18/11/2023 2 articles reseauinternational.net  8min #237505

La «doctrine de la Nakba» d'Israël

par Alastair Crooke

Alors qu'Israël se rapproche d'un «Grand Israël» biblique, le monde islamique se montre de plus en plus intransigeant.

«Nous sommes en train de mettre en œuvre la Nakba de Gaza», déclare Avi Dichter, ministre israélien de l'Agriculture et ancien chef du Shin Bet. Le cabinet israélien a été informé que 𝕏 jusqu'à 1 700 000 habitants de Gaza (sur une population totale de 2,2 millions) ne sont plus en mesure de vivre dans leur propre maison, soit parce qu'ils ont été «déplacés», soit parce que leur maison a été détruite ou endommagée.

Pour projeter l'image d'une armée israélienne qui «va de l'avant» dans son opération d'éradication du Hamas, nous voyons de nombreuses vidéos de chars et de véhicules blindés de transport de troupes autour de la ville de Gaza - mais en revanche, nous observons très peu d'images de soldats des FDI patrouillant à pied - soit pour protéger les chars, qui sont exposés aux tirs de snipers ou de RPG, soit (comme le soupçonnent de nombreux commentateurs) par crainte de pertes israéliennes.

Visiblement, Israël s'en tient à ses véhicules blindés, bien qu'il subisse régulièrement des pertes dues à des mini-escouades «éclair» de combattants du Hamas émergeant soudainement de tunnels dissimulés pour détruire les véhicules - avant de disparaître à nouveau sous terre.

Les FDI sont entrées dans la ville de Gaza, progressant de quelques kilomètres au cours du mois, mais ne présentant à ce jour aucune preuve sérieuse d'avoir rencontré les forces du Hamas, ni d'avoir éliminé un nombre appréciable d'entre elles. Pourquoi ?

Tout simplement parce que les Israéliens mènent une guerre conventionnelle (un «poing» blindé qui avance avec un soutien aérien massif). Mais la contradiction avec ce modèle est flagrante : le soi-disant «ennemi» sur le terrain n'est autre que des civils, qui meurent en nombre effroyable, tandis que les forces du Hamas restent intactes, dans les profondeurs de la terre. C'est là aussi que se trouve l'infrastructure du Hamas.

Les contradictions inhérentes à cette approche sont enracinées dans l'évolution des FDI au fil des décennies pour devenir une force de police quasi-coloniale, habituée à maintenir l'occupation par le double vecteur d'une force massive et d'une protection absolue de la force. Ce n'est un secret pour personne que les FDI craignent de s'engager dans des combats au corps à corps avec les unités du Hamas dans le complexe des tunnels (pour lesquels leurs combattants ne sont pas adaptés). Au lieu de cela, nous avons un spectacle de véhicules blindés paradant à la surface, associé à des affirmations des FDI largement infondées sur les dommages infligés au Hamas.

La contradiction la plus évidente est l'affirmation du cabinet israélien selon laquelle les pressions militaires quasi inexistantes exercées sur le Hamas créent les conditions nécessaires à la libération des otages, alors que les pressions réelles - les frappes aériennes incessantes - qui dévastent la population civile et ses infrastructures (hôpitaux, écoles, boulangeries et camps de réfugiés), facilitent une deuxième Nakba, plus que toute libération d'otages.

Peut-être que le Hamas libérera davantage d'otages (en fonction de ses objectifs stratégiques). Si c'est le cas, cela sera probablement interprété - à tort - comme un sentiment de douleur de la part du Hamas. On peut donc en conclure que les bombardements en tapis «fonctionnent». Comme le  souligne Zvi Bar'el dans le quotidien libéral israélien Haaretz :

«Selon la conception d'Israël, la crise humanitaire fait partie d'un arsenal à sa disposition, qui peut être utilisé comme monnaie d'échange dans les négociations sur la libération des otages. Son rôle est de graver dans la conscience des Palestiniens le châtiment apocalyptique qui attend quiconque osera désormais défier Israël.

Il s'agit là d'une continuation du concept stratégique profondément enraciné selon lequel la souffrance humanitaire pourrait apporter des gains en termes de sécurité...

Plus important encore, la crise humanitaire à Gaza donne désormais à Israël un levier diplomatique qui lui permet notamment d'obtenir des concessions... Par-dessus tout, elle entraîne un désamorçage de la précipitation américaine à parvenir à une solution à deux États».

La logique inéluctable de cette analyse est donc de maintenir le statu quo : Si cela ne fonctionne pas en ce qui concerne la libération des otages ou la dégradation du Hamas, cela peut être présenté au public israélien comme «fonctionnant» en forçant les civils à fuir leurs communautés dévastées (ce que Dichter appelle la «Nakba de Gaza»).

La «doctrine de la Nakba» s'imposant, les conditions favorables à la libération des otages (que le Hamas subordonne à un long cessez-le-feu et à l'acheminement de l'aide humanitaire) disparaissent. Les FDI ne peuvent avoir que l'un ou l'autre : Soit une destruction continue, soit des conditions favorables à la libération des otages. (Il semble que le cabinet ait opté pour la première solution).

L'autre dilemme (plus profond) est que les pressions internationales en faveur d'un cessez-le-feu (et de la libération des otages) s'accumulent.  Le temps presse et l'opération militaire pourrait devoir cesser. La question qui se pose au cabinet de Netanyahou est la suivante : une fois l'opération arrêtée, sera-t-il possible de reprendre les massacres de civils et les pressions liées à la Nakba de Gaza ?

Dans ce contexte, le sentiment populaire israélien, même parmi les anciens libéraux, s'oriente vers une plus grande Nakba. Gaza subit les pressions de la Nakba. Il en va de même pour la Cisjordanie, où la violence des colons à l'encontre des Palestiniens s'intensifie. Même un «libéral» comme l'ancien leader de l'opposition Lapid reconnaît aujourd'hui que les «colons» de la Cisjordanie occupée ne sont pas du tout des «colons», puisque la terre n'est autre que la «terre biblique d'Israël».

Les «ambitions» de la Nakba s'étendent également au Sud-Liban (jusqu'au fleuve Litani). Les membres radicaux du gouvernement de Netanyahou affirment que les Israéliens ne reviendront jamais dans les kibboutz adjacents au Liban, sans que le Hezbollah ne se retire de la zone frontalière.

On demande donc à Israël de «prendre» le Liban jusqu'au Litani (une source d'eau essentielle) - et «par hasard», l'armée de l'air israélienne a commencé à opérer jusqu'à 40 km à l'intérieur du Liban. Les membres du cabinet parlent désormais ouvertement de la nécessité pour l'armée israélienne de se tourner vers le Hezbollah une fois que le Hamas aura été «anéanti».

La frontière nord se réchauffe inévitablement. Le Hezbollah utilise des armes de plus en plus sophistiquées et meurtrières contre les positions de l'armée israélienne dans le nord d'Israël, alors que les «règles» d'engagement ne cessent de se brouiller. Et Israël réagit en lançant des attaques de plus en plus profondes au Sud-Liban (soi-disant pour frapper l'infrastructure arrière du Hezbollah).

Hier soir, le cabinet de guerre israélien a voté en faveur d'une attaque majeure contre le Hezbollah, mais Netanyahou a refusé. Les États-Unis soupçonneraient  Israël de provoquer le Hezbollah, dans l'espoir d'entraîner les États-Unis dans une guerre contre le Liban.

Manifestement, la Maison-Blanche s'efforce d'éviter le glissement vers une guerre régionale totale, alors que le front libanais et le front irakien s'échauffent : Dimanche, les mouvements irakiens ont à nouveau tiré des missiles sur la base américaine de Shaddadi.

Israël perçoit la crise actuelle comme un risque existentiel, mais aussi comme une «opportunité» - une opportunité d'établir Israël sur «ses terres bibliques» à long terme. Il n'y a pas à s'y tromper, c'est dans cette direction que va le sentiment populaire israélien, de gauche comme de droite, vers une eschatologie sanglante.

Comme l'a écrit un éminent commentateur israélien après avoir visionné le film (non étayé) de 47 minutes des FDI sur les événements du 7 octobre :

«Après avoir vu ce film, je n'ai plus aucune compassion pour les habitants de Gaza, ni pour les femmes, ni pour les enfants, et encore moins pour les hommes. Tout le monde mérite une mort douloureuse, vous avez tous été complices de ce massacre. J'espère qu'il ne restera plus personne en vie à Gaza, un point c'est tout ! Je suis sûr que votre Dieu vous méprise, qu'il a honte de vous et qu'il vous brûlerait en enfer, tout comme les forces de défense israéliennes vous le font aujourd'hui».

La «tribu d'Amalek» est aujourd'hui largement citée. (Le roi Saül, dans le premier livre de Samuel, ordonne à Samuel de tuer tous les Amalécites : «Ne les épargnez pas ; mettez à mort les hommes et les femmes, les enfants et les nourrissons, le bétail et les moutons, les chameaux et les ânes»).

Au fur et à mesure que l'humeur des Israéliens change de façon biblique, la colère de la Majorité mondiale augmente. C'est ainsi que les musulmans en viennent à considérer la crise comme une guerre de civilisation sans compromis : l'Occident contre «nous».

Les deux conférences concomitantes - la Ligue arabe et l'OCI (qui se sont tenues simultanément à Riyad) - ont souligné l'effondrement total de l'image d'Israël dans le monde islamique. L'explosion de colère et de passion était palpable, et elle est en train de métamorphoser la nouvelle politique mondiale.

En Occident, la colère fait éclater les structures politiques dominantes et provoque de grandes convulsions. Les protestations mondiales sont massives.

Ainsi, alors qu'Israël s'oriente vers un «Grand Israël» biblique, le monde islamique devient de plus en plus intransigeant. Bien que les conférences ne se soient pas accordées sur un plan d'action, l'image du président Raïssi assis à côté de MbS et le fait que les présidents Erdogan et Assad se soient mêlés à la conférence ont été saisissants.

L'implication stratégique est évidente : les Israéliens refusent désormais de prendre le risque de vivre avec des musulmans, et ce sentiment est pleinement réciproque chez les Palestiniens en ce qui concerne le fanatisme hébraïque. L'ancien paradigme d'une solution politique est devenu obsolète.

 Alastair Crooke

source :  Al-Mayadeen

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Articles enfants
19/11/2023 reseauinternational.net  5min #237550

 La «doctrine de la Nakba» d'Israël

Une religion en guerre contre toutes les autres

par Moon of Alabama

Alastair Crooke écrit dans Al Mayadeen :

«Le sentiment populaire israélien - même parmi les anciens libéraux - s'oriente vers une grande Nakba. Gaza subit les pressions pour une Nakba. Il en va de même pour la Cisjordanie, où la violence des colons à l'encontre des Palestiniens s'intensifie. Même un «libéral» comme l'ancien leader de l'opposition, Lapid, reconnaît aujourd'hui que les «colons» de la Cisjordanie occupée ne sont pas du tout des «colons», puisque la terre n'est autre que la «terre biblique d'Israël».