13/11/2023 4 articles arretsurinfo.ch  15 min #237169

Assassins ! Ils visent tous les hôpitaux et ambulances !(Vidéos)

L'hôpital Al-Shifa est encerclé par les troupes israéliennes et a cessé de fonctionner

Les Palestiniens pleurent leurs proches à l'hôpital Nasser de Khan Yunis, alors que les bombardements incessants des forces coloniales israéliennes se poursuivent pour le 36e jour, visant les hôpitaux, les écoles et les lieux de culte. Vingt des 36 hôpitaux de Gaza ne fonctionnent plus en raison des dégâts causés par les frappes aériennes et du manque de carburant. Depuis le 7 octobre, les frappes aériennes israéliennes ont tué plus de 11 000 personnes à Gaza, dont deux tiers d'enfants et de femmes. Plus de 1500 enfants sont toujours portés disparus sous les décombres. 11 novembre 2023

Des milliers de vies sont en danger alors que l'hôpital Al-Shifa n'est plus opérationnel, que les unités de soins intensifs et les couveuses s'arrêtent faute de carburant et que le personnel médical et les patients sont piégés dans l'attente de leur mort. Les forces israéliennes continuent de bombarder les hôpitaux dans le nord de Gaza.

Victimes :

  • 11 078 Palestiniens tués, dont 4506 enfants, et 27 490 blessés à Gaza *
  • 184 Palestiniens tués en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est

* Le nombre de victimes à Gaza n'a pas été mis à jour depuis au moins deux jours, car « l'effondrement des services et des communications » a rendu presque impossible pour le ministère de la santé de documenter et de mettre à jour les derniers chiffres.

Principaux développements :

  • Les tirs nourris israéliens visant l'hôpital Al-Shifa ont piégé des milliers de personnes déplacées, de blessés, de malades et de membres du personnel médical à l'intérieur de l'hôpital, sans électricité, nourriture, eau ou carburant.
  • Al-Jazeera rapporte que les forces israéliennes se trouvent à environ 700 mètres des portes de l'hôpital Al-Shifa, et que des tirs et des affrontements armés peuvent être entendus au loin.
  • OMS : « On rapporte que certaines personnes qui ont fui l'hôpital ont été touchées par des tirs, blessées et même tuées ».
  • L'hôpital Al-Quds, dans la ville de Gaza, a complètement cessé de fonctionner après avoir manqué de carburant pour produire de l'électricité.
  • Les médecins de l'hôpital arabe al-Ahli affirment qu'il s'agit désormais du dernier hôpital en état de fonctionner dans la ville de Gaza et dans les zones septentrionales et qu'il est « submergé » par les blessés.
  • Les forces israéliennes encerclent le quartier médical du centre de la ville de Gaza, où se trouvent trois grands hôpitaux, à savoir le complexe médical Al-Nasr, Al-Rantisi et l'hôpital ophtalmologique Saint-Jean de Jérusalem.
  • Israël a déclaré que 43 soldats avaient été tués depuis le 28 octobre, et le Hamas a diffusé des images montrant des chars en train d'être pris pour cible à Gaza.
  • Le porte-parole des Brigades Izz el-Din al-Qassam du Hamas a déclaré que les combattants avaient documenté la destruction, totale ou partielle, de 160 véhicules militaires israéliens, dont des chars, des bulldozers et des véhicules de transport de troupes.

L'hôpital Al-Shifa « complètement hors service » : Les patients meurent, les corps s'empilent à l'extérieur

Après plusieurs jours d'attaques aériennes et terrestres incessantes sur les hôpitaux du nord de la bande de Gaza, le système de santé dans le nord s'est presque complètement effondré. Seul un hôpital, l'hôpital arabe Al-Ahli, précédemment bombardé, est encore en état de fonctionner.

Le plus grand hôpital de Gaza, l'hôpital Al-Shifa, est « complètement hors service », a déclaré à Al Jazeera le porte-parole du ministère de la santé de Gaza, Ashraf al-Qudra.

Plusieurs personnes, dont au moins deux prématurés et cinq patients en soins intensifs, sont déjà décédées en raison du manque d'oxygène, de fournitures médicales et de l'incapacité des médecins et du personnel médical à pratiquer des opérations chirurgicales vitales en raison des coupures d'électricité et de l'absence de carburant.

Le porte-parole du ministère palestinien de la Santé, Mai al-Kaila, basé à Ramallah, a publié dimanche une déclaration détaillant les conditions désespérées de l'hôpital Al-Shifa.

« L'armée d'occupation israélienne n'évacue pas les hôpitaux, mais jette les blessés et les malades dans la rue pour une mort certaine », a déclaré Mai al-Kaila, faisant référence aux rapports et aux témoignages directs selon lesquels les forces israéliennes tiraient sur les personnes se trouvant à l'intérieur des hôpitaux, ainsi que sur celles qui tentaient de les évacuer.

« Il ne s'agit pas d'une évacuation, mais d'une expulsion sous la menace des armes », a-t-elle ajouté.

Parmi les patients qui meurent ou qui sont confrontés à une mort imminente, a déclaré Al-Kaila, il y a des enfants et des adultes sous dialyse rénale qui « meurent à leur domicile sans avoir reçu de séances de dialyse ».

Al-Kaila a confirmé la mort de 12 patients dans le complexe médical d'Al-Shifa jusqu'à présent. Elle a ajouté que les 3000 patients atteints de cancer qui étaient traités à l'hôpital Al-Rantisi et à l'hôpital Al-Turki à Gaza « ont été laissés à l'abandon » après avoir été expulsés de force de ces hôpitaux en raison des bombardements israéliens.

« Toutes les femmes enceintes et celles dont la grossesse est à risque sont en danger, car elles ne trouvent personne pour les soigner et leur fournir des services médicaux à Gaza. Toutes les femmes sur le point d'accoucher ne trouveront personne pour leur fournir un quelconque service médical », a ajouté M. Al-Kaila.

Au début des bombardements israéliens, des responsables médicaux ont indiqué qu'il y avait environ 50 000 femmes enceintes à Gaza, dont quelque 5000 femmes enceintes qui devaient accoucher à tout moment.

Au fil des semaines, plusieurs rapports ont fait état de femmes enceintes parmi celles qui ont été tuées par les frappes aériennes israéliennes, obligeant les médecins à extraire les bébés à naître pour tenter de les sauver.

Outre les patients malades de l'hôpital qui ne peuvent être soignés et les patients souffrant de maladies chroniques qui sont laissés à l'agonie, des centaines de Palestiniens blessés et malades à la suite des bombardements israéliens ne peuvent accéder à l'hôpital lui-même.

Au cours du dernier mois de bombardements israéliens, les infrastructures de Gaza, y compris les routes autour des hôpitaux, ont été totalement détruites, ce qui rend presque impossible le déplacement des ambulances vers et depuis l'hôpital pour atteindre les bâtiments bombardés et les blessés.

En outre, le personnel médical de l'hôpital ne peut pas se déplacer physiquement à l'intérieur de l'hôpital, car les drones israéliens et les forces terrestres « tirent sur tous ceux qui se déplacent à l'intérieur du complexe ».

Les médecins et le personnel, ainsi que les malades et les personnes déplacées, ont peu ou pas de nourriture, tandis que l'eau a été complètement coupée dans le complexe.

Les déchets médicaux s'accumulent dans les services, tandis que les réserves de sang de l'hôpital se sont détériorées en raison des coupures de courant, ce qui signifie que les patients dans le besoin ne peuvent plus recevoir les transfusions sanguines qui leur sauveraient la vie.

À l'extérieur de l'hôpital, les corps des martyrs palestiniens s'accumulent, les équipes médicales ne pouvant les atteindre en toute sécurité sans être la cible des tirs israéliens.

Selon Mme al-Kail, les corps ont commencé à se décomposer dans la cour de l'hôpital. Elle a ajouté que des chiens errants avaient « déchiqueté » certains des corps.

Le correspondant de l'agence de presse  Wafa a rapporté dimanche que des dizaines de corps de martyrs gisaient toujours dans la cour de l'hôpital et dans les environs. Les ambulanciers n'ont pas pu les atteindre en raison de l'intensité des tirs israéliens et, depuis 21 heures, heure locale, samedi, jusqu'à 9 heures, dimanche, aucune ambulance n'a été vue quittant ou arrivant à l'hôpital Al-Shifa.

Patients et personnel médical incapables d'évacuer l'hôpital Al-Shifa

L'hôpital Al-Shifa a été le théâtre d'un exode massif de Palestiniens au cours du week-end, notamment des patients, leurs familles, une partie du personnel médical et des milliers de Palestiniens qui cherchaient un abri à l'hôpital.

On ne sait pas exactement combien de personnes, y compris les patients, le personnel médical et les personnes déplacées, sont restées à l'intérieur de l'hôpital, mais plusieurs rapports font état de plusieurs milliers de personnes.

Le correspondant de Mondoweiss à Gaza,  Tareq Hajjaj, qui se trouve actuellement à Khan Yunis, a indiqué que la majorité des dizaines de milliers de personnes qui se trouvaient à l'intérieur de l'hôpital Al-Shifa ont fui au cours du week-end. Ceux qui sont restés ont trouvé qu'il était impossible de partir en raison des bombardements israéliens constants dans toute la région.

Dimanche matin, Israël a pris pour cible les puits d'eau d'Al-Shifa et a tiré sur 40 personnes qui tentaient de fuir les lieux, rapporte Al-Jazeera.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un communiqué indiquant qu'elle n'était pas informée des conditions de survie à Al-Shifa après avoir perdu la communication avec ses contacts à l'intérieur de l'établissement médical.

« Alors que des informations terrifiantes faisant état d'attaques répétées contre l'hôpital continuent d'apparaître, nous supposons que nos contacts ont rejoint les dizaines de milliers de personnes déplacées et qu'ils fuient la région », a déclaré l'OMS.

"Des rapports indiquent que certaines personnes qui ont fui l'hôpital ont été touchées par des tirs, blessées et même tuées", a ajouté l'OMS.

Le porte-parole du ministère de Gaza, Ashraf al-Qudra, a déclaré dimanche à Al Jazeera qu'il était « absolument impossible d'évacuer les blessés ».

Al-Qudra a déclaré que le seul moyen sûr d'évacuer les 650 personnes dans un état grave d'al-Shifa serait de les emmener en Égypte, et non dans le sud de la bande de Gaza, car les hôpitaux y sont débordés et sont également sous la menace imminente d'une fermeture en raison d'une pénurie de carburant.

Selon le Comité international de la Croix-Rouge, parmi les patients encore présents à Al-Shifa, on compte près de 60 patients en soins intensifs, des dizaines de prématurés en couveuse et plus de 500 patients dans le service de dialyse.

L'OMS a appelé à un cessez-le-feu immédiat : « Les patients qui nécessitent des soins de santé ne devraient jamais être exposés à la peur, et les agents de santé qui ont prêté serment de les soigner ne devraient jamais être contraints de risquer leur propre vie pour leur prodiguer des soins. »

Au cours du mois dernier, Israël a bombardé à plusieurs reprises les environs de l'hôpital Al-Shifa, tuant et blessant des centaines de personnes et endommageant les panneaux solaires installés sur le toit, ce qui a alourdi le fardeau du fonctionnement de l'établissement dans un contexte de pénurie de combustible pour produire de l'électricité.

Ces derniers jours, les forces israéliennes ont encerclé Al-Shifa depuis le sud-ouest de la ville de Gaza, la transformant en «  zone de combat ». Al-Jazeera rapporte que les forces israéliennes se trouvent à environ 700 mètres des portes de l'hôpital. Le personnel médical pouvait entendre des véhicules militaires israéliens et des affrontements armés au loin.

Al-Shifa est devenu le cœur des opérations de sauvetage et des soins paramédicaux pendant la guerre israélienne contre Gaza, un refuge pour des milliers de Palestiniens et une plateforme permettant aux responsables de la santé et du gouvernement d'informer les médias sur le nombre de victimes et les derniers développements dans la bande de Gaza.

Israël tente de s'emparer d'Al-Shifa après avoir presque détruit tous les principaux bureaux gouvernementaux, ainsi que certains bureaux de presse, au cours des premiers jours de la guerre. Il affirme [ hasbara] que le principal centre de commandement du Hamas se trouve en dessous, ce que les Palestiniens nient et ce dont Israël n'a pas encore apporté la moindre preuve.

L'hôpital Al-Quds de la ville de Gaza s'est complètement arrêté de fonctionner

Dimanche matin, le Croissant-Rouge palestinien a annoncé que l' hôpital Al-Quds de la ville de Gaza avait complètement cessé de fonctionner après avoir manqué de carburant pour produire de l'électricité.

Samedi, des chars et des troupes terrestres israéliens se trouvaient à 20 mètres de l'hôpital Al-Quds, l'un des nombreux établissements médicaux de Gaza qui ont été menacés par les forces israéliennes à plusieurs reprises depuis le 7 octobre.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré plus tôt que les nourrissons de l'hôpital Al-Quds « sont confrontés à la déshydratation en raison d'une pénurie d'alternatives au lait maternel ». Quatorze mille personnes déplacées sont hébergées à l'hôpital Al-Quds, qui traite près de 500 patients, selon Wafa.

Les forces israéliennes encerclent le quartier médical du centre de la ville de Gaza, où se trouvent trois grands hôpitaux : le complexe médical Al-Nasr, Al-Rantisi et l'hôpital ophtalmologique Saint-Jean de Jérusalem.

Au moins 198 membres du personnel médical et 36 membres de la défense civile ont été tués et 130 blessés depuis qu'Israël a commencé sa guerre contre la bande de Gaza. Près de 60 ambulances ont également été endommagées, tandis que 53 sont complètement hors service.

Les forces israéliennes bombardent le siège d'une agence des Nations unies alors que des milliers de Palestiniens y sont réfugiées

Dimanche matin, les forces israéliennes ont bombardé le complexe du Programme des Nations unies pour le développement ( PNUD), où des milliers de Palestiniens sont réfugiés dans la ville de Gaza, dans le nord de la bande de Gaza.

Le PNUD s'est  déclaré « profondément bouleversé » en apprenant cette nouvelle. Il avait quitté les lieux le 13 octobre.

« Les tirs d'obus auraient fait un nombre important de morts et de blessés », a déclaré le PNUD dans un communiqué. Wafa a rapporté qu'au moins cinq personnes avaient été tuées ce dimanche après-midi.

Un témoin direct a déclaré dimanche à Al-Jazeera Arabic que les gens sont paniqués et terrifiés alors qu'ils pensaient s'abriter dans un lieu sûr protégé par les Nations Unies.

Le 6 novembre, des milliers de personnes se sont précipitées dans l'enceinte du PNUD pour se mettre à l'abri après l'invasion terrestre d'Israël au nord de la vallée de Gaza le 28 octobre.

« La tragédie actuelle des morts et des blessés parmi les civils pris au piège de ce conflit est inacceptable et doit cesser. Les civils, les infrastructures civiles et l'inviolabilité des installations de l'ONU doivent être respectés et protégés à tout moment », ajoute la déclaration.

Au cours des dernières 24 heures, les avions de guerre et les chars israéliens ont bombardé les quartiers de Sheikh Radwan, Tal Al-Hawa, Al-Karama Towers, Al-Maqousi, Sheikh Ejleen, Al-Rimal et Al-Nasr de la ville de Gaza.

Au moins huit personnes ont été tuées et 20 blessées dimanche matin lors d'un bombardement de la maison de la famille Al-Najar à Khan Yunis, au sud de la bande de Gaza.

Wafa a rapporté que la maison de la famille Hamdan dans le quartier Al-Sabra a été touchée par un tir de missile dimanche matin.

À Deir al-Balah, trois personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées lorsque la maison d'Abdullah al-Adini a été bombardée.

Manifestations dans le monde entier alors qu'Israël poursuit sa campagne d'arrestations en Cisjordanie occupée

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans les grandes villes d'Europe et aux États-Unis, appelant à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et manifestant leur soutien et leur solidarité avec les Palestiniens.

Des manifestations pro-palestiniennes se sont déroulées près du domicile du président américain Joe Biden à Wilmington, dans le Delaware, alors que la frustration grandissait face à l'incapacité de son administration à appeler à un cessez-le-feu, et face à son soutien inébranlable d'Israël.

Les manifestants ont crié : « Biden, Biden, tu ne peux pas te cacher ! Nous t'accusons de génocide ! »

À Londres, près de 800 000 manifestants ont défilé de Hyde Park à l'ambassade des États-Unis, près du pont de Vauxhall, les organisateurs affirmant qu'il s'agissait de l'une des plus grandes marches de l'histoire britannique.

Le gouvernement britannique avait tenté de faire pression sur la police métropolitaine pour qu'elle annule la manifestation, qui coïncidait avec la journée de l'armistice, ou Veterans Day, comme on l'appelle aux États-Unis.

Toutefois, la police métropolitaine a donné son feu vert à la marche car son itinéraire était éloigné du cénotaphe, où est commémoré le jour de l'armistice.

Les deux minutes de silence ont été suivies d'affrontements entre la police et des militants d'extrême droite qui ont tenté de pénétrer dans la zone d'exclusion pour rejoindre et affronter la marche pro-palestinienne.

« Ce groupe, composé en grande partie de hooligans venus de tout le Royaume-Uni, a passé la majeure partie de la journée à attaquer ou à menacer les officiers qui cherchaient à les empêcher d'affronter la marche principale », a déclaré la police métropolitaine dans un  communiqué.

L'archevêque de Canterbury, Justin Welby, a  tweeté samedi que « le bombardement incessant des hôpitaux et des civils à Gaza est intolérable. C'est contraire au droit humanitaire international - cela doit s'arrêter et cesser maintenant ».

D'autres manifestations ont eu lieu à Paris, Rotterdam, Le Cap, Paris et Bruxelles, entre autres.

Rafles en série en Cisjordanie occupée

En Cisjordanie occupée, Israël a poursuivi sa campagne d'arrestations massives.

Dimanche, au moins 25 personnes ont été kidnappées dans des villes des districts de Tulkarm, Naplouse, Ramallah, Hébron et Jérusalem. Wafa a publié une liste des noms des détenus au cours des dernières 24 heures.

Montaser Muhammad Amin Saif, 34 ans, a succombé à ses blessures dimanche matin après avoir été abattu puis arrêté lors d'un raid israélien dans le village de Burqa, au nord de Naplouse. Sa maison a été ravagée par les soldats, a déclaré Wafa.

La Commission pour les affaires des anciens prisonniers a déclaré que le meurtre de Saif était un « meurtre délibéré ».

« L'acte d'assassiner et d'exécuter le prisonnier libéré Saif fait partie de la politique de persécution des prisonniers libérés, les attaquant eux et leurs familles, et fait partie d'une politique d'abus systématique contre eux, que ce soit par l'arrestation ou l'assassinat », a  déclaré la commission.

Wafa a rapporté que les forces israéliennes d'occupation avaient perquisitionné plusieurs maisons à Burqa et fait exploser la voiture de Mahmoud Hajjah, un résident du village, après l'avoir arrêté. Shadi Abu Omar, un dirigeant du mouvement Fatah, et Omar Shabib ont également été arrêtés et leurs maisons perquisitionnées.

Depuis le 7 octobre, Israël a arrêté 2470 Palestiniens en Cisjordanie et assassiné 184 personnes.

La Cisjordanie occupée est également restée presque entièrement verrouillée depuis le début de l'opération militaire israélienne, les villes et villages palestiniens étant coupés les uns des autres par des barrages militaires israéliens.

Source:  Mondoweiss -10 novembre 2023

Photo : Zaanoun/ Activestills
Traduction :Chronique de Palestine

Votre email...

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
13/11/2023 chroniquepalestine.com  16 min #237216

L'hôpital Al-Shifa est encerclé par les troupes israéliennes et a cessé de fonctionner

« Déluge d'Al-Aqsa » Jour 37 : l'hôpital Al-Shifa est encerclé par les troupes israéliennes et a cessé de fonctionner

Des milliers de vies sont en danger alors que l'hôpital Al-Shifa n'est plus opérationnel, que les unités de soins intensifs et les couveuses s'arrêtent faute de carburant et que le personnel médical et les patients sont piégés dans l'attente de leur mort. Les forces israéliennes continuent de bombarder les hôpitaux dans le nord de Gaza.

Victimes :

11 078 Palestiniens tués, dont 4506 enfants, et 27 490 blessés à Gaza *

13/11/2023 middleeasteye.net  8 min #237176

L'hôpital Al-Shifa est encerclé par les troupes israéliennes et a cessé de fonctionner

Guerre Israël-Palestine : les patients de Gaza face à une « mort inévitable » alors qu'Israël assiège les hôpitaux

Par Maha Hussaini et Aseel Mousa à GAZA, Palestine occupée et Areeb Ullah à LONDRES

« Les patients nécessitant des soins de santé ne devraient jamais être exposés à la peur, et les agents de santé qui ont prêté serment de les soigner ne devraient jamais être forcés de risquer leur propre vie pour leur prodiguer des soins », a rappelé l'OMS

Des milliers de Palestiniens - patients, blessés, personnel médical et civils déplacés par les bombardements - sont pris au piège dans le plus grand hôpital de Gaza, al-Chifa, alors que les forces israéliennes assiègent et bombardent l'établissement depuis vendredi.