25/01/2023 francesoir.fr  8 min #223013

Grippe étrange de Noël : pourquoi cette omerta médiatique ?

Xavier Bazin, pour FranceSoir

Cette omerta est d'autant plus étrange que les statistiques de décès sont sans précédent.

AFP

TRIBUNE - D'après  d'innombrables témoignages, une étrange maladie grippale a circulé en décembre dernier. Cette « grippe » a la particularité de durer plusieurs semaines, avec fatigue anormale et toux grasse persistante... et avec un risque important de causer des bronchites ou des pneumonies.

En France, elle a décollé au moment où le Covid commençait à battre en retraite.

C'est ce qu'a confirmé, fin décembre, la « cheffe » du nouveau Conseil scientifique français, Brigitte Autran :

« Le pic de la vague de Covid-19 est passé, mais 'la grippe est en train de monter'. Interrogée ce mardi 27 décembre sur « RMC », la présidente du Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars)  Brigitte Autran a alerté sur la propagation de l'épidémie de grippe  ouest-france.fr. »

Le 28 décembre, Santé Publique France s'est d'ailleurs inquiété de la virulence de l'épidémie grippale, avec une explosion des hospitalisations.

Pire, l'organisme public relevait une anomalie : en proportion, il y avait  autant de « vieux » que de « jeunes » admis en réanimation.

C'est très inhabituel, pour une « grippe », mais cela cadre bien avec les témoignages que j'ai recueillis.

Le 30 décembre, le journal la Voix du Nord a donné un aperçu de la gravité de la situation :

« Quinze patients admis pour grippe dans les services de réanimation et de soins intensifs sur les cinquante lits : de mémoire de médecin, du jamais vu en quinze ans de service au CHU de Lille.

'Autant de cas en même temps, c'est inédit', appuie le centre hospitalier universitaire. »

Et savez-vous ce qui m'étonne le plus ? C'est que cet article de presse a été l'exception, pas la règle. Très peu de médias ont parlé de la virulence de cette « grippe de Noël ».

Cette omerta est d'autant plus étrange que les statistiques de décès sont sans précédent.

Déjà, le nombre de cas de « syndrome grippal » est assez inédit. On le voit bien avec  le tableau de bord de l'Organisation mondiale de la Santé.

En France, le pic de cas en semaine 51 de l'année 2022 (tout à droite) établit un record sur les 10 dernières années :

On voit bien qu'il y a une flambée brutale, rapide, avec énormément de cas en même temps, mais sur courte période : 3-4 semaines seulement.

Et, si l'on regarde le nombre de décès, le caractère inédit  de la situation est encore plus flagrant :

On le voit à l'œil nu : le pic de la fin 2022 est deux fois plus élevé que le précédent « record » de l'hiver 2018-2019.

N'est-ce pas un « évènement » qui mériterait qu'on en parle davantage ?

 Le silence des médias français et occidentaux est d'autant plus étonnant que le phénomène est international.

Dans tout l'hémisphère nord, il y eu également un « record » du nombre de syndromes grippaux en décembre 2022,  par rapport aux 10 années précédentes :

Et, l'exemple de l'Angleterre confirme que ces syndromes grippaux n'avaient rien de bénin.

Le graphique ci-dessous montre le nombre d'hospitalisations pour « grippe » depuis 2017. Là encore, le mois de décembre 2022 (ligne noire en gras) établit un record sans précédent :

Autre fait troublant : cette grippe plus virulente que d'habitude était prévisible... mais personne ne nous avait prévenus.

En effet, on sait que l'hémisphère sud subit les épidémies grippales quelques mois plus tôt qu'au Nord, lorsque c'est l'hiver chez eux.

Or, il y a quelques mois, l'Australie a elle-même vécu une saison grippale particulièrement virulente : là-bas aussi,  il y a eu un record de cas sur 10 ans.

Que se passe-t-il ? Pourquoi parle-t-on si peu de cette « grippe » de tous les records ? Et d'ailleurs, s'agissait-il finalement d'une simple grippe ?

Au final, ce « virus étrange » était-il simplement une grippe ?

Au début de mon enquête, j'étais convaincu que le « virus de Noël » n'était pas une vraie grippe.

Pour une raison simple : les symptômes de la grippe « classique » ne correspondent pas du tout à ceux de la pseudo-grippe de décembre dernier.

Dans mon esprit, la grippe, c'est ce que décrit Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille :

« Lorsqu'on a vraiment la grippe, en général, on s'en souvient :  on est cloué au lit 4-5 jours avec de la fièvre et on a mal partout. »

En effet, j'ai eu la grippe étant enfant, et je m'en souviens comme si c'était hier - notamment les douloureuses courbatures. Je me souviens aussi du sentiment de libération absolu que j'ai ressenti quand la maladie a disparu, subitement.

Mais ce que j'ai vécu à Noël n'avait rien à voir : c'était moins violent, mais étalé sur plusieurs semaines, avec fatigue et toux anormale - et vous avez été des centaines à me témoigner de la même chose, en disant que vous n'aviez « jamais été malade comme ça ».

Donc, mon premier réflexe a été de penser que c'était un nouveau virus - et pas la grippe. Toutefois, après avoir vu les graphiques ci-dessus, je n'en suis plus aussi certain.

Certes, il est toujours possible qu'il s'agisse d'un nouveau virus - car les chiffres officiels comptent les « syndromes grippaux », sans toujours savoir avec certitude s'il s'agit ou non de « vraies grippes » (tous les virus des patients ne sont pas analysés).

Mais il est possible aussi qu'il s'agisse d'une grippe mutante. Après tout, le virus de la grippe mute en permanence, et il est difficile de savoir si les différents variants ne peuvent pas produire des symptômes très différents.

De plus, j'ai été particulièrement frappé par cette interview donnée  par le virologue Etienne Decroly à France Info, quelques jours avant Noël :

« Grippe : le virus qui circule est "particulièrement virulent" estime un virologue

Etienne Decroly, directeur de recherches au CNRS à l'université d'Aix-Marseille, estime que la mutation du virus de la grippe qui circule cette année "échappe partiellement au vaccin". »

C'est le seul article de presse qui parle de ce sujet... pourtant explosif.

Car Etienne Decroly mentionne deux choses capitales :

  • Que c'est une mutation de la grippe qui la rend plus virulente ;
  • Et que cette mutation rend le vaccin « partiellement inefficace ».

Mais il dit tout ça en deux petites phrases... et il passe à autre chose... alors qu'on aimerait vraiment en savoir plus.

J'ai donc contacté le Pr Decroly, qui ne m'a pas répondu pour l'instant.

Au total, je trouve cette affaire de « grippe de Noël » particulièrement intrigante. Pourquoi semble-t-il y avoir une omerta des médias et des autorités sur le sujet, malgré le nombre record de décès et les symptômes inhabituels ?

Xavier Bazin, écrivain et journaliste scientifique indépendant, est l'auteur de Antivax toi-même ! Retrouvons un esprit critique sur la vaccination, paru aux Éditions Trédaniel. Ses articles sont consultables sur son site Internet  ici.

 francesoir.fr

 Commenter