14/09/2023 lesakerfrancophone.fr  12min #233779

L'Occident a-t-il fermé toutes les portes de sortie de son projet Ukraine ?

Par Yves Smith - Le 11 septembre 2023 - Source  Naked Capitalism

De nombreux analystes et commentateurs spéculent sur la manière dont les États-Unis et l'OTAN parviendront à mettre un terme au conflit ukrainien. Certains se concentrent, pour des raisons humanitaires ou pragmatiques, sur un règlement négocié entre les États-Unis et la Russie. Même si, formellement, l'Ukraine serait partie prenante d'un tel accord et qu'elle dépend désormais entièrement des armes et des financements occidentaux, il est impossible de prétendre que c'est vraiment elle qui conduit le train.

Nous avons décrit précédemment comment les différentes factions du côté des États-Unis et de l'OTAN passaient énormément de temps à discuter entre elles pour trouver des idées de sortie du conflit qu'elles élaborent dans le vide, sans échange substantiel avec la Russie et sans même prendre réellement en considération les déclarations répétées des responsables russes, y compris les projets de traités présentés en décembre 2021 et lors des pourparlers de paix avortés de Marcy en 2022.

Les nouvelles discussions sur la paix semblent se résumer à :

Cessez-le-feu > *Magie* > La Russie s'en va avec la queue suffisamment entre les jambes pour que nous et l'Ukraine puissions déclarer la victoire.

Dans un premier temps, nous avons pensé que cette dynamique était le résultat de divisions entre les différentes parties clés. Après tout, les négociations multipartites sont compliquées.

Mais après mûre réflexion, il se pourrait que l'Occident se soit effectivement fixé des conditions qui rendent la fin de la guerre impossible....absence de changements à la tête de gouvernements clés qui se traduisent par une volonté d'assouplir les conditions limites et/ou un effondrement si visible de l'armée ukrainienne que l'Occident doit repenser les contraintes qu'il s'est lui-même imposées.

L'Occident veut avoir une guerre de Schrodinger : prétendre que son implication dans le conflit n'est pas établie alors que les États-Unis et l'OTAN sont clairement des co-belligérants. N'oubliez pas que jusqu'à présent, les membres de l'OTAN ont échappé aux tentatives de l'Ukraine de dépeindre les divers bombardements comme des attaques contre des membres de l'OTAN.

N'oubliez pas que nous avons souligné, avec d'autres, qu'il n'y a aucune raison de penser que les belligérants parviendront à un accord, étant donné que de nombreux conflits se terminent sans qu'un accord ait été conclu. Et comme nous l'avons dit très tôt, il n'y a pas de bonnes raisons de penser qu'un tel accord se produira dans le cas présent.

L'une des principales priorités de la Russie est d'obtenir de l'Ukraine qu'elle s'engage à rester neutre ou qu'elle ne tombe pas dans les mains de l'OTAN, alors que la position des États-Unis est que personne en dehors de l'OTAN n'a son mot à dire sur qui pourrait devenir membre de l'OTAN. Et pour l'Ukraine, ou du moins pour les Banderistes, la guerre doit se poursuivre aussi longtemps que possible. Une fois que l'argent et le matériel des États-Unis et de l'OTAN se seront largement évaporés, les dirigeants ukrainiens actuels seront à la merci du gouvernement russe, avec un pouvoir personnel et des perspectives d'enrichissement très réduits. Quelques-uns pourraient survivre et même prospérer, mais en tant que groupe, ils subiront une très lourde chute.

Et comme nous l'avons noté, les États-Unis et l'OTAN tentent toujours l'escalade.... ou, au mieux, l'escalade parce que les mesures passées, comme la grande contre-offensive ukrainienne, ont échoué. Pire encore, les experts occidentaux admettent que la Russie a amélioré ses tactiques et ses armes au cours de la guerre, comme l'explique Simplicius dans son dernier billet. Ainsi, les États-Unis, qui avaient précédemment refusé d'envoyer des F-16 à l'Ukraine, vont maintenant le faire. ABC a rapporté que les États-Unis sont désormais susceptibles d'envoyer des missiles ATACMS, qui ont une plus grande portée que les HIMARS. Selon de nombreux commentateurs, l'Ukraine utilisera ces missiles pour frapper la Crimée et le pont de Kertch. 1

Pourquoi pensons-nous que l'Occident s'est pris les pieds dans le tapis ?

Pour la Russie, la guerre est existentielle. Trop de responsables occidentaux ont dépeint la victoire comme une Russie si malmenée que Poutine serait évincé, voire que la Russie éclaterait. L'opinion russe s'est durcie à la suite de ces déclarations, ainsi que des efforts occidentaux non seulement pour soutenir la guerre en Ukraine, mais aussi pour « annuler » les athlètes, les artistes et même la culture russe, et pour poursuivre les frappes de missiles ukrainiens sur la ville civile de Donetsk.

Au moins pour l'instant, la combinaison États-Unis/Otan agit comme si la guerre était existentielle, même si, comme l'a souligné Ray McGovern, il n'y a pas la moindre preuve que la Russie ait un quelconque intérêt à acquérir des territoires dans les pays de l'Otan. Voyez comment l'Allemagne s'est laissée désindustrialiser et n'a pas réagi à l'attaque du Nord Stream, que la presse allemande dépeint comme l'œuvre de son allié ukrainien, alors que les États-Unis ne peuvent pas plausiblement ne pas avoir su ce qui se passait. Ces actions montrent la profondeur de l'engagement.

En ce qui concerne la position de la Russie à l'égard de l'Ukraine, Poutine a rejeté les efforts des séparatistes du Donbass pour rejoindre la Russie avant l'opération militaire spéciale, et a décidé d'annexer les quatre oblasts que la Russie n'avait partiellement occupés qu'après les retraits embarrassants de Kherson et de Kharkiv l'année dernière. Les civils qui avaient aidé les Russes se sont ainsi retrouvés exposés à des représailles, et d'autres, dans les régions où la Russie avait pris du terrain, se sont inquiétés de l'engagement de la Russie. Mais maintenant que le sentiment en Russie s'est durci et que l'Occident ne recule pas, la Russie semble destinée à s'emparer d'une plus grande partie de l'Ukraine. Ce qu'il adviendra alors de l'Ukraine occidentale reste une question très ouverte.

Toutefois, la position des États-Unis et de l'OTAN selon laquelle l'OTAN appliquera toujours une politique de la porte ouverte pourrait finir par avoir une incidence sur l'existence de l'OTAN. Si les États-Unis se ressaisissaient, ils pourraient accepter d'arrêter l'expansion de l'OTAN vers l'est, là où elle se trouve actuellement (mais la Russie n'y croirait pas nécessairement), ce qui permettrait à l'OTAN de continuer à exister, seulement un peu meurtrie par le fait que les forces entraînées et équipées par l'OTAN en Ukraine se sont mal comportées par rapport à la Russie. Au lieu de cela, l'OTAN redouble d'efforts, par exemple par le biais du compromis qui ne plaît à personne,  proposé par un adjoint du chef de l'OTAN Jens Stoltenberg, selon lequel l'Ukraine céderait des terres à la Russie en échange d'une adhésion immédiate à l'OTAN. Qu'est-ce que vous ne comprenez pas dans "la Russie n'acceptera pas l'OTAN à sa frontière" ? Ce genre de choses ne fait que confirmer l'idée que l'Occident n'a aucun intérêt à prendre en compte les besoins de la Russie en matière de sécurité.

La Russie n'a pas pu manquer la position d'Anthony Blinken lorsque le chef de l'état-major interarmées, Mark Milley, a eu la témérité, l'automne dernier, de suggérer que l'Ukraine négocie après avoir repris un peu de terrain afin d'améliorer sa position de négociation. Milley a été contraint de revenir sur sa mention des négociations à l'époque. Blinken a engagé les États-Unis et l'OTAN à continuer d'armer l'Ukraine pour qu'elle recommence la guerre à une date ultérieure. Principaux extraits de  l'entretien accordé par le Washington Post à David Ignatius :

Le secrétaire d'État Antony Blinken a exposé sa stratégie concernant la fin de la guerre en Ukraine et la dissuasion d'après-guerre lors d'un entretien accordé lundi au département d'État.....

Il a également souligné la détermination du président Biden à éviter un conflit militaire direct avec la Russie, même si les armes américaines contribuent à pulvériser la force d'invasion de Poutine. "M. Biden a toujours insisté sur le fait que l'une de ses exigences en Ukraine était qu'il n'y ait pas de troisième guerre mondiale", a déclaré M. Blinken.

L'échec colossal de la Russie à atteindre ses objectifs militaires, estime M. Blinken, devrait maintenant inciter les États-Unis et leurs alliés à commencer à réfléchir à la forme de l'Ukraine d'après-guerre - et à la manière de créer une paix juste et durable qui maintienne l'intégrité territoriale de l'Ukraine et lui permette de dissuader et, si nécessaire, de se défendre contre toute agression future. En d'autres termes, la Russie ne devrait pas pouvoir se reposer, se regrouper et réattaquer.

Le cadre de dissuasion de Blinken est quelque peu différent des discussions de l'année dernière avec Kiev sur les garanties de sécurité similaires à l'article 5 de l'OTAN. Plutôt que de s'engager formellement dans un traité, certains responsables américains sont de plus en plus convaincus que l'essentiel est de donner à l'Ukraine les outils dont elle a besoin pour se défendre. La sécurité sera assurée par des systèmes d'armes puissants - en particulier les blindés et la défense aérienne - ainsi que par une économie forte et non corrompue et par l'adhésion à l'Union européenne.

L'accent mis actuellement par le Pentagone sur la fourniture à Kiev d'armes et d'entraînement à la guerre de manœuvre reflète cet objectif de dissuasion à long terme. "L'importance des armes de manœuvre n'est pas seulement de donner à l'Ukraine la force de reconquérir son territoire, mais aussi de dissuader les futures attaques russes", a expliqué un fonctionnaire du département d'État au fait des réflexions de M. Blinken. "L'objectif est l'avenir."

Étant donné que le gouvernement ukrainien actuel continue d'insister sur le fait qu'il doit reconquérir toute l'Ukraine d'avant 2014, il est clair que tout réarmement de l'Ukraine par l'Occident conduirait à de nouvelles hostilités... qui ne seraient pas déclenchées par la Russie.

Cependant, en passant, le Post nous dit aussi, sans le vouloir, pourquoi le projet Ukraine est voué à l'échec. Les États-Unis ne se sont pas adaptés au nouveau paradigme ISR que la Russie perfectionne chaque jour. Comme l'ont souligné plusieurs experts militaires, la guerre de manœuvre (qui repose notamment sur la concentration des forces pour percer les lignes ennemies) n'est plus possible avec une puissance homologue. Votre accumulation d'hommes et de matériel sera vue et attaquée avant que vous ne lanciez votre grand coup de poing.

Gardez à l'esprit ce que la position de Blinken implique également : les États-Unis pensent qu'ils peuvent mener ce qui équivaut à une guerre sur deux fronts. Blinken suppose que la Russie perde d'une manière ou d'une autre en Ukraine, ce qui permettrait aux États-Unis et à l'OTAN de la réarmer à leur guise afin de harceler, hum, de faire pression sur la Russie dans la suite de la guerre. Dans le même temps, les États-Unis sont également déterminés à faire quelque chose à leur ennemi officiel n° 1, la Chine. Étant donné que les sanctions économiques fonctionnent aussi mal contre la Chine que contre la Russie, que reste-t-il aux États-Unis et à leurs alliés du Pacifique à part l'escalade militaire ? Ou bien une propagande acharnée suffira-t-elle à ébranler la crédulité du public américain ?

Ainsi, à moins que les États-Unis ne cèdent, la Russie n'a d'autre choix que de poursuivre la guerre jusqu'à ce que l'Ukraine soit prostrée ou que la Russie ait précipité un changement de régime à Kiev. La Russie doit s'emparer de l'Ukraine, que ce soit sur le plan politique ou pratique. Ce résultat devient encore plus important si les États-Unis envoient des ATACMS. La Russie aura besoin d'une zone tampon encore plus large (300 km contre 77 km pour les HIMARS envoyés précédemment) pour empêcher leur utilisation contre le territoire russe.

Cependant, une perte indéniable de l'Ukraine, quelle que soit la grossière maquilleuse des porte-parole des États-Unis et de l'UE, va, comme Alastair Crooke l'a décrit en long et en large dans une récente Hotel Ukraine - You can never leave w/ Alastair Crooke, Alexander Mercouris and Glenn Diesen de Duran, ébranler les petits membres de l'OTAN, qui douteront qu'ils puissent compter sur l'OTAN pour venir à leur rescousse. Il se peut que l'OTAN soit toujours adaptée à son objectif en tant qu'alliance défensive. Toutefois, le fait que les Etats-Unis et les membres de l'OTAN aient envoyé toute une série de "wunderwaffen" à grand renfort de publicité, qui n'ont pratiquement rien fait pour contrecarrer les opérations russes, et dont certains ont été détruits de manière impressionnante, comme les chars Leopard 2 et Challenger, et que l'Occident ne réagisse pas par un effort du type Spoutnik pour amener la puissance de feu occidentale au niveau de celle des Russes, signifie qu'il y a de bonnes raisons de douter de la résistance du bouclier de l'OTAN s'il était mis à l'épreuve.

Cependant, Crooke a expliqué dans un  article connexe que les États-Unis (ou les faucons pensent qu'ils le font) s'orientent vers un conflit long et de faible intensité, ce qui est cohérent avec les remarques de Blinken ci-dessus. Mais cet espoir américano-ukrainien ne tient pas compte du fait que la guerre va généralement dans le sens de la Russie, l'Ukraine continuant à lancer des hommes et du matériel contre les positions russes, et la Russie ne s'engageant que dans des avancées relativement mineures à Kupiansk et dans ses environs pour produire encore plus de la même chose. La Russie voulait affaiblir l'Ukraine et elle a obtenu ce résultat. Et la Russie peut augmenter l'intensité quand cela l'arrange, et elle le fera.

Compte tenu de l'affaiblissement de la position de l'Ukraine et de la nécessité trop évidente pour l'administration Biden de ne pas subir de défaite visible en Ukraine, on pourrait penser que le moment optimal se situerait entre mars et octobre 2024. Mais le revers de la médaille est que lorsque la Russie aura enfin brisé la dernière ligne de défense ukrainienne dans le Donbass, il ne restera plus beaucoup de positions défendables à l'ouest de Lougansk jusqu'au Dniepr 2.

En d'autres termes, le changement de régime est le moyen de parvenir à une fin. Et les régimes faibles se trouvent tous à l'Ouest.

Yves Smith

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

  1. Certes, les États-Unis ont repoussé la date de livraison des chars Abrams à l'année prochaine....mais ils sont si lourds qu'ils seraient probablement inutiles pendant la saison de la boue qui arrive bientôt. Dima, sur Military Summary, note aujourd'hui que la Russie ne s'est pas engagée dans des frappes massives de missiles sur l'Ukraine comme elle en avait l'habitude, bien qu'elle continue à frapper régulièrement des cibles sélectives, comme hier un dépôt de munitions à Kiev, qui contiendrait des obus à l'uranium appauvri. Il suppose que la Russie accumule des stocks en vue de frappes massives en hiver pour endommager à nouveau le réseau électrique. Si la Russie a effectivement caché des missiles, elle pourrait également les garder en réserve pour des frappes de représailles de grande envergure.
  2. C'est pourquoi la poursuite de la lutte pour Bakhmut est rationnelle. Il s'agit de la troisième des quatre lignes de défense de l'Ukraine, mais la dernière est considérée comme faible. Si la Russie devait déplacer des forces jusqu'au Dniepr, on voit mal comment l'Occident ne pourrait pas y voir la preuve indéniable d'un succès russe, qui menacerait la position du régime ukrainien auprès de ses protecteurs.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter