19/09/2023 les-crises.fr  10min #234021

Medicaid : des millions d'Américains pauvres sont exclus de la couverture médicale

Des millions de personnes se retrouvent exclues des listes de bénéficiaires de Medicaid, ce qui réduit à néant la plus grande progression de la couverture médicale depuis l'Obamacare.

Source :  Politico, Adam Cancryn, Megan Messerly
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Près de 4 millions d'Américains ont été exclus de Medicaid au cours des trois derniers mois, la plupart d'entre eux ayant perdu leur assurance pour des raisons administratives. Les responsables de l'administration Biden expliquent qu'ils se sont fixés comme priorité absolue de faire pression sur les États afin que ceux-ci corrigent les erreurs et limitent les pertes de couverture. |Alex Brandon/AP Photo

Les États-Unis sont en train de démanteler l'un des derniers piliers de leur filet de sécurité datant du Covid. Pour le président Joe Biden, le moment ne pourrait être plus mal choisi.

Pour la première fois en trois ans, les États du pays, tant bleus (démocrates) que rouges (républicains), sont en train de purger de leurs programmes Medicaid des millions de personnes à faible revenu, après l'expiration, au printemps dernier, d'une politique de pandémie destinée à empêcher les personnes vulnérables de perdre brutalement leur couverture médicale.

Près de 4 millions d'Américains ont été exclus de Medicaid au cours des trois derniers mois, la plupart d'entre eux ayant perdu leur assurance pour des raisons administratives. Selon les estimations officielles, ce nombre devrait atteindre 15 millions à la même date l'année prochaine, mais la crainte est que le bilan final ne soit encore plus lourd.

Ces résiliations massives, qui représentent le plus grand remaniement du paysage de l'assurance maladie depuis l'Obamacare, surviennent alors que les cas de Covid augmentent à nouveau et que Biden se lance pour sa réélection, dans une campagne centrée sur le thème : convaincre les électeurs de la classe ouvrière qu'ils sont mieux lotis qu'avant.

Il est probable que cela annule les progrès significatifs en matière de couverture santé et de lutte contre la pauvreté que la Maison-Blanche présentait comme un bénéfice direct de sa politique. Alors que Biden est déjà confronté à un scepticisme bien enraciné quant à l'état de l'économie, ses partisans sont de plus en plus nombreux à craindre que ce rythme effréné de pertes de couverture ne vienne compromettre son message principal, à savoir que les « Bidenomics » [En lançant le mot de « Bidenomics », les conseillers de Joe Biden espèrent bien donner de la visibilité aux impulsions et aux réussites économiques dues, selon eux, au président démocrate, NdT] se traduisent par des avancées plus importantes pour les plus démunis.

« La politique du centre et celle dite du bas vers le haut : que signifie réellement les Bidenomics » ?

« Il s'agit d'un défi énorme et d'une situation sans précédent », a déclaré Joan Alker, directrice exécutive du Centre pour l'enfance et la famille de l'université de Georgetown. « Que le taux de non-assurance augmente par voie de conséquence est à la fois un manque de chance et un fâcheux facteur de risque pour l'administration Biden. »

Début 2020, le Congrès a imposé aux États de ne plus exiger que les personnes inscrites à Medicaid renouvellent leur couverture chaque année, afin de garantir que les Américains pauvres restent couverts par l'assurance en permanence tout au long de la crise du Covid. La population couverte par Medicaid a ainsi atteint le chiffre record de 93 millions de personnes, soit un Américain sur quatre bénéficiant d'une assurance dans le cadre de ce programme.

Mais lorsque le Congrès a mis fin à cette protection en avril dernier, avant que ne soit mis fin à l'urgence sanitaire Covid, les États ont commencé à passer au peigne fin leurs listes de bénéficiaires de Medicaid à la recherche de ceux qui ne remplissaient plus les conditions requises parce qu'ils gagnaient trop d'argent ou que leur situation avait changé à cause d'un autre facteur : grossesse ou situation parentale. La Floride a radié plus de 400 000 personnes de Medicaid durant les trois premiers mois. Pour sa part, le Texas a évincé plus d'un demi-million de personnes en un seul mois, la grande majorité d'entre elles pour n'avoir pas présenté les documents requis, plutôt que pour avoir été officiellement déclarées inéligibles.

Quant à l'Arkansas, région où l'administration de la gouverneure républicaine Sarah Huckabee Sanders prend six mois pour achever l'examen des conditions d'éligibilité, plus de 300 000 personnes ont perdu leur couverture, dont plus de 108 000 enfants.

« C'est pire que ce que je pensais », a déclaré Trevor Hawkins, avocat de l'association Legal Aid of Arkansas. « Le système est tellement défaillant que bien trop de gens se voient privés de couverture sans raison. Je ne pensais pas qu'en trois mois, ils allaient systématiquement mettre fin à la couverture de plus de 60 000 personnes. Je ne peux tout simplement pas me faire à l'idée de ce chiffre. »

Les autorités sanitaires de l'Arkansas affirment qu'ils s'efforcent de respecter les critères habituels d'éligibilité fixés par le Congrès et l'administration.

« C'est exactement comme cela que le système est censé fonctionner : nous veillons à ce que les prestations restent accessibles pour les habitants de l'Arkansas qui en ont vraiment besoin, et nous nous assurons également que ceux qui ne remplissent plus les conditions requises soient informés des options disponibles en matière de couverture médicale », a déclaré Kristi Putnam, secrétaire du ministère des Services sociaux de l'Arkansas.

Les responsables de l'administration Biden expliquent qu'ils se sont fixés comme priorité absolue de faire pression sur les États afin que ceux-ci corrigent les erreurs et limitent les pertes de couverture. Ils minimisent les risques politiques, insistant sur le fait que le travail en coulisses a un impact considérable dans tout le pays.

« Il ne s'agit pas d'une négociation avec les États du style : Eh, nous estimons que parce que vous avez exclu ces personnes à tort, vous devriez peut-être rectifier le tir », a déclaré un haut responsable de l'administration, sous couvert d'anonymat concernant des conversations privées. « C'est du genre, vous devez arranger les choses. »

Les collaborateurs de la Maison-Blanche se concentrent également sur la recherche de moyens pour redonner une couverture à ces personnes, soit en les réintégrant dans le programme Medicaid, soit en les inscrivant à l'Obamacare, en organisant des réunions régulières avec les responsables du ministère de la Santé afin de planifier des stratégies de sensibilisation, a indiqué une autre personne familière du dossier.

Mais l'administration refuse de critiquer publiquement certains États en particulier ou même d'identifier ceux qui, selon elle, sont confrontés aux problèmes les plus graves, de peur de nuire à ses relations avec ces derniers. Bien que des États dirigés par le parti républicain, comme le Texas et l'Arkansas, figurent parmi les plus virulents en matière de réduction du nombre de bénéficiaires de Medicaid, certains États dirigés par des gouverneurs démocrates, comme le Kansas et le Kentucky, affichent également des taux élevés de radiation des listes.

Au Capitole, les Démocrates de haut rang sont de plus en plus irrités par la stratégie de l'administration, contestant son efficacité et réclamant des mesures plus énergiques, telles que la suppression de financements cruciaux lorsque les États refusent de freiner les processus de désinscriptions. Le sénateur Ron Wyden (Démocrate-Oregon), qui préside la commission chargée de superviser Medicaid, a ainsi estimé que les tentatives de certains États pour éviter que les gens ne perdent leur couverture revenait à « faire un signe de la main à quelqu'un au passage de sa voiture en lui disant : Eh bien voilà, nous vous avons contacté. »

Le sénateur Ron Wyden, président de la commission en charge de Medicaid, a estimé que les tentatives de certains États pour éviter que les gens ne perdent leur couverture revenait à « faire un signe de la main à quelqu'un au passage de sa voiture en lui disant : Eh bien voilà, nous vous avons contacté ».|J. Scott Applewhite/AP Photo

Plusieurs autres Démocrates, inquiets quant à l'accélération du rythme des désinscriptions, se sont plaints en privé auprès de hauts fonctionnaires de la Maison Blanche, ont indiqué deux personnes au fait de ces conversations. Ils ont mis en doute le niveau de préparation des Centers for Medicare and Medicaid Services du ministère de la Santé quant à la gestion du processus de désinscription et ont exhorté le Conseil de politique intérieure de la Maison-Blanche à jouer un rôle plus énergique pour faire pression sur les États.

« Tout le monde doit se montrer plus déterminé », a déclaré Wyden, qui a insisté auprès des hauts fonctionnaires de la santé de Biden pour obtenir des réponses. « Ce que l'on fait à ces pauvres gens est moralement répugnant. »

Le Congrès a en fait envisagé un tel scénario. L'année dernière, les législateurs ont renforcé le pouvoir de l'administration en matière de contrôle des États, dans la perspective d'une éventuelle surveillance plus stricte du processus Medicaid. Mais quand il s'agit d'États comme l'Arkansas et l'Idaho, qui arrivent déjà à la fin de la phase la plus difficile de leurs vérifications d'éligibilité, cette fenêtre d'action se referme.

« Plus on attend, moins c'est efficace, a déclaré Hawkins. La performance diminue. »

Sara Lonardo, conseillère principale et attachée de presse à la CMS (Agence fédérale du département américain de la Santé et des services sociaux), a déclaré que l'agence prenait son rôle de contrôle et de surveillance « avec le plus grand sérieux » et qu'elle continuerait de prendre des mesures pour éviter que les personnes éligibles ne perdent leur couverture. Pour ce faire, elle peut exiger des États qu'ils suspendent les résiliations, rétablissent la couverture, adoptent des stratégies pour aider les bénéficiaires à suivre le processus de renouvellement et qu'ils règlent les problèmes systémiques.

« Si les États concernés persistent dans leur refus, ils risquent de perdre le financement fédéral majoré, a déclaré Lonardo. Certains États prennent les devants et demandent à la CMS de reconnaître et résoudre les problèmes de renouvellement. »

L'agence a collaboré avec 14 États pour suspendre les résiliations de tout ou partie des bénéficiaires de Medicaid en raison de problèmes de respect des règles, mais sans préciser desquels il s'agissait.

Certains des partisans de Biden ont balayé d'un revers de main les inquiétudes politiques relatives à ces désinscriptions, soulignant la nette supériorité des Démocrates dans les sondages sur les questions de santé. En outre, en élargissant les subventions de l'Obamacare, Biden permet à un plus grand nombre de personnes qui perdent Medicaid cette année de souscrire à une nouvelle assurance..

« La couverture est à un niveau record et le nombre de personnes non assurées n'a jamais été aussi bas, et cela est dû en grande partie au travail de Joe Biden », a déclaré Leslie Dach, présidente de l'association démocrate Protect Our Care [Protégeons nos soins], estimant que les dirigeants des États rouges porteront le chapeau en cas de pertes de couverture. « Ces résultats sont le fait de gouverneurs qui se sont montrés à maintes reprises opposés aux systèmes de soins de santé. »

Cependant, les pertes de couverture pourraient alimenter le scepticisme des électeurs quant à l'aide apportée par le gouvernement en période de difficultés économiques, alors que la Maison-Blanche s'efforce toujours de convaincre le public d'adhérer aux Bidenomics.

Biden au sujet du Covid : l'Amérique « revient à la normale »

Jamila Michener, co-directrice du Cornell Center for Health Equity, qui a étudié l'impact de Medicaid sur les élections, a prévenu que la perte de la couverture Medicaid avait par le passé été associée à une baisse de la participation électorale. Et si la plupart des États qui connaissent les taux les plus élevés de perte de couverture jusqu'à présent sont des États que Biden a très clairement perdus en 2020, des États charnières (swing states) comme la Géorgie et le Nevada figurent parmi ceux ayant les dix taux de désinscription les plus élevés.

« Là où le processus a été associé à des désinscriptions et à des mauvaises pratiques dans le cadre de Medicaid, il est plus que probable que cela se traduira par des retombées électorales négatives, a déclaré Michener. Lorsque le processus en vient à éloigner les bénéficiaires de Medicaid de la politique ou du système électoral, cela entraîne des inégalités politiques, tant en termes de classe que de race. »

Source :  Politico, Adam Cancryn, Megan Messerly, 09-08-2023

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter