12/01/2024 euro-synergies.hautetfort.com  9 min #240717

Le Yémen prêt à affronter une nouvelle coalition impériale

Yémen: le tombeau de la crédibilité occidentale

Yémen: le tombeau de la crédibilité occidentale

Massimiliano Palladini

Source:  geopolitika.ru

Personne n'a causé plus de dommages économiques à Israël au cours des conflits actuels que l'Ansarullah du Yémen. Depuis plus de dix ans, les Yéménites sont attaqués par une coalition arabe pro-occidentale, mais en plus de résister, ils sont devenus suffisamment forts pour attaquer Israël.

La guerre au Yémen a été largement ignorée par les médias occidentaux avant même le fameux 24 février, mais depuis que la Russie a lancé l'opération militaire dite "spéciale", le conflit au Yémen est définitivement passé à la trappe. Ce silence est d'autant plus frappant lorsqu'il est comparé au bombardement continu des médias sur les événements en Ukraine et dans les environs, qui ne s'est arrêté que le 7 octobre pour laisser la place à la Palestine.

Il convient toutefois de souligner que la couverture médiatique de ces deux guerres est très différente, non seulement en termes quantitatifs, mais aussi qualitatifs. Une étude éclairante publiée sur le site The Conversation et réalisée à partir de l'analyse des titres des articles du New York Times sur le Yémen et l'Ukraine a démontré le parti pris du journal américain. Un parti pris qui est évidemment très en phase avec les orientations de la politique étrangère du gouvernement américain [1].

Tout d'abord, un commentaire sur la méthode. Si l'objet de la recherche est le titre des articles, ce n'est pas par superficialité. Bien que le texte d'un article soit généralement plus riche en informations - à la fois sur la nouvelle elle-même et sur le contexte - le titre reste d'une importance cruciale. En plus de suggérer la ligne éditoriale de la publication, le titre reste dans la mémoire du lecteur et influence son appréciation de l'article. De plus, il ne faut pas sous-estimer le fait que de nombreux lecteurs s'arrêtent au titre [2].

Différence quantitative et qualitative, disions-nous. En termes de chiffres, entre le 26 mars 2015 (jour du début de l'intervention de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite) et le 30 novembre 2022, le New York Times a consacré 546 articles au Yémen. Les articles sur l'Ukraine ont dépassé ce nombre au bout de trois mois et l'ont doublé à la fin du mois de novembre 2022. En termes qualitatifs, dans les deux cas, les articles sur l'Ukraine sont souvent caractérisés par des tons moralisateurs qui dénoncent ouvertement la conduite de la Russie dans la guerre, en prenant comme échantillon les titres sur les attaques contre les civils. Les articles sur le Yémen, en revanche, utilisent des tons plus neutres qui évitent généralement de pointer du doigt l'Arabie saoudite.

Nous sommes donc en présence de deux États qui, dans le cadre de leurs campagnes militaires respectives, ont mené des attaques qui ont fait des victimes civiles. Le même comportement ne s'accompagne cependant pas de la même narration des faits. Si la différence quantitative n'est pas surprenante - l'opinion publique américaine et européenne est sans doute plus intéressée par le sort de l'Ukraine que par celui du Yémen - la différence qualitative mérite un peu plus d'attention.

La couverture médiatique du New York Times est emblématique du double standard dont l'Occident fait preuve lorsqu'il s'agit de protéger la démocratie et les droits de l'homme dans l'arène de la politique internationale. De ce point de vue, un comportement respectueux des valeurs démocratiques libérales devrait théoriquement se traduire, dans le contexte de la guerre, par une conduite des opérations militaires soucieuse de ne pas nuire à la population civile, c'est-à-dire fondée sur le principe de la distinction entre les cibles civiles et les cibles militaires. La cohérence veut que dès qu'un État viole ces principes, il soit critiqué et sanctionné. Mais ce qui s'applique aux adversaires ne s'applique pas aux alliés ou supposés tels.

Les deux poids deux mesures mentionnés ci-dessus caractérisent non seulement une grande partie de l'opinion publique, mais aussi - et surtout - la politique étrangère menée par les gouvernements. En effet, si la Russie a été fortement critiquée et sanctionnée, le même traitement n'a pas été réservé à l'Arabie saoudite. Tout au plus certains pays occidentaux, dont le Danemark, l'Allemagne et l'Italie, ont-ils bloqué temporairement les ventes d'armes [3].

Il faut souligner ici que le gouvernement saoudien n'est pas seulement responsable des bombardements qui ont causé la mort de milliers de civils, mais aussi d'un blocus destiné à affaiblir ses ennemis, blocus qui n'a fait qu'exacerber ce que les Nations unies et diverses organisations non gouvernementales ont décrit comme l'une des plus graves crises humanitaires du 21ème siècle. Le blocus saoudien a mis en péril l'aide humanitaire en favorisant la propagation de maladies (dont le choléra) et en exacerbant le fléau de la malnutrition. Depuis l'intervention de l'Arabie saoudite dans la guerre civile, des dizaines de milliers de civils yéménites sont morts de maladie et de faim [4].

Il convient également de rappeler que dans sa campagne militaire infructueuse, Riyad s'est non seulement appuyé sur des armes occidentales, mais a également bénéficié d'un soutien logistique de la part des États-Unis et du Royaume-Uni.

La différence de traitement est donc frappante: d'un côté, les sanctions contre la Russie, la condamnation de son comportement en temps de guerre, l'envoi d'armes à Kiev et la glorification de l'Ukraine en tant que bastion de la démocratie contre l'autocratie. De l'autre, le silence sur les bombardements et le blocus, le soutien logistique et les ventes d'armes à l'Arabie saoudite. Sans parler des violations quotidiennes des droits de l'homme par le gouvernement saoudien et de l'affaire Khashoggi.

Bien que les raisons de l'intervention de Riyad au Yémen soient très différentes de celles qui ont conduit Moscou à envahir l'Ukraine, les États-Unis et leurs alliés ont été plus ou moins directement complices des atrocités causées par les Saoudiens à travers les bombardements et les blocus. La démocratie et les droits de l'homme sont ainsi réduits à des leviers utilisés pour discréditer les opposants et resserrer les rangs des alliés, des outils à utiliser par opportunisme politique.

La politique occidentale à l'égard de l'intervention saoudienne est donc un nouveau court-circuit dans ce récit qui prétend diviser la communauté internationale en deux camps clairement définis et opposés: les démocraties contre les dictatures, ou les bons contre les méchants. C'est la dernière (pour l'instant) d'une longue série de contradictions qui mettent en cause la crédibilité de l'Occident.

Deux d'entre elles au moins méritent d'être mentionnées. Quelques anniversaires importants ont été commémorés cette année: le 50ème anniversaire du coup d'État contre le président chilien Salvador Allende et le 70ème anniversaire du coup d'État qui a chassé le premier ministre iranien Mohammed Mossadeq. Des hommes politiques démocratiquement élus, mais dont l'orientation n'était pas partagée par les États-Unis, qui ont décidé de les éliminer pour favoriser leurs propres partisans. À ces victimes du double standard occidental, il faut ajouter la population yéménite et, surtout, la population palestinienne, à laquelle les gouvernements occidentaux et une grande partie de l'opinion publique ne reconnaissent pas la même dignité qu'aux civils ukrainiens.

Malgré tout, le drame du Yémen se poursuit. Il y a cependant quelques notes positives: depuis la trêve conclue en avril 2022 grâce à la médiation de l'ONU, l'intensité des combats a diminué. L'ONU a également réussi à éviter une catastrophe environnementale [5], tandis que l'accord historique entre l'Iran et l'Arabie saoudite, négocié par la Chine, a encore contribué à la désescalade du conflit.

Dans ce contexte de stabilisation lente mais progressive, la récente résurgence du conflit israélo-palestinien a fait l'effet d'un coup de tonnerre. La violence des représailles israéliennes est à l'origine de l'intervention au Yémen. Dès la fin du mois d'octobre, le gouvernement pro-iranien, composé de membres du parti Ansar Allah (Houthi), a lancé plusieurs missiles balistiques contre des cibles militaires israéliennes [6]. Ces dernières semaines, le conflit a toutefois pris une dimension maritime, s'étendant au détroit de Bab al-Mandeb, un goulot d'étranglement stratégique séparant la péninsule arabique et la Corne de l'Afrique, et reliant la mer Rouge à l'océan Indien. Le gouvernement pro-iranien du Yémen contrôle la partie asiatique du détroit, et c'est de là, le 19 novembre, que le raid d'une milice aérienne d'Ansar Allah s'est emparé d'un "navire israélien" [7].

Cette dimension maritime du conflit entre Israël et le Yémen a également vu l'implication des États-Unis. Ces dernières semaines, l'US Navy est intervenue à plusieurs reprises pour tenter d'intercepter des missiles et des drones yéménites. L'incident le plus récent a eu lieu le 3 décembre, lorsque Ansar Allah a lancé des drones armés de missiles pour frapper des navires marchands qui traversaient la mer Rouge. Le destroyer USS Carney de la marine américaine est intervenu pour défendre les navires marchands et a réussi à abattre trois drones.

L'intervention du Yémen dans le conflit israélo-palestinien est cohérente avec l'affiliation d'Ansar Allah à l'axe de résistance dirigé par l'Iran. Selon le porte-parole des forces armées yéménites, Yahya Sare'e (photo), l'intervention en soutien à la population palestinienne est devenue "impérative" en raison de "l'ennemi sioniste" et de ses "crimes et massacres continus contre la population de Gaza et l'ensemble du peuple de Palestine".

Quoi qu'il en soit, outre les conséquences de l'aggravation de la guerre en Palestine, le pays continue d'être fragmenté et l'on ne voit pas poindre à l'horizon une véritable pacification qui permettrait la réunification : le nord, avec la capitale Sanaa, est contrôlé par le gouvernement pro-iranien, tandis que le reste du pays est aux mains du groupe hétérogène de factions qui soutiennent le gouvernement reconnu par l'Occident. Pendant ce temps, la crise humanitaire ne faiblit pas : la malnutrition et les maladies continuent de frapper les civils dans l'indifférence générale.

Notes:

[1] Esther Brito Ruiz, Jeff Bachman, Headlines and front lines : How US news coverage of wars in Yemen and Ukraine reveals a bias in recording civilian harm, theconversation.com, 3 août 2023.

[2] La citation suivante est tirée de la version originale de l'article mentionné ci-dessus. "Notre analyse s'est volontairement concentrée sur les gros titres. Bien que les articles complets puissent apporter plus de contexte au rapport, les titres sont particulièrement importants pour trois raisons : ils encadrent l'article d'une manière qui affecte la façon dont il est lu et mémorisé ; ils reflètent la position idéologique de la publication sur une question ; et, pour de nombreux consommateurs d'informations, ils sont la seule partie de l'article qui est lue."

[3] Ebad Ahmed, Denmark ends arms sale ban against Saudi Arabia, UAE, aa.com.tr, 11 mars 2023. Luca Gambardella, Anche l'Italia torna a vendere bombe e missili all'Arabia Saudita, ilfoglio.it, 01 giugno 2023. Hans Von Der Burchard, Germany loosens arms export restrictions to Saudi Arabia - but not on fighter jets, politico.eu, 12 luglio 2023.

[4] Torture au ralenti : le blocus économique du Yémen et ses graves conséquences humanitaires, reliefweb.int, 22 septembre 2022.

[5] L'operazione per svuotare la petroliera abbandonata al largo dello Yemen è andata a buon fine, ilpost.it, 11 agosto 2023.

[6] Emad Almarshahi, Yemeni Armed Forces confirm launching strikes against Israel in retaliation for its aggression against Gaza, hodhodyemennews.net, 31 ottobre 2023.

[7] Houthis seize navires en mer Rouge liés à une société israélienne, reuters.com, 20 novembre 2023.

[8] Voir note de bas de page 6.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter

Se réfère à :

1 article