07/11/2023 8 articles legrandsoir.info  8 min #236797

La guerre est perdue - Zelenski va partir - La Maison Blanche a échoué

Moon of Alabama

Quelle différence en une année…

Le nouvel article du Time est très révélateur :

"Personne ne croit autant en notre victoire que moi". Le combat de...
Cette offensive s'est déroulée à un rythme insoutenable et avec des pertes énormes, ce qui fait que Zelensky a de plus en plus de mal à convaincre ses partenaires que la victoire est à portée de main. Avec le déclenchement de la guerre en Israël, le simple fait de maintenir l'attention du monde sur l'Ukraine est devenu un défi majeur.

Citant un soldat sur le front de la contre-offensive, The Economist  legrandsoir.infoabonde dans le même sens :

"Left Handed", un fantassin qui se bat sur le front entre Robotyne et Verbove, affirme que les pertes ukrainiennes ont atteint des niveaux alarmants, en partie grâce au travail des drones. Les plaines de Zaporizhia ont tourné le dos à la vie, dit-il. "C'est l'enfer. Des cadavres, l'odeur des cadavres, la mort, le sang et la peur. Pas une once de vie, juste la puanteur de la mort". Les membres d'unités comme la sienne avaient plus de chances de mourir que de survivre. "70% – 30%. Certains ne survivent même pas jusqu'à leur première bataille".

Pourtant, Zelenski les encourage à continuer :

Mais ses convictions n'ont pas changé. Malgré les récents revers sur le champ de bataille, il n'a pas l'intention d'abandonner le combat ou de demander une quelconque paix.

Au contraire, sa conviction de la victoire finale de l'Ukraine sur la Russie s'est durcie, au point d'inquiéter certains de ses conseillers. Elle est inébranlable, à la limite du messianisme. "Il se fait des illusions", me dit l'un de ses plus proches collaborateurs, frustré. "Nous n'avons plus d'options. Nous ne sommes pas en train de gagner. Mais essayez de le lui dire".

L'entêtement de Zelensky, selon certains de ses collaborateurs, a nui aux efforts de leur équipe pour élaborer une nouvelle stratégie, un nouveau message. Alors qu'ils débattaient de l'avenir de la guerre, une question est restée taboue : la possibilité de négocier un accord de paix avec les Russes. À en juger par de récents sondages, la plupart des Ukrainiens rejetteraient une telle démarche, surtout si elle impliquait la perte de tout territoire occupé.

La guerre est perdue. Les Ukrainiens le savent. Mais ils ne veulent pas abandonner.

Les gens de Zelenski rejettent la faute sur tout le monde sauf sur ceux qui ont causé le désordre. C'est le message de "victoire" de Zelenski et de son équipe qui a conduit l'opinion publique à la complaisance la plus totale.
Comme le titre Strana (traduction automatique) :

L'Ukraine est en train de perdre sa guerre contre la Fédération de... – Strana.news – 30 oct. 2023.D'un point de vue stratégique, l'Ukraine est en train de perdre la guerre en raison de la perception inadéquate de la situation par la société.

Cette opinion a été exprimée par le commandant des forces armées ukrainiennes Dmitry Kukharchuk dans une interview avec Channel Five.

Il affirme qu'au début de la guerre, tous les Ukrainiens étaient prêts à défendre le pays et qu'il y avait de nombreux volontaires. Mais après le retrait des troupes russes de Kiev, la situation a changé.

"Immédiatement après, j'ai remarqué que les médias diffusaient des thèses selon lesquelles nous nous battions contre des sans-abri, que l'armée russe ne savait pas se battre, qu'en principe la victoire serait acquise dans une semaine ou deux, un mois au maximum. Que d'abord au printemps, puis en été, puis en automne, puis en hiver, sans préciser lequel, nous irons en Crimée. Que la victoire est fondamentalement victorieuse. On a donc mis les gens dans une salle de bain chaude. Nous avons brisé leur vision de la réalité. Mais cela ne s'est pas produit en Russie. Les Russes ont commencé à se rendre compte que la guerre n'allait pas être facile pour eux. Ils ont compris qu'ils allaient devoir se battre pendant longtemps", estime M. Kukharchuk.

Il ajoute que les Russes "deviennent plus forts" chaque jour et que si l'Ukraine avait vraiment combattu des "dégénérés", elle les aurait vaincus depuis longtemps.

"C'est la raison pour laquelle nous perdons. Ils ont ces processus en cours, et leur état de préparation est bien plus élevé que celui de notre société. Et lorsqu'ils parlent d'une bombe nucléaire, d'une guerre de tous contre tous, pour une raison ou une autre, il me semble qu'ils sont prêts pour ces processus", a ajouté le commandant du bataillon.

Napoléon, Hitler et bien d'autres qui ont cherché la guerre contre la Russie ont dû apprendre à ne jamais sous-estimer la profondeur de ses ressources.

Aujourd'hui, l'OTAN, les États-Unis et leurs mandataires européens sont en train d'apprendre cette leçon.

Zelenski ne l'a toujours pas apprise. Il ne cèdera pas :

Le froid rendra également les avancées militaires plus difficiles, bloquant les lignes de front au moins jusqu'au printemps. Mais Zelenski refuse de l'admettre. "Pour moi, geler la guerre, c'est la perdre", déclare-t-il. Avant l'arrivée de l'hiver, ses collaborateurs m'ont prévenu qu'ils devaient s'attendre à des changements majeurs dans leur stratégie militaire et à un remaniement important de l'équipe du président. Selon eux, au moins un ministre devrait être licencié, ainsi qu'un général de haut rang chargé de la contre-offensive, afin de rendre compte de la lenteur des progrès de l'Ukraine sur le front. "Nous n'avançons pas", déclare l'un des proches collaborateurs de Zelensky. Certains commandants de première ligne, poursuit-il, ont commencé à refuser les ordres d'avancer, même lorsqu'ils venaient directement du bureau du président. "Ils veulent simplement rester dans les tranchées et tenir la ligne", ajoute-t-il. "Mais nous ne pouvons pas gagner une guerre de cette façon".

Lorsque j'ai soulevé ces questions auprès d'un officier supérieur, il m'a répondu que certains commandants n'avaient pas vraiment le choix de remettre en question les ordres émanant du sommet de la hiérarchie. Selon lui, à un moment donné, début octobre, les dirigeants politiques de Kiev ont demandé une opération pour "reprendre" la ville de Horlivka, un avant-poste stratégique dans l'est de l'Ukraine que les Russes tiennent et défendent farouchement depuis près d'une décennie. La réponse a pris la forme d'une question : "Avec quoi ? Ils n'ont ni les hommes ni les armes", déclare l'officier. "Où sont les armes ? Où est l'artillerie ? Où sont les nouvelles recrues ?"

Dans certaines branches de l'armée, la pénurie de personnel est devenue encore plus grave que le déficit en armes et en munitions. L'un des proches collaborateurs de Zelensky me dit que même si les États-Unis et leurs alliés fournissent toutes les armes qu'ils ont promises, "nous n'avons pas les hommes pour les utiliser".

Depuis le début de l'invasion, l'Ukraine a refusé de publier un décompte officiel des morts et des blessés. Mais selon les estimations américaines et européennes, le bilan dépasse depuis longtemps les 100 000 morts de part et d'autre de la guerre. La guerre a tellement érodé les rangs des forces armées ukrainiennes que les bureaux de recrutement ont été contraints de faire appel à du personnel de plus en plus âgé, ce qui a porté l'âge moyen d'un soldat ukrainien à environ 43 ans. "Ce sont des hommes adultes maintenant, et ils ne sont pas en très bonne santé", déclare le proche collaborateur de Zelensky. "Nous sommes en Ukraine, pas en Scandinavie. Ce n'est pas la Scandinavie."

Les vieux problèmes de l'Ukraine, en particulier la corruption, persistent :
Avec toutes les pressions exercées pour éradiquer la corruption, j'ai supposé, peut-être naïvement, que les fonctionnaires ukrainiens réfléchiraient à deux fois avant d'accepter un pot-de-vin ou d'empocher des fonds publics. Mais lorsque j'ai fait cette remarque à un haut conseiller présidentiel au début du mois d'octobre, il m'a demandé d'éteindre mon enregistreur audio afin de pouvoir parler plus librement. "Simon, vous vous trompez", me dit-il. "Les gens volent comme s'il n'y avait pas de lendemain".

Sachant que le bateau est en train de couler, c'est probablement ce que je ferais aussi. J'embarquerais tout ce qui est disponible sur mon radeau de sauvetage personnel et je me préparerais à couper les amarres avec le navire-mère.

L'article du Time est un signal. Il annonce la fin du régime Zelenski. Je suis sûr que le Conseil national de sécurité, ainsi que le département d'État, cherchent fébrilement une alternative – et un moyen de sauver la face en mettant cette alternative en place.

Quelqu'un semble protéger et promouvoir Alexey Arestovich exactement dans ce but :

Après avoir quitté le bureau présidentiel à la suite d'un scandale en janvier 2023, Arestovich, bien qu'il ait commencé à critiquer les actions des autorités, l'a fait avec prudence jusqu'à récemment.

Mais aujourd'hui, il se contente de critiquer l'équipe au pouvoir.
Arestovich se concentre sur deux choses : les décisions militaires des dirigeants du pays et leur politique intérieure.

La deuxième version : Arestovich a obtenu le soutien des Américains qui souhaitent une plus grande diversité politique en Ukraine et ne sont pas intéressés par la monopolisation du pouvoir par Zelensky.

En faveur de cette version, ils utilisent également le fait mentionné plus haut que le durcissement de la rhétorique de l'ex-conseiller du cabinet du président a commencé après son voyage aux États-Unis. A cet égard, ils rappellent également son interview avec Gordon au début du mois d'octobre, dans laquelle il déclare que si l'Occident décide de mettre fin à la guerre sans atteindre les frontières de 1991 et que Zelensky s'y oppose, alors le président de l'Ukraine sera "changé" lors des élections.

"Il est possible qu'Arestovich soit soutenu par une certaine partie des élites occidentales, qui se soucient de la diversité des opinions en Ukraine. Ils disent que le pays ne peut pas parler seulement avec la voix de Zelensky, mais qu'il y a aussi différentes opinions critiques", commente l'analyste politique Ruslan Bortnik à Strana.

Dans sa grande stratégie, la Maison Blanche avait cherché à pivoter vers l'Asie. Mais les États-Unis sont avant tout coincé en Ukraine, dans un conflit totalement inutile qu'ils ont eux-mêmes provoqué, puis, avec Gaza en flammes, de nouveau au Moyen-Orient.

Lors d'une récente conférence en Australie, John Mearsheimer s'est penché sur ce dilemme (vidéo). Il n'entrevoit pas d'issue favorable.

Moon of Alabama
Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 legrandsoir.info

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
10/11/2023 reseauinternational.net  4 min #236978

La guerre est perdue - Zelenski va partir - La Maison Blanche a échoué

Un nouvel aperçu de l'effondrement militaire de Kiev : Mais ce n'est pas encore fini

🇬🇧

par Pepe Escobar

Le «succès» spectaculaire de la contre-offensive de Kiev a, comme on pouvait s'y attendre, engendré un combat de chiens.

Le «succès» spectaculaire de la contre-offensive de Kiev, qui a fait écho dans toute la galaxie géopolitique, a engendré ce que toute personne dotée d'un cerveau attendait : un combat de chiens.

Le spectacle Zelensky-Zaloujny a fait son apparition, surtout après que le commandant en chef des forces armées ukrainiennes (FAU) a admis publiquement que la guerre était «dans l'impasse», ce qui signifie «nous sommes dans le pétrin».

10/11/2023 investigaction.net  8 min #236957

La guerre est perdue - Zelenski va partir - La Maison Blanche a échoué

L'Ukraine au bord de la crise. Et Zelensky sur la corde raide ?

Stephen Bryen

AFP

Rien ne va plus pour Zelensky. La contre-offensive s'est soldée par un échec, les généraux ukrainiens grincent des dents et l'armée russe repart à l'attaque. La situation en interne montre des signes de crispation comme la tentative d'assassinat d'un opposant en Crimée ou l'arrestation de Kolomoisky, l'oligarque qui avait propulsé le président ukrainien.

09/11/2023 arretsurinfo.ch  8 min #236892

La guerre est perdue - Zelenski va partir - La Maison Blanche a échoué

« L'Ukraine a perdu la guerre »

Par Ted Snider

L'Ukraine a-t-elle perdue la Guerre? En tous les cas, les discours du général Valery Zaluzhny et les pressentiments américains sur les pourparlers de paix suggèrent que l'Ukraine n'a plus d'options pour vaincre la Russie. (ASI)

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, s'adresse au Sommet international des communautés et des régions à côté de Zelensky, le 20 avril 2023.

3 articles 08/11/2023 francesoir.fr  13 min #236878

La guerre est perdue - Zelenski va partir - La Maison Blanche a échoué

Quel est le bilan des victimes civiles de la guerre en Ukraine ? (Partie 1)

Jean Neige pour France-Soir

Tombes dans la forêt d'Izioum, oblast de Kharkiv (Ukraine).

SIPA

TRIBUNE - Depuis le 7 octobre 2023 et l'attaque du Hamas en territoire israélien aux environs de Gaza, la guerre en Ukraine est passée au second plan de l'actualité. Cependant, le nombre vertigineux de victimes civiles de cette nouvelle résurgence d'un conflit vieux de 75 ans au Proche-Orient a fait apparaitre dans le débat les chiffres des victimes civiles de la guerre en Ukraine

08/11/2023 reseauinternational.net  2 min #236848

La guerre est perdue - Zelenski va partir - La Maison Blanche a échoué

Piotr Tolstoï : «L'Ukraine a déjà perdu et les États-Unis aussi»

par Dialogue Franco-Russe

Piotr Tolstoï: 'L'Ukraine a déjà perdu et les États-Unis aussi''.

Nous nous sommes déplacés à Moscou pour interviewer M. Piotr Tolstoï, vice-président de la Douma

00:46 - Israël et la Palestine
02:06 - «Nous sommes pour le cessez-le-feu»
03:48 - L'ONU
04:34 - Les États-Unis s'imaginent que le monde est à eux
06:28 - BRICS - alliance économique
07:39 - Comm

Référencé par :

2 articles