Les Anglo-Saxons entrent en guerre au Yémen

Les Houthis punis pour être en train de «faire ce qui est juste» ?

par Mike Whitney

«Celui qui n'essaie pas d'arrêter un génocide perd son humanité». (Mohammed Al-Bukhaiti, porte-parole des Houthis)

Les événements au Moyen-Orient deviennent incontrôlables. Au cours de la semaine dernière, les États-Unis ont attaqué à sept reprises les positions des Houthis sur le continent yéménite, tandis que les Houthis ont lancé cinq attaques contre des navires commerciaux et des navires de guerre américains dans la mer Rouge. Dans le même temps, l'Iran a lancé de multiples attaques contre des sites en Syrie, en Irak et au Pakistan, tandis qu'Israël a frappé des cibles au Liban et à Damas. Ajoutant de l'huile sur le feu, l'armée israélienne a poursuivi son agression incessante contre les Palestiniens vivant à Gaza, entraînant de nombreux nouveaux morts et blessés. Bref, il y a une forte augmentation de l'activité militaire au Moyen-Orient, qui ne cesse de croître. Cela suggère que le conflit de faible intensité auquel nous avons assisté ces dernières semaines est sur le point d'exploser en quelque chose de beaucoup plus violent, de grande envergure et imprévisible. De nombreux analystes estiment que nous sommes au bord d'une véritable guerre régionale qui, au vu des évènements récents, pourrait être inévitable. Ceci est extrait d'un article du Washington Post :

«L'administration Biden élabore des plans pour une campagne militaire soutenue ciblant les Houthis au Yémen après que 10 jours de frappes n'ont pas réussi à mettre un terme aux attaques du groupe contre le commerce maritime.

Les responsables affirment qu'ils ne s'attendent pas à ce que l'opération dure des années comme les précédentes guerres américaines en Irak, en Afghanistan ou en Syrie. Dans le même temps, ils reconnaissent qu'ils ne peuvent identifier aucune date de fin ni fournir une estimation du moment où la capacité militaire des Yéménites sera réduite de manière adéquate...

Même si les attaques ont jusqu'à présent fait plus de victimes en Europe qu'aux États-Unis... la campagne des Houthis commence déjà à remodeler la carte maritime mondiale. Certaines sociétés ont choisi de rediriger leurs navires autour du cap de Bonne-Espérance, au large de l'Afrique australe, tandis que de grandes compagnies pétrolières, dont BP et Shell, ont suspendu leurs expéditions via cette zone...

«Il est impossible de prévoir exactement ce qui va se passer, et certainement pas [de prédire] les opérations futures», a déclaré le premier responsable américain». Mais le principe selon lequel il ne peut tout simplement pas être toléré qu'une organisation terroriste... avec ces capacités avancées puisse arrêter ou contrôler le transport maritime à travers un point d'étranglement international clé est un principe qui nous tient très à cœur».

Les responsables américains craignent également que les attaques contre les Houthis ne plongent déjà les États-Unis dans un conflit sans perspective stratégique de sortie et avec un soutien limité de la part de leurs principaux alliés. Il convient de noter que les partenaires américains les plus puissants du Golfe ont refusé de soutenir l'opération américaine. Le Premier ministre du Qatar, un allié clé des États-Unis dans le Golfe, a averti que les frappes occidentales ne mettraient pas fin à la violence et pourraient alimenter l'instabilité régionale». 1

Bien que l' article du Washington Post apporte peu d'informations nouvelles, il aide à clarifier quelques points importants :

  1. Que les États-Unis sont maintenant impliqués dans une autre «campagne militaire soutenue» (c'est-à-dire une guerre) qui n'a pas été approuvée par le Conseil de sécurité de l'ONU, le Congrès américain ou le peuple américain. Il est clair que notre politique intérieure s'est détériorée au point que le président décide seul si le pays entre en guerre ou non. Et, sans surprise, ces guerres favorisent invariablement les intérêts des élites milliardaires qui guident la politique derrière la feuille de vigne du gouvernement représentatif. En vérité, toutes les puissances guerrières appartiennent à ces gens-là.
  2. Puisque les frappes aériennes à elles seules ne «dégraderont» pas la capacité militaire des Houthis, «l'opération s'étendra sur des années». (Alors préparez-vous pour un autre séjour de 20 ans comme en Afghanistan)
  3. La véritable raison pour laquelle l'administration a évité le dialogue direct avec les Houthis est qu'«il ne peut tout simplement pas être toléré qu'une organisation terroriste... contrôle le transport maritime à travers un point d'étranglement international clé». C'est un aveu tacite que Washington refuse de négocier avec des gens qu'il ne considère pas comme ses égaux. Ainsi, la seule option disponible est de «tirer d'abord et de poser des questions plus tard».
  4. Il est intéressant de noter que le Postadmet que «les Houthis ont plongé les États-Unis dans un conflit sans perspective stratégique de sortie et avec un soutien limité de la part de leurs principaux alliés». Ce que les auteurs auraient dû ajouter, c'est que tout ce qui concerne la stratégie actuelle viole la soi-disant doctrine Powell. Il n'existe aucun objectif clairement réalisable, ni les risques et les coûts n'ont été entièrement analysés, ni toutes les autres options non violentes n'ont été épuisées, sans stratégie de sortie plausible, et l'action n'est pas non plus soutenue par le peuple américain, ni par les États-Unis ; ils ne bénéficient pas d'un large soutien international et aucun intérêt vital en matière de sécurité nationale n'est menacé. Tous les principaux préceptes de la doctrine Powell ont été ignorés par l'équipe de politique étrangère de Biden. En conséquence, il n'y a ni planification, ni fin de partie, ni objectif stratégique. C'est pourquoi le projet de faire la guerre au Yémen est peut-être l'opération la plus impulsive et la plus mal pensée de ces derniers temps.

Il n'y a également aucune garantie que le plan fonctionnera. En fait, il y a toutes les raisons de croire que cela se retournera de manière spectaculaire, créant une crise encore plus grave. Regardez cet extrait d'un article de Responsible Statecraft :

«Il semblerait que la véritable menace soit l'escalade des frappes aériennes américaines continues, qui tuent des gens. Comme RS l'a rapporté à maintes reprises dans ces pages, les Houthis se retrouvent aguerris et même enhardis par la réaction de l'Occident à leurs provocations... Un certain nombre de voix réalistes dénoncent la folie de tomber une fois de plus dans une spirale de représailles violentes qui mènera probablement à une véritable crise militaire, voire à la mort de militaires américains, avant même la crise finale.

«Les frappes ne fonctionneront pas. Elles ne dégraderont pas suffisamment les capacités des Houthis ni ne réussiront à faire cesser leurs attaques contre les navires», déclare Ben Friedman, chercheur principal chez Defence Priorities. «Pourquoi faire quelque chose d'aussi manifestement imprudent ? La retenue nous rappelle qu'aucune loi de ce type n'exige que nous devions mener des frappes aériennes qui ne fonctionneront pas. Nous avons toujours la possibilité de ne pas recourir à une violence inutile». 2

Le fait que huit années de frappes aériennes incessantes menées par les Saoudiens n'ont servi qu'à renforcer les Houthis n'a pas freiné l'enthousiasme de l'administration pour la poursuite de la même offensive. Biden est convaincu qu'une politique identique produira un résultat différent. Mais n'est-ce pas là la définition de la «folie» ? Et où trouvons-nous la preuve que la méthode prescrite fonctionne réellement : en Afghanistan ? En Irak ? En Syrie ? En Libye ? En Ukraine ? S'agit-il d'exemples brillants de «triomphe militaire» qui ont convaincu Biden qu'il est sur la bonne voie ?

Mais même si l'équipe Biden disposait d'une stratégie militaire cohérente, l'approche actuelle poserait toujours un problème fondamental, principalement parce qu'elle est moralement mauvaise. Les États-Unis devraient travailler aux côtés de ceux qui tentent de faire respecter la Convention sur le génocide, et non les traiter comme des ennemis. Les Houthis ont adopté une approche constructive et (jusqu'à présent) non meurtrière face aux déprédations israéliennes à Gaza, une approche qui est conforme à l'article 1 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide qui stipule clairement :

«Les Parties contractantes confirment que le génocide, qu'il soit commis en temps de paix ou en temps de guerre, est un crime de droit international qu'elles s'engagent à prévenir et à punir».

Le blocus des Houthis contre les navires commerciaux liés à Israël traversant la mer Rouge est également conforme aux principes de la responsabilité de protéger - connue sous le nom de R2P, qui «a été adoptée à l'unanimité en 2005 lors du Sommet mondial des Nations unies, le plus grand rassemblement de chefs d'État et de gouvernement» de l'histoire, un document qui, soit dit en passant, a été signé par des représentants des États-Unis. Voici un court extrait du texte :

«Chaque État a la responsabilité de protéger ses populations contre le génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l'humanité... La communauté internationale, par l'intermédiaire des Nations Unies, a également la responsabilité d'utiliser les moyens diplomatiques, humanitaires et autres moyens pacifiques appropriés, conformément aux Chapitres VI et VIII de la Charte, pour contribuer à protéger les populations contre le génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l'humanité...

Pilier 1

Chaque État a la responsabilité de protéger ses populations contre quatre atrocités de masse : le génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et le nettoyage ethnique.

Pilier 2

La communauté internationale dans son ensemble a la responsabilité d'encourager et d'aider chaque État à assumer cette responsabilité.

Pilier 3

Si un État ne parvient manifestement pas à protéger ses populations, la communauté internationale doit être prête à prendre des mesures collectives appropriées, de manière opportune et décisive et conformément à la Charte des Nations unies». 3

S'il est vrai que les Houthis n'ont pas obtenu l'approbation du Conseil de sécurité de l'ONU pour leur blocus unilatéral des navires à destination d'Israël, c'est parce que les États-Unis bloquent toutes ces mesures, tout comme ils ont bloqué les précédentes résolutions de cessez-le-feu. Mais le fait que la communauté internationale soit incapable d'appliquer les préceptes humanitaires fondamentaux - en raison de l'obstructionnisme des États-Unis - ne dispense pas les personnes ou les États de faire leur devoir. Il serait de loin préférable d'avoir l'autorisation de l'ONU, mais ce n'est pas absolument nécessaire. La priorité absolue est de sauver la vie de personnes innocentes. Voici comment le porte-parole des Houthis, Mohammed Al-Bukhaiti, a résumé la situation dans une récente déclaration sur Twitter :

«Agir pour soutenir les opprimés... est un véritable test de moralité... et quiconque n'agit pas pour mettre fin au crime de génocide... a perdu son humanité.

Les valeurs morales... ne changent pas avec la race et la religion de la personne... Si un autre groupe d'humains était soumis à l'injustice dont sont victimes les Palestiniens, nous prendrions des mesures pour les soutenir, quelles que soient leur religion et leur race.

... le peuple yéménite (s'engage)... à parvenir à une paix juste qui garantisse la dignité, la sûreté et la sécurité de tous les pays et de tous les peuples». (Mohammed Al-Bukhaiti @M_N_Albukhaiti)

Sommes-nous naïfs de penser que les Houthis agissent conformément aux principes de justice et d'humanité universellement acceptés ? Avons-nous tort de supposer que les Houthis ressemblent à des hommes avec lesquels on peut raisonner et avec qui on pourrait négocier un accord qui mettrait fin en même temps au blocus et à l'attaque de Gaza ? Si tel est le cas, pourquoi Biden n'engage-t-il pas le groupe diplomatiquement au lieu de bombarder leurs ports et leurs villes ?

Et pour mémoire : l'administration et ses alliés dans les médias continuent de laisser entendre que le trafic dans la mer Rouge est à un niveau historiquement bas en raison des attaques «aveugles» contre les navires commerciaux par les Houthis. Mais ce n'est pas le cas. Lundi, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian (lors d'une visite aux Nations unies) a produit des preuves documentaires selon lesquelles le trafic dans la mer Rouge reste relativement normal, à l'exclusion du fait que les navires liés à Israël sont empêchés de naviguer sur cette voie navigable. En d'autres termes, les médias occidentaux induisent délibérément le peuple américain en erreur pour accélérer la ruée vers la guerre. Voici l'histoire selon Press TV (média d'État iranien) :

Le ministre iranien des Affaires étrangères a noté que des images satellite montrent qu'environ 230 navires marchands et pétroliers naviguaient dans la mer Rouge au moment où les États-Unis et le Royaume-Uni menaient leurs frappes contre le Yémen.

«Cela signifie qu'ils (les Américains et les Britanniques) ont bien compris le point de vue des Yéménites selon lequel seuls les navires se dirigeant vers les ports exploités par le régime israélien d'occupation seront bloqués», a déclaré Amir-Abdollahian». 4

Les propos du ministre iranien des Affaires étrangères sont soulignés par une déclaration officielle des Houthis publiée sur X et qui dit ce qui suit :

«La marine yéménite reste fidèle à son engagement dans les opérations en cours en mer Rouge jusqu'à la fin du blocus et de l'agression contre Gaza. Par conséquent, les activités maritimes et la navigation en mer Rouge sont facilitées en toute sécurité pour tous les navires, à l'exclusion de ceux affiliés à Israël ou à destination des ports israéliens. Pour les navires non affiliés à Israël, il est crucial de maintenir une communication ininterrompue avec les autorités yéménites tout au long de leur voyage à travers les canaux suivants (radio et courrier électronique) Les forces armées yéménites réitèrent leur engagement à mener des opérations dans le strict respect des principes juridiques internationaux visant à prévenir le génocide et punir les responsables. En outre, il souligne son engagement à faciliter la fluidité du trafic et à maintenir la sécurité maritime dans la mer Rouge et dans la région au sens large». 5

L'idée selon laquelle les Houthis attaquent les navires commerciaux bon gré mal gré ne passe tout simplement pas le «test de l'odorat». Ce qui est plus probable, c'est que le discours ait été modifié afin de diaboliser un rival d'Israël.

Enfin, j'ai pris la liberté de transcrire une courte vidéo de Tim Anderson qui soutient que les Houthis ont non seulement accaparé la suprématie morale, mais que les États-Unis et Israël agissent d'une manière imprudente, hypocrite et préjudiciable à l'environnement et à leur propre intérêt. Je pense que vous constaterez que cela vaut la peine :

Les États-Unis ont désigné les Houthis comme organisation terroriste étrangère pour ce qui revient à tenter de mettre fin au génocide israélien.... Désormais, l'objectif déclaré du blocus d'Ansar Allah (alias les Houthis) est de faire respecter l'article 1 de la Convention des Nations Unies sur le génocide. Et étant donné que le Yémen est membre de la Convention des Nations Unies sur le génocide, les Houthis affirment qu'ils ont l'obligation d'arrêter l'envoi d'armes et d'autres fournitures vers Israël pendant que ce dernier commet un génocide.... Les États-Unis disent que les «terroristes» ne sont pas ceux qui commettent un génocide,... mais ceux qui tentent d'arrêter un génocide....

Désigner Ansar Allah comme terroriste est également profondément ironique, car les États-Unis imposent actuellement deux blocus économiques unilatéraux à Cuba et au Venezuela....et contrairement au blocus d'Israël imposé par Ansar Allah, qui n'a encore tué personne, les blocus américains ont tué des milliers de personnes.... Ansar Allah utilise son blocus pour mettre fin à un génocide alors que les blocus américains visent à affamer et à punir collectivement les pays qu'ils ciblent et peuvent être considérés comme une forme de génocide....

Ansar Allah n'est pas puni à cause du terrorisme. Ils sont punis parce que leur blocus fonctionne. Israël importe 99 % de ses marchandises par voie maritime....Le port israélien d'Eilat a été bloqué par les Houthis et a vu son activité diminuer de 85 %.... Les compagnies maritimes vont répercuter les coûts sur les consommateurs, ce qui va entraîner une hausse des prix et une raréfaction des marchandises importées.... La guerre ressemble à une récession économique pour Israël. Une enquête réalisée en novembre a révélé qu'une entreprise sur trois en Israël fonctionne à 20% de sa capacité ou moins, et que plus de la moitié des entreprises israéliennes ont perdu 50% de leurs revenus. Selon le ministère du Travail, 18 % de la main-d'œuvre israélienne a été mobilisée pour combattre la guerre, ce qui a laissé un énorme vide dans la main-d'œuvre israélienne.... Plus d'un million d'Israéliens ont quitté le pays, le tourisme s'est effondré, les investissements des entreprises se sont effondrés et, dans l'ensemble, le Trésor israélien prédit que le PIB d'Israël aura chuté de 15% au quatrième trimestre et que la guerre coûtera à Israël un total de 58 milliards de dollars...

Les archives du Département d'État montrent que pendant des décennies, les élites américaines ont eu peur de perdre le contrôle de la mer Rouge. Et, en 2015, les États-Unis allaient armer, financer et soutenir une guerre génocidaire menée par l'Arabie saoudite contre Ansar Allah. La guerre a poussé les deux tiers de la population au bord de la famine et a provoqué la pire épidémie de choléra de l'histoire de l'humanité. Mais ils n'ont toujours pas réussi à vaincre Ansar Allah. Et aujourd'hui, le même peuple yéménite qui a été confronté à un génocide soutenu par les États-Unis il y a seulement quelques années, mène désormais les actions les plus perturbatrices contre le génocide soutenu par les États-Unis à Gaza. Bien entendu, cela est humiliant pour les États-Unis.

Il n'y a pas si longtemps, les États-Unis considéraient Nelson Mandela et ses partisans comme des «terroristes». Puis ce sont ces gens-là qui ont vaincu l'apartheid sud-africain. En ce sens, cette dernière désignation terroriste du mouvement Houthi n'est que la continuation de cette très longue tendance. Le terrorisme est un terme hautement politisé. Bien entendu, les États d'apartheid et leurs partisans vont considérer les tentatives visant à mettre fin à leurs États d'apartheid comme du terrorisme. Mais en Palestine et au Moyen-Orient, les vrais terroristes sont ceux qui bombardent des hôpitaux, des écoles et des quartiers entiers : Israël et les États-Unis.

 https://twitter.com/timand2037/status/1749018986946445352

source :  The Unz Review via  Entre la Plume et l'Enclume

  1. « Alors que les Houthis promettent de continuer à se battre, les États-Unis se préparent à une campagne soutenue», Washington Post
  2. « Les États-Unis frappent à nouveau le Yémen, mais les attaques des Houthis continuent», Responsible Statecraft
  3. « Qu'est-ce que R2P ?», Centre Mondial pour la Responsabilité de Protéger
  4. « L'Iran a sévèrement mis en garde Washington contre les attaques contre le Yémen, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères», Press TV
  5. Marine yéménite : « Voici exactement ce que vous devez faire pour faire identifier vos navires afin qu'ils ne soient pas ciblés», Porte-parole des Houthis

 reseauinternational.net

 Commenter