26/01/2023 les-crises.fr  18 min #223034

La Cia utilise les renseignements d'un allié de l'Otan pour mener une campagne secrète de sabotage en Russie

La campagne implique des cellules dormantes de longue date que le service d'espionnage allié a activées pour entraver l'invasion de l'Ukraine par Moscou en menant une guerre secrète derrière les lignes russes.

Source :  Jack Murphy
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Préparée depuis des années, cette campagne est à l'origine d'un grand nombre d'explosions inexpliquées et d'autres mésaventures qui ont frappé le complexe militaro-industriel russe depuis l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par la Russie en février, selon trois anciens responsables du renseignement américain, deux anciens responsables militaires américains et une personne américaine qui a été informée de cette campagne. Les anciens responsables ont refusé d'identifier les cibles spécifiques de la campagne dirigée par la CIA, mais des ponts ferroviaires, des dépôts de carburant et des centrales électriques en Russie ont tous été endommagés dans des incidents inexpliqués depuis que le Kremlin a lancé son invasion à grande échelle de l'Ukraine en février.

Alors qu'aucun personnel américain n'est impliqué sur le terrain en Russie dans l'exécution de ces missions, des officiers paramilitaires de l'agence commandent et contrôlent les opérations, selon deux anciens responsables du renseignement et un ancien responsable militaire. Les officiers paramilitaires sont affectés au Centre d'activités spéciales de la CIA mais détachés au Centre de mission européen de l'agence, ont déclaré les deux anciens responsables du renseignement. Le recours à un service de renseignement allié pour donner à la CIA une couche supplémentaire de déni plausible a été un facteur essentiel dans la décision du président américain Joe Biden d'approuver les frappes, selon un ancien responsable des opérations spéciales américaines.

Bien que le commandement et le contrôle du programme de sabotage soient assurés par la CIA pour des raisons juridiques, l'allié de l'OTAN a son mot à dire sur le choix des opérations à mener, puisque ce sont ses hommes qui prennent les risques. Les sources ont à plusieurs reprises repoussé l'idée que l'allié de l'OTAN était un mandataire de la CIA, décrivant un partenariat étroit. L'allié européen dont les agents mènent la campagne de sabotage n'est pas nommé ici car cela pourrait mettre en danger la sécurité opérationnelle des cellules qui sont toujours opérationnelles en Russie.

Toute action secrète entreprise par les agences américaines doit être autorisée par une déclaration présidentielle. Après que la communauté du renseignement américaine a conclu que la Russie avait interféré avec l'élection présidentielle américaine de 2016, le président Barack Obama a signé une telle conclusion pour une action secrète contre la Russie avant de quitter son poste, selon le Washington Post. La conclusion impliquait la National Security Agency et le Cyber Command de l'armée, en plus de la CIA, et comprenait un plan visant à planter des « cyberarmes dans l'infrastructure de la Russie », selon le Post.

Cette conclusion de 2016 comprenait également des termes relatifs aux opérations de sabotage, selon un ancien fonctionnaire de la CIA. D'autres anciens responsables ont déclaré que la campagne de sabotage actuelle aurait nécessité soit une constatation entièrement nouvelle, soit un amendement à une constatation préexistante sur la Russie.

La porte-parole de la CIA, Tammy Thorp, a nié toute implication de l'agence dans la vague de mystérieuses explosions qui ont frappé les infrastructures de défense et de transport de la Russie en 2022. « L'allégation selon laquelle la CIA soutient d'une manière ou d'une autre les réseaux de saboteurs en Russie est catégoriquement fausse », a déclaré la porte-parole. En vertu du titre 50 du Code des États-Unis, qui autorise les actions secrètes, la CIA peut légalement nier l'existence de ces opérations à tout le monde, à l'exception de ce qu'on appelle le « Gang des Huit » - les présidents et les membres de la minorité de rang des commissions du renseignement du Congrès, le président et le chef de la minorité de la Chambre des représentants, et les chefs de la majorité et de la minorité du Sénat.

La campagne de l'allié de l'OTAN supervisée par la CIA n'est que l'une des nombreuses opérations secrètes menées par les pays occidentaux en Russie, selon deux anciens responsables des opérations spéciales américaines. Alarmés par l'invasion de la Russie en février, d'autres services de renseignement européens ont activé des réseaux de résistance dormants depuis longtemps dans leurs propres pays, qui ont à leur tour envoyé des agents en Russie pour y semer le chaos sans l'aide de la CIA, selon un ancien responsable militaire américain. En outre, comme cela a été largement rapporté, les services de renseignement et les forces d'opérations spéciales ukrainiens mènent leurs propres opérations derrière les lignes russes.

Les multiples campagnes de sabotage ont un impact, selon Mick Mulroy, un ancien officier paramilitaire de la CIA. « Je ne sais pas qui est derrière ces attaques, mais leur valeur est substantielle et sert des objectifs multiples, a-t-il déclaré. La Russie a eu beaucoup de mal à maintenir ses lignes d'approvisionnement logistiques. Ces attaques compliquent encore plus ses efforts pour approvisionner ses forces. »

Elles servent également à semer le doute dans les esprits du Kremlin, car elles montrent que le président russe Vladimir Poutine « n'a pas le contrôle de ce qui se passe dans son propre pays, a déclaré Mulroy. S'agit-il d'un programme secret, de Russes mécontents qui sabotent leurs propres installations, ou d'une pure incompétence des ouvriers ? Je ne le sais pas, et peut-être que le Kremlin ne le sait pas non plus. C'est important pour des autocrates paranoïaques. »

En effet, en refusant de s'attribuer le mérite d'actes individuels de sabotage commis par le service d'espionnage européen sous la direction de la CIA, les deux agences espèrent envoyer un message au Kremlin tout en envoyant les services de sécurité russes se démener dans toutes les directions pour trouver les coupables, selon un ancien responsable militaire américain. « Avec le sabotage et la subversion, il y a une composante psychologique », a déclaré l'ancien fonctionnaire.

« Il y a eu de nombreux incendies à travers la Russie au cours des derniers mois, en particulier dans des usines de fabrication d'armes et d'autres sites cruciaux », a déclaré l'analyste de la Russie Olga Lautman, membre non résident du Centre d'analyse de la politique européenne. « Les médias russes ont rapporté ces incendies comme des incidents distincts. Ils n'ont pas créé de propagande autour de ces incidents et les traitent comme des accidents. »

Par exemple, lorsqu'un bâtiment des forces de défense aérospatiale russes a brûlé fin avril, tuant plus de 20 personnes, les médias d'État russes ont rapporté que l'incendie avait été causé par un câblage défectueux. Mais le Kremlin comprend qu'il ne s'agit pas seulement d'incendies accidentels et d'accidents industriels, malgré ce que diffusent les médias officiels, selon un ancien responsable du renseignement américain.

Le chevauchement des diverses campagnes d'action secrète derrière les lignes russes a créé des problèmes pour les services d'espionnage occidentaux chargés de ces missions. Au cours de l'été, il est apparu clairement aux officiers de la CIA qu'il était de plus en plus nécessaire d'assurer la déconfliction entre leurs propres forces supplétives en Russie, selon deux anciens responsables militaires. De nombreux incidents ont eu lieu au cours desquels des lignes ferroviaires ou des lignes électriques ont été coupées et ont involontairement interféré avec d'autres missions, a déclaré l'un d'eux.

Pire encore, deux cellules de sabotage se sont compromises l'une l'autre alors qu'elles visaient la même cible, selon les deux anciens responsables militaires. Un agent est mort et un autre a été capturé lors de la fusillade qui a suivi avec les services de sécurité russes, ont-ils ajouté. Selon l'un des anciens responsables des opérations spéciales, beaucoup de travail a été accompli depuis lors pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent.

Extrait d'un manuel de sabotage militaire

Les racines de ces missions de sabotage à l'intérieur de la Russie sont profondes. Selon deux anciens responsables militaires, les services d'espionnage alliés ont installé certaines des caches d'explosifs et de matériel utilisés par ces cellules plus de dix ans auparavant. À l'époque, ce service d'espionnage agissait de manière unilatérale, sans aucune participation de la CIA, selon un ancien responsable des opérations spéciales américaines et une personne qui a été informée de la campagne de sabotage.

La CIA s'est impliquée en réaction à l'invasion partielle de l'Ukraine par la Russie en 2014. Après l'occupation par le Kremlin du territoire ukrainien de la Crimée et de certaines parties de l'Ukraine orientale, l'agence a commencé à planifier avec le service d'espionnage allié de pousser plus d'agents en Russie avec l'ordre de faire profil bas jusqu'à ce qu'ils soient nécessaires. La première de ces cellules dormantes sous le contrôle combiné de la CIA et du service d'espionnage allié s'est infiltrée en Russie en 2016, selon un ancien responsable militaire américain et une personne américaine qui a été informée de la campagne.

Au su de la CIA, le service d'espionnage allié a fourni aux agents infiltrés de la cellule dormante ce que la communauté du renseignement appelle des « légendes » - de fausses biographies qui expliqueraient leur présence en Russie - et les documents pour étayer ces histoires de couverture. Il existe également ce qu'un ancien responsable militaire a appelé « un vaste réseau » de sociétés écrans qui ont été créées en tant que plateformes pour soutenir ces opérations en coulisse. « Certaines d'entre elles remontent à près de 20 ans », a déclaré l'ancien responsable militaire.

Selon deux anciens responsables des services de renseignement, les deux agences se sont fixé comme priorité de veiller à ce que les agents disposent d'un déni plausible s'ils étaient découverts par les services de sécurité russes. Une autre priorité est de minimiser le risque pour les civils russes. « Une partie de leurs conseils de ciblage consiste à rester à l'écart des décès de civils », a déclaré un ancien responsable militaire.

Après les infiltrations de 2016, d'autres équipes se sont glissées en Russie au cours des années suivantes. Certaines ont introduit clandestinement de nouvelles munitions, tandis que d'autres se sont appuyées sur les caches existantes, selon deux anciens responsables militaires et une personne qui a été informée de la campagne de sabotage.

Deux jours avant l'invasion de l'Ukraine en février, le service d'espionnage allié par lequel la CIA mène la campagne de sabotage a utilisé un système de communication secret pour activer ses cellules dormantes à travers la Russie, selon un ancien responsable militaire et une personne qui a été informée de la campagne. Ces cellules se déplaçaient discrètement vers les caches de munitions enterrées dans le pays et déterraient les explosifs et autres matériels nécessaires aux opérations à venir. Après avoir inventorié et vérifié leur équipement, les agents attendaient l'ordre de frapper leurs cibles.

Lorsque les chars russes ont franchi la frontière ukrainienne le 26 février, les cellules dormantes étaient prêtes à agir.

Certaines des premières attaques de sabotage derrière les lignes russes ont eu lieu en dehors de la Russie, en Biélorussie, lorsqu'un « réseau clandestin de cheminots, de pirates informatiques et de forces de sécurité dissidentes » a commencé à attaquer les lignes ferroviaires reliant la Russie et l'Ukraine, selon le Washington Post. « À partir du 26 février, soit deux jours après le début de l'invasion, une succession de cinq attaques de sabotage contre des armoires de signalisation a entraîné l'arrêt presque complet du trafic ferroviaire », rapporte le Post, citant un ancien cheminot vivant aujourd'hui en Pologne.

Alors que la guerre en Ukraine se poursuit, certaines des équipes supervisées par la CIA et le service d'espionnage de l'allié de l'OTAN ont fait des allers-retours à travers les frontières internationales pour collecter davantage de munitions et effectuer des répétitions de missions, selon un ancien responsable militaire.

La CIA et l'unité d'élite des opérations spéciales du pays hôte ont supervisé certaines de ces répétitions de mission, qui ont lieu dans le pays d'origine du service d'espionnage allié, selon un ancien responsable militaire américain et une personne qui a été informée de la campagne. Le JSOC [Joint Special Operations Command, NdT] a également soutenu les opérations de sabotage avec des informations de ciblage provenant de plateformes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, telles que des drones, qui peuvent voir et entendre au plus profond de la Russie, ont-ils ajouté.

« Les équipes d'élite avec lesquelles nous avons les meilleures relations reçoivent presque toujours un soutien en matière de surveillance aérienne pour les grandes opérations de sabotage » derrière les lignes russes, a déclaré la personne qui a été informée de la campagne, ajoutant que certaines des plates-formes ISR [Intelligence, Surveillance, Reconnaissance, NdT] sont des modèles qui n'ont jamais été révélés publiquement. « Des drones dont nous n'avons pas encore connaissance traînent partout dans l'espace aérien ukrainien et russe », a déclaré cette personne.

Extrait d'un manuel de sabotage militaire

La CIA mène des opérations de sabotage depuis sa création en 1947. Pendant la Guerre froide, l'agence a planifié et exécuté de telles opérations de Cuba au Vietnam et dans toute l'Amérique centrale. Des missions similaires constituaient également un élément clé des plans de l'agence pour l'Europe occidentale, en cas d'invasion par l'Union soviétique.

Mais alors que ces plans pour une Europe occupée par les Soviétiques impliquaient des réseaux de partisans dits « Stay behind » - des civils menant une vie normale jusqu'à l'invasion de l'ennemi, à partir de laquelle ils s'activent pour commencer à mener des missions de sabotage et d'espionnage - la campagne actuelle en Russie ressemble davantage aux opérations de la CIA avant l'invasion de l'Irak en 2003.

Au cours de la période précédant cette invasion, les agents paramilitaires du Ground Branch de la CIA ont formé 70 cellules kurdes qu'ils ont ensuite déployées dans les parties de l'Irak contrôlées par Saddam Hussein, en ciblant les infrastructures. « Nous nous sommes retrouvés avec de nombreuses équipes opérant à l'intérieur de l'espace contrôlé par les Irakiens », a déclaré Sam Faddis, ancien officier des opérations de la CIA, qui a dirigé l'une des équipes de l'agence. Leurs activités comprenaient le déraillement d'un train de 90 wagons et l'explosion du bureau d'un officier de renseignement irakien. C'est une façon de dire « Allez vous faire voir, nous sommes là, c'est fini », a déclaré Faddis.

Si le sabotage peut sembler un concept dépassé, rappelant les exploits de T. E. Lawrence (« d'Arabie ») pendant la Première Guerre mondiale et du Bureau des services stratégiques (OSS) pendant la Seconde Guerre mondiale, il reste un outil pertinent pour perturber la logistique d'un ennemi et semer la confusion dans ses zones arrière.

Les lignes ferroviaires et électriques sont des cibles linéaires qui peuvent être détruites à l'aide d'explosifs et d'autres techniques. « Si les matériaux se sont améliorés, l'assemblage des lignes ferroviaires est resté essentiellement inchangé depuis l'invention des trains », écrit le major de l'armée Daniel Meegan dans sa thèse de 2020 de la Naval Postgraduate School intitulée « Breaking Other People's Toys: Sabotage in a Multipolar World » [Casser les jouets des autres peuples : sabotage dans un monde multipolaire, NdT].

Meegan a utilisé trois études de cas dans sa recherche : la campagne de Lawrence contre les Turcs pendant la Première Guerre mondiale, les opérations de l'OSS en Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale et l'activité terroriste intérieure du Weather Underground aux États-Unis dans les années 1970. Il conclut que ces opérations « montrent que de très petits groupes de saboteurs peuvent avoir un impact considérable sur des organisations ennemies beaucoup plus importantes. Cette utilisation de petites forces de sabotage a permis aux dirigeants et aux planificateurs de concentrer ailleurs leurs effectifs et leur matériel limités tout en présentant à leurs ennemis de multiples dilemmes. »

Extrait d'un manuel de sabotage militaire

Le gouvernement américain a gardé le silence sur les mystérieux incendies et explosions survenus en Russie. Mais l'Ukraine a harcelé le Kremlin sur les médias sociaux à propos de ces événements, suggérant plus d'une fois que des fumeurs négligents étaient responsables des incendies inexpliqués dans les installations militaires russes. Après qu'un mystérieux incendie ait détruit en août un dépôt de munitions russe à Belgorod, juste de l'autre côté de la frontière avec l'Ukraine, le compte Twitter du ministère ukrainien de la Défense a nargué Moscou en l'avertissant que « Fumer tue ! »

« Une autre détonation de munitions « à cause de la chaleur » dans la région de Belgorod en Russie », a raillé le ministère ukrainien de la Défense sur Twitter en août après l'annonce d'une explosion dans un dépôt de munitions à Belgorod. « Dans quelques mois, nous découvrirons si les munitions russes peuvent exploser à cause du froid. »

Les responsables ukrainiens ont également commencé à faire allusion à leur propre capacité à frapper des cibles avec des opérations de guérilla derrière les lignes ennemies - à la fois dans les parties occupées de l'Ukraine et en Russie. En août, un haut responsable ukrainien a déclaré au New York Times qu'une attaque contre une base aérienne russe en Crimée avait été menée par des « partisans » et qu'une « unité militaire d'élite » ukrainienne était responsable de l'explosion d'un dépôt de munitions russe dans la péninsule occupée.

« Il a été largement rapporté qu'après l'invasion de la Crimée en 2014, les services de renseignement américains ont lancé un solide programme de formation pour les forces d'opérations spéciales ukrainiennes. Il est probable que ces mêmes forces dirigent l'effort de ces opérations de sabotage en Crimée maintenant », a déclaré Mulroy.

Pendant ce temps, les explosions mystérieuses au cœur du territoire russe se poursuivent. Si ces actes de sabotage peuvent avoir un impact à la fois psychologique et substantiel sur l'offensive du Kremlin, ils risquent également d'entraîner une escalade du conflit entre le monde occidental et la Russie au-delà de la capacité d'estimation - ou de contrôle - des deux parties.

Jusqu'à présent, les cibles frappées par les agents dirigés par la CIA par l'intermédiaire des services d'espionnage alliés ont eu une valeur essentiellement tactique, plutôt que stratégique. Toutefois, le danger existe que les actes de sabotage, ainsi que les pertes sur le champ de bataille, puissent mettre Poutine au pied du mur et risquer une escalade nucléaire.

De telles frappes font savoir aux dirigeants russes qu'ils peuvent être frappés dans leur arrière-cour. Selon les observateurs, cela pourrait avoir un double effet : limiter les options militaires de la Russie tout en encourageant Poutine à intensifier le conflit. « Bien que leur valeur militaire puisse être débattue, de tels actes pourraient répondre aux plus grandes préoccupations de Poutine et avoir un impact considérable sur son calcul d'escalade », a déclaré Douglas London, ancien officier de la CIA.

Mais ces considérations ne doivent pas nécessairement empêcher les opérations secrètes, selon Michael Kofman, directeur des études sur la Russie au Center for Naval Analyses. « Il y a toujours le risque d'une erreur de calcul concernant les lignes rouges d'un adversaire, a déclaré Kofman. C'est un risque persistant, mais il doit être mis en balance avec les objectifs de chacun et les options probables de l'adversaire en matière de représailles. La clé est de naviguer dans un espace entre l'aversion au risque jusqu'à la paralysie et l'imprudence gratuite. »

À mesure que la guerre s'est prolongée, certains alliés de l'OTAN ont renoncé à soutenir des opérations derrière les lignes ennemies en Russie. Au fur et à mesure que la guerre évoluait, les implications politiques de ces opérations ont effrayé certains gouvernements, mais les États-Unis et leur principal allié de l'OTAN chargé des programmes de sabotage sont restés agressifs et tournés vers l'avenir.

Plus la guerre durera, plus il est probable que la campagne de sabotage deviendra effrontée, selon un ancien responsable des opérations spéciales, en particulier si Poutine passe à l'utilisation d'armes de destruction massive. « Comme nous devons envoyer un message plus fort à Poutine, vous pourriez voir des opérations à Moscou et dans d'autres villes clés », a déclaré l'ancien responsable.

Une note sur la publication de cet article :

Beaucoup se demanderont pourquoi un article de cette importance paraît sur mon site personnel plutôt que dans une publication prestigieuse. Je ne détaillerai pas l'ensemble du parcours de cet article pour le moment, mais je dirai qu'en travaillant avec des rédacteurs de publications grand public, on m'a demandé de faire des choses illégales et contraires à l'éthique dans un cas, et dans un autre cas, j'ai eu l'impression qu'un haut fonctionnaire de la CIA a pu modifier mon article en faisant des déclarations officieuses, avant qu'il ne divulgue une histoire au New York Times pour miner cet article.

Je ne reproche pas à la communauté du renseignement d'essayer de garder les opérations secrètes en dehors des journaux. C'est leur travail, et dans ce cas, ils ont été assez efficaces. Cependant, je reproche à la presse de ne pas avoir respecté les principes de base de son travail.

Cet article a fait l'objet d'une vérification rigoureuse des faits et a été jugé digne d'être publié comme les bombardements stratégiques du Laos et du Cambodge, ou la campagne secrète de drones de la CIA au Pakistan. Pourtant, il a failli ne jamais voir le jour. Les journalistes peuvent manquer de circonspection pour examiner comment leurs organisations en viennent à imiter les institutions du pouvoir auxquelles ils prétendent dire la vérité. À un moment donné, les relations qu'ils établissent avec la communauté du renseignement et les commandements militaires deviennent plus importantes que l'information du public.

En effet, le gouvernement russe sait parfaitement qui parraine ces actions de sabotage. De plus, la communauté du renseignement veut qu'il le sache. La seule partie laissée dans l'ignorance est le grand public, qui n'est pas conscient de la guerre de l'ombre qui se déroule dans les coulisses.

En fin de compte, j'ai eu l'impression qu'on me demandait de compromettre mon travail et de faire passer ma carrière avant ma propre intégrité.

Source :  Jack Murphy, 24-12-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter