19/09/2023 arretsurinfo.ch  6min #234019

La nouvelle aide à Taïwan sonne le glas de « l'ambiguïté stratégique »

L'ancien secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen (à gauche) est vu aux côtés du vice-ministre des Affaires étrangères Tsai Ming-yen lors d'une conférence de presse tenue par le ministère jeudi à Taipei. Photo CNA 5 janvier 2023

Le rôle des États-Unis dans la défense de Taipei étant chaque jour plus clair, le dilemme sécuritaire entre les États-Unis et la Chine se profile à l'horizon.

Le département d'État a approuvé un programme d'aide militaire de 80 millions de dollars en faveur de Taïwan. Bien qu'il ne change pas grand-chose à la donne militaire, ce modeste transfert est sans précédent de par sa source de financement : le programme Foreign Military Financing (FMF), qui est avant tout un compte de subvention pour l'assistance militaire aux pays étrangers.

Le département d'État insiste sur le fait que ce transfert n'implique pas la reconnaissance de Taïwan en tant qu'État souverain. "Conformément à la loi sur les relations avec Taiwan et à notre politique de longue date d'une seule Chine, qui n'a pas changé, les États-Unis mettent à la disposition de Taiwan les articles et services de défense nécessaires pour lui permettre de maintenir une capacité d'autodéfense suffisante", a déclaré un porte-parole du département d'État.

Pourtant, la subvention de la FMF suit un modèle cohérent de rhétorique et de comportement qui semble diluer l'ambiguïté stratégique, ou la politique américaine de longue date consistant à maintenir délibérément l'incertitude autour de la question de savoir si les États-Unis interviendraient militairement pour défendre Taïwan d'une attaque chinoise. En septembre 2022, le président Joe Biden a explicitement déclaré, et réaffirmé en réponse à une question de Scott Pelley, correspondant de 60 Minutes, que les forces américaines se battraient pour défendre Taïwan en cas d'invasion chinoise.

La dilution actuelle de l'ambiguïté stratégique en tant que concept crédible de politique étrangère, accompagnée d'un déclin rapide et marqué de la relation globale entre les États-Unis et la Chine, fait planer le spectre d'une confrontation militaire dans le détroit de Taïwan. Aujourd'hui plus que jamais, il est urgent d'articuler une vision viable non seulement sur la politique de Taïwan, mais aussi sur les questions plus générales concernant la position de défense des États-Unis dans la région Asie-Pacifique. Pour analyser la dynamique du conflit de Taïwan et ce qu'il signifie pour la stratégie américaine, il convient de revenir sur un concept séculaire de la politique internationale : le dilemme de sécurité.

En résumé, le dilemme de la sécurité veut que les mesures prises par les États pour accroître leur sécurité puissent être perçues comme une menace par d'autres États, ce qui déclenche une réaction en chaîne qui rend toutes les personnes concernées moins sûres. Il s'agit d'une idée fondamentale dans la réflexion sur les relations internationales, et ce pour de bonnes raisons.

Il s'agit d'un aspect très important du comportement des États, observé pendant des milliers d'années depuis la guerre du Péloponnèse et largement reproduit dans de nombreux contextes géopolitiques.

Le dilemme a été exprimé le plus clairement et le plus fréquemment dans les cas de renforcement militaire. Imaginez un scénario dans lequel vous, en tant que dirigeant, en êtes venu à croire que votre voisin nourrit des intentions agressives à l'égard de votre pays. Cette conviction peut s'appuyer, comme c'est souvent le cas dans ce genre de situation, sur des décennies, voire des siècles, d'hostilité, y compris sur des actes d'agression réels commis par votre voisin dans le passé. Vous décidez donc de vous armer pour dissuader et, le cas échéant, repousser l'agression de votre voisin.

Mais il s'avère que vous n'êtes pas le seul à être animé par de telles craintes. Votre voisin, informé par sa propre histoire, ses intérêts et sa culture stratégique, pense quelque chose de terriblement similaire à votre sujet et conclut que votre renforcement défensif est un prélude à une attaque contre lui. Il pourrait répondre par un renforcement de ses propres capacités, augmentant ainsi le risque d'erreur de calcul et d'accident catastrophique, ou en lançant une attaque préventive contre vous.

La situation à Taïwan est, il est vrai, plus complexe qu'une simple crise de renforcement des frontières entre deux puissances contiguës, car il s'agit d'un conflit maritime centré sur un troisième acteur qui, bien qu'il ne soit pas reconnu par Washington comme un pays souverain, est largement considéré comme un élément clé des intérêts régionaux et mondiaux des États-Unis. Pourtant, la logique de base décrite par le dilemme de sécurité non seulement s'applique toujours, mais elle est plus pertinente que jamais pour comprendre ce qui rend le conflit de Taïwan si dangereux et si difficile à résoudre. Taïwan est le pivot géopolitique entre les sphères d'influence concurrentes de la Chine et des États-Unis dans la région Asie-Pacifique.

Tout effort des États-Unis pour imposer des coûts militaires à une éventuelle invasion chinoise de Taïwan, ou même pour maintenir des relations avec Taipei, sera dénoncé par Pékin comme une tentative d'"étranglement" de la Chine et risque d'entraîner des actions militaires réciproques de la part de la Chine. Comme

La reconnaissance renforcerait le prétexte de la Chine pour une invasion et augmenterait considérablement la probabilité d'un affrontement militaire au sujet de Taïwan. Les actions qui peuvent être interprétées comme un signal que les décideurs américains envisagent la reconnaissance, comme le récent transfert de la FMF, risquent inutilement d'entraîner une réponse chinoise disproportionnée.

Cela ne veut pas dire que la dissuasion n'a pas sa place dans la boîte à outils de la politique américaine. En effet, il y a une valeur militaire et politique à aider Taïwan dans le but de faire comprendre à Pékin que toute tentative de "réunification" par la force sera loin d'être rapide et indolore. Mais de tels efforts, bien qu'utiles, doivent s'accompagner d'une stratégie cohérente et réaliste pour l'Asie-Pacifique, qui tire parti des avantages uniques offerts par les alliances régionales de l'Amérique et qui équilibre la concurrence avec l'engagement, le cas échéant.

Notre rhétorique et nos politiques sur Taïwan doivent être fermes, pas grandiloquentes ; prévisibles, pas criardes ; et guidées par des intérêts matériels concrets, pas par la promulgation de valeurs abstraites. L'Asie-Pacifique est le théâtre où la configuration de l'ordre international sera décidée dans les années et décennies à venir. Il n'y a pas de plus grand défi stratégique pour les décideurs américains que de gérer la crise de Taïwan de manière judicieuse et tournée vers l'avenir - la position mondiale des États-Unis en dépend.

 Mark Episkopos, 07 Septembre 2023

Mark Episkopos est professeur adjoint d'histoire à l'université Marymount et candidat au doctorat.
Il écrit sur les questions de sécurité nationale et de relations internationales.

Source: responsiblestatecraft.org

Traduction Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter