05/02/2023 ismfrance.org  7min #223616

Blinken à Abbas : Obéis... ou pars

Al-Akhbar, 3 février 2023. Les détails des pourparlers du secrétaire d'État américain Antony Blinken dans les territoires palestiniens occupés se dévoilent peu à peu, et cela ne ressemble guère aux « bonnes paroles »  exprimées par Blinken à la suite de sa rencontre avec le président de l'AP Mahmoud Abbas.

Selon les informations d'Al-Akhbar, l'invité américain, qui tenait à apparaître comme le « commandant final », a lancé des avertissements explicites à Abbas contre toute escalade, lui disant grossièrement qu'il n'y a pas de temps maintenant pour discuter d'une solution au problème palestinien, et le menaçant de façon voilée de travailler pour le destituer s'il refuse de coopérer avec les Américains.

Une « coopération » que Washington ne peut envisager que sous la forme d'œuvrer à la création d'une force palestinienne équipée et entraînée pour combattre, opprimer et désarmer les résistants à Jénine, Naplouse et autres zones en feu, ce qui signifie d'une manière ou d'une autre pousser vers une guerre civile palestinienne, à laquelle les États-Unis ne voient aucune objection tant qu'elle est cohérente avec leur stratégie qui consiste à alimenter des conflits partout loin d'eux ou de leurs alliés.

En revanche, Mahmoud Abbas n'a rien à répondre à Blinken si ce n'est de le rassurer sur le souci de l'Autorité Palestinienne de calmer la situation et de lui demander de la soutenir pour qu'elle puisse résister et mener à bien ses missions « au maximum », bien qu'il ait accompagné ce qui précède en soulignant la gravité du comportement israélien et son rôle dans l'alimentation de la colère populaire, que Ramallah ne peut plus tolérer ni gérer.

Afin de compléter le tableau de l'impuissance des dirigeants palestiniens, l'information obtenue par Al-Akhbar porte sur la poursuite de la « coordination sécuritaire » sous tous ses formes, malgré l'annonce d'Abbas il y a quelques jours qu'il la suspendait en réponse au récent massacre du camp de Jénine.

Article original en arabe sur  Al-Akhbar / Traduction ISM

Le plan américain : Frapper les Palestiniens et gâter Israël

Ahmed AlAbd, 3 février 2023. Une partie du brouillard qui accompagnait l'initiative diplomatique américaine dans la région et les visites de responsables américains dans les territoires palestiniens occupés s'est dissipé, et il est clair que l'objectif principal de ces gestes est de tuer la résistance palestinienne émergente en Cisjordanie et d'assurer la sécurité d'Israël, cette « vache sacrée » que Washington n'a cessé de chercher à fortifier chaque fois que Tel-Aviv ne le fait pas, même si le prix à payer est maintenant de déclencher une guerre civile palestinienne.

Près d'un an après que l'armée d'occupation a lancé l'opération Breakwater pour éradiquer la résistance en Cisjordanie, qui semble avoir rebondi en un « tsunami » d'opérations commandos, dont la dernière vague a été les deux opérations à Jérusalem occupée, et en à la lumière de la prise de conscience de l'administration américaine que le gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu va provoquer une explosion de la situation, ses pontes se sont précipités dans la région pour tenter d'empêcher le déclenchement d'une nouvelle intifada palestinienne, surtout avant le mois de Ramadan, au cours duquel l'Occident et les cercles de sécurité israéliens s'attendent à assister à une escalade majeure.

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, qui s'est entretenu avant-hier avec Mahmoud Abbas pendant environ une heure à Ramallah, a fait pression sur le président de l'Autorité pour lui faire améliorer les performances de cette dernière dans le domaine de la « coordination sécuritaire » avec l'État d'occupation, et a utilisé dans cette mission les chefs des services de renseignement de Jordanie et d'Égypte, qui l'ont précédé au siège de la Muqata'a, et ont rencontré "Abu Mazen", dans une tentative de faciliter la tâche de l'invité américain, et convaincre Abbas d'accepter ses propositions ; celles-ci reprennent un plan de sécurité préparé par le coordinateur américain à Jérusalem, le général Michael Wenzel, et qui a été présenté à Tel-Aviv et à Ramallah il y a quelques semaines. Ce plan, à la lumière de ce qui en a été divulgué, semble parfaitement cohérent avec la stratégie de Washington consistant à déclencher des guerres et à alimenter les combats loin de son territoire ou du territoire de ses alliés, car il nécessite de restructurer les forces de sécurité palestiniennes, de les préparer à mener des opérations dans les zones du nord de la Cisjordanie, en particulier le camp de réfugiés de Jénine, la vieille ville de Naplouse ou toute autre zone palestinienne témoin d' « actes de rébellion », et à s'engager en face à face avec la résistance, voire avec des citoyens s'ils protestent contre ces pratiques, ignorant complètement tous les crimes de l'occupation et ses incursions quasi quotidiennes dans les villes palestiniennes et ses provocations répétées contre les lieux saints.

Ainsi, Washington affirme, avec beaucoup d'effronterie et d'arrogance, que le rétablissement du calme et de la sécurité en faveur d'Israël doit passer, d'une part, par une guerre civile palestinienne, et, d'autre part, par le renforcement du rôle de l'AP en tant qu'organe de sécurité agent de l'occupation, dont il veut s'assurer que ses soldats ne soient pas tués ou blessés lors de leurs incursions dans les villes palestiniennes, et que leurs attaques ne conduisent pas à une réaction de colère qui pourrait dégénérer en Intifada, ce qui est tout à fait dans la lignée des exigences de TelAviv et la rend entièrement satisfaite de la proposition américaine. Ce plan reflète l'essentiel de la vision américaine du rôle et de la fonction de l'autorité, en tant que simple « contractant » des services de sécurité, dont les frontières ont été stabilisées après la deuxième intifada, en reconstruisant les services de sécurité qui ont été complètement détruits, en les soumettant à des opérations d'entraînement et modifiant leur doctrine de sécurité selon un programme dirigé par le général Keith Dayton, tout en négligeant de proposer des programmes ou projets politiques.

À cet égard, Suleiman Bisharat, directeur du Centre Yabous de consultations et d'études stratégiques, a souligné que « les États-Unis recoupent la vision israélienne sur la question palestinienne, qui tourne autour d'une question de sécurité, loin de tout aspect politique » ajoutant, dans une interview à Al-Akhbar, que « la question palestinienne, qui s'appelait autrefois le conflit arabo-israélien, a été réduite à un conflit palestino-israélien, et maintenant elle est à nouveau éclipsée d'une question politique à une problème de sécurité. »

Bisharat a souligné que « les États-Unis considèrent l'autorité, depuis sa création, comme une autorité de facto et non comme une administration politique, et cette tendance s'est renforcée au lendemain de la deuxième Intifada, lorsque tous ses quartiers généraux et ses installations politiques et de sécurité ont été détruits, et jusqu'à présent marginalisée pour en faire une institution, un État, un système ou une entité politique, mais elle est plutôt traitée d'un point de vue purement de service ou d'un point de vue purement sécuritaire, et c'est ce que montre le plan. »

Il rappelle que « beaucoup de programmes et de projets financés par les Etats-Unis étaient favorables à une refonte de la doctrine sécuritaire des membres des services de sécurité, afin que les concepts d'identité palestinienne soient modifiés, dans le cadre de pressions directes opérations sur l'AP en tant qu'entité politique pour la vider de son contenu, à un moment où l'occupation consacrait sa vision de ce qu'elle veut que la Cisjordanie soit, en la soumettant à sa souveraineté. »

Article original en arabe sur  Al-Akhbar / Traduction ISM

 ismfrance.org

 Commenter