30/01/2024 francais.rt.com  4 min #241863

Croissance en berne, inflation, déficit : Bruno Le Maire dans une position délicate


©  lefigaro.fr Source: AFP

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale au mois de janvier 2024.

«C'est un ralentissement assez fort sur la fin de l'année dernière» : interrogé sur les ondes de France Inter quant aux derniers chiffres de l'économie française, le directeur général de l'Insee Jean-Luc Tavernier n'a pas mâché ses mots. Outre la faible croissance pour l'ensemble de l'exercice 2023, la France a connu une fin d'année compliquée avec  une croissance nulle sur les trois derniers mois de l'année, dans un contexte économique de ralentissement des exportations et de la demande intérieure.

Jean-Luc Tavernier, directeur général de l’Insee, a décrypté dans la matinale de France inter le travail de l’Insee.
Découvrez toutes les données et études de l'Insee ici 👉 https://t.co/d7Dg4cRYog

Les chiffres peuvent inquiéter, après les  2,5% de croissance de 2022 et les  6,8% de 2021, qui avaient compensé la récession record de 8% en 2020. Avec un ralentissement net en 2023 et une croissance à 0,9%, la France va devoir compenser en 2024 avec le ralentissement subi lors de l'exercice précédent.

Le ministère de l'Économie prévoyait en septembre 2023 une progression du PIB de  1,4% pour 2024, à la baisse par rapport à ses estimations précédentes (1,6%), prévision qui pourrait faire l'objet de nouveaux ajustements.

Du côté de l'inflation, elle s'est portée à  4,9% en 2023, contre 5,2% en 2022, après seulement 1,6% en 2021. Les chiffres de l'Insee de début janvier semblent faire état d'une tendance baissière en la matière, comme en atteste le  mois de décembre avec des prix légèrement repartis à la hausse à 3,7% sur un an après 3,5% en novembre. Une hausse moins forte qui rime cependant toujours avec hausse des prix pour les consommateurs.

Ruffin dénonce l'augmentation des salaires des députés

Dans ce contexte de hausse de l'inflation, certains ont dénoncé les hausses de frais de mandats que se sont octroyés des parlementaires. Ainsi, l'économiste Maxime Combes a dénoncé le 29 janvier sur les réseaux sociaux : «Ils ont refusé d'indexer salaires et aides sociales sur l'inflation. Ce jeudi 1er février, nous allons tous payer notre électricité 10% plus chère. Entre les deux, les sénateurs se sont augmentés en catimini d'un demi-SMIC. "Pour compenser l'inflation".»

Le 25 janvier sur BFMTV, le député  François Ruffin dénonçait lui aussi une «Assemblée qui refuse l'indexation des salaires sur l'inflation» alors que «les députés se permettent une augmentation de leur budget à eux».

En 2023, ils ont refusé d’indexer salaires & aides sociales sur l’inflation.
Ce jeudi 1er fev. nous allons tous payer notre électricité 10% plus chère.
Entre les deux, les sénateurs se sont augmentés en catimini d’un demi-SMIC. « Pour compenser l’inflation ».
Ben voyons.

Enfin, concernant le déficit budgétaire de l'État, il devrait être de 173,3 milliards d'euros pour l'année 2023, comme l'a annoncé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire  en Conseil des ministres le 24 janvier. Ce dernier s'est cependant voulu rassurant : «Les efforts de maîtrise du déficit du budget de l'État seront poursuivis au cours de l'année 2024»,  a-t-il ainsi affirmé. Ce chiffre est toutefois largement supérieur à l'année 2022 et ses 124,9 milliards de déficit.

 francais.rt.com

 Commenter
2024-01-31 #13961

Bruno Lumière est un rutilant crétin, qui accumule mensonges, trahisons du peuple et kakouneries.