02/01/2024 reseauinternational.net  13 min #240150

Le Yémen prêt à affronter une nouvelle coalition impériale

Pourquoi la stratégie de Biden pour la mer Rouge va lui exploser au visage

Et va nous péter à la gueule aussi... l'auteur sent venir l'opération sous faux-drapeau qui déclenchera l'apocalypse mondiale, contre un porte-avions US, qui sera imputée aux intrépides guerriers yéménites.

*

par Mike Whitney

Les Houthis vont empêcher les navires commerciaux à destination d'Israël d'atteindre les ports israéliens aussi longtemps qu'Israël empêchera la nourriture, l'eau et les médicaments de parvenir aux Palestiniens à Gaza. Si les dirigeants israéliens veulent mettre fin au blocus, ils doivent cesser de massacrer des Palestiniens et mettre fin au siège. C'est la solution simple et morale à la crise actuelle en mer Rouge.

Au cours du week-end, les combattants houthis ont lancé des attaques contre deux autres navires commerciaux malgré la présence de navires de guerre américains patrouillant dans la zone. La cible principale était le Maersk Hangzhou, cerné par de petits bateaux remplis de militants houthis qui ont tiré avec des armes légères sur les marins à bord. Des hélicoptères de la marine américaine ont été envoyés sur les lieux et ont coulé trois des bateaux, tuant tout l'équipage.

Quelque temps plus tard, le Maersk Hangzhou fut de nouveau attaqué dans la partie sud de la mer Rouge. Il a été touché par un missile lancé depuis un endroit situé sur la côte du Yémen. À la suite de l'attaque, le Hangzhou a lancé un appel Mayday pour demander l'aide des navires opérant dans la région. Selon un récit : «Le navire serait en état de naviguer et aucun blessé n'a été signalé».

Il convient de noter que la compagnie danoise Maersk avait ordonné la suspension complète de tous les navires commerciaux traversant la mer Rouge il y a à peine deux semaines, le 15 décembre. Maersk n'avait accepté qu'à contrecœur de reprendre la navigation parce que les dirigeants du Pentagone leur avaient assuré qu'ils seraient en sécurité. Le 19 décembre, le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a lancé une force opérationnelle maritime multinationale, baptisée Opération Prosperity Guardian, censée protéger les navires commerciaux en mer Rouge contre les attaques de missiles et de drones Houthis. Les incidents survenus ce week-end prouvent que la coalition d'Austin est un échec. Et Maersk a tacitement admis que c'était un échec en suspendant toute navigation sur la mer Rouge pendant les prochaines 48 heures. Nous nous attendons à ce que la «pause» soit prolongée indéfiniment jusqu'à ce que le problème soit résolu, ce qui est peu probable dans un avenir proche.

La décision de créer une force opérationnelle navale - qui protégera ostensiblement la «liberté de navigation» dans la mer Rouge - est une politique aussi stupide et imprudente que tout ce que nous avons vu depuis la décision d'envahir l'Irak. Personne dans la région n'a de doute quant aux raisons pour lesquelles les États-Unis ont lancé cette politique. Les États-Unis expriment avec force leur plein soutien à la guerre sadique menée par Israël contre le peuple palestinien. C'est la perception largement répandue, et c'est la vérité. L'administration Biden n'a fait aucune tentative pour parler aux Houthis et n'a imposé aucune restriction au comportement d'Israël. (Pas de «lignes rouges») La seule chose que l'on peut déduire de l'approche de Biden est qu'il a décidé d'abandonner complètement la prétention d'être un «intermédiaire impartial» sur les questions impliquant le Moyen-Orient, et a bel et bien choisi de participer activement aux hostilités du côté israélien. Bref, l'opération Prosperity Guardian n'a rien à voir avec la «liberté de navigation». Il s'agit du déploiement de moyens militaires américains pour promouvoir l'aspiration sioniste à un nettoyage ethnique de la Palestine historique afin de créer le Grand Israël. Les États-Unis ont désormais rejoint Israël dans sa tentative de faire de cet objectif une réalité.

Comme nous l'avons mentionné plus tôt, les Houthis ont accepté de mettre fin à leurs attaques contre le trafic commercial dans la mer Rouge si Israël interrompait ses opérations militaires suffisamment longtemps pour que soit fournie une aide humanitaire aux Palestiniens. Il ne s'agit pas seulement d'une demande raisonnable, c'est aussi une politique soutenue par la grande majorité des nations et des peuples du monde entier. Étonnamment, les Houthis sont les seuls à prendre des mesures positives et concrètes pour garantir la mise en œuvre de cette politique. Ils ont courageusement risqué leur vie pour un peuple opprimé avec lequel ils n'ont pratiquement aucun contact direct. Leurs actions reflètent la sincérité de leurs convictions et leur engagement envers les principes. Cela ne devrait surprendre personne qu'ils soient si largement admirés. Voici plus d'informations tirées d'un article d'Aljazeera :

«Si la tâche de l'opération Prosperity Guardian devait être définie de manière étroite, uniquement pour empêcher les attaques contre les navires marchands, cela pourrait se faire en utilisant le principe séculaire de la navigation en convois avec la protection des navires de guerre. Dans un convoi, des cargaisons commerciales lentes et sans défense naviguent en plusieurs colonnes à des distances précisément définies les unes des autres - conduites, flanquées et suivies par des navires de guerre rapides capables de faire face à n'importe quelle menace. (...)

Mais chaque stratégie a ses limites. Un convoi est grand et encombrant, s'étendant sur des kilomètres pour donner aux navires géants une distance de sécurité les uns des autres et leur permettre de manœuvrer si nécessaire. Quelles que soient les mesures de protection prises, les énormes pétroliers et porte-conteneurs - longs de plus de 300 mètres (984 pieds) - constituent toujours de grandes cibles. (...)

Leurs escortes, même bien armées, transportent un nombre limité de missiles et doivent planifier leur utilisation avec soin, permettant de nouvelles attaques sur la voie de navigation et laissant finalement une réserve de guerre pour la défense du navire lui-même. Une fois qu'ils ont épuisé une partie de leurs missiles, ils doivent les reconstituer - une tâche qui est possible en mer mais qui peut s'effectuer beaucoup plus rapidement et en toute sécurité dans un port ami, hors de portée des missiles Houthis.

Pour franchir les 250 milles marins (463 km) critiques le long de la côte yéménite menant vers ou depuis le détroit de Bab al-Mandeb, en avançant à une vitesse supposée de 15 nœuds (28 km/h) - car les convois naviguent toujours à la vitesse des unités les plus lentes - les navires seraient exposés même aux missiles et drones Houthis à portée la plus courte pendant au moins 16 heures». 1

Ce bref extrait illustre les lacunes évidentes de la stratégie du Pentagone. Une grande escorte navale ne fera que créer un environnement plus riche en cibles pour les lanceurs de missiles Houthis. En outre - comme nous l'avons déjà vu avec l'incident du Maersk Hangzhou - la stratégie ne fonctionne pas. La proximité des navires de guerre américains ne dissuade pas les attaques des Houthis et ne garantit pas non plus la liberté de navigation. Le plan n'est ni économiquement réalisable ni militairement pratique. (Remarque : combien de temps les États-Unis seront-ils en mesure de fournir une flottille navale pour escorter les navires commerciaux transportant des I-pods et des Hula Hoops jusqu'à tel ou tel marché ?)

Et n'ignorons pas non plus l'impressionnante puissance offensive des Houthis. Vérifiez-le :

«On sait désormais que la menace des missiles Houthis est élevée et que leur arsenal est considérable. Les planificateurs navals doivent s'inquiéter de leur capacité à lancer des attaques concentrées et prolongées simultanément depuis plusieurs directions». (Al Jazeera)

Alors pourquoi les États-Unis s'engageraient-ils dans une stratégie aussi coûteuse s'ils savaient qu'elle était vouée à l'échec ?

L'échec est peut-être l'objectif, car l'échec fait monter le conflit plus haut sur l'échelle d'escalade et le rapproche d'une guerre régionale recherchée par les néoconservateurs de Washington et leurs alliés marionnettistes en Israël. En voici davantage sur Aljazeera :

«N'importe quel amiral dirait à ses supérieurs politiques que la nécessité militaire nécessiterait des attaques contre l'infrastructure de missiles Houthis au sol au Yémen : sites de lancement fixes et mobiles, installations de production et de stockage, centres de commandement et le peu d'infrastructure radar qui existe. Une réponse proactive à la menace des missiles, en d'autres termes, visant à détruire la capacité de ciblage des navires houthis, plutôt qu'une réponse réactive les bornant à abattre les missiles dès leur arrivée.

En théorie, les attaques contre les infrastructures de missiles Houthis pourraient être basées sur la reconnaissance par satellite et par des véhicules aériens sans pilote (UAV) et menées par des missiles lancés depuis la mer Rouge et l'océan Indien et des drones armés depuis des bases terrestres lointaines. Mais la seule chance réaliste de succès significatif nécessiterait l'utilisation d'avions de combat et de bombardiers basés sur les deux porte-avions nucléaires de la marine américaine dans la région.

Les attaques contre des cibles au Yémen auraient une justification militaire claire. Mais ils comporteraient également un risque politique évident : celui de voir l'Occident, et en particulier les États-Unis, être perçus dans le monde arabe et islamique comme entrant effectivement dans la guerre à Gaza aux côtés d'Israël. Après tout, les Houthis affirment que leurs attaques contre les navires de la mer Rouge visent juste à amener Israël à mettre fin à la guerre.

Conscients des périls d'une telle évolution qui pourrait facilement provoquer une extension du conflit, les États-Unis ont essayé d'agir avec prudence, en s'engageant avec les puissances régionales et en envoyant des messages indiquant qu'ils ne veulent pas d'escalade». ( Al Jazeera)

Ah bon, les États-Unis «ne veulent pas d'escalade» ?

C'est absurde. Devons-nous croire que le Pentagone n'a pas prévu le problème et ne connaît pas déjà le résultat ? Mais comment cela pourrait-il être possible si - comme le disent les auteurs - «la nécessité militaire exigeait des attaques contre l'infrastructure de missiles Houthis au sol au Yémen : sites de lancement fixes et mobiles, installations de production et de stockage, centres de commandement et... infrastructures radar». En d'autres termes, ils s'attendent pleinement à une escalade qui entraînera davantage de destructions, davantage d'effusions de sang et un engagement plus important en ressources militaires. Si ce n'est pas une opération en faveur d'une guerre régionale plus large, alors qu'est-ce que c'est ?

Et lorsque les bombardements des positions des Houthis sur le terrain ne fonctionneront pas (et cela n'a PAS fonctionné pendant la guerre de 9 ans avec l'Arabie Saoudite), alors Washington sera obligé d'envoyer des troupes au sol. Mais d'abord, Biden devra utiliser les navires de guerre américains comme des «cibles faciles» afin qu'ils soient touchés par des missiles Houthis, ce qui générera l'hystérie collective nécessaire pour duper le peuple américain dans une autre guerre désastreuse au Moyen-Orient.

D'ailleurs, depuis que le danois Maersk a annoncé son intention de reprendre le transit par la mer Rouge (le 24 décembre), une autre attaque de missiles Houthis contre un porte-conteneurs nommé MSC United le 26 décembre a eu lieu. Ce dernier incident pourrait persuader Maersk que la navigation en mer Rouge n'est toujours pas sûre et qu'il serait plus sage de rediriger ses navires autour de la Corne de l'Afrique jusqu'à la fin des hostilités. Nous devrons attendre et voir ce que fera Maersk. (Remarque : ceci a été écrit un jour avant l'attaque des Houthis contre le Hangzhou de Maersk. Voir ce qui a suivi ici :  latribune.fr)

Quoi qu'il en soit, les dégâts infligés à la navigation commerciale ont été tout simplement époustouflants. Jetez un œil à cet extrait d'un article de Bloomberg :

«La moitié de la flotte de porte-conteneurs qui transite régulièrement par la mer Rouge et le canal de Suez évite désormais cette route en raison de la menace d'attaques, selon de nouvelles données de l'industrie.

Le décompte établi par Flexport Inc. montre que 299 navires d'une capacité combinée de transport de 4,3 millions de conteneurs ont changé de cap ou envisagent de le faire. C'est environ le double du nombre d'il y a une semaine et cela équivaut à environ 18% de la capacité mondiale.

Les voyages détournés sur le tour de l'Afrique peuvent prendre jusqu'à 25% plus de temps que l'utilisation du raccourci par le canal de Suez entre l'Asie et l'Europe, selon Flexport. Ces voyages sont plus coûteux et peuvent entraîner une hausse des prix pour les consommateurs sur tout, des baskets à la nourriture en passant par le pétrole, si les trajets plus longs persistent... Les chiffres montrent l'ampleur des perturbations maritimes croissantes après que les Houthis ont lancé plus de 100 attaques contre des navires commerciaux au cours du mois dernier. (...)

Les arrivées de porte-conteneurs ont diminué de 87%, de gaziers d'environ 30% et de transporteurs de voitures d'environ 25%. La situation est similaire pour les transits par le canal de Suez, qui ont diminué d'environ 45% entre le 22 et le 26 décembre pour les navires se dirigeant vers le sud, selon Clarksons. (...)

«Même si la coalition dirigée par les États-Unis peut sembler efficace sur le plan militaire, elle pourrait ne pas suffire pour que les grandes compagnies maritimes reprennent les transits sur la mer Rouge», a déclaré Gerard DiPippo, analyste géoéconomique principal chez Bloomberg Economics. «Plus les attaques des Houthis se poursuivent, plus les États-Unis subiront des pressions pour passer à l'offensive, ce qui risque d'entraîner une escalade régionale»». 2

Le peuple américain est-il conscient des dégâts causés par notre soutien généralisé à Israël ? Et ces perturbations prendront probablement des proportions considérables une fois que les États-Unis passeront à l'offensive et lanceront une guerre sur le continent yéménite. Nous verrons alors la navigation commerciale dans la mer Rouge s'arrêter.

Conclusion : la stratégie consistant à escorter les navires commerciaux à travers la mer Rouge a clairement échoué. À toutes fins pratiques, sachez que l'opération Prosperity Guardian est kaput. Nous devons supposer que le Pentagone élabore une stratégie plus agressive qui impliquera des risques plus importants et potentiellement une guerre élargie. En termes simples, les Houthis sont désormais considérés comme une menace pour les intérêts vitaux de l'Amérique, tels que désignés dans la stratégie de sécurité nationale de Biden pour 2022. Voici l'extrait pertinent :

«(...) les États-Unis ne permettront pas aux puissances étrangères ou régionales de compromettre la liberté de navigation dans les voies navigables du Moyen-Orient, y compris le détroit d'Ormuz et Bab al Mandab, ni ne toléreront les efforts d'un pays pour en dominer un autre - ou la région - par le biais de l'armée, accumulations, incursions ou menaces».

Ce que voilà en noir et blanc : les Houthis représentent désormais un danger clair et actuel pour la sécurité nationale des États-Unis. Ce n'est rien de plus qu'une déclaration de guerre explicite, c'est pourquoi nous pensons que ce conflit va s'intensifier très rapidement à partir de ce moment, passant d'une posture défensive à des bombardements agressifs sur les positions militaires des Houthis au Yémen et, enfin, au déploiement des forces spéciales américaines, et des troupes terrestres au Yémen même («des bottes sur le terrain»). L'équipe Biden a mis les États-Unis sur la voie rapide vers une guerre catastrophique dans la péninsule arabique, une guerre qui poussera les dirigeants arabes dans les bras de la Russie et de la Chine, une guerre qui renforcera les alliances anti-américaines, et qui exacerbera les divisions géopolitiques, une guerre qui approfondira l'isolement de l'Amérique et l'érosion constante de son autorité morale, une guerre qui mettra fin au moment unipolaire et au déclin du «siècle américain».

Ne serait-il pas plus facile et plus simple de demander à Israël de mettre fin à ses ravages sanglants ?

source :  The Unz Review via  Entre la Plume et l'Enclume

  1. « Analyse : En mer Rouge, les États-Unis n'ont pas de bonnes options contre les Houthis», Al Jazeera
  2. « 299 porte-conteneurs sont réacheminés pour éviter la mer Rouge, soit un nombre doublé par rapport à la semaine dernière», Bloomberg (de gcaptain)

 reseauinternational.net

 Commenter