25/11/2023 reseauinternational.net  9 min #237993

Gaza : une frappe atteint l'hôpital Al-Shifa, 13 morts selon le Hamas

Tsahal connaissait le véritable Qg du Hamas tout en mentant sur l'hôpital Al-Shifa

par Gareth Porter

Tout en informant le monde que le QG du Hamas se trouvait sous l'hôpital Al-Shifa, Tsahal avait déjà trouvé le véritable centre de commandement à 8,5 km de l'hôpital.

Israël n'attaque pas les hôpitaux de Gaza parce qu'ils sont des «centres de commandement du Hamas». Israël détruit systématiquement et délibérément l'infrastructure médicale de Gaza dans le cadre d'une campagne de la terre brûlée visant à rendre Gaza inhabitable et à aggraver une crise humanitaire. Il a l'intention de forcer 2,3 millions de Palestiniens à franchir la frontière vers l'Égypte d'où ils ne reviendront jamais.

Même si les grands médias ont clairement fait savoir qu'ils n'acceptaient pas l'affirmation des Forces de défense israéliennes (FDI) selon laquelle l'hôpital Al-Shifa aurait servi de couverture au centre de commandement et de contrôle et à l'armurerie d'armes du Hamas, les médias occidentaux n'ont pas réussi à rapporter une grande quantité d'informations.

L'armée israélienne et le gouvernement israélien savaient déjà, lorsqu'ils ont lancé leur campagne de propagande à propos d'Al-Shifa, que le Hamas n'y avait aucune installation de commandement et de contrôle militaire cachée, car il avait déjà découvert le complexe à plusieurs kilomètres de là.

Comme l'a  rapporté Consortium News la semaine dernière, pendant 15 ans, les Israéliens ont affirmé que le Hamas exploitait sa principale base de commandement et de contrôle depuis un tunnel sous Al-Shifa. Après le début de la campagne de bombardements israéliens contre Gaza en octobre, l'armée israélienne a amplifié ce message pour affirmer qu'en cachant le haut commandement du Hamas, l'hôpital Al-Shifa avait perdu son immunité contre les opérations militaires en vertu du droit de la guerre et pouvait désormais légitimement être repris par la force.

Le 11 novembre, le porte-parole de Tsahal, Richard Hecht, a déclaré qu'Al-Shifa était la «principale plaque tournante des activités du Hamas» ; Newsweek  a rapporté que Tsahal considérait l'hôpital Al-Shifa comme «le principal poste de commandement du Hamas» et le Times of Israel  titrait «Les dirigeants du Hamas se cachent à nouveau sous l'hôpital».

Le crescendo de la propagande israélienne selon laquelle Al-Shifa est un «bouclier humain» pour le Hamas est venu avec un long rapport publié par le New York Times le 14 novembre. Il était basé sur des entretiens avec huit responsables actuels et anciens du renseignement et de la défense,  décrivant un vaste complexe de commandement militaire sous Al-Shifa avec plusieurs niveaux.

Mais quelque chose d'assez inattendu s'est produit lors de cette nouvelle série d'articles de presse sur Al-Shifa qui ont complètement démoli toute l'histoire de Tsahal : Tsahal avait pris le contrôle du véritable centre de commandement et de contrôle du Hamas dans une zone où les dirigeants du Hamas avaient auparavant eu leur bureaux en surface dans le quartier d'Al Atatra, à l'extrême nord-ouest de la ville de Beit Lahiya, à 8,5 km d'Al-Shifa.

Après la démolition de ce bâtiment de bureaux, Tsahal a découvert un tunnel majeur qui, avec toute certitude, avait été le quartier général central du haut commandement du Hamas - le centre de commandement et de contrôle de toute la guerre.

 Comme l'a révélé l'armée israélienne au  Jerusalem Post dans un article publié le 14 novembre, la découverte a été faite «il y a plusieurs jours» d'un tunnel avec un ascenseur qui atteignait trente mètres sous terre, contre seulement cinq mètres sous terre dans d'autres tunnels. De plus, il était équipé d'oxygène, de climatisation et de communications plus avancées que nulle part ailleurs.

Découverte du véritable bunker du haut commandement du Hamas

La carte montre l'itinéraire vers l'hôpital Al-Shifa depuis le véritable QG.

Cette découverte majeure de Tsahal, faite le 11 novembre ou avant les fausses informations sur Al-Shifa, menaçait de saper la campagne politique israélienne visant à justifier la prise de contrôle et la destruction des hôpitaux de Gaza par Tsahal au motif qu'ils étaient des «boucliers humains» pour le Hamas.

L'hôpital Al-Shifa était la pièce maîtresse de cette campagne, basée sur l'affirmation selon laquelle il cachait le haut commandement du Hamas dans un tunnel situé en dessous. De toute évidence, l'armée israélienne et le gouvernement d'extrême droite israélien voudraient cesser toute publicité concernant la découverte de la base souterraine du haut commandement du Hamas.

Aucun article sur la découverte du véritable bunker du haut commandement du Hamas n'a été publié en Israël ou ailleurs au cours des deux semaines qui ont suivi l'article détaillé du Jerusalem Post du 14 novembre. D'une manière ou d'une autre, le gouvernement et les médias israéliens ont réussi à supprimer complètement la découverte du siège du Hamas, bien qu'un certain nombre de médias étrangers aient des bureaux à Tel-Aviv et que l'histoire soit toujours disponible sur Internet.

Au lieu de forcer Tsahal, les administrations Netanyahou et Biden à un retrait majeur, la découverte du véritable centre de commandement clandestin du Hamas a simplement apporté une légère révision dans la formulation utilisée pour faire référence à cette question.

Sullivan révise le libellé du problème

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan,
s'adressant aux journalistes en août 2021.

Cette légère nuance n'a pas été introduite par Tsahal, mais par le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, le 13 novembre, lorsqu'il a déclaré :

«Même à partir de rapports open source, vous pouvez constater que le Hamas utilise des hôpitaux, ainsi que de nombreuses autres installations civiles, pour  le commandement et le contrôle, pour stocker des armes et pour héberger ses combattants».

Et un responsable américain familier avec les «renseignements américains» et qui pourrait aussi être Sullivan, a commenté que le Hamas disposait d'un « nœud de commandement» sous l'hôpital Al-Shifa, utilisant un terme que les responsables israéliens ont apparemment adopté à la lumière de la nouvelle découverte du véritable haut niveau de sécurité du bunker de commandement.

Ainsi, Tsahal est arrivé à Al-Shifa tard dans la nuit du 15 novembre, un jour après l'article du Jerusalem Post, pour lancer le processus de prise de pouvoir par Israël avec une campagne de propagande visant à convaincre en particulier l'opinion publique américaine que le Hamas était présent à l'intérieur du territoire de l'hôpital.

Plusieurs heures plus tard dans la matinée, dans une vidéo de sept minutes à l'intérieur du bâtiment du MRI, le porte-parole de Tsahal, Jonathan Conricus, montrait des «sacs à main» contenant du matériel militaire contenant des AK-47, des grenades et des uniformes soigneusement disposés sur le sol. Il a insisté sur le fait que le Hamas avait utilisé la salle d'IRM pour stocker des armes et du matériel militaire. Il a également produit un ordinateur qui, selon lui, contenait des «preuves incriminantes» d'importance militaire.

Le problème le plus évident avec cette vidéo de sept minutes, cependant, est qu'elle ne montre rien qui n'aurait pas pu être facilement introduit dans le bâtiment par Tsahal lui-même. Le problème le plus grave de cette présentation est qu'elle n'apporte aucune raison plausible pour que le Hamas ait caché quelques dizaines d'armes légères et autres équipements militaires dans la salle d'IRM d'un hôpital et les ait soi-disant laissés là après son départ.

Il n'était tout simplement pas nécessaire que le Hamas y stocke des armes. Après tout, on estime que le Hamas dispose  de 150 à 300 milles d'espace pour un tel stockage dans son vaste réseau de tunnels.

Vidéo Hagari supprimée

Un problème bien plus important pour la crédibilité de Tsahal sur Al-Shifa est que le 27 octobre, le porte-parole de Tsahal, Daniel Hagari, a présenté une conception d'artiste montrant que le Hamas avait repris une partie de cinq bâtiments différents de l'hôpital Al-Shifa et les utilisait tous pour planifier et coordonner ses activités militaires.

Il a également montré un dessin de la structure du bâtiment principal, qui, selon lui, était basé sur les renseignements israéliens, montrant qu'un sous-sol du bâtiment principal était entièrement contrôlé par le Hamas. Il a également insisté sur le fait qu'il y avait une entrée à l'intérieur de l'hôpital menant à ce sous-sol.

La présentation de Hagari a eu lieu avant la découverte du véritable bunker du haut commandement du Hamas, situé sous le bureau du haut commandement du Hamas, à Beit Lahiya. L'armée israélienne a désormais  supprimé de son site Internet l'intégralité de la vidéo de cette longue présentation détaillée et illustrée de Hagari, car elle deviendrait un embarras majeur pour l'armée une fois que toute la vérité serait connue.

Ces derniers jours, l'armée israélienne a attiré l'attention du monde entier sur un tunnel dont l'ouverture a été découverte tout près de la clôture extérieure de l'hôpital Al-Shifa. L'armée israélienne a découvert que le tunnel avait une profondeur de 10 mètres, contre 30 mètres pour le tunnel abandonné du haut commandement.

Le 21 novembre, Tsahal a annoncé qu'elle avait percé la lourde porte anti-souffle du tunnel, ce qui signifie qu'elle pouvait désormais déterminer ce qui se trouvait de l'autre côté, le cas échéant. Mais étant donné que Tsahal a déjà découvert le véritable bunker de commandement du Hamas ailleurs - et l'absence de preuve d'une connexion entre les bâtiments de l'hôpital et un tunnel - il est peu probable que Tsahal trouve une telle connexion entre le tunnel et l'hôpital.

La véritable histoire des efforts israéliens pour faire valoir son argument selon lequel le Hamas a pris le contrôle d'Al-Shifa et d'autres hôpitaux pour coordonner les attaques est la tromperie massive visant les médias et l'opinion publique américains afin de justifier la guerre d'anéantissement de la population de Gaza menée par  Israël.

Cette campagne de tromperie a reçu le soutien sans réserve de l'administration Biden, qui est également coupable d'avoir induit le peuple américain en erreur en soutenant une guerre israélienne illégale.

L'échec de la campagne de propagande israélienne a été si décisif que la plupart des grands médias se sont explicitement distanciés des affirmations israéliennes sur Al-Shifa, et plusieurs d'entre eux ont montré soit des journalistes de terrain, soit des analystes en studio déclarant explicitement que les preuves présentées par les Israéliens n'avaient pas du tout prouvé leur cause.

source :  Consortium News via  La Cause du Peuple

 reseauinternational.net

 Commenter