24/05/2023 arretsurinfo.ch  5 min #228915

La Russie survit à l'attrition de l'ensemble de l'Otan

L'anxiété croissante des États-Unis face à la Russie qui survit à l'attrition de l'ensemble de l'OTAN

Il est fort possible que les Chinois soient réellement perplexes face à la stratégie des États-Unis et de l'Europe. Pourquoi les États-Unis ne se retirent-ils pas maintenant de la guerre en Ukraine?

Par Alastair Crooke

Le président Macron et la présidente de la Commission européenne, Mme Ursula von der Leyen, sont de retour de Chine. Leur visite a donné lieu à peu de résultats tangibles (à l'exception de quelques contrats pour des entreprises françaises), mais l'ambiance était terrible. Mme von der Leyen aurait d'ailleurs écourté son voyage.

Le président Xi s'est montré aussi courtois et patient que d'habitude, mais même lui n'a pas pu cacher sa perplexité, alors que M. Macron ne cessait de parler de la responsabilité de la Chine de faire reculer le président Poutine à propos de l'Ukraine. La frustration de Xi s'est manifestée clairement lorsque Macron n'a pas semblé entendre sa réponse répétée selon laquelle la Russie et l'Ukraine ont leurs propres préoccupations en matière de sécurité et que « non », la Chine n'est pas sur le point d'intervenir dans le conflit. Cependant, M. Macron a persisté - et longuement.

En quoi consistait donc cette visite ?

Eh bien, elle était essentiellement liée au fait que le secrétaire d'État Blinken n'a pas été en mesure de réorganiser la visite à Pékin qu'il avait annulée à la suite de l'abattage par les États-Unis d'un ballon météorologique chinois. La Maison Blanche n'a pas non plus été en mesure de programmer un appel téléphonique entre les présidents Biden et Xi. Pékin n'a pas répondu à ces deux demandes.

Macron a donc répondu à une invitation plus ancienne à se rendre à Pékin, et Von der Leyen s'est jointe à lui pour montrer la « solidarité » de l'UE (mais elle a été largement ignorée).

En apparence, le message de Macron était que la France souhaitait maintenir certains liens commerciaux avec la Chine (en dépit des pressions américaines visant à isoler la Chine sur le plan économique), mais les deux Européens ont voyagé essentiellement en tant qu'émissaires américains.

Leur mission a été bien comprise par la Chine. L'ancien rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin, proche de la pensée du Comité central, a succinctement résumé ce sentiment en nous donnant une vue d'ensemble :

« Les États-Unis affirment à plusieurs reprises que la Chine s'apprête à fournir une »aide militaire létale« à la Russie dans le cadre du conflit en cours en Ukraine. La Chine a fermement démenti ces allégations : je pense que les États-Unis se livrent à une »accusation préventive« pour empêcher la Chine de peser dans le conflit.

La guerre en Ukraine dure depuis plus d'un an : et selon les calculs précédents de l'Occident, la Russie aurait déjà dû s'effondrer. Ils ne s'attendaient pas à ce que la Russie puisse encore tenir jusqu'à présent - et ces derniers jours, la Russie progresse dans l'encerclement de Bakhmut, une plaque tournante clé pour la route d'approvisionnement des troupes ukrainiennes.

Il s'agit d'une guerre d'usure entre la Russie et l'Occident. L'Ukraine fournit les troupes. Elle reçoit toutes ses fournitures militaires, y compris les munitions, de l'OTAN. Et alors que l'OTAN est censée être beaucoup plus forte que la Russie, la situation sur le terrain ne semble pas le montrer - c'est pourquoi elle suscite l'inquiétude de l'Occident.

L'Occident a eu beaucoup plus de mal que prévu à vaincre la Russie. Ils savent que la Chine n'a pas fourni d'aide militaire à la Russie. Mais la question qui les hante est la suivante : si la Russie seule est déjà si difficile à gérer, que se passera-t-il si la Chine commence réellement à fournir une aide militaire à la Russie, en utilisant ses énormes capacités industrielles au profit de l'armée russe ? La Russie seule... est plus qu'à la hauteur de l'Occident collectif. Si l'Occident force réellement la Chine et la Russie à s'allier militairement, la menace qui les hante est que l'Occident ne pourra plus faire ce qu'il veut. La Russie et la Chine, ensemble, auraient le pouvoir de contrôler les États-Unis. »

En résumé, Hu Xijin exprime ce paradoxe : les États-Unis et l'Europe savent que la Chine ne fournit aucune aide militaire. Selon la Chine, la Russie se débrouille très bien pour faire face à l'ensemble de l'Occident en Ukraine, toute seule. Elle n'a donc pas besoin de l'aide de la Chine, alors pourquoi les États-Unis ont-ils effectivement poursuivi une politique visant à forcer « la Chine et la Russie à se donner la main » ?

La réponse, selon Hu, est que si la Chine et la Russie s'unissaient militairement, cela constituerait un changement de paradigme. L'hégémonie américaine ne pourrait plus agir à sa guise. La Russie et la Chine auraient ensemble le pouvoir de contrôler les États-Unis, chaque fois qu'ils dépasseraient leurs limites.

Il est fort possible que les Chinois soient réellement perplexes face à la stratégie des États-Unis et de l'Europe : pourquoi les États-Unis ne se retirent-ils pas maintenant de la guerre en Ukraine ? En effet, si l'Occident poursuit l'escalade, avec un soutien militaire de plus en plus important de l'OTAN, que se passerait-il si la Chine et la Russie finissaient par « se donner la main » sur le plan militaire ? Bang ! Un changement de paradigme sera opéré.

Les États-Unis veulent-ils cela ? Il est clair que non. Il en résulterait une humiliation des États-Unis et de l'OTAN. Alors, pourquoi persister dans un projet qui semble devoir mal se terminer - et qui, honteusement, sacrifie tant de vies ?

Existe-t-il une stratégie non perçue ou s'agit-il simplement d'être dans une « optique » présidentielle américaine favorable en 2024, indépendamment de la stratégie, c'est-à-dire de placer un « look » présidentiel à court terme au-dessus d'une perte stratégique américaine à long terme ?

Alastair Crooke

Source:  Al Mayadeen

Traduction arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter