13/03/2023 arretsurinfo.ch  7 min #225470

« La destruction des gazoducs Nord Stream est un acte de terrorisme international »

Prof. Jeffrey Sachs and Ray McGovern address UN Security Council on Nord Stream investigations

Déclaration du professeur Jeffrey D. Sachs lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la destruction du gazoduc Nord Stream le 21 février 2023

Jeffrey Sachs

Je m'appelle Jeffrey D Sachs *. Je suis professeur agrégé à l'Université de Columbia. Je suis un expert de l'économie mondiale, y compris du commerce mondial, de la finance, des infrastructures et de la gouvernance économique. Je comparais devant le Conseil de sécurité de l'ONU en mon propre nom. Je ne représente aucun gouvernement ou organisation dans mon témoignage

La destruction du Nord Stream

Les pipelines du 26 septembre 2022 constituent un acte de terrorisme international et constituent une menace pour la paix. Il est de la responsabilité du Conseil de sécurité de l'ONU de déterminer qui a pu commettre l'acte afin de traduire l'auteur devant la justice internationale, demander réparation pour les blessés et prévenir de tels actes à l'avenir.

Les conséquences de la destruction de Nord Stream 2sont énormes. Il s'agit non seulement des énormes pertes économiques liées aux gazoducs eux-mêmes et à leur utilisation future, mais aussi de la menace accrue qui pèse sur les infrastructures transfrontalières de toutes sortes : câbles Internet sous-marins, gazoducs internationaux pour le gaz et l'hydrogène, transport d'électricité transfrontalier, offshore parcs éoliens et bien plus encore. La transition énergétique verte mondiale nécessitera d'importantes infrastructures transfrontalières, y compris dans les eaux internationales. Les pays doivent pouvoir être sûrs que leur infrastructure ne sera pas détruite par des tiers. Certains pays européens ont récemment exprimé leur inquiétude quant à la sécurité de leurs infrastructures offshore.

Pour toutes ces raisons, l'enquête sur les explosions au Gazoduc Nord Stream par le Conseil de sécurité des Nations Unies une haute priorité mondiale.

La destruction des pipelines Nord Stream a nécessité un très haut niveau de planification, d'expertise et de capacité technologique. Les gazoducs Nord Stream 2 sont une merveille d'ingénierie. Chaque section de tuyau est constituée d'acier laminé de 4,5 cm d'épaisseur et a un diamètre intérieur de 1,15 mètre. Les tuyaux sont encastrés dans du béton de 4,3 pouces d'épaisseur. Le poids de chaque section de tuyau revêtue de béton est de 24 tonnes. Les pipelines Nord Stream 2, longs d'environ 1 200 kilomètres, contiennent environ 200 000 tuyaux. Les pipelines reposent sur le fond marin.

La destruction d'un pipeline en acier laminé lourd encastré dans du béton à une profondeur de 70 à 90 mètres nécessite une technologie sophistiquée pour le transport des explosifs, la plongée pour installer les explosifs et la détonation. Le fait que cela se passe sans être détecté dans les zones économiques exclusives du Danemark et de la Suède rend l'opération encore plus complexe. Comme l'ont confirmé plusieurs hauts responsables, une telle action doit avoir été menée par un acteur étatique.

Seule une poignée d'acteurs étatiques ont à la fois la capacité technique et l'accès à la mer Baltique pour mener à bien cette action. Il s'agit notamment de la Russie, des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Pologne, de la Norvège, de l'Allemagne, du Danemark et de la Suède, individuellement ou en combinaison. L'Ukraine ne dispose pas des technologies nécessaires et n'a pas accès à la mer Baltique.

Selon un récent rapport du Washington Post, les agences de renseignement de l'OTAN ont conclu qu'il n'y a aucune preuve que la Russie a mené l'action. Cela est également cohérent avec le fait que la Russie n'avait aucun motif apparent pour perpétrer cet acte de terrorisme contre sa propre infrastructure critique. En fait, la Russie est susceptible d'engager des coûts importants pour réparer les pipelines.

Trois pays auraient des enquêtes sur Nord Stream-Terrorisme réalisé : Danemark, Allemagne et Suède. Vraisemblablement, ces pays en savent long sur les circonstances de l'attaque terroriste. La Suède en particulier a peut-être le plus à dire au monde sur la scène de crime sur laquelle ses plongeurs ont enquêté. Mais au lieu de partager ces informations dans le monde entier, la Suède a gardé secrets les résultats de son enquête vis-à-vis du reste du monde. La Suède a refusé de partager ses conclusions avec la Russie et a rejeté une enquête conjointe avec le Danemark et l'Allemagne. Dans l'intérêt de la paix mondiale, le Conseil de sécurité de l'ONU devrait demander à ces pays de transmettre immédiatement les résultats de leurs enquêtes au Conseil de sécurité de l'ONU.

Jusqu'à présent, il n'y a qu'un seul rapport détaillé sur la destruction de Nord Stream, qui a été récemment soumis par le journaliste d'investigation Seymour Hersh et qui serait basé sur des informations divulguées à Hersh par une source anonyme. Hersh attribue la destruction de Nord Stream à une décision ordonnée par le président américain Joe Biden et exécutée par des agents américains dans une opération secrète que Hersh détaille. La Maison Blanche a qualifié le récit de Hersh de "complètement et totalement faux", mais n'a fourni aucune information pour contredire le récit de Hersh, ni n'a proposé d'explication alternative.

De hauts responsables américains ont témoigné avant et après la destruction du Nord Stream ont fait des déclarations qui ont révélé l'aversion des États-Unis pour les pipelines. Le 27 janvier 2022, la sous-secrétaire d'État Victoria Nuland a tweeté : "Si la Russie envahit l'Ukraine, Nord Stream 2 n'ira pas de l'avant de toute façon." Le 7 février 2022, le président Biden a déclaré : « Si la Russie envahit à nouveau, Nord Stream 2 aura disparu. Nous allons mettre un terme à cela."Lorsque le journaliste lui a demandé comment il procéderait, il a répondu :"Je vous promets que nous le ferons."

Le 30 septembre 2022, immédiatement après l'attaque terroriste contre l'oléoduc, le ministre des Affaires étrangères Antony Blinken a déclaré que la destruction de l'oléoduc « est aussi une énorme opportunité. C'est une formidable opportunité de mettre fin une fois pour toutes à la dépendance à l'énergie russe, privant ainsi Vladimir Poutine de l'énergie d'armement comme moyen de faire respecter ses plans impériaux." Le 28 janvier 2023, le sous-secrétaire Nuland a déclaré au sénateur Ted Cruz : « Je suis, et je pense que le gouvernement est, très heureux de savoir que Nord Stream 2 est maintenant, comme vous le dites, un tas de métal sur le fond marin. »

Un tel langage n'est pas du tout approprié face au terrorisme international. J'espère que les États-Unis, avec tous les autres membres du Conseil de sécurité, condamneront cet acte odieux de terrorisme international et travailleront ensemble pour une enquête urgente sur ce crime international, dirigée par le Conseil de sécurité de l'ONU, afin de découvrir la vérité. Le monde ne connaît pas encore la vérité, mais elle doit être expérimentée.

Plus que jamais, le monde dépend du Conseil de sécurité de l'ONU pour faire son travail afin d'empêcher l'escalade d'une nouvelle guerre mondiale. Le monde ne sera en sécurité que lorsque les membres permanents travailleront ensemble diplomatiquement pour résoudre les crises mondiales, notamment la guerre en Ukraine et la montée des tensions en Asie de l'Est. Le Conseil de sécurité de l'ONU fournit le cadre mondial unique pour ce travail de rétablissement de la paix. Plus que jamais, nous avons besoin d'un Conseil de sécurité des Nations Unies sain et fonctionnel, remplissant la tâche qui lui est assignée dans la Charte des Nations Unies.

Une étude objective du Nord Stream- Le terrorisme par l'intermédiaire du Conseil de sécurité de l'ONU, où tous les pays apportent leurs connaissances, est important pour la confiance mondiale dans cet organe et, plus important encore, pour la paix mondiale et le développement durable. •

Jeffrey David Sachs

* Jeffrey David Sachs est un économiste américain. Il est directeur du Réseau des solutions de développement durable des Nations Unies. De 2002 à 2016, il a été directeur de l' Earth Institute à l'Université de Columbia et de 2002 à 2006, il a été conseiller spécial sur les objectifs du millénaire pour le développement auprès du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, conseiller auprès du FMI, de la Banque mondiale, de l'OCDE, de l'OMC. et le PNUD.

Source :  jeffsachs.org

(Traduction  Zeit-fragen.ch)

 arretsurinfo.ch

 Commenter