 50 % des forces ukrainiennes prêtes au combat.

Il y a encore des officiels du Pentagone  qui nient la situation réelle :

Les forces russes ont pris le contrôle de la ville de Bakhmut il y a près d'un an, après que Moscou a ouvert une phase de la guerre axée sur les territoires du Donbass, le coin extrême-oriental de l'Ukraine composé des oblasts de Louhansk et de Donetsk.

Les récents succès des combattants ukrainiens dans la région de Bakhmut ont incité Moscou à envoyer des renforts, a déclaré un haut responsable militaire américain qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat. Les responsables américains et ukrainiens ont déclaré que les troupes ukrainiennes contrôlaient actuellement Bakhmut, bien que Moscou ait affirmé cette semaine que ses forces avaient pris le contrôle d'une ville voisine, Soledar.

« Les forces ukrainiennes continuent de tenir et de défendre avec succès Bakhmut », a déclaré le responsable militaire américain, ajoutant que les nouvelles troupes russes sont « précipitées » sur le champ de bataille « mal entraînées » et « mal équipées ».

Lire de telles absurdités dans le Stars and Stripes, un journal de l'armée américaine, est assez révélateur. Ces gens savent-ils seulement  lire une carte ?

Bakhmut n'a jamais été sous le contrôle des forces russes. Voici la situation près de Bakhmut il y a  6 mois. Le territoire tenu par les Russes est en rouge.

 Agrandir

Voici la  situation actuelle autour de Bakhmut. La ville est presque encerclée. Toutes les routes principales d'entrée et de sortie sont sous le contrôle de l'artillerie russe.

 Agrandir

C'est un grand hachoir à viande. Le service de renseignement allemand BND affirme que les forces ukrainiennes perdent des  centaines de soldats par jour dans cette seule ville. Le ministère russe de la défense ne fait pas de rapport sur Bakhmut, car c'est le territoire de Wagner. Mais il signale quotidiennement des centaines de pertes supplémentaires du côté ukrainien.

Dans une tentative inutile d'arrêter cette perte constante de forces ukrainiennes, l' »Ouest » envoie des armes supplémentaires en Ukraine. Les États-Unis veulent débloquer le transfert de chars par d'autres pays vers l'Ukraine en livrant des parties de leurs  propres réserves de chars :

L'administration Biden penche pour l'envoi d'un nombre important de chars Abrams M1 à l'Ukraine et l'annonce de ces livraisons pourrait intervenir cette semaine, selon des responsables américains.

L'annonce ferait partie d'un accord diplomatique plus large avec l'Allemagne, dans lequel Berlin accepterait d'envoyer un plus petit nombre de ses propres chars Leopard 2 et approuverait également la livraison d'un plus grand nombre de chars de fabrication allemande par la Pologne et d'autres pays. Cela mettrait fin au désaccord transatlantique sur les chars qui menaçait de créer des fissures alors que la guerre s'achemine vers la fin de sa première année.

La Maison Blanche s'est refusée à tout commentaire.

Le changement de position des États-Unis fait suite à un appel du 17 janvier entre le président Biden et le chancelier allemand Olaf Scholz, au cours duquel M. Biden a accepté d'examiner la possibilité de fournir les chars Abrams, contre l'avis du Pentagone. Un haut fonctionnaire allemand a déclaré que la question faisait l'objet d'intenses négociations entre Washington et Berlin depuis plus d'une semaine et semblait être en voie de résolution.

Auparavant, le Pentagone avait exclu de fournir les chars à l'Ukraine, affirmant qu'ils étaient trop compliqués à entretenir et à utiliser pour les Ukrainiens. Mais les responsables de la Maison Blanche et du Département d'État ont été décrits comme étant plus ouverts à la fourniture d'Abrams pour sortir de l'impasse diplomatique qui bloque les livraisons de Léopard.

Le président de l'état-major américain, Milley, et le secrétaire à la défense, Austin, se sont  opposés à toute livraison de chars. Ils craignent les conséquences de ce constant  glissement de mission. L'administration Biden ne cesse de dépasser chacune de ses propres lignes rouges. Biden avait commencé par déclarer que les États-Unis ne livreraient que des  armes défensives. Puis sont apparus les HIMARS et d'autres armes à plus longue portée qui ont atteint des cibles en Russie. La livraison de chars était une ligne rouge. Jusqu'où vont-ils aller ensuite ? Des avions de combat qui n'ont aucune chance de vaincre les efficaces défenses aériennes russes ?

Les militaires ne sont pas les seuls à craindre cela. Le Science and Security Board Bulletin of the Atomic Scientists a  déplacé les aiguilles de son horloge de l'apocalypse :

L'horloge est maintenant à 90 secondes de minuit, le plus proche de la catastrophe mondiale qu'elle ait jamais été.

Biden est dans une impasse. Il a commencé une guerre qu'il n'a pas le droit de perdre, car perdre en Ukraine s'accompagnerait de la  perte de l'hégémonie financière des États-Unis :

L'équipe Biden ne peut pas retirer son récit fantaisiste de l'humiliation imminente de la Russie ; elle a parié la Chambre sur ce récit. Pourtant, c'est devenu une question existentielle pour les États-Unis, précisément en raison de cette erreur de calcul initiale flagrante qui a ensuite été transformée en un récit absurde d'une Russie chancelante, qui pourrait s'effondrer à tout moment.

Ce Nouvel Ordre en évolution menace existentiellement l'hégémonie du dollar - les États-Unis ont créé leur hégémonie en exigeant que le prix du pétrole (et d'autres produits de base) soit fixé en dollars, et en facilitant la financiarisation frénétique des marchés d'actifs aux États-Unis. C'est cette demande de dollars qui, à elle seule, a permis aux États-Unis de financer leur déficit public (et leur budget de défense) pour rien.

L'équipe Biden a donc mis les États-Unis dans une situation délicate en Ukraine. Mais à ce stade - de manière réaliste - que peut faire la Maison Blanche ? Elle ne peut pas oublier le récit de la « prochaine humiliation » et de la défaite de la Russie. Elle ne peut pas le laisser tomber parce qu'il est devenu une composante existentielle pour sauver ce qu'elle peut du « système de Ponzi«. Admettre que la Russie a « gagné » reviendrait à dire que le « système de Ponzi » devra « fermer le fonds » à d'autres retraits (tout comme Nixon l'a fait en 1971, lorsqu'il a bloqué la convertibilité du dollar en or).

Le commentateur Yves Smith a  déclaré de manière provocante : « Que se passerait-il si la Russie gagne de manière décisive et que la presse occidentale a pour consigne de ne pas s'en apercevoir ? » On peut supposer que, dans une telle situation, la confrontation économique entre l'Occident et les États du Nouvel ordre mondial s'intensifiera et se transformera en une guerre plus vaste et plus longue.

Et elle est en train de s'intensifier. À une vitesse toujours plus grande.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter