Cinq variables qui définissent notre avenir

par Pepe Escobar

À la fin des années 1930, alors que la Seconde Guerre mondiale est en marche et quelques mois seulement avant son assassinat, Léon Trotski a déjà une vision de ce que sera le futur Empire du Chaos.

«Pour l'Allemagne, il s'agissait d'«organiser l'Europe». Pour les États-Unis, il s'agit d'«organiser» le monde. L'histoire met l'humanité face à l'éruption volcanique de l'impérialisme américain... Sous l'un ou l'autre prétexte et slogan, les États-Unis interviendront dans le formidable affrontement afin de maintenir leur domination mondiale».

Nous connaissons tous la suite. Aujourd'hui, nous sommes sous un nouveau volcan que même Trotski n'aurait pas pu identifier : des États-Unis en déclin face à la «menace» Russie-Chine. Et une fois de plus, la planète entière est affectée par les grands mouvements de l'échiquier géopolitique.

Les straussiens néocons en charge de la politique étrangère américaine n'ont jamais pu accepter que la Russie-Chine ouvre la voie à un monde multipolaire. Pour l'instant, l'expansionnisme perpétuel de l'OTAN est leur stratégie pour affaiblir la Russie, et Taïwan est leur stratégie pour affaiblir la Chine.

Pourtant, au cours des deux dernières années, la vicieuse guerre par procuration en Ukraine n'a fait qu'accélérer la transition vers un ordre mondial multipolaire axé sur l'Eurasie.

Avec l'aide indispensable du  professeur Michael Hudson, récapitulons brièvement les cinq variables clés qui conditionnent la transition actuelle.

Les perdants ne dictent pas les termes

1. L'impasse : C'est le nouveau discours obsessionnel des États-Unis sur l'Ukraine - sous stéroïdes. Confrontés à la prochaine humiliation cosmique de l'OTAN sur le champ de bataille, la Maison-Blanche et le département d'État ont dû - littéralement - improviser.

Moscou, en revanche, n'est pas ébranlée. Le Kremlin a fixé ses conditions depuis longtemps : capitulation totale et pas d'Ukraine au sein de l'OTAN. Du point de vue de la Russie, «négocier» revient à accepter ces conditions.

Et si les puissances qui décident à Washington optent pour la mise sous tension de Kiev, ou pour le déclenchement des «provocations les plus odieuses afin de changer le cours des événements», comme l'a affirmé cette semaine le chef du SVR, Sergueï Narychkine, tant pis pour eux.

La route sera sanglante. Si les suspects habituels mettent sur la touche le général Zaloujny et installent Boudanov à la tête des forces armées ukrainiennes, les FAU seront sous le contrôle total de la CIA - et non des généraux de l'OTAN, comme c'est encore le cas.

Cela pourrait empêcher un coup d'État militaire contre la marionnette en sweat-shirt à Kiev. Mais les choses iront encore plus mal. L'Ukraine passera à la guérilla totale, avec seulement deux objectifs : attaquer les civils russes et les infrastructures civiles. Moscou, bien sûr, est pleinement consciente des dangers.

Pendant ce temps, les bavardages à outrance sous plusieurs latitudes suggèrent que l'OTAN pourrait même se préparer à une partition de l'Ukraine. Quelle que soit la forme que prendrait cette partition, ce ne sont pas les perdants qui dictent les conditions : C'est la Russie qui le fait.

Quant aux responsables politiques de l'UE, ils sont, comme on pouvait s'y attendre, en proie à une panique totale, persuadés qu'après avoir nettoyé l'Ukraine, la Russie deviendra une «menace» encore plus grande pour l'Europe. C'est absurde. Non seulement Moscou se fiche éperdument de ce que «pense» l'Europe, mais la dernière chose que la Russie souhaite ou dont elle a besoin est d'annexer l'hystérie des pays baltes ou de l'Europe de l'Est. D'ailleurs, même Jens Stoltenberg a admis que «l'OTAN ne voit aucune menace de la part de la Russie pour aucun de ses territoires».

2. Les BRICS : Depuis le début de l'année 2024, voici le tableau d'ensemble : la présidence russe des BRICS+ - qui se traduit par un accélérateur de particules vers la multipolarité. Le partenariat stratégique Russie-Chine augmentera la production réelle, dans plusieurs domaines, tandis que l'Europe plongera dans la dépression, déclenchée par la tempête parfaite des sanctions contre la Russie et la désindustrialisation de l'Allemagne. Et ce n'est pas fini, puisque Washington ordonne également à Bruxelles de sanctionner la Chine dans tous les domaines.

Comme le dit le professeur Michael Hudson, nous sommes en plein milieu de «l'éclatement du monde et du tournant vers la Chine, la Russie, l'Iran, les BRICS», unis dans «une tentative d'inverser, de défaire et de faire reculer toute l'expansion coloniale qui s'est produite au cours des cinq derniers siècles».

Ou, comme l'a défini le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov au Conseil de sécurité de l'ONU, ce processus des BRICS laissant derrière eux les brutes occidentales, l'ordre mondial en mutation ressemble à «une bagarre de cour de récréation - que l'Occident est en train de perdre».

Bye Bye, Soft Power

3. L'empereur solitaire : L'impasse, c'est-à-dire le fait de perdre une guerre, est directement liée à sa compensation : l'Empire qui comprime et rétrécit une Europe vassalisée. Mais alors même que vous exercez un contrôle presque total sur tous ces vassaux relativement riches, vous perdez définitivement le Sud mondial : si ce n'est pas tous leurs dirigeants, certainement l'écrasante majorité de l'opinion publique. La cerise sur le gâteau toxique est de soutenir un génocide suivi par toute la planète en temps réel. Bye bye, soft power.

4. La dédollarisation : Dans tout le Sud mondial, on a fait le calcul : si l'Empire et ses vassaux de l'UE peuvent voler plus de 300 milliards de dollars de réserves de change russes - à une puissance nucléaire/militaire de premier plan - ils peuvent le faire à n'importe qui, et ils le feront.

La principale raison pour laquelle l'Arabie saoudite, aujourd'hui membre des BRICS 10, se montre si docile face au génocide de Gaza, c'est que ses importantes réserves en dollars américains sont l'otage de l'Hégémon.

Pourtant, la caravane qui s'éloigne du dollar américain ne fera que s'agrandir en 2024 : cela dépendra des délibérations cruciales qui se tiendront au sein de l'Union économique eurasiatique (UEEA) et des BRICS 10.

5. Jardin et jungle : Ce que Poutine et Xi ont essentiellement dit au Sud mondial - notamment au monde arabe riche en énergie - est assez simple. Si vous voulez améliorer le commerce et la croissance économique, à qui allez-vous vous rattacher ?

Nous en revenons donc au syndrome du «jardin et de la jungle», inventé pour la première fois par l'orientaliste britannique Rudyard Kipling. Le concept britannique de «fardeau de l'homme blanc» et le concept américain de «Destinée Manifeste» découlent tous deux de la métaphore du «jardin et de la jungle».

L'OTAN, et presque toute l'OTAN, est censée être le jardin. Le Sud mondial est la jungle. Michael Hudson le répète : dans l'état actuel des choses, la jungle pousse, mais le jardin ne pousse pas «parce que sa philosophie n'est pas l'industrialisation. Sa philosophie consiste à créer des rentes de monopole, c'est-à-dire des rentes que vous gagnez en dormant sans produire de valeur. Vous avez juste le privilège d'avoir le droit de percevoir de l'argent sur une technologie monopolistique que vous possédez».

La différence aujourd'hui, par rapport à toutes ces décennies de repas gratuit impérial, est «un immense déplacement du progrès technologique», loin de l'Amérique du Nord et des États-Unis, vers la Chine, la Russie et des nœuds sélectionnés à travers l'Asie.

Des guerres éternelles. Et pas de plan B

Si nous combinons toutes ces variantes - impasse, BRICS, empereur solitaire, dédollarisation, jardin et jungle - à la recherche du scénario le plus probable, il est facile de voir que la seule «issue» pour un empire acculé est, quoi d'autre, le modus operandi par défaut : des guerres sans fin.

Et cela nous amène à l'actuel porte-avions américain au Moyen-Orient, totalement hors de contrôle mais toujours soutenu par l'Hégémon, visant une guerre sur plusieurs fronts contre l'ensemble de l'Axe de la Résistance : Palestine, Hezbollah, Syrie, milices irakiennes, Ansarullah au Yémen et Iran.

En un sens, nous sommes revenus à l'immédiat après-11 septembre, quand ce que les néoconservateurs voulaient vraiment n'était pas l'Afghanistan, mais l'invasion de l'Irak : non seulement pour contrôler le pétrole (ce qu'ils n'ont finalement pas fait) mais, selon l'analyse de Michael Hudson, «pour créer essentiellement la légion étrangère des États-Unis sous la forme d'ISIS et d'Al-Qaïda en Irak». Désormais, «les États-Unis ont deux armées qu'ils utilisent pour combattre au Proche-Orient, la légion étrangère ISIS/al-Qaïda (légion étrangère arabophone) et les Israéliens».

L'intuition de Hudson selon laquelle ISIS et Israël sont des armées parallèles est inestimable : ils combattent tous deux l'Axe de la Résistance, et ne se battent jamais (c'est moi qui souligne) l'un contre l'autre. Le plan straussien néocon, aussi clinquant qu'il soit, est essentiellement une variante du «combat jusqu'au dernier Ukrainien» : «combattre jusqu'au dernier Israélien» sur le chemin du Saint Graal, qui est de bombarder, bombarder, bombarder l'Iran (copyright John McCain) et de provoquer un changement de régime.

Autant le «plan» n'a pas fonctionné en Irak ou en Ukraine, autant il ne fonctionnera pas contre l'Axe de la Résistance.

Ce que Poutine, Xi et Raïssi ont expliqué au Sud mondial, explicitement ou de manière assez subtile, c'est que nous sommes en plein cœur d'une guerre de civilisation.

Michael Hudson a beaucoup fait pour ramener cette lutte épique à des termes pratiques. Nous dirigeons-nous vers ce que j'ai décrit comme le  techno-féodalisme - qui est le format IA du turbo-néolibéralisme à la recherche de rentes ? Ou allons-nous vers quelque chose de similaire aux origines du capitalisme industriel ?

Michael Hudson décrit un horizon favorable comme «l'augmentation des niveaux de vie au lieu d'imposer l'austérité financière du FMI au bloc dollar» : concevoir un système que la grande finance, les grandes banques, l'industrie pharmaceutique et ce que Ray McGovern a appelé de façon mémorable le MICIMATT (complexe militaire-industriel-congressionnel-renseignement-médias-académie-groupes de réflexion) ne peuvent pas contrôler. Alea jacta est.

 Pepe Escobar

source :  Sputnik Globe

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter