15/11/2023 mondialisation.ca  8 min #237324

Mort sur « ordonnance » gouvernementale d'injection gardasil?

Par  Dr Gérard Delépine

Combien faudra-t-il de morts pour stopper la vaccination Gardasil ?

La mort dramatique d'un collégien à Nantes lors d'une vaccination Gardasil rappelle qu'aucun traitement ni aucune vaccination n'est dénuée de risque. La seule justification d'un traitement réside dans les bénéfices qu'il peut apporter. Or le collégien de Nantes est mort pour une vaccination contre les papillomavirus qui ne pouvait lui apporter aucun bénéfice personnel, ni non plus protéger les autres !

La quasi-totalité des germes que nous hébergeons nous sont utiles !

Il ne faut pas avoir un rapport hygiéniste hystérique avec les germes. Nous sommes tous en permanence porteurs de centaines de milliards de germes (virus et bactéries) avec lesquels nous vivons en parfaite harmonie.

Le microbiote intestinal, le plus « peuplé » d'entre eux, abrite 1012 (mille milliards) à 1014 (cent mille milliards) de micro-organismes qui assurent la fermentation des substrats et des résidus alimentaires non digestibles, facilitent l'assimilation des nutriments grâce à un ensemble d'enzymes dont les cellules humaines sont dépourvues et l'hydrolyse de l'amidon, de la cellulose, des polysaccharides…

Ils participent aussi à la synthèse de certaines vitamines et à celle d'acides aminés essentiels et régulent l'absorption des acides gras, du calcium, du magnésium [1]…et jouent un rôle important dans la lutte contre les infections [2].

Le microbiote cutané héberge en moyenne mille milliards de bactéries (soit 50 millions par cm2 de peau) de plus de 500 espèces différentes [3, 4] mais aussi des champignons (comme les candida albicans) et des même des acariens.

Le microbiote vaginal comprend un ensemble de micro-organismes (dont les lactobacilles de Döderlein) qui varient en fonction du mode de vie et des changements hormonaux, et forment un biofilm protecteur sur la muqueuse.

La flore buccale comporte de nombreuses variétés de bactéries et de champignons qui se nourrissent de sucres et des restes d'aliments présents dans la bouche et constituent le biofilm buccal indispensable au bon fonctionnement de la bouche par le maintien des dents et des gencives en bonne santé en luttant contre les nombreux germes pathogènes, et en participant à la prédigestion des aliments.

Les milliards de bactéries et virus qui nous contaminent en permanence sont dans leur quasi-totalité des germes saprophytes avec lesquels nous nouons un partenariat gagnant- gagnant. Modifier ces flores expose à des complications. La guerre contre les germes ne se justifie que contre les germes pathogènes, ceux qui sont responsables de maladie.

Héberger un papillomavirus ne rend pas malade !

Les papillomavirus comptent plus de cent espèces susceptibles de contaminer l'homme, mais elles se comportent dans la quasi-totalité des cas comme des saprophytes. La contamination HPV se produit par contact cutané [5] sexuel, ou non. Elle concerne près de 80% de la population adulte. Elle n'entraine habituellement aucun signe clinique [6] et l'organisme s'en débarrasse naturellement en 9 à 18 mois en acquérant une immunité solide contre la souche concernée (mais laissant le terrain disponible pour les autres souches).

Une maladie se définit par les troubles qu'elle engendre; la contamination par les HPV est asymptomatique et ne constitue donc pas une maladie. La chasse aux HPV n'est donc pas médicalement justifiée d'autant que le ralentissement de leur propagation ou leur éradication parfois cités comme but de la vaccination Gardasil (comme au début de la vaccination covid) sont totalement irréalisables car les HPV comportent trop de nombreuses souches et disposent de plus de réservoirs animaliers.

Les HPV sont accusés d'être responsables de cancer sans preuve formelle

L'origine des cancers est le plus souvent multifactorielle et les cancers présentés comme ceux du HPV n'échappent pas à la règle. Depuis la mise au point de vaccins contre les HPV certaines souches ont été déclarées uniques responsables de nombreux cancers sans qu'aucune preuve formelle de la responsabilité du virus n'ait été apportée. Il existe certes une relation statistique entre la présence de HPV et un surrisque de cancer du col, mais de semblables corrélations statistiques sont également démontrées avec de nombreux autres facteurs : précocité des premiers rapports sexuels, nombre de partenaires, nombre de rapports, fréquence d'infections génitales (à HPV mais aussi herpès, chlamydias), Sida, tabagisme, nombre de grossesse menées à terme… Tous ces facteurs étant de plus corrélés entre eux. La considérable disproportion entre les très fortes incidences des infections HPV (70-80%) et l'extrême rareté des cancers du col (0,006%) ne plaide d'ailleurs pas pour un rôle étiologique majeur des premiers. Les HPV pourraient en réalité n'être que les témoins d'une activité sexuelle intense, vraie cause du cancer du col de l'utérus du fait des microtraumatismes et des inflammations récidivantes qu'elle entraîne.

Pour les cancers du canal anal, le rôle des HPV est encore plus incertain car les facteurs les plus étroitement liés à sa survenue sont les rapports anaux passifs et le sida. Certes on retrouve aussi des antécédents de HPV chez les malades de cancer anal, mais guère plus que chez 70% des hommes hétérosexuels indemnes du sida qui ne souffriront jamais de cancer de l'anus.

Mais la mise en cause du HPV en fait le coupable idéal, tant il est rentable pour les actionnaires …

Le Gardasil ne protège pas des cancers du col de l'utérus

Si les HPV ne suffisent pas à créer des cancers il est logique que la vaccination Gardasil soit incapable d'en diminuer l'incidence (fréquence annuelle de nouveaux cas pour 100000 femmes). Et c'est que montrent les registres des cancers des pays apôtres de cette vaccination démentant ainsi la propagande permanente qui prétend que le Gardasil protègerait « des cancers du HPV ».

Le registre australien des cancers objective une augmentation d'incidence des cancers du col de l'utérus depuis la vaccination par Gardasil  :

En Grande-Bretagne :

En Norvège l'incidence des cancers du col augmente chez les plus vaccinées :

En Finlande l'incidence des cancers du col augmente chez les plus vaccinées :

Le Gardasil ne protège pas non plus des cancers du canal anal

Pour doubler le marché du Gardasil, les complices des laboratoires font tout pour l'imposer aux garçons en effrayant les parents avec les cancers de l'anus et en prétendant que la vaccination permettrait d'éradiquer les HPV comme ils l'ont affirmé pour le covid19..

Mais la consultation des registres nationaux du cancer montre une augmentation d'incidence des cancers de l'anus depuis la vaccination par Gardasil chez les filles dans tous les pays qui ont instauré une vaccination scolaire.

Comme en Australie où l'incidence du cancer anal a davantage augmenté chez les filles que chez les garçons non vaccinés :

Comme en Grande-Bretagne :

Mais aussi dans les pays scandinaves :

Contrairement aux affirmations des médias et de nos autorités sanitaires les registres des cancers montrent que dans tous les pays qui l'ont instauré, la vaccination Gardasil se révèle incapable de diminuer l'incidence des cancers dont on accuse les HPV et est même suivie d'une augmentation !

Ce malheureux collégien est bien mort de la vaccination Gardasil

L'ARS qui multiplie les appels à la vaccination tente de la disculper en accusant

« un malaise vagal sans lien avec le produit vaccinal ou à un défaut de qualité du vaccin. » en ne rappelant pas que ce malaise a été la conséquence de la vaccination Gardasil.

Les faits sont indiscutables : si ce collégien n'avait pas été vacciné, il serait toujours vivant.

Cette mort après Gardasil n'est pas unique : fin décembre 2019, aux USA qui l'ont beaucoup plus pratiqué, le VAERS (système de déclarations des complications post vaccinales) recensait 523 décès post Gardasil.

La vaccination Gardasil est de plus suivie d'une quantité d'effets secondaires recensées par le VAERS et qui ont motivé des plaintes en justice et des manifestations dans de nombreux pays.

Ces manifestations contre le Gardasil et ses nombreuses actions en justice témoignent de la fréquence et de la gravité des complications de cette vaccination.

Pour protéger nos enfants il faut stopper cette vaccination dangereuse et inefficace contre le cancer

Dr Gérard Delépine

Notes :

1 Inserm Microbiote intestinal (flore intestinale)  inserm.fr

2  allodocteurs.fr

3 Kenneth Todar, « The Normal Bacterial Flora of Humans » Todar's Online Textbook of Bacteriology

4Dunyach-Remy C, Sotto A & Lavigne J.P (2015) Le microbiote cutané: étude de la diversité microbienne et de son rôle dans la pathogénicité. [archive] Revue Francophone des Laboratoires, 2015(469), 51-58.

5 De nombreuses études rapportent des cas de vierges contaminées.

6 A l'exception des souches 6 et 11 susceptibles de créer des verrues génitales (condylomes)

7

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright ©  Dr Gérard Delépine, Mondialisation.ca, 2023

 mondialisation.ca

 Commenter