15/09/2023 reseauinternational.net  3 min #233831

G20 : La dernière valse d'un monde déchiré

L'Occident ne parvient pas à monter les pays émergents contre Moscou, selon le Wall Street Journal

par Sputnik Afrique

La plupart des pays émergents ne comptent pas prendre parti pour Kiev, malgré les efforts occidentaux. Ces économies montantes veulent avant tout préserver leur indépendance et leurs intérêts.

Des efforts mal payés. Depuis plusieurs mois, l'Occident essaie en vain de faire basculer les pays émergents sur le dossier ukrainien, rapporte le Wall Street Journal. Mais c'est peine perdue, car ces économies émergentes, comme l'Inde, le Brésil ou l'Afrique du Sud, ne comptent pas s'aliéner la Russie.

Ces puissances régionales comptent bien  «rester neutres face au conflit», note le quotidien américain. Certaines d'entre elles aident même la Russie à contourner les sanctions occidentales. Ceci explique que les critiques à l'égard de Moscou soient devenues moins virulentes sur la scène internationale depuis quelque temps.

«Ces derniers mois, disent les diplomates et observateurs, la volonté de la communauté internationale de critiquer publiquement la Russie a faibli. Un certain nombre de pays en développement se sont opposés aux appels de l'Ukraine et de ses partisans, qui exigent de la Russie des réparations pour les dommages causés», écrit ainsi le Wall Street Journal.

Pas les mêmes priorités

Cette résistance des pays émergents à la ligne occidentale sur l'Ukraine s'explique par une différence de calendrier. Ces États n'ont en effet pas les mêmes priorités et souhaitent avant tout s'appesantir sur les inégalités mondiales et l'allégement de la dette, souligne le quotidien américain. Des questions qui devraient d'ailleurs être mises sur la table lors de la prochaine Assemblée générale des Nations unies, le 19 septembre.

L'Occident a en outre sous-estimé le degré d'hostilité envers les États-Unis et l'Europe dans certaines parties du monde. Méfiants, les pays émergents veulent «défendre leur indépendance et leurs intérêts sur la scène internationale», plutôt que de se plier aux desiderata occidentaux.

Le dernier sommet du G20 en Inde avait déjà cristallisé les tensions entre l'Occident et les puissances émergentes au sujet de l'Ukraine. La déclaration finale des membres  avait été un «coup dur» pour les pays occidentaux, avait ainsi affirmé le Financial Times.

source :  Sputnik Afrique

 reseauinternational.net

 Commenter