Pas de sexe, pas d'alcool, pas de livres

par Miri Anne Finch

Non, il ne s'agit pas d'un simple appât à clics (bien que je sois curieux de voir si un tel titre suscite plus d'intérêt que mon offre moyenne...). Il s'agit d'une observation sur l'agenda actuel qui semble être sournoisement poussé par les ingénieurs sociaux.

Alors que la  Grande Révélation bat son plein, avec la suspension des armes biologiques à ARNm qui semble  imminente (et toutes les retombées explosives qui s'ensuivront), on pourrait être pardonné d'avoir négligé l'autre programmation sociale, relativement subtile, qui se fraie de plus en plus un chemin à travers l'opération psychologique de niveau militaire que sont les médias grand public.

Sur ma carte de bingo de l'apocalypse, je compte depuis longtemps la « prohibition » - mais pas seulement pour l'alcool, pour « l'amour » également. Cela vous semble être un peu trop de conspirationnisme ? Eh bien, décomposons les éléments constitutifs de mon titre définitivement-pas-pute à clics-parce-que-je-suis-sournoisement-shadow-bannie...

Tout d'abord, mes prédictions concernant l'interdiction de l'alcool :

J'en ai déjà parlé auparavant, et d'autres ont objecté, ce qui est compréhensible, « mais pourquoi les seigneurs obsédés par la dépopulation voudraient-ils interdire l'alcool alors que l'abus d'alcool contribue à tuer tant de gens ? ». Je réponds que c'est à cause du «   paradoxe de l'alcool », un phénomène qui fait que les gros buveurs vivent plus longtemps que les abstinents (oui, vous avez bien lu). L'abus d'alcool ou de toute autre substance est indiscutablement mauvais, et il y a évidemment des buveurs à problèmes qui doivent s'arrêter, mais il n'en reste pas moins que la consommation régulière d'alcool est liée à une longévité accrue. Cela semble s'expliquer par le fait que la consommation d'alcool est très souvent liée à une socialisation accrue - elle a souvent lieu dans des pubs, des fêtes, des pique-niques, etc. - et parce que les effets protecteurs de la connectivité sociale sur la santé sont  si puissants qu'ils contribuent à neutraliser bon nombre des dangers pour la santé associés à la consommation d'alcool - faisant de la consommation d'alcool et de la socialisation une activité statistiquement plus saine que l'abstinence seule.

Ainsi, puisque les seigneurs veulent que nous soyons aussi solitaires et isolés que possible (notamment parce que la solitude et l'isolement sont fortement prédictifs d'une  mort prématurée), l'un des principaux facilitateurs d'une socialisation régulière et soutenue en Grande-Bretagne - l'alcool - doit disparaître.

Sans alcool, le seul lien communautaire solide qui subsiste dans chaque ville britannique - le pub - s'effondrera. Les pubs peuvent essayer de se réinventer en tant que restaurants et cafés, mais ils n'auront pas le même attrait. Dans l'ensemble, les gens ne braveront pas les éléments au cœur de l'hiver et n'attendront pas toute la semaine pour s'entasser dans un Starbucks afin d'y boire quelques expressos vivifiants le vendredi soir. Ils choisiront plutôt de rester à la maison, d'économiser de l'argent, de regarder Netflix - comme le souhaitent les maîtres des lieux.

Les ingénieurs sociaux en ont après le pub depuis longtemps, déterminés à détruire l'atmosphère communautaire et la possibilité de créer des réseaux et de s'organiser que présente la culture du pub. Cela a commencé avec  l'interdiction de fumer, qui visait ostensiblement à protéger les clients des pubs contre le tabagisme passif - mais pourquoi une institution ouvertement engagée dans la réduction de la population voudrait-elle faire cela ? Comme toujours lorsque les classes dirigeantes font quelque chose, il y a deux raisons à cela : 1) la raison donnée au public pour la rendre acceptable, et 2) la vraie raison. Veuillez noter également que de nombreux spécialistes estiment que les risques du tabagisme passif ont été  largement exagérés.

La véritable raison de l'interdiction de fumer était de porter un coup dur à la culture des pubs dont elle ne pouvait pas se remettre - beaucoup de ses clients fumeurs préférant désormais rester chez eux où ils peuvent fumer librement, plutôt que de dépenser l'argent supplémentaire pour aller au pub et de devoir trembler dans le froid et la pluie chaque fois qu'ils veulent une cigarette (et nous sommes en Grande-Bretagne : il pleut toujours). La culture des pubs britanniques ne s'est jamais remise de cette interdiction, comme elle n'était pas censée le faire, et elle n'a cessé de décliner depuis.

Le coup catastrophique suivant porté à ce secteur a été le confinement, qui a immédiatement entraîné la  fermeture permanente de milliers de débits de boissons sous licence, qui n'ont pas pu continuer à remplir leurs obligations financières une fois qu'ils ont été interdits d'exploitation, et beaucoup d'autres ont fermé en suivant les « règles » absurdes lorsqu'ils ont été autorisés à rouvrir (vous vous souvenez que vous n'aviez pas le droit de prendre une boisson alcoolisée dans un pub à moins qu'elle ne soit accompagnée d'un «   repas substantiel » ?)

Des prescriptions aussi sévères n'avaient rien à voir avec la protection de la santé de la nation, puisque vous aviez toujours le droit de commander autant d'alcool que vous le souhaitiez à votre domicile - vous n'aviez simplement pas le droit de le consommer dans un cadre social en compagnie d'autres personnes avec lesquelles vous auriez pu discuter (peut-être de la tyrannie gouvernementale insensée sous laquelle vous viviez actuellement, et de ce que vous pouviez faire pour y remédier). Vous vous souvenez de l'époque où vous n'aviez pas le droit de vous mêler aux autres dans les espaces publics comme les pubs, mais deviez rester «   dans vos bulles » ? C'était une tentative explicite de l'État de détruire toute tentative de mise en réseau et d'organisation - car l'establishment est et a toujours été terrifié par le jour où la résistance s'organise correctement.

Lorsque les pubs ont finalement été autorisés à revenir à la normale, des dommages énormes et irréparables avaient été causés au secteur, de nombreux établissements ne parvenant déjà pas à survivre. Puis est arrivée la « crise du coût de la vie », qui a frappé les pubs avec le double coup de marteau d'une diminution de la clientèle, qui a moins de revenus disponibles à dépenser pour les loisirs, et de la montée en flèche des coûts pour les établissements eux-mêmes, en termes de factures d'énergie et de fournitures.

Nous sommes aujourd'hui dans une situation où  50 pubs ferment définitivement leurs portes chaque mois, et cette tendance ne s'inversera pas - elle s'accélérera, car la crise du coût de la vie continue de s'intensifier, et la pression financière exercée sur les pubs s'accroît, tandis que la clientèle diminue.

Bien sûr, les pubs ne sont pas le seul secteur confronté à cette crise (loin de là), mais ils la ressentiront de manière particulièrement aiguë, car lorsque des personnes à court d'argent cherchent à réduire leurs dépenses, l'une des premières choses à faire est de « sortir » moins.

C'est évidemment particulièrement vrai pour le « janvier sec », où, depuis des années, l'abandon de l'alcool pendant la période post-Noël est présenté comme une mesure judicieuse pour la santé, le tour de taille et le portefeuille. Tout au long du mois éponyme, la presse parle toujours de janvier sec, mais cette année, j'ai remarqué une différence très nette : la presse ne demande pas aux gens d'arrêter de boire pendant un mois seulement. Elle demande que cette abstention soit permanente.

« J'ai essayé le mois de janvier sec et maintenant je n'ai pas bu depuis trois ans », rapporte un « confessionnal » dans le  Daily Mail, qui présente un couple si abstinent qu'il n'a même pas servi d'alcool à son mariage.

« Le mouvement 99% de sobriété : faut-il maintenir le Dry January toute l'année ? » demande  The Guardian, nous avertissant solennellement qu'il n'existe pas de niveau de consommation d'alcool sans danger (et nous avons appris au cours de la pandémie avec quel degré de ferveur religieuse la presse de gauche considère le concept de « sécurité »).

Cela va de pair avec les nouvelles directives sanitaires publiées par le Canada, pays particulièrement despotique et tyrannique, selon lesquelles les gens ne devraient pas consommer plus de  1 à 2 boissons alcoolisées par semaine. Et oui, il s'agit du même Canada qui répond aux citoyens luttant contre le handicap ou la pauvreté en leur  proposant de les tuer, nous pouvons donc être certains que leurs nouvelles directives en matière de consommation d'alcool visent absolument à optimiser votre santé (sarcasme).

Le monde occidental est en train de diaboliser l'alcool et de promouvoir l'abstention totale, car une interdiction totale de l'alcool est imminente, pour la seule et simple raison que l'alcool facilite une trop grande socialisation qui peut conduire à la création de réseaux et à l'organisation, potentiellement contre le gouvernement. Au Royaume-Uni, il existe une longue et remarquable histoire de dissidents anti-établissement qui se réunissent et conspirent dans des pubs (en effet, le célèbre pub dont on dit qu'il est le lieu de naissance du plus célèbre dissident anti-état, Guy Fawkes, a même un «   menu du conspirateur »).

Même si certains pubs restent des établissements physiques, servant des boissons non alcoolisées, ce solide sentiment de communauté sera néanmoins perdu, car les clients à court d'argent ne paieront pas le prix fort pour un café dans un pub, alors qu'ils peuvent le boire chez eux pour un dixième du prix, tout comme les fumeurs ont cessé de payer des primes aux pubs, une fois qu'ils ne pouvaient plus y fumer. Lorsque ni boire ni fumer ne seront autorisés dans les pubs, la grande majorité des clients n'y iront plus.

L'effet d'entraînement est que, lorsque les pubs ne commanderont plus aux brasseries, qui dépendent du commerce des pubs pour une grande partie de leurs ventes, celles-ci s'effondreront également (comme beaucoup  l'ont déjà fait), et donc de moins en moins d'alcool sera en vente dans les magasins, et ce qui s'y trouve deviendra de plus en plus cher, ce qui fera que de moins en moins de gens l'achèteront. Toutes ces choses se combinent donc pour créer les conditions parfaites pour une interdiction totale de l'alcool. Notez que l'Afrique du Sud a déjà été complètement à sec à un moment donné de « la pandémie » - tout cela pour votre sécurité, bien sûr.

Voilà donc, je crois, comment et pourquoi ils vont se débarrasser de l'alcool (et des pubs).

Mais qu'en est-il des autres choses que j'ai mentionnées ? Une « interdiction du sexe » n'est-elle pas un peu, eh bien, tirée par les cheveux ?

Pas vraiment. Songez que, dans un passé très récent, on nous a appris à ne pas nous approcher à moins de deux mètres d'un autre individu, car c'était une perspective beaucoup trop dangereuse et porteuse de maladies, et que d'innombrables relations sexuelles sont devenues  carrément illégales car elles étaient considérées comme un trop grand risque pour la santé. Ainsi, les classes dirigeantes ont déjà réussi à faire entrer dans la tête de millions de personnes l'idée que les autres humains ne sont rien d'autre que des usines à microbes dégoûtantes qui pourraient vous transmettre une maladie mortelle si vous vous approchez trop près d'eux... alors comment cela se traduit-il pour l'avenir des relations intimes ?

Les programmateurs sociaux nous disent toujours ce qu'ils font bien à l'avance, alors regardez cette « scène de sexe » tirée de l'effroyablement prophétique « Demolition Man » de 1993 (et ne vous inquiétez pas, la scène peut être regardée sans danger dans un environnement public, car les personnages ne s'approchent pas à moins d'un mètre).

Demolition Man : Sandra Bullock fait découvrir le sexe 3D à Stallone ! - Vidéo Dailymotion

Avez-vous compris ce qu'a dit Mme Huxley, le personnage bien nommé de Sandra Bullock, en expliquant pourquoi l'intimité « traditionnelle » n'est plus autorisée ? Elle déclare explicitement :

« L'échange effréné de fluides corporels a été l'une des principales raisons de la chute de la société ».

Elle poursuit : « Après le SIDA, il y a eu le NRS. Après le NRS, il y a eu l'UBT... »

En résumé, une série de prétendues « pandémies » ont rendu le sexe (et même le baiser) trop dangereux pour être pratiqués, et ils ont donc été interdits.

C'est aussi ce à quoi s'emploient les ingénieurs sociaux d'aujourd'hui, et ils poussent actuellement ce programme avec le tout nouveau «   mois de sensibilisation au cancer du col de l'utérus » de janvier, au cours duquel on trouve dans la presse de nombreuses  histoires d'horreur sanglantes sur les réalités macabres associées à cette maladie (par ex, des opérations chirurgicales lourdes, telles que des hystérectomies complètes, simplement parce qu'une personne, qui ne présente aucun symptôme de maladie, est « positive » à un virus) - et la déclaration selon laquelle les seules femmes qui ne sont pas exposées à cette maladie sont celles qui n'ont  jamais eu de rapports sexuels (on leur dit qu'il existe toujours un risque mineur, mais qu'il est si faible qu'il ne vaut pas la peine de les soumettre à un dépistage systématique).

Les ingénieurs sociaux ont joué le jeu de la peur du cancer du col de l'utérus, comme ils le font toujours, et cela a commencé avec la disparition de la star de « Big Brother »  Jade Goody, qui a été utilisée pour effrayer la population en lui faisant croire que les filles de 12 ans (et plus tard les garçons) devaient toutes être « vaccinées » contre ce terrible tueur.

Cela a conduit au déclenchement de l'une des injections les plus inutiles et dangereuses jamais créées (jusqu'à aujourd'hui, bien sûr), le vaccin contre le VPH. Basée sur un postulat entièrement erroné et  non prouvé (le virus HPV provoque le cancer), cette arme biologique particulièrement agressive a entraîné des  souffrances indicibles chez les milliers de jeunes gens qu'elle a affectés.

Cette injection mutilante n'est pas seulement liée à toute une série de problèmes auto-immuns et de  fertilité, son introduction est également corrélée à une augmentation considérable du  cancer du col de l'utérus chez les jeunes.

Donc, pour faire simple : les classes dirigeantes ont créé une augmentation des cas de cancer du col de l'utérus (en partie en créant d'innombrables faux positifs avec leurs  tests ridicules et défectueux), et disent maintenant aux gens que la seule façon d'éviter ce terrible virus cancéreux tueur est d'  éviter complètement les rapports sexuels. Comme la presse actuelle s'efforce de le faire comprendre aux gens, même si vous n'avez eu qu'une seule relation monogame toute votre vie, vous êtes toujours « à risque ».

En réalité, vous êtes « à risque » de contracter un virus qui est presque toujours totalement bénin, qui est éliminé naturellement par l'organisme et dont il n'a  pas été prouvé de manière concluante qu'il provoque le cancer. Mais il est évident que l'idée de contracter un virus sexuellement transmissible qui semble lié au cancer, surtout lorsqu'il ressemble tellement au « VIH », est effrayante (et fait intentionnellement peur). Il n'y a donc qu'un seul moyen sûr d'atténuer complètement ce risque effrayant.

La prochaine génération est déjà préparée avec succès à une vie sans sexe, les adultes de la génération Z (dont les plus âgés ont aujourd'hui 26 ans) ayant beaucoup  moins de relations sexuelles que les générations précédentes, y compris les adultes qui ont actuellement entre 30 et 40 ans.

Mais pourquoi les classes dirigeantes voudraient-elles éloigner les masses du sexe, me direz-vous ? Pour la même raison qu'elles veulent les faire sortir du pub : parce que l'objectif est d'abolir la connexion humaine et les liens sociaux forts, et les relations intimes sont à la fois des liens et des connexions. Ils sont donc progressivement supprimés - une fois encore, tout comme l'interdiction de l'alcool - pour votre sécurité, bien sûr (après tout, vous ne voudriez pas contracter l'horrible et dégoûtant VPH, n'est-ce pas ? Ou le transmettre à quelqu'un d'autre, en lui infligeant une condamnation à mort potentielle ? Pourquoi être aussi égoïste et dégoûtant alors que vous pouvez recréer exactement les mêmes sensations avec un  casque VR hygiénique ?).

D'accord, me direz-vous, il y a peut-être une certaine crédibilité dans ces arguments, je peux en quelque sorte voir d'où vous venez... les classes dirigeantes veulent que nous soyons isolés et seuls, les pubs et les relations nous rendent moins isolés et seuls, donc ils sont la cible de la destruction. Mais... où se situe l'interdiction des livres dans tout ça ?

 Juste ici. C'est légitimement l'une des choses les plus terrifiantes que j'aie jamais lues dans les médias grand public (et je lis le Guardian quotidiennement, alors...), et on dirait qu'elle sort tout droit de l'Institut Tavistock, ce qui est probablement le cas.

Pour vous épargner l'horreur de la lecture de l'article dans son intégralité (qui décrit la possession de livres comme un « fétichisme extrême »), ce qu'il dit en gros, c'est que posséder des livres est une maladie névrotique de la classe moyenne qui doit être rapidement éradiquée en ne possédant qu'un seul tome à la fois, qui, dès qu'il est lu, doit être immédiatement transmis à quelqu'un d'autre.

«   Vous ne posséderez rien et serez heureux », vous vous souvenez ? Vous ne posséderez pas de livres, vous les louerez - brièvement, et un seul à la fois - et seulement ceux dont la lecture est socialement acceptable pour vous, bien sûr. Hé,  c'est pour votre sécurité.

Par une étrange synchronicité, quelques jours avant de lire cet article, je disais à mon co-résident que nous devrions faire des réserves de livres, parce que ce sont des artefacts physiques qui ne peuvent pas être manipulés et effacés comme le font les offres en ligne. Nous savons qu'« ils » se préparent à la grande réinitialisation, où ils refont complètement le monde, et chaque fois que des ingénieurs sociaux sournois ont tenté de le faire dans le passé, cela a toujours impliqué une grande réécriture de l'histoire. Ils le feront à nouveau, parce que - si les gens du futur doivent être « heureux » avec leur style de vie consistant à ne rien posséder, à vivre dans des SMART pods et à ne pas être autorisés à sortir de leurs  quartiers de 15 minutes - alors il est nécessaire qu'ils ne sachent pas qu'il y a eu quelque chose de différent, ou plutôt, qu'ils ne reçoivent pas une représentation précise de ce qu'étaient les choses quand elles étaient différentes.

Les livres physiques fournissent la preuve indélébile et sans ambiguïté qu'il y a eu un « avant » - et que cet « avant », la liberté relative dont nous jouissions avant « la pandémie », n'était pas le spectacle d'horreur envenimé par les maladies que les ingénieurs sociaux du futur tenteront de dépeindre.

« Demolition Man » en fournit un exemple parfait. Les habitants du futur fictif de « Demolition Man » considèrent le passé (les années 1990) avec dégoût et horreur, car ils pensent que les gens de l'époque étaient tous des bêtes immatures et avides, obsédés par le sexe et la violence et menant une vie primitive et dégénérée (je veux dire, je suppose que cela décrit bien le centre-ville moyen un samedi soir, mais quand même...).

Seule la classe des rebelles, les véritables hors-la-loi qui vivent dans la clandestinité, conservent une trace réelle de ce qu'était la vie à l'époque et comprennent pourquoi il est  si important de conserver la liberté - pourquoi nous devons préserver la liberté individuelle, avec tous les risques et les responsabilités que cela implique, plutôt que d'embrasser la forme ultime de la tyrannie, qui consiste à contrôler les gens « pour leur sécurité ». Notez dans « Demolition Man » que l'alcool, le sexe, la viande et les jurons sont tous illégaux - parce qu'ils sont mauvais pour vous, et les choses qui sont mauvaises, dit solennellement Lenina Huxley, ne sont pas bonnes, et doivent donc être interdites.

L'une des principales raisons pour lesquelles les ingénieurs sociaux veulent déplacer toute la culture en ligne, et pourquoi ils rendent cela si abordable (un mois d'abonnement à Netflix étant moins cher que l'achat d'un seul DVD), est qu'ils en ont alors le contrôle total et peuvent l'ajuster ou l'effacer à volonté. Votre bibliothèque virtuelle ou votre service de streaming en ligne peut être éliminé par simple pression sur un bouton, ce qui n'est pas le cas des représentations physiques de l'art et de la culture, en particulier des livres, qui ne sont absolument pas électroniques et ne dépendent pas du tout du « réseau » (même les DVD et les CD ont besoin d'appareils et d'électricité pour être lus, etc.)

C'est pourquoi le Guardian condamne maintenant la possession de livres en la qualifiant d'élitisme snob (la chose dont les lecteurs du Guardian craignent le plus d'être accusés), allant même jusqu'à déclarer que ne pas posséder de livres est (cette religion particulièrement à la mode dans ces milieux) une chose «   bouddhiste » à faire.

Le Guardian ne mentionne pas les « maux » liés au fait d'avoir des Kindles pleins à craquer ou une véritable bibliothèque de livres électroniques - seuls les tomes de type « démodé » représentent une névrose de surprivilégiés, apparemment, et ce pour les raisons que je viens d'évoquer : parce que les livres électroniques et les bibliothèques en ligne sont entièrement contrôlables - et effaçables. Les vrais livres ne le sont pas.

Ainsi, qui l'aurait cru : la monotonie sédentaire des banlieues d'antan - vivre avec un partenaire possédant une collection de vins et un bureau rempli de livres - deviendra la véritable rébellion libertine du futur...

source :  Miri AF

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter