17/11/2023 michael-hudson.com  13 min #237454

Les prophètes bibliques étaient-ils antisémites ?

🇬🇧

Si les prophètes de l'ancien Israël tels qu'Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Malachie et Amos vivaient aujourd'hui, Benjamin Netanyahou les accuserait d'antisémitisme pour avoir osé décrire son gouvernement comme une parodie de ce qu'était l'alliance mosaïque. La Bible juive - l'Ancien Testament du christianisme - a pour fil conducteur de critiquer les rois, les riches et les tribunaux corrompus pour avoir violé les commandements mosaïques visant à créer une société juste et équitable protégeant les pauvres de l'oppression économique de la servitude pour dettes et de la perte de leurs terres. Si les prophètes étaient appelés à rendre un jugement aujourd'hui, c'est le parti de droite Likoud de Netanyahou et l'économie fortement inégalitaire d'Israël qui seraient condamnés pour avoir violé les lois les plus fondamentales du judaïsme biblique.

Prophète après prophète, le Seigneur a décrit qu'il avait été si souvent mécontent d'Israël, qui s'était écarté de ses commandements, qu'il lui avait retiré sa protection et avait condamné la terre vers laquelle Moïse avait conduit ses disciples à être conquise en guise de punition. Les prophètes bibliques ont attribué la défaite d'Israël face à Sargon en 722 avant J.-C. à la punition du Seigneur pour avoir rompu l'alliance offerte par le Seigneur. Le châtiment d'Israël était à la hauteur du crime : Tout comme son élite de riches créanciers avait dépossédé ses frères de leur terre, les dix tribus d'Israël ont été déportées en Mésopotamie et en Médie, et la taille de Juda a été réduite à la seule région entourant Jérusalem.

Ezéchiel, le grand prophète de l'Exil, est emmené en Babylonie en 597 avant J.-C. en tant qu'otage militaire. Il devint l'influence principale d'Esdras et de l'école sacerdotale qui édita les premières sources de la Torah en une version qui fut finalisée lorsque les Juifs revinrent de Babylone et inscrivirent les concepts babyloniens de justice économique dans le code de sainteté mosaïque. Sur un ton apocalyptique, Ezéchiel 7 annonce : "La parole du Seigneur me fut adressée : ... La fin est maintenant sur vous et je vais déchaîner ma colère contre vous. Je vous jugerai selon votre conduite et je vous rendrai la monnaie de votre pièce pour toutes vos pratiques détestables", citant la polarisation des richesses par les juifs les plus riches, la corruption des tribunaux et la violation de l'alliance originelle avec le Seigneur.

Les prophètes étaient-ils des juifs qui se détestaient eux-mêmes ? Ceux qui critiquent les politiciens de droite d'aujourd'hui qui abolissent les cours de justice du pays, encouragent le meurtre de masse de civils et détruisent l'infrastructure d'une société entière sont-ils antisémites ? Commenter que le 7 octobre ne s'est pas produit "dans le vide", comme l'a fait le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres - même après l'avoir qualifié d'atrocité - fait-il de quelqu'un un antisémite ?

Ce que je trouve le plus étonnant, c'est qu'aucun érudit religieux ne souligne que la prétention de Netanyahou à suivre un pacte biblique comme excuse pour commettre un génocide en s'emparant de la terre palestinienne et en détruisant sa population existante est une parodie de ce qui est réellement écrit dans la Bible.

Par un tour de passe-passe semblable à celui d'un magicien essayant de détourner l'attention du public de ce qui se passe réellement, Netanyahou a évoqué ce qu'il prétend être une excuse biblique pour le génocide israélien. Mais ce qu'il prétend être un pacte dans la tradition de Moïse est une demande vicieuse du juge et éminence grise Samuel à Saül, le général qu'il espère faire roi : "Va frapper Amalek [ennemi d'Israël] et détruis tout ce qui lui appartient. Ne les épargnez pas, mettez à mort les hommes et les femmes, les enfants et les nourrissons, le bétail et les moutons, les chameaux et les ânes" (1 Samuel 15, 3).

Il ne s'agissait pas des propres paroles du Seigneur, et Samuel n'était pas Moïse. Il n'y avait pas non plus de promesse générale de soutenir les Juifs, quel que soit leur comportement. Et en effet, en suivant la demande de conquête de Samuel - comme moyen de rendre Saül suffisamment populaire pour être fait roi - Saül a enfreint les commandements du Seigneur concernant les cérémonies religieuses et le comportement alimentaire appropriés. La célébration par Netanyahou de l'accord conclu entre Samuel et Saül en vue de devenir populaire par la conquête militaire ne le laisse pas supposer. L'inconduite de Saül a conduit Samuel lui-même à le réprimander, lui disant que le Seigneur avait décidé qu'il fallait trouver un autre homme pour être roi d'Israël.

Ce n'était pas le Seigneur qui donnait l'ordre de détruire Amalek, mais un prophète soucieux de placer un roi sur le trône. L'invocation d'un tel commandement est une preuve prima facie de l'intention de commettre un génocide. Mais cela semble moins important pour Netanyahou que de satisfaire le désir de vengeance des Israéliens. Netanyahou ne mentionne pas le fait que Saül a désobéi aux commandements du Seigneur et que le Seigneur l'a rejeté en tant que roi. Le Likoud ne reconnaît pas non plus le contexte, quelques chapitres plus tôt, dans I Samuel 12:15, décrivant la corruption des juges et l'avertissement de Samuel : "Si vous n'obéissez pas à l'Éternel et si vous vous rebellez contre ses ordres, sa main sera contre vous" L'avertissement du Seigneur selon lequel "si vous persistez à faire le mal, vous serez balayés, vous et votre roi" aurait dû résonner fort pour Netanyahou.

La Bible juive est remarquable dans sa critique des rois qui ont gouverné Juda et Israël. Il s'agit en fait d'un long récit de révolution sociale, dans lequel les chefs religieux ont cherché - souvent avec succès - à limiter le pouvoir d'une oligarchie égoïste et agressive, dénoncée à maintes reprises pour son avidité à appauvrir les pauvres, à s'emparer de leurs terres et à les réduire à l'esclavage pour cause d'endettement. (Mon livre "... et remets-leur leurs dettes" [Dresde 2018] décrit cette histoire) Les rois juifs, les familles riches et les tribunaux corrompus ont conduit le Seigneur à les abandonner à plusieurs reprises face à l'Assyrie, à Babylone et à des adversaires de moindre importance lorsqu'ils tombaient dans un comportement égoïste et oppressif.

En quoi consistait l'alliance conclue à Horeb, près du mont Sinaï ? En termes simples, le Seigneur a donné à Moïse les dix commandements, dont l'objectif moral était la justice économique, et a conclu un marché engageant tous les futurs Juifs à obéir à ces commandements (Exode 19-23 et Deutéronome 5:2 et 28:43). Dès le début, le Seigneur a menacé de punir les Juifs s'ils rompaient cette alliance. Les prophètes citent les nombreuses façons dont les générations suivantes l'ont rompue.

La référence à ce contexte de règles équitables était le rôle d'un prophète (à la fois ancien et moderne) : réveiller le peuple - et être méprisé par les détenteurs du pouvoir, en particulier par les oligarchies oppressives. La Judée, conformément aux commandements, était censée fournir une aide mutuelle et protéger les pauvres, et non laisser les créanciers s'approprier la terre.

La Judée a donc perdu des batailles au profit d'étrangers, que les prophètes ont décrits comme étant utilisés par le Seigneur comme son instrument pour punir les Juifs de leur transgression des lois économiques et autres lois morales que le Seigneur avait édictées. Peut-on douter que le grand Israël d'aujourd'hui [le territoire sur lequel il exerce un contrôle total, y compris Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est] soit économiquement polarisé et inégal, tant sur le plan financier qu'en termes de droits de l'homme ?

Le Deutéronome 28:21-25 avertit que si les Juifs n'obéissent pas aux commandements du Seigneur, "le Seigneur vous frappera de maladies jusqu'à ce qu'il vous ait détruits du pays dont vous entrez en possession", et "vous serez vaincus devant vos ennemis" Le Deutéronome (29, 24-25) rappelle ensuite aux Juifs que si le Seigneur leur fait subir ce qu'il a fait à Sodome et Gomorrhe, Admath et Zéboiim, "c'est parce que ce peuple a abandonné l'alliance du Seigneur, le Dieu de ses pères, l'alliance qu'il a conclue avec eux lorsqu'il les a fait sortir d'Égypte."

Les prophètes ont décrit ce que signifiait l'obéissance à l'alliance. Isaïe 5:3 et 8 a cité l'inégalité économique comme le plus grand malheur, blâmant les anciens et les dirigeants pour avoir pris "le butin des pauvres dans vos maisons" Il s'est exclamé : "Malheur à vous qui ajoutez une maison à une autre, qui joignez un champ à un autre, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'espace libre dans le pays C'est exactement le sort qui est réservé aux Palestiniens chassés de leurs terres par l'Israël d'aujourd'hui, un État de colons.

Isaïe 10:1-3 déclare : "Malheur à ceux qui font des lois injustes, à ceux qui promulguent des décrets oppressifs, pour priver les pauvres de leurs droits et dérober la justice à mon peuple opprimé, en faisant des veuves leur proie et en dépouillant les orphelins. Que ferez-vous au jour du jugement, quand le malheur viendra de loin ? Et en 29:13-15 : " Le Seigneur dit : " Ces gens viennent à moi par la bouche et m'honorent des lèvres, mais leur cœur est loin de moi. Le culte qu'ils me rendent n'est fait que de règles enseignées par les hommes. ... Malheur à ceux qui se donnent beaucoup de mal pour cacher leurs projets au Seigneur."

Cela vous rappelle quelque chose ? Isaïe 48:1 et 8 dit : "Écoutez, maison de Jacob, vous qui portez le nom d'Israël ... et qui invoquez le Dieu d'Israël, mais sans vérité ni droiture. ... Je sais combien tu es perfide ; on t'a appelé rebelle dès ta naissance"

Le prophète suivant, Jérémie 2, accuse Israël d'abandonner le Seigneur et de rompre ainsi l'alliance, provoquant un désastre par sa "méchanceté et son égarement" et devenant "une vigne sauvage et corrompue" Qualifiant Israël d'infidèle (3:8 et 20-21), le Seigneur "donna à Israël infidèle son acte de divorce et le renvoya", et Juda fut tout aussi mauvais. Le Seigneur menace à nouveau (17:3-4) : "Par votre faute, vous perdrez l'héritage que je vous ai donné... car vous avez allumé ma colère, et elle s'enflammera à jamais

Dans un mouvement qui n'a pas choqué ou consterné les chrétiens conservateurs, les États-Unis sont devenus le protecteur et le seigneur de l'Israël moderne, tandis que l'économie d'Israël (comme celle des États-Unis) se polarise sur les mêmes lignes que celles dénoncées par les prophètes bibliques, comme lorsque Ezéchiel 7 et 16 répètent la colère du Seigneur contre la Jérusalem infidèle, disant métaphoriquement (16:13) que "tu t'es confiée dans ta beauté et tu as utilisé ta renommée pour te prostituer", ne tenant pas compte des pauvres et des nécessiteux. Et en 34,2 : "Malheur aux bergers d'Israël qui ne s'occupent que d'eux-mêmes" mais pillent leur troupeau.

Amos 2 accuse Israël de nombreux péchés : "Ils vendent le juste à prix d'argent, ils foulent la tête des pauvres, ils refusent la justice aux opprimés Et Michée 7:3 déclame : "Malheur à ceux qui méditent l'iniquité, à ceux qui complotent le mal dans leur lit ... parce qu'il est en leur pouvoir de l'accomplir. ... C'est pourquoi le Seigneur a dit : 'Je prépare contre ce peuple une catastrophe dont vous ne pourrez vous délivrer'", lorsque les riches s'associent pour que "le chef exige des cadeaux, le juge accepte des pots-de-vin, les puissants dictent ce qu'ils désirent - ils conspirent tous ensemble"

Le sionisme moderne d'aujourd'hui est en contradiction avec la Bible juive. Cela est compréhensible étant donné que son idéologie provient d'un groupe très séculier malgré sa récente prise de contrôle par des juifs orthodoxes déclarés. La rhétorique utilisée par Netanyahou est une parodie quand on sait que la Bible juive proclame que la richesse et la propriété doivent être distribuées équitablement, et non concentrées dans les mains d'une oligarchie. Les versets 1 et 9 de l'Exode 23 donnent un aperçu de la manière dont les étrangers - les Palestiniens de l'époque - devaient être traités : "Ne suivez pas la foule en faisant le mal", mais "établissez la loi de la justice et de la miséricorde : N'opprimez pas l'étranger ; vous savez vous-mêmes ce que c'est que d'être étranger, car vous avez été étrangers en Égypte

Est-ce faire preuve de justice et de miséricorde que de couper l'eau, la nourriture, les médicaments et le carburant à toute une population et de raser ou d'endommager la moitié de ses bâtiments et la plupart de ses infrastructures essentielles, y compris des quartiers entiers de maisons ? Est-ce la justice et la miséricorde que de forcer les hôpitaux à fermer, de bombarder les ambulances et de larguer six bombes de 2 000 livres sur un camp de réfugiés ?

Alors que des milliards de personnes dans le monde assistent au carnage de la nuit de Cristal à Gaza et aux pogroms flagrants en Cisjordanie, des journalistes occidentaux "sérieux" mettent en garde contre la menace existentielle que représentent les réfugiés qui pratiquent le deltaplane, mais qui n'ont ni avion, ni char, ni pièce d'artillerie. Ces mêmes journalistes ignorent le truisme éprouvé selon lequel "le sang des martyrs est la semence de la foi" et que le fait de tuer des milliers d'innocents immédiatement et plusieurs milliers dans le chaos qui s'ensuit n'affaiblira pas un mouvement de résistance mais le renforcera. C'est cette même réaction, dans le sillage du nazisme, qui a transformé les dirigeants sionistes d'aujourd'hui en haineux.

Dans les dernières lignes de la Bible juive, Malachie 4 parle de l'insistance du Seigneur sur le fait que l'alliance d'Israël avec Dieu comportait une forte contrepartie contractuelle comme condition de son soutien : "Tous les arrogants et tous les méchants seront du chaume, et le jour qui vient les embrasera, dit le Seigneur tout-puissant. souvenez-vous de la loi de mon serviteur Moïse, des décrets et des lois que je lui ai donnés à l'Horeb pour tout Israël" Si l'on continuait à désobéir à ces lois, le Seigneur menaçait : "Je viendrai frapper le pays de malédiction."

Il semble que cette malédiction soit maintenant arrivée, sous la forme d'une majorité de la population mondiale si consternée par le génocide bien-pensant commis par deux gouvernements laïques se réclamant (au discrédit des religions occidentales) de la sanctification divine, Israël et les États-Unis, tout comme l'économie occidentale non soviétique créée en 1945 dans le sillage de la Seconde Guerre mondiale est en train de se briser en deux parties.

Nous vivons une époque séculaire. Les États-Unis sont devenus le protecteur et le seigneur de l'Israël moderne, et ils se sont eux-mêmes corrompus dans le sens dénoncé par les grands prophètes. Les évangélistes américains, comme le gouvernement israélien, ont exclu le message des prophètes bibliques et le message social de Jésus, ne retenant que l'Alliance comme acte de conquête et promesse d'un ticket pour le paradis sans aucune contrepartie comportementale.

Le large spectre de la religion judéo-chrétienne a été sécularisé, car le monde d'aujourd'hui diffère fondamentalement de celui de l'antiquité classique. Les évangélistes de la télévision américaine travestissent la tentative de Jésus de rétablir l'année jubilaire mosaïque en annulant les dettes qui menaçaient les populations anciennes d'esclavage et les privaient de leurs moyens de subsistance sur la terre. L'"Évangile de la prospérité" a remplacé Jésus par Ayn Rand, Milton Friedman et Frederick Hayek.

Dès les 4e et 5e siècles, presque dès que Constantin a fait du christianisme la religion d'État romaine, Augustin a modifié la traduction du Notre Père et du Sermon sur la montagne de Jésus en remplaçant l'annulation des dettes par l'idée non économique du péché originel hérité d'Adam. Pour couronner le tout, la nouvelle interprétation a remplacé l'appel de Jésus à l'annulation des dettes par des demandes de contributions monétaires de la part de l'Église pour obtenir des indulgences et le pardon. Par la suite, le christianisme est devenu si favorable au créancier qu'il a défendu le caractère sacré de la dette, et non son annulation. Pour financer les croisades au XIIIe siècle, les papes ont excommunié le clergé chrétien et les réformateurs laïques qui s'opposaient au paiement de l'usure - qui a été redéfinie comme "intérêt" et autorisée tant que ce sont des banquiers chrétiens qui accordent les prêts.

Israël peut avoir un droit légal alambiqué de tirer sur les Palestiniens qui franchissent son mur pour tenter de défendre les terres que les colons leur ont illégalement confisquées. Mais en tant que puissance occupante, il n'a pas le droit moralisateur d'ignorer pratiquement toutes les lois internationales concernant la guerre et les punitions collectives simplement pour se venger et pour montrer au Liban, à la Syrie, à la Turquie et à l'Iran ce qu'il leur fera avec le soutien des États-Unis s'ils se joignent à la mêlée. Les actions de M. Netanyahou et ses revendications de sanctification religieuse sont l'antithèse du judaïsme originel. Son gouvernement Likoud rejette l'éthique de la Bible juive autant que les évangélistes chrétiens américains rejettent le message de Jésus.

 michael-hudson.com

 Commenter
Ndlr newsnet 2023-11-17 #13789

trad by deepl

newsnet 2023-11-17 #13790

était-ce ça le sens des lumières apparues en direct ?
On sait ce que sont des ovnis aliènes, que ça peut être ceux des Orions, ceux-là-mêmes qui dictaient les prophéties dans des buts divers (soumission puis réparation des fautes).
Si ce sont eux, ceux qui ont allumé ces lumières avaient une part de responsabilité dans ce qui arrivait. Ils ont envoyé un message à qui de droit, ceux qui les connaissent et avec qui ils sont en contact.
Il n'est pas possible d'établir si c'était un soutien ou une réprimande. Mais je penche plus pour la première impression, étant donné le but ouvert d'instaurer une crainte religieuse.