17/09/2023 reseauinternational.net  13min #233931

 Oslo 30 ans après: De la Norvège...

Pour Israël, les accords d'Oslo ont été un succès retentissant

par Amira Hass

La création d'enclaves palestiniennes est un compromis interne à Israël : faire disparaître les Palestiniens sans les expulser. Pendant ce temps, Israël engrange d'importants bénéfices, notamment en transformant la Cisjordanie et la bande de Gaza en laboratoire humain

Dans les accords d'Oslo signés il y a 30 ans, Israël a accepté de réduire progressivement l'occupation, tandis que les Palestiniens ont été contraints de cesser instantanément toute résistance. Chaque partie a interprété cette réduction comme elle l'entendait.

Les représentants palestiniens ont compris ou espéré qu'en échange de la cession de 78% de la Palestine historique avant la fin de 1999 (sans renoncer aux liens personnels, familiaux, culturels, émotionnels ou historiques de leur peuple), le contrôle militaire israélien sur les territoires occupés en 1967 prendrait fin et les Palestiniens y établiraient un État.

Les Israéliens ont conclu qu'ils avaient obtenu un sous-traitant pour procéder à des arrestations et traquer les opposants (sans que la Cour suprême d'Israël et le groupe de défense des droits B'Tselem s'en mêlent, comme l'a dit le Premier ministre de l'époque, Yitzhak Rabin). Les négociateurs israéliens ont veillé à ce que l'accord écrit détaille les étapes du processus sans mentionner d'objectifs concrets (un État, un territoire et des frontières fixes).

Israël étant la partie la plus forte, c'est son interprétation qui l'a emporté et qui a déterminé la nature et la morphologie éternelles du «rétrécissement» : L'israélisation d'autant de territoires que possible et, à l'intérieur de ceux-ci, des poches d'autonomie palestinienne - qui sont séparées, affaiblies et contrôlées à distance, Israël étant en mesure de les couper les unes des autres. Les origines des accords d'Abraham de 2020 remontent à 1993.

Grâce à Oslo, Israël s'est déchargé de la responsabilité de l'occupant à l'égard de la population et de son bien-être. Et il a gardé la crème : le contrôle de la terre, de l'eau, des longueurs d'onde des téléphones portables, de l'espace maritime et aérien, de la liberté de mouvement, de l'économie et des frontières (à la fois extérieures et de chaque poche de territoire).

Israël tire d'énormes profits de ces leviers de contrôle, car il est à la tête d'un grand laboratoire humain où il développe et teste ses exportations les plus rentables : armes, munitions et technologies de contrôle et de surveillance. Les Palestiniens de ce laboratoire, privés d'autorité et dont les ressources s'amenuisent, se voient confier la responsabilité de gérer leurs problèmes et leurs affaires civiles.

Les Palestiniens restent une réserve de main-d'œuvre bon marché pour les Israéliens. Une grande partie des coûts de l'occupation est répercutée sur les Palestiniens sous la forme de biens et de services qu'ils sont obligés d'acheter mais qu'ils ne peuvent pas développer parce qu'Israël contrôle la majeure partie du territoire, des frontières et de l'économie en général.

Viennent ensuite les frais élevés sur les transactions financières (comme le transfert de l'argent des douanes au trésor palestinien), les prélèvements et les amendes dont les recettes vont à la police, aux ports, à l'administration civile et à l'armée israélienne, les frais au passage de la frontière avec la Jordanie, les frais de transaction et d'enregistrement immobilier dans la zone C de la Cisjordanie, le marché noir des permis de travail, la rétention de l'argent des douanes sous divers prétextes, l'emploi de vétérans du service de sécurité du Shin Bet et de l'armée comme consultants qui ouvrent des portes dans la bureaucratie de l'occupation, et les intérêts qui s'accumulent sur tous les retards de paiement. Ce n'est peut-être pas grand-chose par rapport au produit intérieur brut d'Israël, mais c'est une fortune pour les Palestiniens, surtout si l'on tient compte de leur PIB et de leurs salaires.

Les pays occidentaux ont déchargé Israël de ses obligations financières en tant que puissance occupante et ont financé une grande partie des dépenses de gestion, d'entretien et de développement limité des enclaves palestiniennes. L'explication est que cela est nécessaire à l'établissement d'un État palestinien. Mais depuis des années, les pays occidentaux en ont assez de subventionner l'occupation et ses problèmes. Ils punissent donc les Palestiniens en faisant preuve d'avarice et les mettent en garde contre des catastrophes humanitaires, alors qu'ils signent de généreux accords économiques, scientifiques et militaires avec Israël.

Peut-on considérer les poches palestiniennes comme un accident dû au fait que les Palestiniens n'ont pas respecté leur part des accords ? Ou bien ces poches ont-elles été secrètement planifiées pendant les négociations, camouflées par des mots doux comme la paix, la prospérité et le prochain Singapour ?

Ont-elles été conçues après l'assassinat de Rabin en 1995, pendant les mandats de Shimon Peres, Benyamin Netanyahou et Ehud Barak, qui ont duré jusqu'en 2001 ? Et si oui, à quel niveau ? Au cabinet du Premier ministre ? Ou s'agissait-il de l'état profond de l'armée, du coordinateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires et du Conseil des colonies de Yesha [Judée-Samarie, c'est-à-dire la Ciosjpordanie] ?

Les historiens diraient que les réponses complètes ne seront fournies que lorsque tous les documents pertinents seront publiés. Pour moi, il est moins important de savoir si des ordres écrits explicites ont été donnés et qui les a donnés. Nous savons très bien que les politiques sont mises en œuvre même en l'absence d'ordres écrits.

Mes documents ne sont pas des déclarations et des sourires, mais des faits sur le terrain, dont certains que j'ai rapportés au fur et à mesure. Ainsi, dès les premiers mois du processus, à l'époque du gouvernement Rabin, j'ai conclu qu'Israël ne cherchait pas la paix mais une victoire décisive sur les Palestiniens.

Aujourd'hui, je dirais la chose suivante : les enclaves palestiniennes sont le résultat d'une planification intentionnelle des Israéliens dont les idées, les instruments et les institutions étaient déjà enracinés avant 1948. Les enclaves palestiniennes sont un compromis interne israélien entre le désir de voir les Palestiniens disparaître de la carte et la prise de conscience que, pour des raisons géopolitiques, nous ne pouvons pas revenir à 1948, c'est-à-dire que nous ne pouvons pas expulser à nouveau les Palestiniens. La solution consiste à les engloutir dans des enclaves. Les désaccords entre les différents camps sionistes ne portent que sur le nombre d'enclaves et leur taille, et non sur l'essence.

Je présente ci-dessous quelques faits qui sont devenus évidents entre 1994 et 1997 et qui indiquent une planification précoce des enclaves palestiniennes.

Couper Gaza de la Cisjordanie

Il s'agit de la première étape de la fragmentation de l'ensemble du territoire occupé en 1967 et de sa population, en contradiction flagrante avec les accords, qui stipulent que les deux parties considèrent la bande de Gaza et la Cisjordanie comme une seule unité territoriale. Le morcellement se compose de quatre éléments :

1. Limitation de la liberté de circulation. En janvier 1991, le gouvernement a mis en place un régime de permis de circulation (laissez-passer). Jusqu'à cette date, tous les Palestiniens étaient autorisés à circuler librement en Israël et dans le territoire occupé en 1967, à l'exception de quelques catégories de personnes soumises à des restrictions. Depuis lors, la liberté de circulation a été refusée à tous les Palestiniens, à l'exception de quelques catégories, dont certains membres reçoivent des permis.

2. Interdiction de changer d'adresse de Gaza vers la Cisjordanie. Les accords d'Oslo stipulaient que l'Autorité palestinienne était autorisée à mettre à jour l'adresse inscrite sur la carte d'identité d'une personne si elle en informait l'administration civile israélienne, qui détient et contrôle toujours le registre de la population.

En 1996, les fonctionnaires de l'Autorité palestinienne ont découvert que l'administration civile ne les autorisait pas à mettre à jour l'adresse, par exemple, de la ville de Gaza à Ramallah (par opposition à Naplouse à Ramallah, toutes deux situées en Cisjordanie). Cette situation a affecté des milliers de Gazaouis qui vivaient et travaillaient en Cisjordanie depuis des années.

3. Refus d'entrée en Cisjordanie aux Gazaouis. Je me souviens très bien d'un travailleur du camp de réfugiés de Jabalya que j'ai rencontré en 1995 et qui avait un permis journalier pour travailler à Jérusalem. Au lieu de retourner à Gaza tous les soirs, il a demandé à passer la nuit à Jéricho, en Cisjordanie, sous la juridiction de l'Autorité palestinienne. Cette demande lui a été refusée au motif fallacieux qu'il s'agissait d'un voyage entre des territoires occupés en 1967, à travers le territoire israélien, et qu'il était donc soumis à l'appréciation d'Israël.

Les étudiants de Gaza qui ont étudié dans des universités de Cisjordanie ont trouvé un moyen de contourner cette politique : Ils ont pris un vol de l'Égypte à la Jordanie et sont entrés en Cisjordanie par le pont Allenby. Des hommes d'affaires de Gaza ont pris l'avion de l'Égypte à Chypre, puis à l'aéroport Ben-Gourion, avant d'entrer en Cisjordanie en voiture. Au passage de la frontière, ces personnes avaient toujours le statut de «résidents», quelle que soit la partie du territoire occupé en 1967 d'où elles venaient.

Mais la bureaucratie diligente a découvert les failles et les a comblées. Vers 1996 ou 1997, les habitants de Gaza se sont vu refuser l'entrée en Cisjordanie par le pont Allenby et, progressivement, l'entrée par l'aéroport Ben-Gourion leur a également été interdite (un sort qui a été réservé un peu plus tard aux résidents de Cisjordanie). Depuis 2000, Israël n'autorise plus les habitants de Gaza à étudier dans les universités de Cisjordanie (interdiction approuvée par la Haute Cour de justice).

Les mesures susmentionnées ont contribué à créer une interdiction de facto pour les habitants de Gaza en Cisjordanie. L'étape suivante logique a été l'interdiction officielle par Israël de l'installation des habitants de Gaza en Cisjordanie.

Les colonies

Les routes ont été planifiées en fonction des besoins des colons, sans tenir compte de la logique géographique et démographique des villes et villages palestiniens et de leurs besoins. La route de contournement sous tunnel, construite pendant le mandat de Rabin, a permis un accès facile entre le bloc de colonies de Gush Etzion et Jérusalem. C'est également sous Rabin que les membres du clan Jahalin ont été expulsés de leurs maisons pour permettre l'expansion de la colonie de Ma'aleh Adumim.

Après que Baruch Goldstein a massacré 29 fidèles musulmans à la mosquée Ibrahimi d'Hébron en 1994, l'armée a puni les Palestiniens d'Hébron en leur imposant un couvre-feu tout en concevant des dispositions de sécurité pour les colons, ce qui a déclenché le processus de vidage du centre-ville de ses résidents palestiniens. Il ne s'agissait pas de dérapages ponctuels, mais de décisions ancrées dans la vision des Palestiniens comme un peuple inférieur, voire superflu.

Dans un discours prononcé à la Knesset un mois avant son assassinat, Rabin a promis qu'il n'y aurait pas de retour aux frontières du 4 juin 1967, que l'entité palestinienne serait moins qu'un État et qu'une «Jérusalem unie» s'étendrait de Ma'aleh Adumim à l'est et de Givat Ze'ev à l'ouest - bifurquant de fait la Cisjordanie. Il a déclaré que l'État d'Israël inclurait Gush Etzion, Efrat, Betar et «d'autres colonies à l'est de la ligne verte», tandis que le bloc de colonies de Gush Katif à Gaza aurait des blocs jumeaux en Cisjordanie.

La zone C, ou l'israélisation de l'espace

Au cours des négociations qui ont précédé la signature des accords d'Oslo II en 1995, une division artificielle et temporaire de la Cisjordanie en zones A, B et C a été considérée comme un plan de travail nécessaire au redéploiement progressif de l'armée et à l'extension corrélative de la juridiction et de l'autorité policière de l'Autorité palestinienne. Cela se produirait d'abord dans les villes, puis dans les villages, et enfin dans le reste du territoire, à l'exception des bases et des colonies de l'armée israélienne. La logique sécuritaire d'un redéploiement militaire progressif peut se comprendre (pas de dates sacrées, disait Rabin), tout comme l'arrêt temporaire du processus lorsque le sous-traitant palestinien chargé des arrestations n'a pas tenu ses promesses.

Mais qu'est-ce que la sécurité et le redéploiement ont à voir avec l'interdiction de la planification et de la construction palestiniennes, avec le fait d'empêcher les communautés palestiniennes d'être connectées aux réseaux d'électricité et d'eau, et avec le fait d'empêcher les Palestiniens d'exploiter leurs terres.

Si les besoins des Palestiniens - sans parler de leurs droits en tant que population autochtone - avaient été pris en compte, et pas seulement la sécurité des colons, les négociateurs israéliens n'auraient pas établi un lien aussi étroit entre la «sécurité» et l'interdiction du développement et de la construction des Palestiniens. Ces interdictions ont tracé très tôt les frontières des enclaves palestiniennes et prouvent que, comme toujours, la sécurité a été un prétexte commode pour s'emparer du territoire palestinien.

Par ailleurs, les compagnies de bus palestiniennes autorisées depuis l'époque du mandat britannique et du régime jordanien ont découvert que leur permis de conduire à travers Jérusalem (Est) avait été annulé. Le nombre croissant de points de contrôle a rendu difficile l'accès des Palestiniens aux établissements de santé, aux institutions religieuses et aux établissements d'enseignement de la capitale. La construction pour les Israéliens juifs se poursuit, tandis que les interdictions de construire imposées aux Palestiniens demeurent intactes.

Contrôle du registre de la population

Les accords d'Oslo contenaient une avancée palestinienne significative : Israël n'a plus le pouvoir de révoquer le statut de résident de Gaza ou de la Cisjordanie (à l'exception de Jérusalem-Est) des Palestiniens en raison d'une résidence prolongée à l'étranger. Ce pouvoir était (et reste) équivalent à un transfert forcé de population.

Et pourtant, alors qu'Oslo II était en cours de négociation - entre janvier et octobre 1994 - les fonctionnaires de l'administration civile et du ministère de l'intérieur ont ressenti l'urgence de révoquer le statut de résident de 25 645 Palestiniens nés en Cisjordanie (près d'un cinquième du nombre de Palestiniens révoqués depuis 1967, un nombre similaire de Palestiniens nés à Gaza ayant également été expulsés). Israël a également conservé le droit de déterminer combien de nouveaux résidents seraient ajoutés au registre de la population palestinienne (à l'exception des nouveau-nés et des enfants mineurs des résidents enregistrés). En d'autres termes, Israël détermine (comme il le faisait avant 1994) si, quand et quels conjoints non-résidents de Palestiniens obtiendront le statut de résident.

Les accords d'Oslo promettaient que les parties discuteraient du processus de rétablissement du statut de résident pour les Palestiniens de souche privés de ce statut entre 1967 et 1994. Les négociateurs palestiniens ont compris qu'il s'agissait d'une question technique. Mais les atermoiements d'Israël et les négociations humiliantes par lesquelles il a fait traîner la question jusqu'à ce qu'elle soit mise au placard ont prouvé que le contrôle de la démographie palestinienne n'était jamais une question technique. Elle a été déterminante pour les négociateurs israéliens, qui savaient que le territoire qu'ils allouaient aux Palestiniens était déjà limité. «Israël veut gagner la paix comme il a gagné les guerres», ont fait remarquer très tôt les négociateurs palestiniens.

Pour ces raisons, je conclus que les accords d'Oslo, au lieu d'échouer, ont réussi au-delà de toute mesure.

source :  Haaretz via  Tlaxcala

 reseauinternational.net

 Commenter