05/11/2023 chroniquepalestine.com  12 min #236636

Assassins ! Ils visent tous les hôpitaux et ambulances !(Vidéos)

« Déluge d'Al-Aqsa » Jour 29 : les Israéliens bombardent les ambulances, les hôpitaux et les écoles

4 novembre 2023 - Des Palestiniens tentent de sauver les blessés et récupérer les membres de la famille Najjar, y compris les enfants morts, après que les frappes aériennes israéliennes aient détruit les bâtiments à Khan Yunis, blessant et tuant les résidents, au sud de la bande de Gaza. Une femme âgée a été sauvée vivante des décombres. Les frappes aériennes israéliennes incessantes dans la bande de Gaza ont tué plus de 9500 Palestiniens, dont au moins 3900 enfants. On estime que 1150 enfants sont portés disparus sous les décombres des bâtiments détruits. Plusieurs raids ont visé des ambulances, des hôpitaux et des abris - Photo : MohammedZaanoun/ Activestills

Par  Mondoweiss

Israël a pris pour cible un convoi d'ambulances à l'hôpital al-Shifa, tandis que d'autres écoles et hôpitaux ont été visés, Israël s'attaquant à des infrastructures civiles vitales. Dans le même temps, des travailleurs palestiniens de Gaza sont revenus, racontant les tortures qu'ils ont subies.

Victimes :

9448 Palestiniens tués, dont 3900 enfants, et 24 158 blessés à Gaza
145 Palestiniens tués en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est

Principaux développements :

  • Israël revendique l'attaque d'un convoi d'ambulances à l'hôpital al-Shifa, tuant au moins 15 personnes.
  • Les forces israéliennes bombardent au moins un autre hôpital et une école de l'UNRWA où des milliers de personnes s'étaient réfugiées, alors que l'UNRWA avertit que le drapeau de l'ONU « ne peut même pas assurer la sécurité [des Palestiniens] ».
  • Des milliers de travailleurs palestiniens détenus arbitrairement après le 7 octobre sont expulsés vers Gaza et racontent les violents passages à tabac, les interrogatoires et l'emprisonnement dont ils ont fait l'objet.
  • Les violences « alarmantes » de l'armée israélienne et des colons se poursuivent en Cisjordanie occupée, où au moins un adolescent palestinien a été tué.
  • Plusieurs États arabes se réunissent en Jordanie samedi pour rencontrer l'émissaire américain.
  • Le Honduras rappelle son ambassadeur en Israël en raison du « génocide » commis à Gaza.
  • Des militants pro-palestiniens empêchent un navire militaire américain de quitter le port d'Oakland (Californie) pour livrer des armes en Israël.
  • Marche nationale sur Washington ce samedi pour demander un cessez-le-feu à Gaza.

Hôpitaux, écoles, mosquées et réservoirs d'eau : rien n'est épargné par les bombardements

Près d'un mois plus tard, le bombardement brutal de Gaza par Israël a atteint de nouveaux sommets : l'armée a attaqué un convoi d'ambulances à l'extérieur de l'hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, vendredi, tuant 15 personnes et en blessant 60 autres, selon le ministère de la santé de la bande de Gaza.

L'une des personnes tuées a été identifiée comme étant le journaliste  Haitham Hararah.

Les ambulances devaient transférer un certain nombre de blessés vers le point de passage de Rafah pour qu'ils reçoivent un traitement médical en Égypte. Alors que 28 personnes devaient entrer en Égypte vendredi,  11 d'entre elles ont été empêchées de quitter Gaza en raison de l'attaque contre al-Shifa.

Contrairement à d'autres attaques contre des établissements médicaux, l'armée israélienne a rapidement revendiqué la responsabilité de la frappe aérienne, affirmant que les ambulances étaient utilisées par le Hamas - une allégation totalement mensongères que le ministère de la santé de Gaza a vigoureusement rejetée, notant qu'au moins 27 ambulances et 105 établissements de santé ont été pris pour cible par Israël au cours des quatre dernières semaines.

Quelque 150 membres du personnel de santé ont été tués, tandis que 16 hôpitaux et 32 centres de soins primaires ont été mis hors service par les frappes aériennes et les graves pénuries de carburant.

« Nous affirmons que le crime odieux commis par l'occupation israélienne, avec préméditation et délibération, et accompagné de l'aveu explicite de l'occupation israélienne, constitue un crime de guerre », a déclaré le porte-parole du ministère de Gaza, Ashraf al-Qudra.

Le responsable de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est déclaré « totalement choqué » par l'attentat.

« Nous le répétons : les patients, les travailleurs de la santé, les installations et les ambulances doivent être protégés à tout moment. Toujours », a-t-il  écrit sur X (anciennement Twitter).

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est quant à lui déclaré « horrifié ». « Depuis près d'un mois, les civils de Gaza, y compris les enfants et les femmes, sont assiégés, privés d'aide, tués et expulsés de leurs maisons par des bombardements », a  déclaré M. Guterres. « Cela doit cesser. »

La frappe aérienne sur al-Shifa était loin d'être la seule attaque israélienne contre des espaces définis comme des « biens civils protégés  » en vertu du droit international en l'espace de 24 heures.

Samedi, le ministère de la Santé de Gaza a indiqué qu'une autre frappe avait touché l'hôpital pour enfants Al-Nasr dans la ville de Gaza, tuant au moins deux personnes.

Une frappe aérienne israélienne a également  touché l'école  Al-Fakhoura, gérée par l'ONU, dans le camp de réfugiés de Jabalia, tuant au moins 15 personnes qui s'y étaient réfugiées.

« Nous ne pouvons même pas leur assurer la sécurité sous le drapeau des Nations unies », avait  déclaré Thomas White, directeur de l'UNRWA à Gaza, un jour plus tôt.

Sur les quelque 1,5 million de personnes actuellement déplacées à l'intérieur de la bande de Gaza, près de 690 000 sont hébergées dans 149 installations de l'UNRWA, selon l'ONU.

Au total, le ministère de la santé de Gaza a déclaré qu'au moins 231 personnes ont été tuées en l'espace de 24 heures, portant le nombre de morts à Gaza à 9488, dont 3900 enfants, et le nombre de blessés à 24 158.

Le ministère a ajouté qu'il avait reçu 2000 rapports de personnes disparues, dont 1250 enfants qui seraient coincés sous les décombres. Ces personnes disparues ne sont pas incluses dans le bilan des tués.

Les rapports détaillent également le ciblage visiblement délibéré des  infrastructures civiles, notamment des générateurs, des panneaux solaires et des réservoirs d'eau, alors que Gaza souffre déjà de pénuries d'eau, d'électricité et de médicaments qui mettent en danger la vie des habitants.

Dans le même temps, les États-Unis ont déclaré qu'ils n'avaient reçu  aucune trace des allégations israéliennes selon lesquelles le Hamas aurait bloqué ou saisi des fournitures d'aide humanitaire - allégations qui ont été avancées pour justifier l'interdiction de l'entrée de carburant et d'autres produits de première nécessité dans la bande de Gaza.

 Al-Jazeera a rapporté que deux mosquées avaient été bombardées dans le quartier al-Sabra de la ville de Gaza.

Alors qu'Israël a appelé à plusieurs reprises les civils à évacuer le nord de la bande de Gaza, 14 Palestiniens, dont des enfants, ont été tués vendredi lors d'une frappe aérienne alors qu'ils cherchaient à se diriger vers le sud.

Des témoins ont déclaré à l'agence de presse WAFA que les ambulances n'ont pas pu se rendre sur les lieux car les forces israéliennes ont pris pour cible tous les véhicules se trouvant dans la zone.

Le même jour, cinq personnes ont été tuées lors d'une frappe aérienne sur une maison à Bani Suheila, dans le sud de la bande de Gaza - la dernière attaque israélienne en date confirmant que rien n'est sûr dans la minuscule enclave palestinienne.

Alors qu'Israël en rajoute dans la cruauté à Gaza, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est opposé aux appels des États-Unis en faveur d'une « pause humanitaire ».

Les travailleurs palestiniens retournent à Gaza avec des témoignages poignants d'abus et de tortures

Israël a expulsé des milliers de travailleurs palestiniens de Gaza qui avaient été arrêtés en masse dans le cadre de ce qui a été qualifié de « détention illégale et arbitraire », sans inculpation ni procès, au lendemain du 7 octobre, après quoi ils ont été collectivement privés de leur permis de travail.

Certains des travailleurs, qui ont été contraints de rentrer à pied dans la bande de Gaza, ont parlé de mauvais traitements graves, alors qu'au moins 4000 travailleurs palestiniens ont été rassemblés par les forces israéliennes à la suite de l'attaque de la résistance le 7 octobre.

Les travailleurs ont déclaré à Al-Jazeera qu'ils avaient été brutalement interrogés et torturés.

« Pendant trois jours, nous sommes restés menottés et les yeux bandés  », a déclaré l'un d'entre eux à l'agence de presse AP. « Ils nous plaçaient sous le soleil pendant deux, trois ou quatre heures, sans eau, sans nourriture et sans rien d'autre. »

D'autres travailleurs ont déclaré que leurs effets personnels, notamment leurs téléphones portables et leur argent, avaient été confisqués lors de leur détention et qu'ils ne leur avaient pas été rendus lors de leur expulsion.

D'autres ont montré des bracelets d'identification numérotés autour de leurs poignets - un détail troublant que de nombreux internautes ont comparé aux numéros tatoués sur les prisonniers détenus dans les camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Au moins un travailleur, Mansour Warsh Agha, âgé de 61 ans, est décédé peu après sa libération, dans des circonstances qui n'ont pas encore été expliquées par Israël. Son corps présenterait des ecchymoses et des traces de coups.

Quelque 18 500 Palestiniens de Gaza disposaient d'un permis les autorisant à travailler en Israël avant le 7 octobre. Beaucoup de ceux qui se sont retrouvés en Israël ce jour-là ont tenté de fuir vers la Cisjordanie occupée pour échapper aux représailles israéliennes, mais ils ont été arrêtés lors de raids de l'armée israélienne dans cette région.

Israël a multiplié les emprisonnements de Palestiniens au cours du mois dernier, détenant plus de 6000 personnes, y compris des travailleurs de Gaza et des résidents de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est occupée - plus que le nombre de Palestiniens qui se trouvaient déjà dans les prisons israéliennes avant le 7 octobre.

Avant le mois dernier, on estimait que  40 % des hommes palestiniens sont détenus par Israël au moins une fois dans leur vie.

Cisjordanie : un adolescent assassiné, violence des colons

Des affrontements armés entre les forces israéliennes et les groupes de la résistance palestinienne en Cisjordanie occupée ont de nouveau été signalés dans la nuit de vendredi à samedi dans les camps de réfugiés de Balata et de Jénine, respectivement à Naplouse et à Jénine.

Une cinquantaine de Palestiniens ont été  kidnappés dans la nuit par les forces israéliennes en Cisjordanie, dont un grand nombre dans le camp de réfugiés d'al-Fawwar, près d'Hébron.

Les groupes de défense des droits des prisonniers palestiniens ont déclaré que plus de 2000 Palestiniens ont été arrêtés par Israël au cours des quatre dernières semaines, beaucoup d'entre eux étant détenus dans le cadre de la politique israélienne très décriée de  détention administrative, en vertu de laquelle les Palestiniens sont emprisonnés pour une durée indéterminée sans inculpation ni jugement.

 Muhammad Wael Ja'bari, 17 ans, a été abattu par les forces israéliennes lors d'une manifestation à Hébron vendredi, tandis que deux autres personnes ont été blessées.

Huit Palestiniens ont été blessés par les forces israéliennes d'occupation à  Beit Ummar, alors que les soldats auraient saccagé des maisons, des magasins et des mosquées, plantant des drapeaux israéliens sur les toits des bâtiments.

Par ailleurs, des résidents israéliens de la colonie illégale de Pisgat Zeev ont blessé au moins un Palestinien lorsqu'ils ont ouvert le feu sur le  camp de réfugiés de Shu'fat vendredi, avant que les forces israéliennes n'arrivent et ne tirent des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur les résidents palestiniens.

Depuis le 7 octobre, de nombreux  rapports font état de  tortures et de mauvais traitements infligés à des détenus palestiniens par des soldats israéliens.

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) a qualifié la situation en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est d' «  alarmante et urgente », compte tenu des raids généralisés de l'armée et de la violence incontrôlée des colons, qui ont entraîné des meurtres, des blessures et des déplacements forcés massifs de Palestiniens dans le cadre de ce que le groupe israélien de défense des droits de l'homme  B'Tselem avait précédemment qualifié de « pogroms ».

« Bien que des centaines de colons soient impliqués dans cette violence quotidienne, depuis le 7 octobre, les forces israéliennes n'auraient arrêté que deux colons pour avoir agressé des Palestiniens et tué un agriculteur palestinien », note l'ONU. « La violence des colons, qui atteignait déjà des niveaux record, s'est également intensifiée de façon spectaculaire, avec une moyenne de sept attaques par jour. Dans plus d'un tiers de ces attaques, des armes à feu ont été utilisées ».

Entre-temps, le ministre israélien de la sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, un colon fasciste vivant à Kyriat Arba en violation du droit international, a minimisé les  violences meurtrières commises par les colons en Cisjordanie en les qualifiant de simples «  graffitis » lors d'une réunion du cabinet, a rapporté vendredi la chaîne israélienne Channel 12.

 chroniquepalestine.com

 Commenter

Se réfère à :

1 article