25/01/2024 euro-synergies.hautetfort.com  14 min #241550

Une brève histoire du judaïsme antisioniste

Une brève histoire du judaïsme antisioniste

Jose Antonio Egido

Source:  novaresistencia.org

Contrairement à ce que beaucoup pensent, judaïsme et sionisme ne sont pas synonymes, et l'antisionisme juif a une longue histoire.

Judaïsme et sionisme, un même combat ? C'est ce que les dirigeants israéliens et leurs soutiens veulent nous faire croire pour justifier leurs crimes coloniaux et criminaliser leurs détracteurs. Une instrumentalisation dangereuse qui pourrait alimenter les sentiments antisémites des moins éduqués et des petits marchands de haine. Mais la réalité est tout autre.

À ses débuts, le sionisme ne représentait pas toutes les communautés juives du monde. Au contraire, il a fait l'objet d'une condamnation et d'un rejet très fermes de la part de divers secteurs juifs influents.

L'opposition juive au sionisme était large et variée. Elle comprend de nombreuses communautés religieuses, des mouvements modernistes et éclairés, tels que la "Haskalah" [1] et l'Alliance juive universelle [2], le mouvement ouvrier juif ashkénaze et séfarade, avec ses tendances socialistes et communistes, représenté notamment par la Fédération juive du travail ; les communautés juives de divers pays, comme l'Égypte, le Maroc, la Tunisie et la Yougoslavie ; et d'importantes communautés locales, comme les Sépharades de Thessalonique, Sarajevo et Smyrne, qui ont retiré leur soutien au sionisme en 1911.


Le parti Agudat Israel (Union d'Israël) a été fondé à Katowice en 1912 pour coordonner l'opposition religieuse au sionisme. Le judaïsme orthodoxe dénonce le sionisme comme une fausse religion satanique. Le grand rabbin de Varsovie de 1874 à 1912, Eliyahu Hayim Maizel, a mené la lutte contre le sionisme en Pologne. La Conférence universelle des Juifs sépharades, fondée à Vienne en 1925, affirme son identité face au nationalisme sioniste agressif, qui cherche à unifier des communautés différentes, aux cultures et aux traditions diverses. Le communiste juif égyptien Marcel Israël a créé une Ligue antisioniste en Égypte dans les années 1940.

Le mouvement ouvrier juif antisioniste

En mai et juin 1909, le prolétariat séfarade de la ville grecque de Thessalonique, en alliance avec des prolétaires bulgares et macédoniens, crée la Fédération socialiste de Thessalonique, reconnue par la IIème Internationale. Elle est composée principalement de travailleurs juifs des manufactures de tabac et du port, ainsi que d'artisans et d'employés de bureau.

À l'époque, c'est le seul mouvement ouvrier organisé en terre musulmane. Ses journaux, publiés en espagnol ou en djudesmo, la langue des Juifs séfarades, s'appelaient Jurnal del Lavorador, Solidaridad Ovradera et Avanti. L'un de ses fondateurs et dirigeants est Abraham A. Benaroya (photo). La Fédération rejette le nationalisme juif réactionnaire et le sionisme. En 1918, elle rejoint le Parti des travailleurs helléniques.

Marxistes juifs contre le sionisme

L'intellectuel juif marocain Abraham Serfaty nie l'existence d'une nation juive ou d'un peuple israélien. Il considère la population israélienne comme un "agrégat humain artificiel, structuré sur la base de castes ethniques et dominé par une clique politico-militaire qui, à son tour, fait partie de la caste euro-américaine connue sous le nom d'Ashkénazes. Cette structure est soutenue par l'appareil de l'impérialisme sioniste, lui-même dominé par l'impérialisme américain" [3].


Serfaty (photo) affirme la notion de communauté juive arabe comme partie intégrante de la nation arabe et, en même temps, condamne fermement le sionisme en tant qu'entreprise raciste et colonialiste.

Serfaty affirme que seule la grande bourgeoisie a rendu possible la victoire du sionisme : "Le sionisme n'a pu prendre pied que grâce à son appropriation par la grande bourgeoisie d'Europe occidentale, dans le cadre des plans de conquête de l'impérialisme britannique et plus tard américain" [4].

Les juifs progressistes sont du même avis. Isaac Deutscher déclare qu'"Israël est apparu au Moyen-Orient dans le rôle infâme d'agent de puissants intérêts occidentaux, et non de son propre capitalisme fragile, et de protecteur du néocolonialisme... en tant qu'agent du capitalisme impérialiste tardif et mature de notre époque ; son rôle est tout simplement lamentable" [5].

Israël Shahak accuse l'État d'Israël d'être "l'administrateur du pouvoir impérial" [6].

Le secrétaire général du Parti communiste israélien (PCI), Meir Vilner, affirme clairement qu'Israël joue le rôle d'"agent des États-Unis tant au Moyen-Orient que dans d'autres régions (...) où il brûle sous les pieds des dictatures réactionnaires et où la lutte libératrice des peuples prend de l'ampleur (...) Dans d'autres régions du monde, Israël remplit les fonctions sales et embarrassantes que l'administration américaine ne veut pas assumer directement : il fournit des armes aux dictatures fascistes, leur offre des instructeurs militaires, organise et soutient des activités subversives contre les régimes progressistes" [7].

Serfaty analyse la tradition religieuse du judaïsme arabe, fondée sur l'attente du Messie. Il conclut que le sionisme en est la négation absolue. Le retour du Messie ne peut servir de justification à aucune conquête coloniale, car il est l'espoir de l'avènement du "royaume de Dieu", c'est-à-dire du royaume de justice, sur toute la terre et pour tous les êtres humains. Il accuse "les dirigeants sionistes de transformer la religion de nos pères en une idéologie de haine raciale et de guerre". Il démonte également la manipulation par le sionisme du concept biblique de "peuple élu". Il affirme que les grands penseurs juifs de la mystique andalouse et leurs disciples arabes ont converti ce concept en un devoir pour les Juifs de se comporter partout et à tout moment comme des "justes".

Refus d'une partie des masses juives d'émigrer en Israël

Des milliers de Juifs ont refusé d'émigrer en Israël : 100.000 Juifs de Turquie, 20.000 Juifs égyptiens, 3.500 Tunisiens, plusieurs centaines de Yéménites et d'Algériens, et des milliers d'Iraniens, de Syriens et de Marocains sont restés dans leurs foyers millénaires. Entre 1948 et 1952, la communauté juive yougoslave est divisée en deux parties presque égales: 7500 refusent d'émigrer et autant acceptent.

En 1933, 60% des 503.000 Juifs vivant en Allemagne soutenaient l'Union centrale des citoyens allemands, non sioniste et assimilationniste, tandis que seuls 9000 autres soutenaient le sionisme. Au cours de la même année, 33.000 migrants juifs allemands se sont rendus en Palestine.

Sur les 5,5 millions de Juifs que comptent les seuls États-Unis, 10.000 ont émigré en Israël entre 1948 et 1965.

Les Juifs fuyant les persécutions antisémites des régimes réactionnaires d'Europe de l'Est n'ont pas cherché à émigrer en Palestine, mais aux États-Unis, au Canada ou en Australie. En 1890, un million et demi de Juifs sont arrivés aux États-Unis. Entre 1967 et 1980, HIAS (Jewish Immigrant Aid Society) a aidé 125.000 Juifs à s'installer aux États-Unis, sans compter les Juifs venus d'Amérique latine, du Canada, d'Afrique du Sud et d'Iran. En provenance d'Israël, 100.000 sont arrivés aux Etats-Unis.

En 1964, lorsque la population française quitte l'Algérie parce qu'elle n'accepte pas l'indépendance de la nation algérienne et par crainte de représailles pour son implication dans l'oppression du peuple algérien, la grande majorité de la communauté juive la suit dans son voyage sans retour vers la France, incapable de se solidariser avec le peuple musulman, à l'exception d'une minorité qui rejoint le FLN. En revanche, la majorité des Juifs algériens a refusé de partir en Israël. Sur les 155.000 Juifs vivant en Algérie en 1960, 135.000 se sont installés en France, 15.000 en Israël et 4000 sont restés en Algérie.

La majorité des 56.000 Juifs vivant en Palestine en 1918, sur une population totale de 700.000 personnes, étaient de culture arabe et opposés au sionisme. Ils n'étaient persécutés par personne et ne ressentaient pas le moindre besoin de vivre dans un État juif.

Les Juifs dénoncent la manipulation de la Shoah par le sionisme


Le professeur Norman G. Finkelstein, juif américain et descendant de victimes de l'Holocauste nazi, s'est indigné de l'exploitation éhontée par la bourgeoisie sioniste des Etats-Unis des millions de juifs assassinés par les nazis. Il affirme que, depuis 1967, cette bourgeoisie a créé une "industrie" de l'Holocauste qui lui a apporté des avantages politiques, une influence idéologique et beaucoup d'argent.

Il n'est pas le seul à partager ce point de vue. Il cite un important écrivain israélien, Boas Evron, qui affirme que "la sensibilisation à l'Holocauste est un endoctrinement propagandiste officiel, une production massive de slogans et de fausses visions du monde dont le véritable objectif n'est pas de comprendre le passé, mais de manipuler le présent" [8]. Isaac Deutscher, dont la famille a également été assassinée à Auschwitz, dénonçait déjà en 1967 le fait que "les dirigeants israéliens se justifient en exploitant à fond Auschwitz et Treblinka, mais leurs actions parodient la véritable signification de la tragédie juive".

Le juif arabe Abraham Serfaty a également dénoncé le fait que "les dirigeants sionistes n'ont pas hésité à utiliser l'holocauste nazi pour entraîner tout le judaïsme européen et américain dans leur aventure". Un groupe d'intellectuels juifs français modérés affirme que personne n'a le monopole de l'Holocauste nazi [9].

Les Juifs arabes nient que les Juifs aient été opprimés dans le monde arabe et qu'ils aient été contraints d'émigrer en Israël

Serfaty nie catégoriquement que le "peuple israélien" constitue une société, car il s'agit d'un "conglomérat humain menacé de déplacement". Un écrivain français a écrit que "les premières victimes de la création d'Israël seraient les Palestiniens, expulsés de leur patrie ; les secondes seraient les Juifs orientaux, condamnés, à plus ou moins long terme, à un nouvel exode"[10].

Face aux grossiers mensonges sionistes selon lesquels "les Juifs étaient souvent marginalisés en Syrie et en Egypte" [11] et "les Juifs arabes étaient des minorités opprimées" [12], cherchant ainsi à justifier leur incapacité à vivre en terre musulmane, se trouve la réalité de la tolérance et des bonnes relations entre les Musulmans et les Arabes, qui les traitaient incomparablement mieux que l'antisémitisme européen chrétien, tsariste, nationaliste et nazi.

Serfaty souligne que la mémoire culturelle du judaïsme arabe est fondée sur la profonde amitié entre juifs et musulmans, leur symbiose fraternelle et leur respect mutuel. Il affirme que "chacun croit sans doute que sa religion est la plus proche de la vérité, mais chacun considère l'autre religion comme une manière différente d'adorer le même dieu, et chacun respecte comme sacrés les livres, les temples, les saints, les objets de culte et les grandes fêtes religieuses de l'autre" [13].

À Damas, au 19ème siècle, les Juifs étaient des gens respectables de la classe moyenne dont la langue maternelle était l'arabe. Ils étaient les médecins personnels du sultan à Istanbul, des banquiers ou des pauvres au Caire et à Haïfa. Aujourd'hui encore, 2500 Juifs parlant l'arabe et se considérant comme Syriens vivent à Damas aux côtés de Syriens, de Palestiniens musulmans et de Kurdes. Dans l'un des plus beaux quartiers de Beyrouth, on trouve aussi des Arabes de confession musulmane, druze ou chrétienne, ainsi que des Turcs, des Arméniens, des Assyriens et des Italiens. Alep et Hébron abritaient d'importantes communautés séfarades. Alep compte encore près de 1200 Juifs.

Pour Serfaty, l'une des caractéristiques les plus profondes du judaïsme arabe est le respect des autres. Selon lui, il s'agit d'une caractéristique fondamentale de toute la culture arabe.

Les juifs progressistes déplorent l'existence de l'État d'Israël

L'un des plus éminents représentants du judaïsme progressiste et universaliste, Albert Einstein, avait prédit dès 1938 l'impasse dans laquelle le sionisme conduirait le peuple juif :

"Je préférerais de loin un accord raisonnable avec les Arabes, basé sur une coexistence pacifique, à la création d'un État juif. Ma connaissance de la nature essentielle du judaïsme résiste à l'idée d'un État juif doté de frontières, d'une armée et d'un certain pouvoir temporel, aussi modeste soit-il. Je crains le mal interne qui pourrait s'abattre sur le judaïsme, notamment en raison du développement d'un nationalisme étroit dans nos rangs".


Nathan Weinstock considère qu'Israël crée les causes de sa propre disparition [14]. Le Comité juif pour le Proche-Orient attribue à Israël une "idéologie raciste" [15]. L'illustre poète et penseur égyptien d'origine juive, Edmond Jabès, rejette fermement le sionisme.

L'historien français Maurice Rajsfus estime qu'Israël est "une société bloquée, incapable de s'imaginer vivre en paix avec les Palestiniens" [16].

Michel Warshawsky, fils du grand rabbin de Strasbourg, émigré en Israël en 1967, antisioniste, cofondateur du Centre d'information alternative à Jérusalem en 1984 - ce qui lui a valu huit mois d'emprisonnement - affirme que les dirigeants israéliens "nous poussent au suicide... dans leur relation avec le peuple juif, ils sont cyniques et manipulateurs". Israël, loin d'être un outil pour aider le peuple juif, l'utilise". Il écrit que "l'atomisation de la société et sa division en deux blocs sociaux antagonistes montrent l'échec de la tentative de créer une nouvelle entité nationale dont l'expression politique aurait été l'État juif" [17].


Tim Wise (photo), juif et directeur de l'Association for White Anti-Racist Education (AWARE) à Nashville, Tennessee, affirme que le sionisme est antijuif [18]. L'intellectuel juif marocain Serfaty estime que l'organisation sioniste opprime culturellement et socialement les Juifs arabes d'Israël, leur impose une conception religieuse contraire à la leur et les transforme en bêtes de somme et en chair à canon au service des visées expansionnistes des aventuriers américano-sionistes au Moyen-Orient.

L'historien juif marocain Haïm Zafrani reconnaît que les Juifs marocains ont été arrachés à leurs racines en Israël et que leur culture a été humiliée. Il évoque leurs "lamentations mélancoliques" et leurs "cris amers ou nostalgiques" [19].

Le juif marocain Mordejai Vanunu a déclaré, à sa libération après 18 ans de prison pour avoir dénoncé l'existence de l'arsenal nucléaire sioniste : "Nous n'avons pas besoin d'un État juif".

L'Union juive française pour la paix affirme que la politique répressive et coloniale d'Israël dans les territoires occupés est catastrophique pour les Juifs du monde entier. M. Avnery, cité plus haut, estime que la politique brutale d'Israël "provoque la résurrection de l'antisémitisme dans le monde". Baruch Kimmerling, professeur de sociologie à l'Université hébraïque, accuse "Ariel Sharon d'avoir mis en route un processus qui, en plus d'intensifier l'effusion de sang des deux côtés, pourrait provoquer une guerre régionale et le nettoyage ethnique partiel ou presque total des Arabes de la "Terre d'Israël"" [20].

Des juifs clairvoyants mettent en garde contre le danger imminent auquel Israël est confronté.


Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial, a écrit en 1975 qu'un Israël qui menace la paix mondiale par son intransigeance arrogante à l'égard des droits palestiniens les plus fondamentaux n'a aucune perspective d'avenir [21].

Le secrétaire général de l'Organisation sioniste argentine, Roberto Faur, a démissionné de son mandat pour marquer son désaccord avec la présence israélienne dans les territoires occupés en 2002. Les sionistes argentins les plus récalcitrants l'accusent d'être un "terroriste politique".

Notes:

[1] Haskalah - "Lumières juives" - Mouvement intellectuel en Europe centrale et orientale aux XVIIIe et XIXe siècles visant à moderniser et unifier l'éducation juive, notamment par l'utilisation de l'hébreu, au détriment des traditions rabbiniques locales.

[2] Alliance israélite universelle. Association créée en France en 1860 par Adolphe Crémieux, qui a donné naissance en 1946 au Conseil consultatif des organisations juives de France, après avoir rejoint le sionisme.

[3] Abraham Serfaty - Écrits de prison sur la Palestine - Arcantere, Paris, 1992.

[4] Écrits de prison..., op. cit, p. 32.

[5] Isaac Deutscher, interview réalisée en 1967 et publiée dans le livre de Tariq Ali, écrivain et activiste britannique d'origine pakistanaise, "El choque de los fundamentalismos", Alianza, Madrid, 2000.

[6] Israël Shahak - Histoire juive, religion juive : le poids de trois millénaires -1994

[7] "Le principal obstacle à la Paix au Proche-Orient" - Revue Internationale, 11, 1986 Prague.

[8] Norman G. Finkelstein L'industrie de l'Holocauste - édition française - La Fabrique, 2001.

[9] Appel publié dans Le Monde du 19 octobre 2000 et signé notamment par les historiens Pierre Vidal-Naquet et Maurice Raifis, les professeurs Catherine Samary, Michel Lõwy et Daniel Bensaid, le médecin Patrick Zylberstein et l'avocate Gisèle Halimi.

[10] Gilles Perrault, Un homme à part. Barrault, Paris.

[11] Gustavo Daniel Perednik, La judeofobia, Flor del Viento ediciones, Barcelona, 2001, p. 114.

[12] Arnos Perlmutter - Israel Ed. Espasa Calpe, 1987, Madrid.

[13] Écrits de prison, op. cit, p. 54.

[14] Le Zionisme contre Israël, Maspéro, 1967.

[15] Voir  middleast.org

[16] "Y a-t-il une gauche israélienne ?", Rouge et Vert, n° 72, 12 avril 1991, Paris.

[17] La première citation est tirée d'une interview parue dans le journal Rouge et Vert, 1991, et la seconde est tirée de son livre Israel-Palestine : la alternativa de la convivencia binacional, Ed. La Catarata, Madrid, 2002.

[18] Son adresse électronique est tjwise@mindspring.com.

[19] Haim Zafrani, Los judíos de España. Historia de una diaspora (1492-1992), édité par Henry Méchouan, Trotta, Madrid, 1993, p. 505.

[20] Dans l'hebdomadaire israélien Kol Ha'Ir, 1er février 2002.

[21] Nahum Goldman - Où va Israël ? Ed. Calmann-Lévy, Paris 1975.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter