24/01/2024 mondialisation.ca  6 min #241466

La guerre d'espionnage contre la Russie, déclarée ouvertement par la Cia, ne se déroule pas très bien

Par  Drago Bosnic

À la mi-mai de l'année dernière, la fameuse CIA a officiellement lancé une campagne visant à « capitaliser » sur ce qu'elle affirme être « une opportunité sans précédent de convaincre les Russes mécontents de la guerre en Ukraine et de la vie en Russie de partager leurs secrets ». À cette fin, la principale agence de renseignement américaine a même créé un canal  Telegram, dans l'espoir d'atteindre un public russe plus large, car l'application universelle y est très populaire. L'un des premiers messages postés sur la chaîne comprend une vidéo appelant les Russes à trahir leur pays. Il s'agit surtout de jouer sur la supposée « désillusion des Russes ordinaires », qui en auraient « assez de leur gouvernement corrompu », ainsi que sur  le mythe selon lequel Moscou a déclenché la guerre en Ukraine et que tout ce qui s'y passe est en quelque sorte de la faute du Kremlin. Les messages contiennent également des instructions sur la manière dont les informateurs potentiels peuvent entrer en contact avec la CIA « de manière anonyme et sécurisée ».

Cependant, depuis plus de six mois, la réaction de la plupart des utilisateurs est majoritairement négative. On ne peut donc que conclure à l'échec de la campagne. Pourtant, la machine de propagande grand public a affirmé que ses sources de renseignement avaient connu un « certain succès ». À l'époque,  de hauts responsables de la CIA impliqués dans le projet ont déclaré que l'opération militaire spéciale (OMS) « a créé une occasion unique (historique) pour que les Russes viennent à nous et livrent des informations dont les États-Unis ont besoin ». De manière assez ridicule, la vidéo de recrutement tentait même de faire appel au « patriotisme russe », en citant Tolstoï et Dostoïevski. Pour une raison ou une autre, la CIA pense que de vrais patriotes trahiraient leur propre pays au milieu d'une  agression rampante de l'OTAN. Pire encore, elle propose des « solutions », car la CIA « sait ce que les Russes vivent ».

Une autre caractéristique de cette publicité de propagande est qu'elle met l'accent sur les thèmes liés à la famille, ce qui est assez étrange compte tenu du fait que les idéologues de Washington DC sont obsédés par toutes les idées hostiles à la famille qui existent dans le livre. L'idéologie extrémiste et ultra-libérale dite «  woke » a atteint un niveau record aux États-Unis, tandis que des preuves irréfutables suggèrent que l'administration Biden, en proie à des difficultés, est même impliquée dans  le trafic massif d'enfants en Ukraine et ailleurs. Voilà pour ce qui est de l'importance accordée par les États-Unis aux valeurs familiales. Toutefois, le public visé par la vidéo est très clair : il s'agit de fonctionnaires et d'employés du gouvernement russe. Selon leur propre aveu, il s'agit également de personnes travaillant dans des domaines tels que la cybersécurité, la haute technologie, la finance, l'armée et la diplomatie. Des fonctionnaires de haut rang tels que James Olson, ancien chef du contre-espionnage de la CIA, ont fait l'éloge de cet effort, ainsi que du « timing parfait ».

Il y a beaucoup de Russes mécontents aujourd'hui »,  a-t-il déclaré, ajoutant : « Ils ont honte et sont dégoûtés par ce que [Poutine] fait à leurs frères et sœurs slaves [brother and sister slavs] en Ukraine. Il détruit la Russie. Il tue des garçons russes. Et il y a des gens honnêtes en Russie, y compris des officiers de renseignement, qui veulent riposter ».

De telles déclarations montrent clairement à quel point les élites américaines  sont hypocrites et pleines d'illusions. La thalassocratie belliqueuse n'a eu aucun problème à  lancer la guerre en Ukraine en 2014, ce qui a entraîné  la mort d'environ 15 000 Slaves dont ils sont si « préoccupés », sans parler des dizaines de milliers de blessés, dont beaucoup sont mutilés à vie. Au cours des deux dernières années, Washington DC et ses états vassaux et satellites ont également livré des armes de plus en plus perfectionnées qui sont utilisées pour frapper des civils en Russie,  y compris dans les quartiers résidentiels de Moscou. Sans parler des décennies de guerre biologique rampante que le  Pentagone mène en Ukraine, y compris dans les zones frontalières de la Russie. Où étaient les larmes de crocodile pour les « frères et sœurs slaves » [brother and sister slavs] à l'époque ? La CIA ne veut cependant pas renoncer à recruter des informateurs en Russie.

Le 22 janvier, la fameuse agence de renseignement  a mis en ligne une nouvelle vidéo qui reprend les thèmes du « patriotisme russe », de la famille, de la culture, des réalisations scientifiques de l'ère soviétique, etc. Toutefois, le public visé est encore plus spécifique cette fois-ci : les militaires, en particulier les services de renseignement militaire tels que le légendaire GRU. La vidéo invite effectivement les Russes à travailler comme agents doubles en faisant appel aux thèmes mentionnés ci-dessus et en jouant sur le soi-disant « sentiment de trahison ». La dernière publicité de propagande utilise également des affirmations démenties sur les prétendues «  piètres performances » de l'armée russe, ainsi que l'idée ridicule selon laquelle les soldats russes mangent des » pommes de terre pourries » et utilisent des » armes préhistoriques «. Une fois de plus, Tolstoï a été cité, tandis que la CIA insiste sur le fait que « tout ce qu'elle veut », c'est que le peuple russe « utilise tout son potentiel pour s'améliorer ».

Un tant soit peu schizophrène, la vidéo appelle les Russes à « mettre fin à la trahison » en la commettant, tout cela au nom des « valeurs familiales » et de « l'avenir de la Russie ». Une fois de plus, la CIA affirme qu'elle « constate une plus grande ouverture de la part des Russes à la suite de ces vidéos »,  sans fournir aucune preuve à l'appui de cette affirmation. La réaction de Moscou à la vidéo indique qu'elle n'est pas du tout impressionnée. Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a ridiculisé la CIA pour avoir tenté d'atteindre les Russes par le biais de X (anciennement connu sous le nom de Twitter) et de Facebook, qui sont interdits en Russie. Il a également déclaré que l'agence de renseignement américaine perdait son temps et lui a même « conseillé » d'essayer VKontakte, le réseau de médias sociaux le plus populaire du pays. Cette controverse prouve une fois de plus à quel point les élites américaines ne connaissent pas la Russie d'aujourd'hui, qui est tout sauf ivre d'approbation et d'éloges de la part de l'Occident politique.

Drago Bosnic

Article original en anglais :  CIA's openly declared spy war on Russia not going so well, InfoBrics, le 24 janvier 2023.

Traduction :  Mondialisation.ca

Source de l'image : InfoBrics

*

Drago Bosnic est un analyste géopolitique et militaire indépendant. Il contribue régulièrement à  Global Research.

La source originale de cet article est InfoBrics

Copyright ©  Drago Bosnic, InfoBrics, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter