05/02/2023 mondialisation.ca  3min #223621

Libye: 12 ans de chaos « l'œuvre » de l'Occident et consorts

Par  Robert Charvin

Le recours à la force armée contre l'Ukraine fait consensus : conformément à la Charte des Nations unies, l'emploi unilatéral de la force contre la souveraineté d'un Etat est illégal.

Il est même prévu (Résolution 42/22 du 18 novembre 1987 des Nations unies) qu'« aucune considération, de quelque nature que ce soit, ne peut être invoquée pour justifier le recours à la force... ».

De plus, « tout acte d'ingérence dans les affaires intérieures d'un autre Etat » est une violation du droit international.

Concernant la Libye, l'Etat français, l'OTAN et quelques puissances d'argent (le Qatar et les pétroliers, par exemple) ont déclenché une guerre dévastatrice et poursuivent leurs ingérences multiformes depuis plus de 12 ans !

La Libye révolutionnaire avait été condamnée et celle des compromis, à partir de 2003, n'était pas jugée « fiable ». L'Occident a jugé, condamné, détruit le pays et assassiné son leader, après l'avoir accueilli à Paris et utilisé son argent ! Malgré ses collaborateurs sur le terrain, le peuple libyen réclame avant tout la paix, l'unité souveraine du pays et la mise à la porte de tous ceux qui se permettent de piller le pays et de décider pour lui !

Ni les violations des droits humains (notamment ceux des migrants), ni la corruption qui sévit, ni les affrontements armés périodiques qui ensanglantent le pays, n'affectent l'Occident qui se croit tout permis, comme à l'époque coloniale où les Italiens occupaient la Libye !

A l'heure où l'on dénonce les crimes de la Russie, la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne restent très indulgents pour eux-mêmes : les médias font silence sur le problème, après avoir menti systématiquement sur le régime de Kadhafi et sur ce qui a suivi (cf. Rony Brauman, Le Monde du 13 décembre 2011 ; les déclarations de Jean Ping, en août 2014, dans Le Monde diplomatique). Le rapport de l'ONG Human Rights Watch (16 octobre 2012) retrace l'exécution de Mouammar Kadhafi, permise par un pilote français de l'escadron 3/3 Ardennes depuis son Mirage 2000-D.

Jean-Yves Le Drian, lorsqu'il était ministre, a applaudi le Président tchadien Idriss Deby (16 décembre 2014) déclarant qu'en entrant en guerre en Libye, « l'objectif de l'OTAN était d'assassiner Kadhafi-cet objectif a été atteint. »

La force de frappe de l'Occident demeure sans rivale : le budget militaire des Etats-Unis est dix fois supérieur à celui de la Russie et l'OTAN se déploie sur tous les continents. Seule la propagande du style Bernard-Henri Levy ose affirmer que le monde occidental est menacé et en position de faiblesse. Elle est aussi capable, après une décennie, d'imposer le silence sur la question libyenne, de fabriquer l'indifférence du plus grand nombre et de tenter de recoloniser le Maghreb, le Machrek et le continent africain.

Mais l'Histoire continue : aucun empire n'est éternel, pas même celui du dollar, de l'euro ou des pétroliers !

Robert Charvin

Robert Charvin, ancien avocat au barreau de Nice, a été doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Nice-Sophia-Antipolis. Il est l'auteur de nombreux ouvrages universitaires et littéraires.

La source originale de cet article est  La voix de la Libye

Copyright ©  Robert Charvin,  La voix de la Libye, 2023

 mondialisation.ca

 Commenter