L'Indonésie, invisible mais présente dans le Pacifique

Peter Logghe

Source: Nieuwsbrief Deltapers, No. 178, Mars 2023

On connaît les grands acteurs géopolitiques dans et autour du Pacifique : la Chine bien sûr, et le Japon, Taiwan et l'ex-Indochine française, l'Inde, l'Australie. L'Indonésie n'est quasiment jamais citée dans la liste des "grands acteurs géopolitiques", alors que, par sa population et sa situation géographique unique, elle sera plus que décisive dans cette partie du monde, le sud-est de l'Asie en d'autres termes. Plusieurs géopolitologues prédisent déjà que les plus grandes tensions mondiales risquent de se produire dans cette région. Nous nous appuyons pour les données factuelles sur une récente contribution du Prof. Em. Jean-Marc Holz (Université de Perpignan) dans la revue française de géopolitique Conflits (n° 44, page 33 et suivantes).

L'Indonésie, avec ses 275,8 millions d'habitants, est le 4ème pays le plus peuplé de la planète, et c'est le plus grand pays musulman du monde. Son territoire comprend plus de 16.000 îles. Sa situation géographique est d'une importance exceptionnelle: elle est à la fois pont entre deux continents (Asie et Océanie) et à cheval sur deux océans, l'océan Indien et l'océan Pacifique. Le fait que le pays soit passé inaperçu sur la scène internationale peut être attribué aux options politiques prises après la déclaration d'indépendance du 17 août 1945. L'Indonésie a été le premier pays à se libérer d'une puissance coloniale (les Pays-Bas), et c'est peut-être pour cette raison qu'elle a choisi une politique étrangère indépendante dès le départ. Ce n'est pas un hasard si l'Indonésie, avec l'Inde, a pris la tête du mouvement des non-alignés.

Une position d'indépendance internationale comme condition pour maintenir l'unité du pays ?

Le fait est, écrit le professeur Jean-Marc Holz, que la jeune république indépendante n'a pas eu la vie facile et a dû faire face à toutes sortes de mouvements séparatistes (Java Ouest, Sulawesi, Moluques, etc.), en plus des poussées d'un puissant parti communiste (avec 6 millions de membres à l'époque), et de toutes sortes d'États islamiques. Les Américains ont tenté de toutes leurs forces de rallier l'Indonésie à leur cause dans la lutte contre l'avancée du communisme. Sukarno a tenu l'Indonésie à l'écart de ces défis internationaux et s'est efforcé de maintenir l'unité du pays. Suharto prend le pouvoir par un coup d'État militaire le 30 septembre 1965 et exerce des représailles contre les Chinois de l'île et les communistes du PKI, tenus pour responsables des troubles locaux et du coup d'État militaire qui s'en est suivi. Suharto rompt avec la tradition de rapprochement avec la Chine de Sukarno et interdit le PKI.

En août 1967, l'ANASE est créée et Jakarta en prend la direction, avec un double objectif : l'intégration économique régionale et l'arrêt de l'expansion communiste en Asie. Une dictature règne en Indonésie, mais elle fait croître l'économie comme jamais auparavant : entre 1965 et 1998, le PIB passe de 58,1 milliards de dollars à 430 milliards de dollars. Pourtant, les vieux démons restent actifs: en 1975, c'est la guerre civile au Timor, et le pays devient lentement mais sûrement la proie d'une islamisation croissante sous l'influence de prédicateurs salafistes arabo-yéménites. Le régime militaire, impliqué dans de nombreuses affaires de corruption, tombe en 1998. Un musulman modéré, A. Wahid, arrive au pouvoir et tente de fédérer les différents courants conflictuels autour de sa politique, mais les trois démons restent à l'œuvre: la corruption, les mouvements séparatistes et, surtout, l'islamisation rampante de la société indonésienne. Entre 1998 et 2001, elle a recensé 50 attentats (majoritairement islamistes).

Importance géopolitique de l'Indonésie

L'Indonésie est en quelque sorte la gardienne de plusieurs détroits stratégiques entre l'Asie, l'Europe et le Moyen-Orient, et elle occupe un rôle clé dans le Pacifique. Le détroit de Malacca est le fer de lance du commerce maritime international, avec 85.000 passages par an, 2 milliards de tonnes de trafic, dont une part particulièrement importante de pétrole du Moyen-Orient. Il représente 80 % de l'approvisionnement en pétrole de la Chine ! Il y a aussi les détroits de Probe, d'Ombai et de Wetar. Une région que la Chine lorgne également, la superpuissance asiatique ayant tenté d'installer un radar au Timor.

Outre sa position stratégique, les matières premières constituent également un atout majeur : gaz, caoutchouc naturel, biogaz, charbon et nickel (l'Indonésie est le premier exportateur mondial de nickel).

Jusqu'à présent, l'Indonésie a réussi à se tenir à l'écart de la surenchère sino-américaine, s'entêtant à maintenir sa neutralité. L'Indonésie se réfère toujours au non-alignement comme principe directeur et le met en œuvre dans la sphère économique : dans tous les secteurs économiques, les entreprises sont entourées de holdings d'État.

L'Indonésie compte 7 millions de Chinois sur son territoire. La Chine inonde l'île d'investissements et a supplanté le Japon comme principal partenaire commercial de l'Indonésie. Au sein de l'ONU, l'Indonésie semble parfois suivre la Chine : elle a par exemple voté contre l'ouverture d'une enquête sur la question des Ouïgours. L'Indonésie considère la montée en puissance économique de la Chine comme une opportunité plutôt que comme une menace. Par exemple, les sociétés chinoises d'Internet Huawei et ZT ont pu s'imposer en Indonésie comme les principaux opérateurs de la transformation électronique dans l'archipel.

Mais en même temps, l'Indonésie se rapproche des États-Unis en termes de politique de sécurité, affirme le professeur émérite Jean-Marc Holz. L'offre militaire de Washington est importante et les dépenses militaires de l'Indonésie augmentent, tandis que l'archipel porte une attention particulière à son indépendance : il n'y a pas de bases militaires étrangères sur son territoire. En 2015, par exemple, l'Indonésie s'est engagée dans un partenariat stratégique global avec les États-Unis. On pourrait dire que c'est le reflet de l'accord conclu par l'Indonésie avec la Chine en 2005. Le peuple indonésien semble s'accommoder de cette position de non-alignement : la seule question est de savoir combien de temps cet État stratégiquement important d'Asie du Sud-Est sera capable de résister aux pressions extérieures. Combien de temps l'Indonésie restera-t-elle ce "géant invisible", comme l'indique le titre de la contribution du professeur Holz ?

Peter Logghe

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter