25/03/2023 reseauinternational.net  3min #226067

« L'Onu cessera d'exister, le diktat des pays anglosaxons a pris fin »

« L'ONU cessera d'exister, le diktat des pays anglo-saxons a pris fin » (l'ancien président russe et vice-président du Conseil de sécurité russe Medvedev)

« Le monde a changé. Cela a changé aussi radicalement que je n'aurais jamais pu l'imaginer il y a quelques années à peine. Il n'y a pas de retour en arrière. Les choses ne seront plus les mêmes qu'avant. Pour le meilleur ou pour le pire, je ne sais pas, mais c'est plus probable pour le mieux. »

« Le diktat des pays anglo-saxons a pris fin, du moins en vertu des événements qui se déroulent actuellement ». Les institutions doivent aussi changer, certaines d'entre elles sont des ordures (ou fonctionnent comme des ordures).

En fait, elles [les Nations unies] restent la plateforme [internationale] la plus importante. Mais je suis inquiet de certains développements là-bas, car il y a de fortes chances que l'ONU répète le triste sort de son prédécesseur, la Société des Nations. Le niveau de politisation au sein de l'ONU est maintenant hors limite.

Des tentatives sont constamment faites pour promouvoir l'idée de tout réformer, y compris le Conseil de sécurité, et de priver les nations clés de leurs droits de veto, ce qui, en fait, est le résultat de la Seconde Guerre mondiale. Si quelque chose comme cela se produit, alors, à mon avis, l'ONU cessera d'exister, aussi triste que cela puisse paraître.

Que se passera-t-il ensuite ? Je ne sais pas, mais il est évident qu'une ère d'accords régionaux, tels que les BRICS, l'OCS et les relations bilatérales, approche. À certains égards, cela peut même ressembler à un pas en arrière. « Mais mieux vaut un tel pas en arrière qu'une tentative de simuler l'unanimité sous les auspices de l'ONU ou d'une autre agence. Les institutions internationales vont donc changer. »

***

en prime

« S'il est nécessaire d'aller à Kiev et Lviv, nous irons à Kiev et Lviv » (Medvedev)

L'ancien président russe et vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, sur les conditions de la fin de l'opération militaire spéciale :

« La Fédération de Russie n'est pas en guerre avec l'Ukraine, ni avec le régime ukrainien semi-nazi ou nazi ; notre pays est en guerre avec les 3,6 millions de membres de l'armée de l'OTAN. Ils sont impliqués, bien sûr, dans un tel conflit hybride et, en fait, ils ne le cachent plus. Et avec une population de 800 millions de personnes qui fournissent du matériel, des moyens de destruction et de l'argent au régime de Kiev, Il est nécessaire d'atteindre tous les objectifs qui ont été fixés pour protéger nos territoires, c'est-à-dire les territoires de la Fédération de Russie. Expulser tous les étrangers qui s'y trouvent au sens large du terme, créer une zone tampon (bande sanitaire) qui ne permettra l'utilisation d'aucun type d'armes fonctionnant à moyenne et courte distance, c'est-à-dire 70-100 kilomètres, pour la démilitariser, si nous parlons de la composante militaire. Et si cela s'avère insuffisant, alors nous devrons prendre d'autres décisions. Rien ne peut être exclu ici. S'il est nécessaire d'aller à Kiev, alors nous irons à Kiev ; s'il est nécessaire d'aller à Lviv, alors nous devrons aller à Lviv,afin d'exterminer cette contagion. »

source :  Bruno Bertez

 reseauinternational.net

 Commenter