La tactique sans stratégie n'est que le bruit précédant la défaite

🇬🇧

Par The Saker - Le 24 janvier 2023 - Source  The Saker's Blog

Le titre de cet article est une citation du célèbre général, stratège, philosophe et écrivain chinois Sun Tzu qui a vécu il y a 2500 ans. Et s'il est vrai que la guerre a radicalement changé au cours des derniers millénaires (par exemple, l'art opérationnel a été ajouté comme niveau intermédiaire entre la tactique et la stratégie), la logique fondamentale de Sun Tzu s'applique toujours. Pour simplifier à l'extrême, on pourrait dire que la tactique est le moyen d'atteindre un objectif final qui doit être défini et que la définition de cet objectif final est de la stratégie. Là encore, il s'agit d'une simplification à outrance, mais pour nos besoins, c'est suffisant.

Ce qui précède est très pertinent pour la situation en Ukraine. Mais d'abord, un rappel crucial : l'armée ukrainienne a été pratiquement détruite au cours du premier mois de la guerre. Andrei Martyanov et moi-même avons écrit à ce sujet à de nombreuses reprises, mais si vous voulez l'entendre d'une autre source, je vous recommande  cet article ( En français) de Big Serge sur Substack (un bon site web que je recommande à tous). Ou bien écoutez les vidéos de Macgregor. Et il y en a plein d'autres qui existent ( Moon of Alabama en est un autre).

Au cours du premier mois de la guerre, l'Occident était tellement occupé à essayer de présenter l'incursion russe vers Gostmel comme étant à la fois.. :

  • une défaite russe majeure et
  • un grand massacre de civils par les Russes

que les médias occidentaux se sont concentrés sur ce non-sens, alors que la grande perte dans cette guerre de propagande était la destruction des forces armées ukronazies.

Les Ukronazis, cependant, ont compris ce qui se passait et ont accepté des négociations. Comme nous le savons tous, les Anglo-sionistes ont envoyé Boris Johnson à Kiev pour empêcher ce qui semblait être la fin imminente de cette guerre.

Quoi qu'il en soit, examinons les objectifs de chaque camp dans la phase initiale de la guerre :

  • Les Ukronazis étaient prêts à attaquer le Donbass dans l'espoir de répéter ce que l'OTAN a fait aux « zones de protection » serbes désarmées dans les Krajinas ( opération Storm).
  • Les Russes ont devancé cette attaque, non pas en attaquant directement les forces ukronazies dans le Donbass, mais en détruisant pratiquement les forces armées ukronazies dans toute l'Ukraine.

Selon toute norme de bon sens, la guerre aurait dû se terminer en mars. Pourquoi ? Parce que, encore une fois, l'armée ukrainienne était pratiquement détruite et désorganisée. Les « génies » de l'Ouest ont alors proposé une solution très simple :

  • Envoyer en Ukraine tous les équipements de l'ancienne Organisation du traité de Varsovie de tous les anciens pays de l'OMC.
  • Envoyer davantage de soldats ukrainiens sur les lignes de front

Au départ, cette approche semblait très prometteuse, mais cela n'a pas duré très longtemps.

Cette 2ème itération d'Ukronazis a également été détruite par la Russie, bien qu'à un rythme beaucoup plus lent, car les Russes étaient confrontés à des problèmes très épineux :

  • Une grande partie du matériel de l'ex-OMC était très efficace, non seulement parce que le matériel soviétique l'est généralement, mais aussi parce qu'une grande partie de ce matériel avait été modernisé.
  • Les Ukronazis étaient plus que disposés à subir des pertes importantes si cela pouvait retarder les avancées russes.
  • Les Russes n'avaient tout simplement pas les effectifs nécessaires pour une défense statique ou même pour contrôler l'ensemble de la ligne de contact.
  • Et comme les Russes ont opté pour l'économie de leurs forces dans les manœuvres et une défense mobile (ce qui était de toute façon leur seule option puisque les Ukronazis étaient largement supérieurs en nombre aux Russes), ils ne pouvaient pas tenir le terrain et cela signifiait que les Ukrainiens locaux ne pouvaient pas compter sur les Russes pour rester et les protéger.
  • L'ensemble des capacités C4ISR de l'OTAN a été progressivement mis à la disposition des Ukronazis, ce qui a sérieusement compliqué les opérations russes tout en aidant considérablement l'artillerie et l'aviation ukrainiennes (des centaines d'anciens avions de l'ancien Pacte de Varsovie ont également été livrés).
  • Les forces ukrainiennes dans le Donbass étaient *très* sérieusement retranchées (elles ont eu 8 ans et une quantité infinie d'argent occidental pour construire des défenses !), et les Russes n'étaient pas prêts à sacrifier leurs soldats dans des attaques frontales sanglantes. L'utilisation d'armes lourdes n'était pas non plus une option, car les Ukronazis se cachaient à l'intérieur des villes et des villages et ainsi, aplatir les défenses ukronazies aurait signifié tuer des milliers de civils.

Pourtant, malgré tout, la Russie a réussi à détruire la plupart du matériel livré à l'Ukraine et à forcer les Ukronazis à échanger « des corps contre des obus d'artillerie » - une tactique folle, immorale et futile qui ne pouvait tout simplement pas être maintenue. En conséquence, les chiffres des victimes ukrainiennes ont encore grimpé en flèche, mais personne à l'Ouest ne s'en est soucié le moins du monde.

Ce qui est important ici, c'est que non seulement les Ukronazis ont perdu beaucoup de matériel et de soldats, mais qu'ils ont perdu beaucoup de leurs *meilleurs* soldats (des brigades entières, et les meilleurs, ont été perdues autour de Bakhmut !). Cela signifie que si l'OTAN pouvait demander à Kiev de mobiliser de plus en plus d'hommes pour les envoyer au front, la plupart de ceux qui ont été mobilisés et entraînés à la hâte n'ont pas vraiment pu compenser les énormes pertes ukrainiennes. L'entraînement des soldats ukrainiens en Ukraine était dangereux (les frappes de missiles des Russes signifiaient qu'il n'existait aucun endroit sûr en Ukraine pour effectuer cet entraînement), et l'entraînement des Ukrainiens à l'étranger était plus sûr, mais demandait également un effort beaucoup plus important pour une force beaucoup plus réduite.

Et, inévitablement, l'ancien matériel du Pacte de Varsovie livré en très grand nombre au régime de Kiev a également été progressivement détruit par les frappes russes.

En outre, la géographie est un problème et, dans notre cas, l'ensemble du Donbass est un énorme chaudron, ouvert uniquement du côté ouest, ce qui rend assez difficile la planification de toute autre chose que de petites attaques locales. Pour les Russes, cependant, cela signifie qu'ils peuvent attaquer à partir de n'importe lequel de ces axes : du nord, de l'est et du sud ou même de toute combinaison de ceux-ci. A présent, suite à la mobilisation partielle, la Russie dispose des quantités nécessaires pour choisir l'option qu'elle souhaite.

Très vite, l'Occident s'est retrouvé à court d'armes de l'ex-Pacte de Varsovie.

L'Occident a répondu en envoyant vague après vague des « volontaires », des mercenaires, voire des « déserteurs » (comme ce  SEAL de la marine américaine). Des bureaux de recrutement ont été organisés à la hâte dans le monde entier et la partie russe a commencé à entendre de plus en plus de transmissions radio non pas en russe ou en ukrainien, mais en polonais et en anglais (et même en arabe !).

Le problème actuel est d'ordre matériel.

Tout d'abord, l'OTAN ne peut pas remplacer « un pour un » les chars de combat, les VFI/APC, les SAM, etc. de l'ex-Pacte de Varsovie. Non seulement le matériel de l'OTAN est cher, mais il n'y a tout simplement pas assez de stocks pour compenser entièrement les énormes pertes infligées par les Russes.

Deuxièmement, le matériel de l'ancien Pacte de Varsovie était non seulement familier aux Ukrainiens, mais il était également beaucoup plus facile d'obtenir le type de flux d'approvisionnement et de maintenance nécessaires à son fonctionnement que ce ne sera le cas avec le matériel de l'OTAN (qui est généralement inférieur au matériel de l'ex-Pacte de Varsovie, à quelques exceptions près).

Troisièmement, la plupart du matériel de l'OTAN a donné de piètres résultats. Aucune des Wunderwaffen promise n'a fait de réelle différence, du moins en termes militaires. En ce qui concerne les civils assassinés, les Russes viennent de signaler que depuis la livraison de munitions à longue portée aux forces de l'OTAN en Ukraine (car c'est ce qu'elles sont), le nombre de victimes civiles assassinées par l'OTAN a été  multiplié par quatre !

Mais, bien sûr, personne en Occident ne se soucie de cela.

Dans un premier temps, l'Occident a réagi en envoyant tous ses propres équipements excédentaires, de vieux stocks, notamment contre la promesse des États-Unis de compenser ces systèmes envoyés en Ukraine par des systèmes beaucoup plus récents. Assez rapidement, ces stocks ont également été dévorés par le hachoir à viande russe.

En d'autres termes, les Russes ont également détruit cette 3ème itération de l'armée « ukrainienne » (en réalité l'armée de l'OTAN).

Ce qui nous amène à la situation d'aujourd'hui.

L'Empire est maintenant confronté à un dilemme simple et extrêmement dangereux : les forces de l'OTAN en Ukraine sont à court de matériel et de personnel.

Si l'Occident envoie, disons, une compagnie ou même un bataillon de chars de combat à Lvov et plusieurs batteries Patriot pour protéger Kiev, cela ne fera aucune différence militaire sur le terrain. Oui, la quantité a une dimension qualitative et des livraisons aussi limitées de systèmes d'armes et de personnel peuvent faire beaucoup de « bruit » (au sens de Sun Tzu), mais ne feront aucune différence sur le terrain.

Et si l'Occident envoie une force suffisamment importante pour faire la différence, cela entraînerait inévitablement une guerre continentale majeure que l'OTAN ne pourrait pas gagner.

Tout cela soulève la question suivante : quel est le véritable objectif de l'Occident en Ukraine ?

Permettez-moi d'en suggérer quelques-uns :

  1. Empêcher une défaite de l'Ukronazi/OTAN
  2. Rendre la guerre aussi coûteuse que possible pour la Russie
  3. Sauver la face

Ces trois objectifs posent problème, le principal étant qu'aucun d'entre eux ne peut être qualifié de « stratégie » (ils sont trop vagues pour commencer). Le deuxième problème est que l'Occident n'a les moyens d'atteindre aucun de ces objectifs. Et le troisième est qu'en s'attachant à des objectifs aussi totalement irréalistes, la défaite inévitable et la perte de face qui s'ensuivra pour l'Occident tout entier seront encore pires.

Que peuvent donc apporter les États-Unis et l'OTAN ?

  • Un C4ISR de classe mondiale (très utile, mais aussi potentiellement très vulnérable).
  • Une force sous-marine de classe mondiale (utile uniquement pour tirer des missiles de croisière).
  • Une grande quantité de missiles de croisière subsoniques et pour la plupart obsolètes.
  • Une force terrestre relativement petite (sans véritables défenses aériennes).
  • Des forces aériennes qui n'ont aucune expérience des opérations dans un environnement *très* dangereux.
  • Une triade nucléaire très robuste

Comme Sun Tzu nous a appris que « la tactique sans stratégie est le bruit qui précède la défaite«, nous pouvons immédiatement voir qu'aucune de ces capacités n'a la moindre chance d'éviter une défaite de l'OTAN. En d'autres termes, les commandants américains devront bientôt faire face à un choix encore pire : la défaite ou la guerre nucléaire.

Je soutiens que l'Occident ne dispose actuellement d'aucune tactique (réelle, significative) ni d'aucune stratégie.

Aucune.

Tout ce que je vois, c'est une pensée magique, des illusions narcissiques, un état d'esprit façonné par des siècles d'impunité relative et une haine aveugle et généralisée de la Russie et de tout ce qui est russe.

Ce ne sont pas les ingrédients d'une victoire (quelle qu'en soit la définition) contre la plus puissante armée de guerre continentale de la planète.

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter

Se réfère à :

1 article