20/06/2023 les-crises.fr  24 min #230101

 Les 100 ans de Henry Kissinger : Stratège mondial et criminel de guerre ?

L'héritage d'Henry Kissinger : bombardements secrets, espionnage illégal, soutien aux dictatures et massacres

À l'occasion du 100e anniversaire d'Henry Alfred Kissinger, paraît un dossier confidentiel concernant son héritage controversé. Les archives révèlent le rôle de Kissinger dans les campagnes secrètes de bombardement au Cambodge, l'espionnage domestique illégal, le soutien aux dictateurs et les guerres sales à l'étranger.

Source :  National Security Archive
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Washington, 25 mai 2023. Alors que Henry Alfred Kissinger (HAK) atteindra ses 100 ans le 27 mai, son centenaire donne lieu à une couverture mondiale de son héritage en tant qu'homme d'État de premier plan, maître diplomate et stratège de la realpolitik en matière de politique étrangère. « Personne en vie n'a plus d'expérience des affaires internationales », a récemment déclaré The Economist dans un hommage élogieux et prévisible à Kissinger. Au cours de son mandat de conseiller à la sécurité nationale et de secrétaire d'État (de janvier 1969 à janvier 1977), Kissinger a laissé une longue trace écrite de documents secrets consignant ses délibérations politiques, ses conversations et ses directives sur de nombreuses initiatives qui l'ont rendu célèbre, notamment la détente avec l'URSS, l'ouverture à la Chine et la diplomatie de la navette au Proche-Orient.

Mais les archives historiques documentent également le côté sombre du mandat controversé de Kissinger : son rôle dans le renversement de la démocratie et la montée de la dictature au Chili ; son mépris des droits humains et son soutien à des guerres sales, voire génocidaires, à l'étranger ; les campagnes secrètes de bombardement en Asie du Sud-Est ; et son implication dans les abus criminels de l'administration Nixon, notamment les écoutes téléphoniques secrètes de ses propres collaborateurs les plus importants.

Afin de contribuer à une évaluation équilibrée et plus complète de l'héritage de Kissinger, les National Security Archive ont compilé un petit dossier de documents déclassifiés - mémos, memcons et « telcons » que Kissinger a écrit, dit et/ou lu - documentant les délibérations, opérations et politiques TOP SECRET pendant la période où Kissinger était à la Maison Blanche et au Département d'État. Les « telcons » révélateurs - plus de 30 000 pages de transcriptions quotidiennes des conversations téléphoniques de Kissinger, dont beaucoup ont été enregistrées secrètement - ont été emportés par Kissinger comme « papiers personnels » lorsqu'il a quitté ses fonctions en 1977 et ont été utilisés, de manière sélective, pour rédiger ses mémoires à succès. Les Archives de la sécurité nationale ont forcé le gouvernement américain à récupérer ces documents officiels en préparant un procès qui affirmait que le Département d'État et la National Archives and Records Administration (NARA) avaient autorisé de manière inappropriée que des documents classifiés du gouvernement américain soient soustraits à leur contrôle ; une fois qu'ils ont été restitués, l'analyste principal des Archives, William Burr, a déposé une demande de déclassification en vertu de la loi sur la liberté d'information. Le projet de procès - qui n'a jamais été intenté - est inclus dans ce dossier, car les efforts de Kissinger pour retirer, conserver et contrôler ces documents historiques très instructifs et révélateurs devraient être considérés comme une partie essentielle de son héritage officiel.

Cet affichage spécial centralise également des liens vers des douzaines de collections de documents déjà publiés, relatifs au mandat de Kissinger au sein du gouvernement, que les Archives, sous l'impulsion des efforts intrépides de William Burr, ont identifiés, recherchés, obtenus et catalogués au cours de plusieurs décennies. L'ensemble de ces collections constitue un dépôt majeur et accessible de documents sur l'un des responsables les plus importants de la politique étrangère des États-Unis au XXe siècle.

I. KISSINGER, LES BOMBARDEMENTS SECRETS ET LES ÉCOUTES TÉLÉPHONIQUES

À l'automne 1968, Henry Kissinger, alors professeur à Harvard, a profité de son statut de conseiller au département d'État pour devenir un informateur secret de la campagne de Nixon sur les pourparlers de paix de l'administration Johnson (LBJ) au Viêtnam. Si LBJ parvenait à mettre fin à la guerre, Nixon craignait de perdre les élections face au vice-président Hubert Humphrey. Secrètement, Nixon a fait pression sur le gouvernement sud-vietnamien pour qu'il abandonne les pourparlers, leur promettant un meilleur accord une fois qu'il serait élu.

Quelques semaines après son investiture, Nixon décida, avec son nouveau conseiller à la sécurité nationale, de bombarder secrètement les voies d'approvisionnement nord-vietnamiennes au Cambodge et au Laos afin de forcer Hô Chi Minh à revenir à la table des négociations selon les conditions américaines. Les raids de bombardement, connus sous les noms de code « Breakfast Plan » et « Operation Menu », ont commencé le 17 mars 1969 et ont duré plus d'un an, tuant des milliers de non-combattants cambodgiens. Après que le New York Times a publié son premier article le 9 mai 1969, révélant le programme secret de bombardement des B-52, Kissinger a demandé au directeur du FBI, J. Edgar Hoover, de mettre sur écoute certains journalistes et responsables américains, y compris ses propres collaborateurs au NSC, afin d'identifier les personnes qui divulguaient des informations aux médias. Le premier de ses collaborateurs à être placé sous surveillance, un membre du NSC nommé Morton Halperin a démissionné et a finalement poursuivi Kissinger, Nixon et le ministère de la Justice pour avoir illégalement mis son bureau et son domicile sur écoute.

Lorsque le scandale des écoutes téléphoniques a éclaté, Kissinger a déclaré que son rôle s'était limité à fournir une première série de noms au FBI. Lorsqu'il a été interrogé dans le cadre du procès Halperin, il a cependant affirmé que Hoover avait identifié ces personnes. L'adjoint de Kissinger, Alexander Haig, qui a transmis les noms des personnes soupçonnées de fuite au FBI pendant deux ans, a déclaré que Kissinger lui avait fourni ces noms. Selon le procès intenté par Halperin, le jour du premier article du New York Times, « Hoover et Kissinger se sont entretenus par téléphone quatre fois ce jour-là, et la mise sur écoute du téléphone du domicile de Halperin était en place dans la soirée. »

Hoover a envoyé directement au président Nixon des rapports de surveillance sur Halperin et d'autres cibles. L'un de ces rapports a été récemment déclassifié par la bibliothèque Nixon et est inclus dans le présent document. « Les écoutes illégales et sans règles du gouvernement ont non seulement violé le droit à la vie privée, mais ont également interféré avec les droits politiques des personnes surveillées et de celles à qui elles parlaient », a noté Halperin dans une déclaration aux Archives pour cette publication. « Ces enregistrements de surveillance nous rappellent la nécessité d'une vigilance et d'une responsabilité permanentes. »

 Document 1.1

Maison Blanche, Telcon, [Résumé de la transmission par Kissinger de l'ordre de Nixon de commencer le bombardement secret du Cambodge au secrétaire à la Défense Melvin Laird], 15 mars 1969

 Document 1.2

Maison Blanche, Telcon, « The President Mr. Kissinger 17-03-69 13h20, » [briefing de Kissinger à Nixon sur les préparations du premier raid secret de bombardement du Cambodge], 17 mars 1969

 Document 1.3

Maison Blanche, Telcon, « 18/03/69 20h. General Wheeler », [Briefing de Kissinger sur le succès des premiers raids de bombardement], 18 mars 1969

 Document 1.4 NSC, Telcon, Kissinger et le Président Richard M. Nixon, 9 décembre 1970, 20h45

 Document 1.5

Maison Blanche, téléconférence, Kissinger et le général Alexander M. Haig, 9 décembre 1970, 20h50

 Document 1.6 FBI, Memorandum, « Demande de surveillance technique par le colonel Alexander M. Haig » TOP SECRET, 12 mai 1969

 Document 1.7

FBI, J. Edgar Hoover, rapport de surveillance téléphonique au President Nixon, TOP SECRET 11 mai 1970

 Document 1.8

Maison Blanche, Telcon, « The President/Mr. Kissinger » 19h00, 1er juin 1973 [Discussion au sujet du scandale des écoutes téléphoniques]

 Document 1.9

Maison Blanche, Telcon, « Attorney General Levi/Secretary Kissinger », 13 mars 1976, Heure : 16h13 [Conversation au sujet du procès Halperin sur les écoutes illégales].

Le dirigeant chilien Augusto Pinochet rencontre le secrétaire d'État américain Henry Kissinger à Santiago, le 8 juin 1976 (Wikimedia Commons)

II. KISSINGER ET LE CHILI

Le Chili est sans doute le talon d'Achille de l'héritage de Kissinger. Les documents historiques déclassifiés ne laissent aucun doute sur le fait que HAK a été le principal architecte des efforts américains visant à déstabiliser le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende. Les documents de la CIA révèlent que dans les semaines précédant l'investiture d'Allende, Kissinger a supervisé des opérations secrètes - appelées FUBELT - visant à fomenter un coup d'État militaire qui a conduit directement à l'assassinat du commandant en chef de l'armée chilienne, le général René Schneider. Après l'échec des premières tentatives de coup d'État, Kissinger a personnellement convaincu Nixon de rejeter la position du département d'État selon laquelle Washington pouvait établir un modus vivendi avec Allende et d'autoriser une intervention clandestine pour « intensifier les problèmes d'Allende de sorte qu'au minimum il puisse échouer ou être contraint de limiter ses objectifs et qu'au maximum il puisse créer des conditions dans lesquelles l'effondrement ou le renversement pourraient être possibles », comme les points de discussion de Kissinger l'invitaient à le dire au Conseil national de sécurité, trois jours après l'investiture d'Allende. Les États-Unis ont « créé les conditions les plus favorables possibles », a déclaré Kissinger à Nixon quelques jours seulement après le renversement d'Allende, il y a 50 ans, le 11 septembre 1973. « À l'époque d'Eisenhower, nous serions des héros », a-t-il ajouté.

Kissinger a conçu la politique américaine pour empêcher Allende de consolider son gouvernement élu. Mais une fois que les forces du général Augusto Pinochet ont violemment pris le pouvoir, les documents démontrent que Kissinger a reconfiguré la politique américaine pour aider à la consolidation d'une dictature militaire brutale. « Je pense que nous devrions comprendre notre politique - que même s'ils agissent de manière désagréable, ce gouvernement est meilleur pour nous que ne l'était Allende », a-t-il déclaré à ses adjoints lorsqu'ils lui ont fait part des atrocités commises en matière de droits humains dans les semaines qui ont suivi le coup d'État. Lors d'une réunion privée avec Pinochet à Santiago en juin 1976, Kissinger a déclaré au dictateur chilien : « Mon évaluation est que vous êtes une victime de tous les groupes de gauche dans le monde et que votre plus grand péché est d'avoir renversé un gouvernement qui devenait communiste. »

« Nous voulons vous aider, pas vous saper », a déclaré Kissinger au général, faisant fi des conseils de son propre ambassadeur pour adresser à Pinochet un message direct et sévère sur les droits humains. « Vous avez rendu un grand service à l'Occident en renversant Allende. »

 Document 2.1

Maison Blanche, Telcon, conversation sur la destabilisation d'Allende entre le conseiller à la Sécurité nationale Henry Kissinger et le secrétaire d'État William Rogers, 12 septembre 1970.

 Document 2.2

NSC, Memorandum, « Chile-40 Committee Meeting, Monday - September 14 » SECRET, 14 septembre 1970

 Document 2.3

CIA, Helms Notes, « Réunion avec le président sur le Chili à 15:25, 15 Sept 70, Présents : John Mitchell + Henry Kissinger »15 septembre 1970

 Document 2.4

Kissinger, Karamessines, Gen. Haig at the White House-15 October 1970, SECRET, 15 octobre 1970

 Document 2.5

Tribunal de première instance des États-Unis pour le district de Columbia, plainte civile, René Schneider et al, versus Henry Alfred Kissinger et United States of America, « Première plainte modifiée pour exécution sommaire, torture, traitement cruel, inhumain ou dégradant, détention arbitraire, coups et blessures, négligence, atteinte intentionnelle à l'intégrité émotionnelle, décès injustifié. » 12 novembre 2002

 Document 2.6

Maison Blanche, Kissinger, Memorandum pour le President, « Sujet : réunion du NSC, 6 novembre, Chili » SECRET, 5 novembre 1970

 Document 2.7

NSC, Telcon, Discussion de Kissinger avec Nixon sur le coup d'État au Chili, 16 septembre 1973

 Document 2.8

Department of State, Memorandum de conversation, « Relations USA-Chili », [conversation de Kissinger avec Pinochet], SECRET, 8 juin 1976

 Document 2.9

NSC, Telcon, conversation entre Kissinger et le secrétaire d'État adjoint pour l'Amérique latine, William D. Rogers, 16 juin 1976

III. KISSINGER ET LES DROITS HUMAINS

Le fait que le secrétaire d'État Kissinger ait embrassé le régime de Pinochet et n'ait pas tenu compte de sa répression a contribué à un vaste mouvement public et politique visant à institutionnaliser les droits humains en tant que priorité de la politique étrangère des États-Unis. Alors que le Congrès commençait à adopter des lois limitant l'aide américaine aux régimes qui violaient les droits humains, le dédain de Kissinger pour la question des droits humains s'est aggravé. Sa volonté d'approuver, de soutenir et d'accepter les massacres, les tortures et les disparitions perpétrés par les régimes militaires anticommunistes alliés est reflétée dans divers documents déclassifiés.

 Document 3.1

Département d'État, Telcon, [conversation de Kissinger avec le secrétaire adjoint Harry Shlaudeman sur l'Argentine], 30 juin 1976.

 Document 3.2

Département d'État, mémorandum de conversation, « Réunion du secrétaire avec le ministère des Affaires étrangères d'Argentine, Guzzetti » SECRET, 7 octobre 1976

 Document 3.3

Département d'État, note de service, « Guzzetti, ministre des Affaires étrangères euphoriqu lors de sa visite aux Etats-Unis », 19 octobre 1976

IV. KISSINGER ET L'OPÉRATION CONDOR

La résistance de Kissinger à faire pression sur les régimes militaires du Cône Sud en matière de droits humains s'est étendue à leurs opérations internationales d'assassinat connues sous le nom d'opération Condor. Au début du mois d'août 1976, Kissinger a été informé par son adjoint des plans de l'opération Condor visant à « trouver et tuer des terroristes (...) dans leur propre pays et en Europe ». Ses collaborateurs l'ont convaincu d'autoriser une démarche auprès du général Pinochet au Chili, du général Videla en Argentine et des officiers de la junte en Uruguay, les trois États de Condor les plus impliqués dans les opérations d'assassinat transnationales. Mais lorsque les ambassadeurs américains au Chili et en Uruguay ont soulevé des objections à la mise en place de la démarche, Kissinger l'a tout simplement annulée, ordonnant « qu'aucune autre action ne soit entreprise à ce sujet. »

Cinq jours plus tard, l'attaque terroriste la plus audacieuse et la plus tristement célèbre de Condor a eu lieu dans le centre de Washington, lorsqu'une voiture piégée placée par les agents de Pinochet a tué l'ancien ambassadeur chilien Orlando Letelier et sa jeune collègue, Ronni Moffitt.

 Document 4.1

Département d'État, Memorandum d'action pour Kissinger, « Operation Condor » SECRET, 30 août 1976

 Document 4.2

Département d'État, Cable, « Actions entreprises », CONFIDENTIEL, 16 septembre 1976

V. KISSINGER ET LA CRISE DE L'ASIE DU SUD

L'indifférence de Kissinger à l'égard des droits humains s'est étendue à ce que le chef du consulat américain à Dacca, Archer Blood, a qualifié de « génocide » au Pakistan oriental, commis par le dictateur militaire pakistanais, le général Agha Muhammad Yahya Khan (Yahya). Les estimations des massacres vont jusqu'à trois millions de civils au Pakistan oriental au printemps 1971. Mais les politiques de Nixon et de Kissinger ont tacitement soutenu Yahya, qui a joué un rôle secret dans les efforts de l'administration pour négocier une ouverture avec la Chine. L'analyste d'archives Sajit Gandhi a créé un dossier complet, « The Tilt and the South Asian Crisis of 1971 » [Le basculement et la crise sud-asiatique de 1971], qui contient des dizaines de documents faisant état du génocide et des politiques de Nixon et de Kissinger. Le célèbre « Blood Telegram » [Télégramme de sang] et un exemple des positions de Nixon et Kissinger sont présentés ci-dessous :

 Document 5.1

Département d'État, consulat des États-Unis (Dacca), câble : « Dissidence de la politique américaine à l'égard du Pakistan oriental », CONFIDENTIEL, 6 avril 1971.

 Document 5.2

Maison Blanche, Memorandum pour le President, « Options politiques vis à vis du Pakistan » SECRET, 28 avril 1971

VI. KISSINGER, SUHARTO ET LE TIMOR ORIENTAL

Le soutien des États-Unis à la dictature indonésienne répressive du général Suharto et à l'invasion meurtrière du Timor oriental par son régime en décembre 1975 est un autre exemple documenté de la politique d'indifférence de Kissinger à l'égard des violations des droits humains et de la souveraineté nationale. Les documents déclassifiés obtenus par les Archives de la sécurité nationale font état de plus qu'une « inclinaison » vers l'agression de Suharto. Ils révèlent un feu vert évident du plus haut niveau du gouvernement américain, donné à Suharto quelques heures seulement avant que les troupes indonésiennes ne lancent une incursion et une occupation qui ont coûté la vie à 100 000 à 180 000 Timorais, d'après les estimations. Un rapport de la Commission de la vérité sur le Timor oriental, achevé des années plus tard, a déclaré que le soutien politique et militaire des États-Unis était fondamental pour l'invasion et l'occupation indonésiennes.

 Document 6.1

Département d'État, Ambassade de Jakarta, Télégramme [Texte de la discussion Ford-Kissinger-Suharto], SECRET, 6 décembre 1975

VII. KISSINGER ET CUBA

Au milieu de l'année 1974, le secrétaire d'État Kissinger a entamé de longs pourparlers diplomatiques historiques et secrets en vue de normaliser les relations avec Cuba. Ces pourparlers comprenaient des réunions furtives entre des émissaires américains et cubains à l'aéroport La Guardia et une séance de négociation sans précédent de trois heures à l'hôtel Pierre, un établissement cinq étoiles de la ville de New York. À l'époque, cette diplomatie secrète était considérée comme l'effort le plus important et le plus prometteur pour parvenir à une détente dans les Caraïbes et mettre fin à ce que Kissinger appelait « l'hostilité perpétuelle » dans les relations entre les États-Unis et Cuba.

Mais son initiative diplomatique s'est effondrée après que Fidel Castro a décidé d'envoyer des troupes cubaines pour soutenir la lutte anticoloniale en Angola à l'automne 1975. Lors de réunions dans le bureau ovale avec le président Ford, Kissinger a qualifié avec colère le dirigeant cubain de « minus » dont le déploiement audacieux de forces militaires sur le continent africain menaçait les stratégies géopolitiques des États-Unis dans le tiers-monde. Craignant que Castro ne finisse par étendre son incursion militaire au-delà de l'Angola, Kissinger a conseillé à Ford de « faire craquer les Cubains ». « S'ils s'installent en Namibie ou en Rhodésie, je serais favorable à ce qu'on les frappe », a déclaré Kissinger au président.

Le secrétaire d'État Henry A. Kissinger, en compagnie du président Gerald R. Ford, est irrité par l'incursion de Fidel Castro en Angola en 1975 (Gerald R. Ford Presidential Library).

Lors de la réunion du 24 mars avec une équipe d'élite de la sécurité nationale connue sous le nom de Washington Special Actions Group, Kissinger a développé le scénario des dominos. « Si les Cubains détruisent la Rhodésie, la Namibie suivra, puis l'Afrique du Sud », a déclaré Kissinger. Permettre aux « Cubains d'être les troupes de choc de la révolution » en Afrique était inacceptable et risquait de provoquer des tensions raciales. « Dans les Caraïbes, les Cubains attirent les minorités mécontentes, ce qui pourrait se répercuter en Amérique du Sud et même dans notre propre pays. » En outre, l'absence de réponse des États-Unis à l'exercice mondial de la puissance militaire par une petite nation insulaire des Caraïbes, craint Kissinger, serait perçue comme une faiblesse américaine. « S'il apparaît à l'étranger que nous sommes tellement affaiblis par notre débat interne [sur le Viêtnam] qu'il semble que nous ne puissions rien faire contre un pays de huit millions d'habitants, alors nous aurons une véritable crise dans trois ou quatre ans. »

Les documents de planification de la guerre, obtenus par Peter Kornbluh, analyste principal des Archives, à la suite d'une demande de déclassification obligatoire adressée à la bibliothèque présidentielle Gerald Ford, révèlent que Kissinger a ordonné au groupe d'actions spéciales de Washington d'élaborer des options d'urgence allant de sanctions économiques et politiques à des actes de guerre, tels que le minage des ports cubains, une quarantaine navale et des frappes aériennes stratégiques « pour détruire des cibles militaires cubaines et des cibles liées à l'armée cubaine ». « Si nous décidons d'utiliser la puissance militaire, il faut qu'elle soit couronnée de succès. Il ne doit pas y avoir de demi-mesure », a déclaré Kissinger au général George Brown, de l'état-major interarmées. Les planificateurs d'urgence ont toutefois averti Kissinger que tout acte d'agression pourrait déclencher une confrontation entre les superpuissances. Contrairement à la crise des missiles de 1962, indique un document de planification, « une nouvelle crise de Cuba ne conduirait pas nécessairement à un recul de l'Union soviétique. »

 Document 7.1

DOS, Aide-mémoire de Kissinger à Cuba, 11 janvier 1975

 Document 7.2

DOS, Mémorandum de conversation, « Politique cubaine : tactiques avant et après San Jose », 9 juin 1975

 Document 7.3

Maison Blanche, Mémorandum de conversation entre le président Ford et Kissinger, 25 février 1976

 Document 7.4

Maison-Blanche, note de conversation entre le président Ford et Kissinger, 15 mars 1976

 Document 7.5

Département d'État, procès-verbal de réunion, réunion du Washington Special Actions Group, Cuba, SECRET, 24 mars 1976

 Document 7.6

WSAG, Résumé du plan d'urgence cubain, SECRET (ca. avril 1976)

VIII. LES CONVERSATIONS TÉLÉPHONIQUES DE KISSINGER (TELCONS)

En 2001, les Archives de la sécurité nationale ont rédigé une plainte juridique à l'encontre du Département d'État et des Archives nationales pour avoir abdiqué leur devoir de récupérer les documents « telcon » de Kissinger, qui ont été produits sur le temps de travail du gouvernement avec des ressources gouvernementales, conformément au Federal Records Act. « La plupart, sinon la totalité, des transcriptions téléphoniques sont des documents d'agence tels que définis par la loi fédérale, et Kissinger n'était pas autorisé à les retirer en vertu des lois et réglementations fédérales en vigueur. Une précédente action en justice menée par des journalistes en vertu de la loi sur l'accès à l'information et la protection des données, vingt ans plus tôt, n'avait pas permis de contraindre Kissinger à restituer les milliers de pages de transcriptions que ses secrétaires avaient produites en écoutant et en enregistrant ses appels téléphoniques. Kissinger avait résisté aux efforts déployés précédemment par le gouvernement des États-Unis pour accéder à ces documents importants. Kissinger, qui n'a aucune autorité légale pour restreindre l'accès aux dossiers de l'agence par les fonctionnaires fédéraux chargés de préserver ces dossiers, continue de revendiquer un pouvoir discrétionnaire illimité pour contrôler l'accès aux transcriptions téléphoniques et en préserver le secret », indique le projet de procès des Archives.

Le conseiller juridique du département d'État, William Howard Taft IV, s'est rallié aux arguments juridiques des archives. Il a demandé aux archives de surseoir à leur action en justice. Taft a ensuite officiellement notifié à Kissinger qu'il était tenu de restituer les documents ou des copies complètes de ceux-ci et a envoyé une équipe d'avocats pour organiser le transfert. Lorsque Kissinger a finalement rendu les documents en août 2001 - près de 24 ans après avoir présenté à tort des documents du gouvernement américain comme des documents « personnels » et les avoir emportés - les Archives ont rapidement déposé une demande de liberté d'information et d'accès à l'information (FOIA) pour les téléphones. Après avoir obtenu plus de 15 500 conversations téléphoniques en 2004, les Archives les ont publiées dans la série Digital National Security Archive par l'intermédiaire de l'éditeur en ligne ProQuest, et les ont également mises à disposition par le biais de nombreuses publications telles que celle-ci.

Les conversations téléphoniques enregistrent les conversations de Kissinger avec les présidents américains, avec plusieurs directeurs de la CIA, d'autres membres du cabinet, des ministres des Affaires étrangères et des diplomates, notamment l'ambassadeur soviétique Anatoly Dobrynin, ainsi qu'avec des célébrités telles que Frank Sinatra. Ils rendent également compte de ses nombreuses conversations avec de grands journalistes qui recherchaient activement des informations auprès de lui et que Kissinger cherchait à influencer pour obtenir une couverture médiatique avantageuse. En tant que collection d'enregistrements, les telcons restent un trésor historique unique. Depuis qu'elles les ont obtenues, les Archives ont fait un maximum d'efforts pour attirer l'attention internationale sur ces documents qui enregistrent les conversations, les politiques, les actions et les attitudes qui constituent une partie profonde et révélatrice de l'héritage historique d'Henry Kissinger.

 Document 8.1

National Security Archive, Draft Complaint, « National Security Archive v. The Archivist of the United States and The Secretary of State of the United States », 13 février 2001.

 Document 8.2

Département d'État, Telcon, « Ken Fried/HAK 4/29/1975 - 22h31 » [Kissinger reçoit la nouvelle de la chute de Saigon et de la fin de la guerre du Vietnam]

 Document 8.3

Département d'État, Telcon, « Sec Kissinger/Ted Koppel, 9/07/76 ; 12h30. »

 Document 8.4

Département d'État, conversation téléphonique de Kissinger avec l'ambassadeur Anatoli Dobrynin, 9 décembre 1975, 18 h 06.

 Document 8.5

Département d'État, Telcon, Rumsfeld-Sec. Kissinger, 23 décembre 1974, 9h35. [Conversation au sujet de l'article du New York Times sur les opérations domestiques de la CIA].

 Document 8.6

Département d'État, Telcon, « Frank Sinatra/Secretary Kissinger 16 janvier 1976, 20h09 » [Conversation sur l'organisation d'un grand dîner diplomatique à Los Angeles]

Source :  National Security Archive, 25-05-2023

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter