14/11/2023 euro-synergies.hautetfort.com  14 min #237270

La guerre israélo-palestinienne dans le contexte de la grande géopolitique

La guerre israélo-palestinienne dans le contexte de la grande géopolitique

Alexandre Douguine

Source:  geopolitika.ru

Deux catastrophes (Shoah vs Naqba)

Tout d'abord, deux catastrophes se sont produites l'une après l'autre en Israël et dans la bande de Gaza : l'attaque du Hamas contre Israël, qui a fait de nombreuses victimes civiles et entraîné une prise d'otages, et les frappes de représailles d'Israël dans la bande de Gaza, qui ont été beaucoup plus brutales, avec un nombre élevé de victimes civiles, en particulier des femmes et des enfants. L'opération terrestre des FDI a rendu la situation encore plus catastrophique et le nombre de morts - y compris des enfants, des femmes et des personnes âgées - a atteint des proportions inimaginables.

Il s'agit dans les deux cas de violations flagrantes des droits naturels des personnes, de crimes contre l'humanité, qui ne peuvent être justifiés. Mais en même temps, l'application par Israël des principes de la Lex Talionis a abouti à un véritable génocide de la population de la bande de Gaza, qui était déjà contrainte de vivre dans les conditions horribles d'un camp de concentration qui ne veut pas dire son nom. Le Hamas a commis un acte de terrorisme, Israël a répondu par un acte de génocide à grande échelle. Tous deux se sont placés en dehors des limites du droit et des méthodes humaines acceptables pour résoudre les contradictions politiques.

La géopolitique de la transition: multipolarité contre unipolarité

Mais c'est la géopolitique qui commence ensuite. Bien que l'ampleur de l'offensive israélienne soit beaucoup plus importante, l'évaluation de ce qui se passe dans la bande de Gaza ne dépend pas de cela, mais de schémas géopolitiques plus profonds. Examinons-les indépendamment de l'aspect moral du problème.

L'ordre mondial actuel est dans une phase de transition. On passe aujourd'hui d'un monde unipolaire (formé après l'effondrement de l'URSS et le démantèlement du camp soviétique) à un monde multipolaire. Les pôles du monde multipolaire se dessinent déjà assez clairement. Il s'agit de la Russie, de la Chine, du monde islamique, de l'Inde, ainsi que de l'Afrique et de l'Amérique latine. En fait, il s'agit de civilisations indépendantes à part entière. Les principales sont représentées au sein des BRICS, qui - surtout après le sommet de 2023 à Johannesburg - réunissent toutes ces civilisations (l'entrée de l'Arabie saoudite, de l'Iran et de l'Égypte marque la présence de pays clés du monde islamique, l'Éthiopie renforce le facteur africain et l'Argentine complète le noyau des pays d'Amérique du Sud). Le monde multipolaire renforce sa position jour après jour. L'hégémonie occidentale s'affaiblit en conséquence.

Cependant, les dirigeants mondialistes de l'Occident, et surtout des États-Unis, cherchent à préserver l'unipolarité à tout prix, à insister sur leur domination militaire, politique, économique, culturelle et idéologique à grande échelle. Telle est la principale contradiction de notre époque: l'escalade de la confrontation entre l'unipolarité et la multipolarité. Les principaux conflits et processus de la politique mondiale doivent être considérés dans ce contexte.

La signification globale du conflit en Ukraine

Le conflit en Ukraine s'explique par la volonté d'affaiblir la Russie souveraine qui s'affirme de plus en plus comme un pôle indépendant. L'Occident soutient le régime fantoche de Zelensky dans le seul but d'empêcher le retour de la Russie sur la scène internationale en tant qu'acteur indépendant. Cette politique a été constamment poursuivie par le président Poutine depuis qu'il est au pouvoir. Après avoir commencé par renforcer la souveraineté politique de la Russie, il a progressivement établi la Russie comme une civilisation indépendante qui rejette non seulement l'hégémonie géopolitique de l'Occident, mais aussi son système de valeurs. La Russie (dans le décret 809) a explicitement proclamé son allégeance aux valeurs traditionnelles et a fermement rejeté le libéralisme occidental, l'agenda LGBT et d'autres normes de l'idéologie occidentale, reconnues en Russie comme des perversions et des anomalies.

En réponse, l'Occident a soutenu le coup d'État de 2014 à Kiev, armé l'Ukraine jusqu'aux dents, aidé à répandre l'idéologie russophobe néonazie en Ukraine et provoqué la Russie pour qu'elle lance une opération militaire spéciale. Si Poutine n'avait pas commencé, Kiev l'aurait fait.

C'est ainsi que le premier front de la guerre chaude de la multipolarité contre l'unipolarité a été ouvert en Ukraine.

Dans le même temps, la Russie de Poutine réalise parfaitement qu'elle ne peut pas être l'un des deux pôles, comme c'était le cas à l'époque de l'URSS. De nouvelles civilisations se font jour - chinoise, islamique, indienne, africaine et latino-américaine. La Russie les considère comme des alliés et des partenaires dans une multipolarité véritable et égale. Le monde n'en a pas encore pris conscience, mais la conscience multipolaire se développe et se renforce progressivement.

Il en va de même pour le problème de Taïwan, qui pourrait devenir (et deviendra un jour) la prochaine ligne de front entre l'unipolarité et la multipolarité - cette fois dans la zone de l'océan Pacifique.

Une nouvelle ligne de fracture

Mais les événements en Israël, l'attaque du Hamas et le génocide des Palestiniens par Israël en représailles, ont ouvert une autre ligne de front. Cette fois, l'Occident, par son soutien inconditionnel et unilatéral (comme en Ukraine) à Israël, malgré la nature flagrante des crimes commis par Tsahal contre les civils dans la bande de Gaza, est entré dans une phase de confrontation avec l'ensemble du monde islamique. C'est ainsi qu'un autre pôle - le pôle islamique - est apparu. Face à ce qu'Israël fait dans la bande de Gaza et dans le reste des territoires palestiniens, et compte tenu des injustices passées à l'encontre de la population palestinienne, repoussée dans des ghettos et des réserves sur sa propre terre, le monde islamique ne peut que prendre conscience de son unité.

La cause palestinienne unit aujourd'hui sunnites et chiites, turcs et iraniens, opposés dans les conflits internes au Yémen, en Syrie, en Irak ou en Libye. Elle touche directement les musulmans du Pakistan et de l'Indonésie, de la Malaisie et du Bangladesh. Elle ne laisse pas indifférents les musulmans vivant aux États-Unis et en Europe, en Russie ou en Afrique. Et bien sûr, les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie, malgré leurs divergences politiques, sont désormais unis dans la lutte pour leur dignité.

Au cours des dernières décennies, les États-Unis ont réussi à faciliter la consolidation des musulmans autour de la question palestinienne, à les diviser en groupes, à les forcer et à les contraindre par la ruse à normaliser leurs relations avec Israël. Mais toute cette politique a volé en éclats le mois dernier. Le soutien sans équivoque à Israël, même après ce qu'il a déjà fait dans la bande de Gaza au vu et au su de tous, oblige le monde islamique à transcender ses contradictions internes et à entrer en confrontation directe avec l'Occident.

Israël et l'Ukraine ne sont que des mandataires de l'hégémonie occidentale, arrogants et cruels, n'hésitant pas à commettre des crimes et à tenir des discours et des actes racistes, mais ils ne sont pas le problème. Ils ne sont que des instruments de la grande géopolitique - la géopolitique du monde unipolaire. C'est exactement ce que le président russe Vladimir Poutine a récemment souligné lorsqu'il a parlé des araignées qui tissent une toile mondiale d'inimitié et de discorde. Il faisait référence aux mondialistes et à leurs tactiques de colonisation consistant à diviser pour mieux régner. Mais si nous comprenons l'essence de la stratégie de ceux qui tentent désespérément de sauver le monde unipolaire et l'hégémonie occidentale à l'agonie, nous pouvons consciemment construire un modèle alternatif pour le contrer et avancer avec confiance et collectivement vers la création d'un monde multipolaire.

L'impératif de consolidation du pôle islamique

Le conflit dans la bande de Gaza, et plus largement en Palestine, est un défi direct pour l'ensemble du monde islamique, pour la civilisation islamique dans son ensemble. Il ne concerne pas un peuple en particulier, ni même l'ensemble des Arabes. L'Occident est, en fait, en guerre contre l'Islam en tant que tel. Presque tous les dirigeants l'ont bien compris, de Salman bin Abdul-Aziz Al Saud à Erdogan, de l'ayatollah Khamenei aux dirigeants du Pakistan, de la Tunisie au Bahreïn, d'Erdogan aux autorités du Yémen, des salafistes et wahhabites aux chiites et soufis. Les opposants politiques en Palestine même, en Syrie, en Libye, au Liban, les chiites et les sunnites doivent maintenant défendre leur dignité, prouver que les musulmans sont une civilisation souveraine et indépendante qui ne se laissera pas traiter de la sorte.

Erdogan a menacé l'Occident du djihad et a rappelé les croisades. Il s'agit d'une comparaison très malheureuse. L'Occident mondialiste moderne n'a rien à voir avec la civilisation chrétienne. Pendant de nombreux siècles, l'Occident a rompu les liens avec la culture chrétienne et s'est rangé du côté du matérialisme, de l'athéisme et de l'individualisme. Le christianisme n'a rien en commun avec la science matérielle, avec le système social et économique du profit nu, avec la légalisation de la perversion et la proclamation de la pathologie comme norme, avec la volonté de passer à une existence post-humaine - à propos de laquelle, soit dit en passant, le philosophe posthumaniste israélien Yuval Harari écrit avec enthousiasme. L'Occident est un phénomène anti-chrétien qui ne porte aucune croix sur lui-même. Israël est un État occidental juif et laïque qui n'a rien en commun avec le christianisme. Par conséquent, si le monde musulman affronte l'Occident, ce n'est pas en tant que civilisation du Christ, mais en tant que civilisation de l'Antéchrist, Dajjal.

La mission de la Russie devient claire

La Russie, en tant que pôle du monde multipolaire, est déjà en guerre avec l'Occident en Ukraine. De nombreux pays islamiques, sous l'influence de la propagande occidentale, n'ont pas compris clairement les raisons, les objectifs et la nature même de cette guerre, croyant qu'il s'agissait d'un conflit régional (et ils ne sont pas peu nombreux dans le monde islamique lui-même). Mais aujourd'hui, alors que le mondialisme a touché directement tous les musulmans du monde, l'opération militaire spéciale de la Russie va acquérir une toute autre signification à leurs yeux. Après tout, il s'agit d'une lutte entre le monde multipolaire et le monde unipolaire, ce qui signifie qu'elle est menée non seulement dans l'intérêt de la Russie en tant que pôle, mais aussi indirectement (voire directement) dans l'intérêt de tous les pôles. C'est la Chine et, parmi les pays islamiques, l'Iran qui le comprennent le mieux. Récemment, cependant, d'autres sociétés islamiques - Arabie saoudite, Égypte, Turquie, Pakistan, Indonésie - ont également connu une croissance rapide de la conscience géopolitique à grande échelle. D'où les tentatives de rapprochement entre l'Arabie saoudite et l'Iran, et la politique souveraine de la Turquie. Et plus le monde islamique se réalise comme un pôle, une civilisation unifiée, plus le comportement de la Russie devient compréhensible. Poutine est déjà un dirigeant populaire dans le monde entier, et en particulier dans les pays non occidentaux. C'est ainsi que sa stratégie acquiert une signification et une justification très claires. La Russie lutte déjà de toutes ses forces contre l'unipolarité, c'est-à-dire contre le mondialisme et l'Occident.

Le moment de l'Islam

Aujourd'hui, l'Occident, avec son mandataire israélien, attaque le monde islamique et soumet les Arabes palestiniens à un génocide.

C'est le moment de l'Islam. Et dans cette guerre potentielle entre les musulmans et l'hégémonie occidentale, qui pourrait éclater à tout moment - connaissant les Israéliens, il ne fait aucun doute qu'ils ne s'arrêteront pas avant d'avoir complètement détruit les Palestiniens (la guerre est déjà à l'échelle biblique) - le monde islamique a des alliés objectifs. Dans cette situation, il y a tout d'abord la Russie et la Chine, qui elle-même est sur le point de devoir résoudre le problème de Taïwan. Mais il est fort probable que d'autres lignes de front s'ouvrent progressivement.

La troisième guerre mondiale ?

Cela peut-il conduire à la troisième guerre mondiale ? Très probablement, oui. Et d'une certaine manière, elle est déjà en cours. Pour qu'une guerre devienne une guerre mondiale, il faut tout d'abord une masse critique de contradictions accumulées qui ne peuvent être résolues d'aucune autre manière non militaire. Cette condition est remplie. L'Occident n'a pas l'intention de renoncer volontairement à son hégémonie. Et les nouveaux pôles - civilisations indépendantes montantes, grands espaces - ne sont pas d'accord pour tolérer cette hégémonie. D'autant plus que les États-Unis et l'Occident collectif démontrent leur incapacité totale à être les leaders de l'humanité, en ne supprimant pas, mais en alimentant par leur politique, de nouveaux conflits et de nouvelles guerres. Si la guerre ne peut être évitée, elle reste à gagner.

La position de Trump

Quel rôle joue la position de Donald Trump dans cette confrontation croissante entre l'Occident et l'Islam ? Biden est un mondialiste convaincu, un russophobe enragé et un partisan extrême de l'unipolarité. Cela explique son soutien sans faille au régime néo-nazi de Kiev et sa justification totale d'Israël - y compris un génocide pur et simple. La position de Trump est plus différenciée. C'est un nationaliste classique : pour lui, le plus important, ce sont les intérêts de l'Amérique en tant qu'État, et non des projets éphémères de domination mondiale. En ce qui concerne la Russie, Trump est indifférent, il est plus préoccupé par le commerce et la concurrence économique avec la Chine. Mais en même temps, il est sous l'influence totale du lobby sioniste en Amérique même. Ainsi, dans la guerre imminente de l'Occident contre l'Islam, il ne faut pas s'attendre à un affaiblissement de sa part, ou de la part des Républicains en général. Dans ce contexte, si l'arrivée de Trump peut affaiblir le soutien à l'Ukraine (qui est très important pour la Russie), il poursuivra une politique assez dure à l'égard des musulmans et surtout des Palestiniens - peut-être même plus dure que Biden. Nous devons donc être réalistes et nous attendre à une guerre difficile, sérieuse et prolongée.

Il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas d'un conflit religieux. Il s'agit d'une guerre du Dajjal athée et matérialiste contre toutes les religions traditionnelles. Ce qui signifie que l'heure de la bataille finale a probablement sonné.

La probabilité d'une guerre nucléaire

Ce conflit imminent va-t-il dégénérer en guerre nucléaire ? Cela n'est pas à exclure. En particulier l'utilisation d'armes nucléaires tactiques. Il est peu probable que ceux qui disposent d'armes nucléaires stratégiques (la Russie et les pays de l'OTAN) les utilisent. Cela équivaudrait à la destruction de toute l'humanité. Mais comme Israël, le Pakistan et peut-être l'Iran disposent d'armes nucléaires tactiques, un usage localisé n'est pas à exclure.

Point de bifurcation : multipolarité aujourd'hui ou plus tard

Quel sera l'ordre mondial au cours de cette confrontation imminente ? Il n'y a pas de réponse toute faite. La seule chose à exclure avec certitude est l'établissement d'un ordre mondial unipolaire fort et stable, auquel les mondialistes s'accrochent désespérément. Le monde ne sera en aucun cas unipolaire. Il sera multipolaire ou n'existera pas du tout. Plus l'Occident insistera pour maintenir son hégémonie, plus la bataille sera féroce, jusqu'à la troisième guerre mondiale.

Mais la multipolarité ne se formera pas d'elle-même. Le monde islamique est en train de se regrouper de manière significative. Si les musulmans sont capables de s'unir face à un ennemi commun féroce, un pôle islamique à part entière émergera. S'ils échouent, cela retardera l'avènement de la multipolarité.

Le futur califat de Bagdad

À mon avis, le retour à un califat de Bagdad centré sur l'Irak serait optimal. Toutes les grandes lignes de la civilisation islamique se croisent en Irak - Arabes, sunnites, chiites, soufis, salafis, Kurdes indo-européens et Turcs. C'est dans le califat de Bagdad qu'ont fleuri les sciences, les écoles juridiques, la philosophie et les courants spirituels. Mais ce n'est qu'une hypothèse, même si le monde islamique aura certainement besoin d'une plate-forme commune. Bagdad est un point d'équilibre. Mais pour cela, bien sûr, il faut d'abord que l'Irak soit libéré de la présence américaine.

Il semble que chacun des pôles doive prouver son droit à l'existence par le biais d'un conflit. La Russie deviendra un pôle à part entière et souverain en gagnant en Ukraine. La Chine - en résolvant le problème de Taïwan.

Le monde islamique - en insistant sur une solution juste de la question palestinienne.

Puis viendra le tour de l'Inde, de l'Afrique, qui s'oppose désormais de plus en plus violemment aux forces néocoloniales de l'Occident, et de l'Amérique latine. Tous les pôles du monde multipolaire devront passer leur test.

Nous reviendrons alors en partie à l'ordre mondial précolombien, dans lequel coexistaient, outre l'Europe occidentale, plusieurs empires - chinois, indien, russe, ottoman, iranien - ainsi que des États forts indépendants en Asie du Sud, en Afrique et en Amérique latine. Même l'Océanie avait ses propres systèmes politiques et sociaux, que les colonisateurs et les racistes européens ont par la suite assimilés à la "sauvagerie" et à la "barbarie". La multipolarité est donc tout à fait possible. C'est ainsi que l'humanité était avant le début de la politique impérialiste planétaire de l'Occident à l'ère moderne.

Cela ne signifie pas que la paix s'installera immédiatement dans le monde. Mais un tel ordre mondial multipolaire sera de toute façon beaucoup plus juste et équilibré. Et tous les conflits seront résolus sur la base d'une position commune équilibrée - l'humanité sera à l'abri des excès de racisme tels que ceux de l'Allemagne hitlérienne, de l'Israël moderne ou de l'hégémonie agressive de l'Occident mondialiste.

RIA Novosti Partie 1, 2

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter

Référencé par :

1 article