13/09/2023 arretsurinfo.ch  6min #233689

Au-delà de la haine et de la colère - Pékin veut que la situation revienne à la normale au Xinjiang

Nous avons le plaisir de partager aujourd'hui avec vous, chers lecteurs et amis, un compte rendu très honnête sur la situation réelle au Xinjiang - rédigé par deux sinologues allemands réputés. [Arrêt sur info]

Fresque murale de propagande à Hotan, 2018. Andy Wong / AP

La vie pourrait être aussi belle et consensuelle pour tous au Xinjiang, selon la vision du pouvoir central chinois.-

Au-delà de la haine et de la colère - après le succès de la campagne contre le terrorisme et l'islamisme, Pékin veut que la situation revienne à la normale au Xinjiang

Les nouvelles de la région chinoise du Xinjiang ne parviennent que rarement dans le monde. Par peur du terrorisme et de la sécession, Pékin maintient la population ouïghoure sous contrôle par la répression. Un voyage dans l'ouest lointain de la Chine laisse toutefois présager que les choses vont s'améliorer.

Par Thomas Heberer et Helwig Schmidt-Glintzer

Paru le 11 Septembre 2023 dans le quotidien suisse allemand  Neue Zürcher Zeitungsous le titre Jenseits von Hass und Zorn - nach der erfolgreichen Kampagne gegen Terrorismus und Islamismus sollen sich nach dem Willen Pekings die Verhältnisse in Xinjiang wieder normalisieren

L'image de la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine est encore aujourd'hui marquée par des récits retentissants dans le monde entier de camps d'internement strictement gérés, de travail forcé et d'oppression culturelle des Ouïghours. En revanche, le fait que cette région ait subi une terreur islamiste massive entre 2010 et 2016, qui a presque conduit à une perte de contrôle de la part du gouvernement central, a été moins débattu. Pékin s'est vu contraint de réagir par des mesures sans doute trop sévères afin de mettre un terme à la terreur et de reprendre le contrôle de la situation. La sécurité intérieure de toute la Chine était en jeu. Il ne faut pas non plus oublier que la population ouïghoure a elle-même souffert de la terreur.

Après la dissolution de l'Union soviétique, la renaissance de l'islamisme dans les États voisins d'Asie centrale s'est répercutée sur le Xinjiang, de sorte que douze mouvements islamistes séparatistes y ont été actifs au milieu des années 1990. Les autorités chinoises ont réagi aux attentats à la bombe et aux attaques armées par des mesures de répression. Celles-ci n'ont toutefois pas été très efficaces.

Un régime disciplinaire de fer

La pauvreté et le chômage, la restriction des activités religieuses ainsi que l'immigration incontrôlée de Chinois Han ont renforcé le mécontentement de la population ouïghoure. Parallèlement, il est devenu clair que des combattants ouïghours rejoignaient des mouvements islamistes à l'étranger. En 2016, des extrémistes ouïghours ont déclaré dans une vidéo de l'EI qu'ils prévoyaient de "noyer" les Chinois han dans une "mer de sang". En conséquence, ils ont commencé à recruter de jeunes Ouïghours comme combattants dans le sud du Xinjiang à partir de l'Afghanistan et du Pakistan.

Des signes clairs d'un retour à la "normalité" sont désormais visibles.

En raison de la terreur et de l'intimidation, Pékin a été contraint de déclarer l' "état d'urgence", de déployer des unités militaires au Xinjiang et d'instaurer un régime disciplinaire sévère. L'État a fait preuve d'arbitraire.

Quatre chercheurs allemands spécialistes de la Chine (dont les deux auteurs) ainsi qu'un spécialiste du droit international se sont rendus sur place en mai 2023 de leur propre initiative afin de déterminer si la situation au Xinjiang était restée la même après la mise en place de la nouvelle équipe dirigeante par la grâce de Pékin fin 2021 ou si elle avait entre-temps évolué.

Selon les autorités chinoises locales, la "lutte contre le terrorisme et l'islamisme" a constitué une phase de transition au Xinjiang de 2017 à 2020. Le nouveau secrétaire du parti, Ma Xingrui, en poste depuis décembre 2021, a pour objectif de revenir le plus rapidement possible à la "normalité". Pour ce faire, l'institutionnalisation du droit ainsi que le retour aux procédures légales ou leur développement sont actuellement au premier plan.

Du côté de la population ouïghoure, les modernisations initiées par le gouvernement central en matière d'éducation, de soins médicaux et de travail suscitent une sympathie évidente. On entend dire que les différents camps qui se sont formés au plus fort de la lutte contre la terreur ont été en grande partie dissous entre-temps. C'est ce que suggère également l'expert critique du Xinjiang Adrian Zenz, qui a présenté la plupart des documentations sur l'évolution du Xinjiang au cours des dernières années, dans un  document récemment publié.

Des signes clairs d'un retour à la "normalité" sont désormais visibles. Dans les régions visitées par le groupe, les postes de contrôle routier de la police ne sont clairement plus utilisés. Avec l'introduction de quinze années de formation gratuite (jardin d'enfants, école et apprentissage professionnel) pour les jeunes Ouïgours, l'État a donné une nouvelle impulsion au développement. A cela s'ajoute, dans un premier temps dans la partie sud du Xinjiang, des soins de santé subventionnés par l'Etat.

Une porte vers l'ouest

L'aide au développement et la mise à disposition de ressources par les provinces chinoises de l'est du pays, plus prospère, réparties et adaptées aux régions, vont dans le même sens. Cette aide se traduit par des centres de formation professionnelle modernes dans chaque district du Xinjiang. Les étudiants reçoivent, en plus de la formation gratuite, 200 yuans par mois pour soutenir leurs parents. L'implantation, soutenue par l'État, de filiales modernes dans les secteurs agricole et industriel, qui doivent embaucher presque exclusivement des Ouïghours aux normes salariales minimales en vigueur dans tout le pays, devrait contribuer à résoudre le problème de l'emploi.

Le groupe de visiteurs n'a pas constaté de discrimination générale à l'encontre de la langue et de la culture ouïghoures, bien qu'au Xinjiang, comme dans toutes les régions de minorités ethniques ayant leur propre langue et écriture, le chinois standard soit la langue d'enseignement principale dans les écoles à partir du niveau secondaire. Au cours de la scolarité obligatoire, la langue locale est proposée comme matière d'enseignement.

De même que le Xinjiang représente depuis des millénaires pour la Chine la "porte vers l'Occident", il restera à l'avenir pour l'Asie centrale et, dans son prolongement, pour l'Europe, l'un des principaux corridors de rencontres et d'échanges. Si la situation des droits de l'homme continue à se normaliser de manière démontrable, l'UE devrait entamer le dialogue et reconsidérer les sanctions imposées à la Chine à cause du Xinjiang.

Thomas Heberer est professeur senior de politique et de société chinoise à l'université de Duisburg-Essen. Helwig Schmidt-Glintzer est professeur de sinologie et directeur du China Centrum de Tübingen.

Source:  NZZ.ch

Traduit de l'allemand par  Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter