26/01/2023 arretsurinfo.ch  10 min #223021

Amílcar Cabral, leader révolutionnaire de la Guinée portugaise, assassiné il y a 50 ans

Amílcar Cabral. (Wikimedia)

By  Carlos Lopes Pereira

Paru le 20 Janvier 2023 sur  Workers.org

Il y a un demi-siècle, le 20 janvier 1973, Amílcar Cabral, leader éminent du mouvement de libération nationale, était assassiné à Conakry par des agents du colonialisme pour le compte du gouvernement fasciste du Portugal.

Ce crime a provoqué l'indignation dans le monde progressiste. Les Nations Unies, l'Organisation de l'unité africaine et des gouvernements, partis et personnalités de différentes parties du monde ont condamné l'action ignoble du colonialisme portugais.

Le Parti communiste portugais (PCP), qui opérait alors dans la clandestinité au Portugal, affirmait alors que, bien que le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC) et l'ensemble du mouvement de libération nationale aient perdu un leader unique, les objectifs des colonialistes qui commandaient les assassins ne seraient pas atteints. Il a exprimé sa pleine confiance dans le fait que la lutte pour laquelle Cabral a donné sa vie se poursuivra jusqu'à la victoire finale.

Le PCP a rendu hommage à l'ardent patriote, entièrement dévoué à la lutte de libération de son peuple, au révolutionnaire conséquent menant la construction d'une société progressiste dans sa patrie libérée, à l'ennemi irréconciliable du colonialisme portugais et ami sincère du peuple portugais, qu'il a toujours considéré comme un allié dans la lutte contre l'ennemi commun. Le parti réaffirme au PAIGC et aux peuples de Guinée-Bissau et du Cap-Vert l'entière solidarité et le soutien actif et fraternel des communistes portugais en toutes circonstances.

On ne peut pas assassiner la lutte !

L'assassinat de Cabral n'a pas réussi à détruire l'indépendance des peuples guinéen et capverdien. Le PAIGC continua à se battre sur différents fronts et intensifia la lutte armée, remportant des victoires importantes sur l'armée coloniale.

En juillet 1973, le deuxième congrès du PAIGC élit Aristides Pereira comme secrétaire général du parti. Le 24 septembre, l'Assemblée nationale populaire, réunie dans la zone libérée de Boé, dans l'est de la Guinée-Bissau, proclame l'État de Guinée-Bissau - et la plupart des pays de l'ONU reconnaissent immédiatement la jeune république. [Washington n'a reconnu l'indépendance de la Guinée-Bissau qu'un an plus tard, lorsque le nouveau gouvernement portugais l'a fait. - WW]

Avec les lourdes défaites politiques, militaires et diplomatiques du Portugal en Guinée-Bissau, au Mozambique et en Angola, et la montée des luttes ouvrières et populaires au Portugal, le fascisme colonialiste portugais était aux portes de la mort. Le 25 avril 1974 - 15 mois après l'assassinat de Cabral - le Mouvement des Forces Armées (MFA) renverse la dictature au Portugal. Le soulèvement militaire et le soulèvement populaire qui s'ensuit ouvraient la voie à la révolution d'avril. (Appelée la « Révolution des œillets »).

À la suite de pourparlers entre les nouvelles autorités portugaises et le PAIGC, un accord est signé à Alger le 26 août, dans lequel le Portugal reconnaît la République de Guinée-Bissau et réaffirme le droit du peuple du Cap-Vert à l'autodétermination et à l'indépendance. Le gouvernement portugais reconnaît l'indépendance de jure de la Guinée-Bissau le 10 septembre 1974 et le Cap-Vert devient indépendant le 5 juillet 1975.

Les peuples des deux pays ont proclamé Cabral comme leur héros national et le fondateur de la nation guinéenne et de la nation capverdienne.

Rien ne peut arrêter la marche de l'histoire

Fils de parents capverdiens, Cabral est né le 12 septembre 1924 dans la ville de Bafatá, dans l'ancienne colonie de Guinée. Quelques années plus tard, la famille s'installe sur l'île de Santiago, au Cap-Vert, et le jeune Amílcar y a terminé l'école primaire. Entre 1938 et 1944, il fréquente le lycée de São Vicente. Brillant élève, il encourage les initiatives culturelles, écrit des poèmes, préside l'association des élèves et joue au football.

En 1945, Cabral voyage au Portugal avec une bourse d'études et s'est inscrit à l'Instituto Superior de Agronomia de Lisbonne. Dans le contexte de l'après-guerre, avec la défaite du fascisme nazi, le prestige croissant de l'Union soviétique et l'émergence des luttes émancipatrices des peuples d'Asie, d'Amérique latine et d'Afrique, Cabral étudie et fréquente d'autres jeunes Portugais et Africains.

Parmi ses collègues figurent Agostinho Neto, Mário de Andrade et Lúcio Lara, d'Angola ; Marcelino dos Santos et Noémia de Sousa, du Mozambique ; Alda Espírito Santo, de São Tomé et Príncipe ; Vasco Cabral, de Guinée, entre autres. Cabral participe aux activités de la Maison des étudiants de l'Empire, crée un Centre d'études africaines (pour la « réafricanisation des esprits »), donne des cours d'alphabétisation aux travailleurs, manifeste contre la montée de l'OTAN et est un membre actif du Mouvement d'unité démocratique de la jeunesse (MUD), qui s'oppose à la dictature fasciste.

Après avoir terminé sa licence et ses stages avec de bonnes notes, il choisit en 1952 de travailler pour les services agricoles et forestiers de Guinée. Dans la colonie d'alors, en tant qu'ingénieur agronome, Cabral occupe plusieurs postes et dirige le recensement agricole du territoire, approfondissant ainsi sa connaissance de la réalité du terrain. En 1954, il tente de créer une association sportive et récréative à Bissau, mais les autorités coloniales la jugent subversive, l'interdisent et l'obligent à quitter son pays natal.

Cabral construit un mouvement de libération

Cabral vit et travaille ensuite au Portugal et en Angola - où il entre en contact avec des patriotes qui formeront plus tard le Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) - et fait de brefs séjours en Guinée. Lors de l'un de ces voyages, le 19 septembre 1956, il fonde à Bissau, avec d'autres patriotes, le Parti de l'indépendance africaine (PAI), qui deviendra plus tard le PAIG.

En janvier 1960, il quitte définitivement Lisbonne et, en mai, il installe la direction du PAIGC à Conakry, en République de Guinée [ancienne colonie française limitrophe de la Guinée-Bissau].

Dès lors, Cabral et ses compagnons - parmi lesquels Luís Cabral, son frère, et Aristides Pereira, qui deviendront les premiers présidents de la République de Guinée-Bissau et de la République du Cap-Vert - préparent les conditions de la lutte à venir. Il tente d'abord, une fois de plus, une solution pacifique pour la liquidation de la domination coloniale dans les deux territoires. Le 1er décembre 1960, le PAIGC a envoyé au gouvernement portugais un mémorandum proposant des négociations sur l'indépendance. Il ne reçoit aucune réponse.

Ainsi, face à l'intransigeance totale de la dictature fasciste et colonialiste portugaise et, d'autre part, face à l'élargissement de la lutte politique et à l'augmentation du soutien international, le 23 janvier 1963, le PAIGC ouvre la lutte armée de libération nationale en Guinée par une attaque contre la caserne militaire de Tite, dans le sud du territoire.

Dès lors, la lutte ne cesse de se développer, tant sur le plan politique et militaire que diplomatique, avec les succès successifs du PAIGC, qui coordonne la lutte de libération avec le MPLA, qui a commencé la lutte armée en Angola en 1961, et le FRELIMO, qui proclame une « insurrection générale armée » au Mozambique en 1964.

En désespoir de cause, les colonialistes tentent d'arrêter les avancées du PAIGC - notamment la proclamation dans les régions libérées de l'État national de Guinée-Bissau, le premier de son histoire - en assassinant Amílcar Cabral.

Quelques jours avant sa mort, dans son message de nouvel an adressé aux militants de son parti en janvier 1973, le leader du PAIGC avertissait que « la situation au Portugal se détériore rapidement et que le peuple portugais affirme, avec une vigueur croissante, son opposition à la guerre coloniale criminelle. » Et que pour cette raison, « le gouvernement colonial fasciste et ses agents dans notre pays sont pressés de voir s'ils peuvent changer la situation avant d'être complètement perdus dans leur propre pays. »

Anticipant l'avenir, Cabral a prédit : « Mais ils perdent leur temps, et ils gaspillent en vain et sans gloire la vie des jeunes Portugais qu'ils envoient à la guerre. Ils commettront encore plus de crimes contre notre peuple ; ils feront beaucoup plus de tentatives et de manœuvres pour détruire notre Parti et notre lutte. Ils accompliront certainement beaucoup plus d'actes d'agression sans vergogne contre les pays voisins.

« Mais tout cela en vain. Car aucun crime, aucune force, aucune manœuvre, aucune démagogie des agresseurs colonialistes portugais criminels ne pourra arrêter la marche de l'histoire, la marche irréversible de nos peuples africains de Guinée et du Cap-Vert vers l'indépendance, la paix et le véritable progrès auquel ils ont droit. »

Une contribution précieuse à la lutte des peuples

L'assassinat de Cabral n'était pas la première tentative des colonialistes portugais et de leurs serviteurs pour détruire le PAIGC et arrêter la lutte pour l'émancipation nationale et sociale des peuples de Guinée-Bissau et du Cap-Vert.

Dès la fin des années 1950 et le début des années 1960, alors que le parti était en cours de création et de renforcement, « les colonialistes portugais criminels et d'autres ennemis de notre peuple ont utilisé des opportunistes pour créer de faux mouvements en dehors de notre territoire, pour jeter la confusion autour de notre lutte, pour barrer la route à la marche glorieuse de notre Parti », a rappelé Cabral, moins d'un an avant sa mort.

Dans une circulaire de mars 1972 intitulée : « Nous renforcerons notre vigilance pour démasquer et éliminer les agents de l'ennemi, pour défendre le parti et la lutte et pour continuer à condamner à l'échec tous les plans des criminels colonialistes portugais », le secrétaire général du PAIGC dénonçait qu'au fil des ans, « les criminels colonialistes portugais n'ont ménagé ni leur peine ni leur argent pour tenter d'acheter les dirigeants et les responsables du parti ».

En plus de soudoyer et de recruter des traîtres, les colonialistes ont promu des campagnes permanentes basées sur le racisme, le « tribalisme » et les différences religieuses, cherchant à semer la division dans les rangs du parti, à briser son unité et à « détruire le PAIGC de l'intérieur ». Et ils ont toujours fait des plans pour arrêter ou tuer les dirigeants du parti, en particulier le secrétaire général, car ils étaient convaincus que l'arrestation ou la mort du principal dirigeant signifierait la fin du parti et de la lutte.

En novembre 1972, la liquidation du leader du PAIGC était le principal objectif de la participation des colonialistes portugais et de leurs laquais à l'invasion de la République de Guinée, dans le cadre de l'opération Mar Verde, organisée au plus haut niveau par le gouvernement fasciste et colonialiste du Portugal.

Les colonialistes fascistes n'ont jamais renoncé à décapiter le PAIGC, jusqu'à éliminer physiquement son chef le 20 janvier 1973, dans le but d'arrêter la lutte de libération des peuples de Guinée-Bissau et du Cap-Vert. Mais leurs efforts ont été vains, comme l'histoire l'a montré.

Aujourd'hui, l'héritage d'Amílcar Cabral, révolutionnaire, patriote et internationaliste, constitue une contribution précieuse à la lutte des peuples pour la liberté, la souveraineté et l'indépendance, pour le progrès social, ainsi qu'un héritage de ceux qui ont lutté contre le régime fasciste et colonialiste portugais.

 Carlos Lopes Pereira

Voir « Les luttes de libération africaines ont conduit la révolution portugaise d'avril 1974 » sur workers.org/2016/06/25639/.

L'auteur, ancien membre du secrétariat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), écrit sur les événements africains pour Avante, le journal du Parti communiste portugais. Traduction : John Catalinotto.

 Traduction

 arretsurinfo.ch

 Commenter