13/09/2023 reseauinternational.net  5min #233711

L'Otan tire de dures leçons sur son avenir en Ukraine

La guerre en Ukraine montre que l'OTAN est mal préparée à défendre même ses propres territoires alors que les dépenses massives en armement exposent les États-Unis en Asie-Pacifique. Ce chercheur d'une officine de la CIA qui publie dans Asia Times en arrive à dire cette vérité : l'Ukraine n'aurait jamais dû se mettre en position d'être attaquée par la Russie et elle l'a fait sur la foi de promesses inconsidérées des USA. Et malgré cela rien ne conduit les États-Unis à arrêter leur escalade, la prochaine étape celle où les satellites d'information déjà privatisés des USA seront détruits par la Chine et la Russie est déjà là avec un coût phénoménal... Est-ce que l'on va continuer à entretenir cette débauche de destruction et de mort en ne dénonçant pas le rôle des USA mais de fait en suivant la ligne de Macron-Zelensky tout en racontant que l'on promet la fin de l'inflation, la renaissance des services publics, mais qui peut croire pareilles balivernes ?

Danielle Bleitrach

*

par Stephen Bryen

Bien que les causes de la guerre varient, inévitablement une guerre devient un terrain d'essai pour la technologie, les tactiques et la stratégie sur le champ de bataille.

La guerre en Ukraine n'est pas différente, en fait, à certains égards, c'est une figure emblématique des changements dans la guerre moderne. Malheureusement pour l'OTAN, c'est aussi un signe avant-coureur de mauvaises nouvelles.

S'il est parfaitement vrai que l'Ukraine manquait d'une puissance aérienne appropriée et n'aurait jamais dû se mettre en position d'être attaquée par la Russie, elle l'a fait principalement sur la base de promesses de l'OTAN et en particulier des États-Unis.

Les États-Unis et l'OTAN ont offert une aide militaire massive de 100 milliards de dollars américains, soit un montant étonnant de 100 millions de dollars par jour. Malgré ces sommes énormes, l'Ukraine a repris peu de territoire que les Russes ont saisi et, plus pertinent encore, a subi d'énormes pertes de main-d'œuvre et d'équipement.

Les dépenses ci-dessus n'incluent pas les décisions d'augmenter les dépenses de défense à l'intérieur. La Pologne, par exemple, vient de décider d'acheter de nouveaux systèmes de défense aérienne Patriot pour un coût de 15 milliards de dollars et 12 milliards de dollars  d'hélicoptères d'attaque Apache à l'entrepreneur américain de défense Boeing.

 L'Allemagne achète le système de défense aérienne israélien Arrow pour 3,5 milliards de dollars. La Pologne  consacrera 4% de son PIB à la défense, dépassant de loin les autres pays de l'OTAN autres que les États-Unis. En fait,  seuls 8 pays sur 30 atteignent l'objectif de 2% de dépenses de l'OTAN en matière de PIB.

Le seul point positif pour l'OTAN a été de fournir à l'Ukraine des informations de surveillance aérienne et de ciblage, dont certaines proviennent de drones et d'avions électroniques opérant au-dessus de la mer Noire dans l'espace aérien international.

Offrir ce type d'aide - grâce au Starlink d'Elon Musk capable de relayer les données cibles, relié aux smartphones du commandant - a grandement amélioré l'efficacité des armes intelligentes telles que HIMARS. Dans le même temps, la surveillance aérienne a permis de suivre les mouvements des forces russes et d'anticiper les points chauds d'une manière impossible dans le passé.

Malheureusement, l'OTAN perdra cet avantage dans une guerre plus large où les Russes, ou tout autre adversaire majeur, iront détruire les ressources de reconnaissance, même dans l'espace aérien international.

Malgré l'implication massive de l'OTAN en Ukraine, y compris les forces spéciales sur le terrain agissant en tant que conseillers (ainsi que les mercenaires présumés, dont beaucoup sont des soldats de l'OTAN bien entraînés), la Russie a fait preuve d'une retenue considérable contre la menace aérienne, ne voulant pas voir la guerre déborder au-delà des frontières de l'Ukraine ou de la Russie.

Cette vulnérabilité s'applique même aux satellites sophistiqués qui sont des canards assis contre les tueurs de satellites chinois ou russes.

Vraisemblablement, les États-Unis essaieront de faire de même avec les satellites de la Russie ou de la Chine. Mais cela signifie que la surveillance et le ciblage locaux, principalement avec des drones, occuperont le devant de la scène. Ici, les Russes se sont plutôt bien adaptés après avoir commencé la guerre avec de faibles capacités de drones.

La Russie a évolué et mis en réseau ses  drones Orlan, qui non seulement peuvent voir les cibles, mais peuvent les brouiller. Et la Russie a introduit des capacités de brouillage améliorées dans l'espace de combat.

source :  Asia Times via  Histoire et Société

 reseauinternational.net

 Commenter