25/01/2024 mondialisation.ca  4 min #241543

Les chars israéliens ouvrent le feu sur des centaines de Gazaouis attendant l'aide humanitaire

Par  The Cradle

Quelques heures après avoir ouvert le feu sur un abri de l'ONU abritant des milliers de Palestiniens, les chars israéliens ont tué des dizaines de personnes qui faisaient la queue pour recevoir de l'aide.

Au moins 20 Palestiniens ont été tués et 150 blessés le 25 janvier après que des chars israéliens ont ouvert le feu sur des habitants de Gaza qui faisaient la queue pour recevoir de l'aide humanitaire au rond-point du Koweït, dans la ville de Gaza, au nord de la bande de Gaza.

"L'occupation israélienne a commis un nouveau massacre contre des [Gazaouis] affamés qui attendaient une aide humanitaire au rond-point du Koweït à Gaza, faisant 20 victimes et 150 blessés", a déclaré le porte-parole du ministère de la santé de Gaza, Ashraf al-Qudra.

"Le nombre de morts risque d'augmenter en raison des dizaines de blessés graves qui ont afflué au complexe médical d'Al-Shifa, dont les capacités médicales sont insuffisantes", a ajouté M. al-Qudra.

L'hôpital Al-Shifa a été bombardé, perquisitionné et évacué sous la menace des armes par les troupes israéliennes depuis le début de la guerre à Gaza.

L'hôpital "ne compte plus que quelques médecins encore opérationnels", a  ajouté M. Qudra.

Le massacre de jeudi est survenu un jour après  l'attaque par l'armée israélienne d'un abri bondé dans la ville de Khan Yunis, dans le sud de Gaza.

Au moins 12 personnes ont été tuées et 75 ont été blessées dans cette attaque, dont 15 sont dans un état critique, a déclaré Thomas White, haut responsable de l'UNRWA.

Un obus de char israélien a frappé le bâtiment d'un abri abritant des milliers de Palestiniens déplacés mercredi.

Tel Aviv a déclaré qu'il avait "exclu pour l'instant" toute responsabilité de ses troupes, mais qu'il menait une "enquête".

Israël a retiré une partie de ses effectifs de Gaza dans le cadre d'une réduction limitée de ses opérations terrestres, à la suite des recommandations des États-Unis de limiter les risques pour les civils. Malgré cela, les affrontements se poursuivent dans toute la bande de Gaza, y compris dans le nord, où Israël affirme que le Hamas a été éliminé.

Dans le sud, en particulier à Khan Yunis, les affrontements avec la résistance palestinienne sont constants et les avions de combat israéliens continuent de mener des opérations quotidiennes de bombardement.

Deux des principaux hôpitaux de Khan Yunis, l'hôpital Al-Nasser et l'hôpital Al-Amal, sont toujours "cernés" par l'armée d'invasion et des milliers de "membres du personnel, de patients et de personnes déplacées terrifiés sont piégés à l'intérieur", a déclaré l'ONU.

"Les attaques persistantes contre des sites civils à Khan Younis sont totalement inacceptables et doivent cesser immédiatement. Des personnes sont tuées et blessées. Alors que les combats s'intensifient autour des hôpitaux et des abris accueillant les personnes déplacées, les gens sont piégés à l'intérieur et les opérations de sauvetage sont entravées", a poursuivi  M. White.

"La situation à Khan Younis met en évidence le non-respect systématique des principes fondamentaux du droit humanitaire international : différenciation, proportionnalité et mesures de précaution dans la mise en œuvre des frappes. C'est inacceptable et révoltant, et cela doit cesser".

Article original en anglais :  Israeli tanks open fire on hundreds of Gazans waiting for aid, The Cradle, le 25 janvier 2024

Traduction :  Spirit's of Free Speech

Image en vedette : Capture d'écran. (Crédit photo : Mohammed Zaanoun/Middle East Images/AFP via Getty Images)

La source originale de cet article est  The Cradle

Copyright ©  The Cradle,  The Cradle, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter