23/09/2023 chroniquepalestine.com  9min #234249

 Oslo 30 ans après: De la Norvège...

30 ans d'Oslo, 30 ans de duperie

Mars 2017 - Les forces répressives de l'Autorité palestinienne attaquent des manifestants palestiniens à Ramallah, dont le père du jeune militant palestinien assassiné  Basil al-Araj, des journalistes et d'anciens prisonniers, comme  Khader Adnan. Plus tard dans la soirée, la police de l'Autorité palestinienne a également attaqué une marche organisée dans le camp de réfugiés de Dheisheh, près de Bethléem, pour demander la fin de la coordination de la sécurité et rendre hommage à al-Araj - Photo: via  Samidoun.net

Par  Yara Hawari

J'avais presque cinq ans et je vivais à Jérusalem lorsque les  accords d'Oslo ont été signés en 1993.

Mes souvenirs de cette époque sont flous et il me semble que je me souviens davantage de l'atmosphère que des moments précis. Il y avait un sentiment de choc et les adultes étaient rivés à leur télévision ou à leur radio. Je n'arrivais pas à savoir si quelqu'un était mort ou allait se marier.

Avec le  recul de plusieurs décennies, j'en suis venu à comprendre cette grande polarité des sentiments. Certains Palestiniens étaient incrédules et conservaient un optimisme prudent : le retour de l'OLP en Cisjordanie et à Gaza, drapée de drapeaux palestiniens, était quelque chose qu'ils pensaient ne jamais voir.

Mais beaucoup d'autres étaient  en colère contre des  dirigeants qui n'avaient jamais mis les pieds en Palestine et qui avaient signé un accord sans jamais avoir vu une colonie israélienne. En effet, les Palestiniens de Palestine, pour la plupart, étaient absents des comités de l'OLP formés pour les négociations.

Pire encore, la majorité des  réfugiés - ceux qui ont porté Yasser Arafat et l' OLP au pouvoir - ont été tenus à l'écart de l'accord final, leur  droit au retour a été négocié et finalement ignoré.

Lire également :  Comment Israël contrôle et instrumentalise les revenus de l'Autorité de Ramallah par  Amal Ahmad

L'universitaire palestinien Edward Said a été l'un des premiers à ressentir cette colère. Un mois après la signature des accords d'Oslo, Said a publié son article «  The Morning After », dans lequel il émet une critique cinglante non seulement des accords eux-mêmes, mais aussi des dirigeants de l'OLP.

Il décrit toute l'affaire comme un « spectacle dégradant » et « un instrument de la capitulation palestinienne ; un Versailles palestinien ».

Said a fait preuve d'une incroyable clairvoyance. Il a vu comment Oslo serait utilisé pour fragmenter davantage les terres palestiniennes et  consolider l'occupation par le régime israélien. Il a également pressenti ce que l'OLP et la nouvelle Autorité palestinienne (AP) allaient devenir.

Il a lancé un avertissement poignant : « Nous devrions nous rappeler que le type d'État est bien plus important que le fait d'avoir un État ».

J'appartiens à ce que l'on appelle familièrement en Palestine le jeel Oslo (la génération Oslo), c'est-à-dire ceux qui ont grandi dans l'ombre des accords. Nous avons quelques souvenirs de la vie avant les accords, mais la  majeure partie de notre vie a été définie par eux.

Pour beaucoup, Oslo est devenu un marqueur temporel, un peu comme la façon dont les gens parlent de la vie avant et après le Kosovo. Le temps des Palestiniens a longtemps été défini par la  Nakba (le nettoyage ethnique de 1948). Mais de plus en plus, de nombreux membres de ma génération parlent avec nostalgie d'une époque antérieure à Oslo.

Cela peut sembler étrange. Après tout, l'occupation israélienne existait encore dans toute sa brutalité avant Oslo. Mais c'était aussi une époque où les  dirigeants palestiniens n'étaient pas encore totalement cooptés pour opprimer notre peuple.

C'était une époque où il y avait encore un minimum d'espoir que les dirigeants reviennent pour libérer la Palestine de la colonisation sioniste.

C'était une époque où la Palestine était moins fragmentée géographiquement et où il était encore possible d'aller au bord de la mer à Gaza et de rentrer chez soi à Jérusalem le soir. C'est tout à fait inimaginable aujourd'hui.

Lire également :  Assassinat de Nizar Banat par les forces de sécurité palestiniennes : le meurtre de trop ? par  Mazin Qumsiyeh

Aujourd'hui, 30 ans après la signature des accords d'Oslo, la souveraineté palestinienne est inexistante et le  vol des terres palestiniennes se poursuit sans relâche. Pendant ce temps, l'invasion et le bouleversement violent des communautés palestiniennes continuent d'être une caractéristique de la vie en Cisjordanie et à Gaza.

Au début de l'année, le camp de réfugiés de Jénine a été brutalement envahi par les forces du régime israélien, qui ont amené des chars, des  milliers de soldats au sol et ont même lancé des missiles - un spectacle inédit en Cisjordanie depuis 2002. Malgré la dévastation et la destruction massives, les Palestiniens  ont résisté et la communauté du camp de Jénine s'est réunie pour prendre soin les uns des autres et reconstruire.

Lorsque des représentants de l'Autorité palestinienne ont visité le camp après l'invasion, ils ont été hués et finalement expulsés. Plus tard, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a dû visiter le camp avec un important dispositif de sécurité, et son  impopularité parmi la foule était palpable.

Cela illustre l'avertissement de Said concernant le type d' « État x qui se développerait dans le cadre des accords d'Oslo. L'AP est devenue un organe de  gouvernement autoritaire, dont les pouvoirs se limitent à fournir des services aux Palestiniens vivant dans des bantoustans de plus en plus restreints et à partager des informations de sécurité avec le régime israélien afin de  prévenir un soulèvement palestinien.

Ce dernier point, connu sous le nom de  coordination de la sécurité, est une condition d'Oslo et est  extrêmement impopulaire auprès du peuple palestinien. Même si les dirigeants palestiniens menacent de temps à autre de mettre fin à cette coordination avec le régime israélien, il s'avère que ce ne sont que des paroles en l'air.

L'existence de l' Autorité palestinienne [AP] repose essentiellement sur l'existence de la coordination en matière de sécurité. Fondamentalement, elle est devenue la  gardienne autochtone du statu quo colonial, utilisant souvent des tactiques violentes pour y parvenir.

En outre, l'AP est responsable d'un nombre monumental de  violations des droits de l'homme,  documentées par les organisations palestiniennes et internationales de défense des droits de l'homme.

Trente ans après Oslo, la situation est désastreuse. Mais comme l'explique Said dans son article, il est important de conserver le pessimisme de l'esprit et l'optimisme de la volonté.

Alors que la situation politique des Palestiniens n'a jamais semblé aussi mauvaise, le peuple palestinien reste déterminé à survivre et à  résister à la colonisation sioniste.

C'est à partir de là que nous pouvons nous accrocher à une parcelle d'optimisme et d'espoir.

Auteur :  Yara Hawari


* Yara Hawari est Senior Palestine Policy Fellow d' Al-Shabaka. Elle a obtenu son doctorat en politique du Moyen-Orient à l'Université d'Exeter, où elle a enseigné en premier cycle et est chercheur honoraire.En plus de son travail universitaire axé sur les études autochtones et l'histoire orale, elle est également une commentatrice politique écrivant régulièrement pour divers médias, notamment The Guardian, Foreign Policy et Al Jazeera. Son  compte twitter.

15 septembre 2023 -  The New Arab - Traduction :  Chronique de Palestine

 chroniquepalestine.com

 Commenter