18/09/2023 euro-synergies.hautetfort.com  5min #233994

La guerre en Europe, la fin de la sphère publique. La fin d'un monde

La guerre en Europe, la fin de la sphère publique. La fin d'un monde

par Vincenzo Costa

Source :  ariannaeditrice.it

En espérant que nous n'arrivions pas à la fin du monde (c'est-à-dire à la catastrophe nucléaire), nous sommes certainement à la fin d'un monde, la fin de la sphère publique, d'un système d'organisation du monde, de structures conceptuelles.

La fin de la sphère publique

La notion de sphère publique - nous le savons depuis Mill et Tocqueville jusqu'à Habermas et Arendt - est fondamentale pour la notion de démocratie, puisque la démocratie suppose une opinion publique informée, critique, capable de discernement.

Ce qui a rendu possible cette forme de gouvernement, ce sont les "corps intermédiaires" (partis, associations, etc.) qui sont la condition de possibilité d'un décryptage critique et pluriel, et sans pluralisme des informations et des interprétations, il n'y a pas de sphère publique.

Un processus entamé depuis longtemps, mis en évidence par de nombreux penseurs de manière différenciée - de Baudrillard à Byung-Chul Han - montre que cette notion de sphère publique s'est effondrée.

En effet, nous sommes passés d'une partitocratie malmenée à une médiocratie: les médias nous font vivre dans la réalité qu'ils construisent.

Ils ont ainsi construit la figure du héros Zelensky, et ils ont également construit le nationalisme ukrainien, qui ne se serait pas développé sous la forme que nous lui connaissons aujourd'hui sans les médias.

La télévision ne représente pas la réalité, elle la produit, elle la fait advenir, et pas seulement parce qu'elle la falsifie (elle le fait aussi), mais parce qu'elle transforme un modèle en réalité. Le modèle était: la construction du nationalisme ukrainien, la construction de la figure du héros. Les images, la narration ont fait du modèle une réalité.

Mais de la manière dont ils l'ont construit, ils peuvent le détruire en deux jours: il leur suffit de commencer à transmettre d'autres images, d'autres informations, par exemple, il leur suffit de répandre la rumeur selon laquelle en Ukraine, les États-Unis, avec l'accord de Zelensky, possédaient des laboratoires d'armes biologiques, une nouvelle qui circule dans les médias.

Il leur suffit de diffuser des nouvelles bouleversantes: le mythe de la lutte de la liberté contre la barbarie s'effondrerait, le récit changerait, et le changement de récit changerait l'expérience.

Les médias peuvent faire advenir la réalité qu'ils souhaitent.

Maduro était donc le dictateur, et en un instant, il devient un interlocuteur, des sanctions contre Maduro à l'achat de pétrole auprès de lui. Dans peu de temps, s'il le souhaite, il se fera le chantre de la liberté.

Le public médiatisé n'a plus de mémoire culturelle et communicationnelle (Assman): il vit dans l'instant, il oublie dans l'instant. Les médias ne construisent pas une histoire, mais une série d'instants fragmentés.

Ce qui n'est pas sans signification dans la "vraie réalité".

Poutine sait qu'il a perdu la guerre des médias en Occident, et s'il avait l'habitude d'agir en essayant de ne pas contrarier l'opinion publique européenne, cet éventuel frein inhibiteur a désormais cessé.

La même chose est désormais claire pour les Chinois. Et ils prennent des précautions : ils créent des réseaux fermés, car ils ne veulent pas finir comme Trump qui a été bloqué par Facebook. Mais surtout: ce que pense la sphère publique occidentale est totalement indifférent au reste du monde, qui nous voit désormais comme des fanatiques qui doivent imposer leur mode de vie partout.

Ce qui n'est pas sans importance d'un point de vue militaire. La victoire médiatique de l'Occident peut se révéler être un boomerang: nous pouvons créer la sphère publique que nous voulons, mais celle-ci n'a plus aucun poids, elle ne sera plus prise en compte dans les jours à venir pour décider de la conduite des opérations militaires.

Une sphère publique qui n'a plus d'influence sur les décideurs cesse d'exister, nous le savons depuis Locke, qui avait saisi le pouvoir d'interdiction de la sphère publique, pouvoir qui a cessé d'exister. Et c'est pour cela que la modernité est terminée.

Il est désormais clair que tout se joue dans la sphère médiatique. Nous ne sommes pas seulement passés du gouvernement économique au gouvernement de la société, comme le souligne également Foucault à juste titre: nous sommes passés du gouvernement de la société au gouvernement de l'opinion.

Le rôle des États-Unis

Cette guerre marquera peut-être la fin de la Russie, mais cela ressemble plus à de la propagande qu'à une réalité, et il suffit de regarder une carte avec les pays qui imposent effectivement des sanctions pour se rendre compte qu'il s'agit d'une distorsion provenant d'une perspective eurocentrique retardée.

Avec ou sans Poutine, seul son virage vers l'Asie sera certifié, comme nous le voyons déjà, avec la formation d'un grand bloc asiatique (Russie, Chine, Inde) avec une petite ramification européenne, alors que la Russie, si nous avions eu des politiciens moins malavisés et plus clairvoyants, aurait pu être une puissante extension de l'Europe vers l'Est, un pont.

Il est beaucoup plus probable que nous soyons confrontés à l'effondrement des États-Unis: fin de l'hégémonie du dollar (après la décision de geler une partie des milliards de dollars de réserves russes, plus personne ne fera confiance aux États-Unis), fin du pouvoir sur les pays arabes (l'Arabie ayant rejoint les BRICS), création d'un bloc anglo-américain aux intérêts de plus en plus divergents de ceux de l'Europe, création d'un front franco-allemand, Scholz détricotant prudemment mais continuellement la politique de Steinmeier.

Nous sommes à la fin d'une époque. Et nos journaux et nos hommes politiques nous font vivre, comme Roberto Buffagni aime à le dire, à Disneyland.

Et nous paierons cher cette classe politique inepte, sans aucun sens de la mesure, qui parle comme un ivrogne au bar, sans penser que - s'il n'y a pas de guerre nucléaire - il faudra rétablir les relations. Ils n'ont pas appris, comme on dit chez les gens du peuple, peut-être pas éduqués mais avec le sens de la mesure, qu'"il faut manger demain aussi".

Ces gens vivent et font de la politique comme s'il n'y avait pas de lendemain.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter