L'hégémon acceptera-t-il un jour un nouvel ordre mondial westphalien ?

par Pepe Escobar

Il n'y aura pas de voie pacifique vers l'ordre mondial westphalien. Attachez vos ceintures - le voyage sera mouvementé.

Le nouveau livre de l'universitaire Glenn Diesen, « La guerre d'Ukraine et l'ordre mondial eurasien», sorti à la mi-février, pose la question décisive du jeune XXIe siècle : l'Hégémon acceptera-t-il une nouvelle réalité géopolitique, ou se transformera-t-il en capitaine Achab dans «Moby Dick» et nous entraînera-t-il tous au fond d'un abîme - nucléaire ?

Le fait que l'analyse soit menée par un Scandinave ajoute à la beauté poétique de l'ouvrage. Diesen est professeur à l'université du sud-est de la Norvège (USN) et rédacteur en chef adjoint de la revue Russia in Global Affairs. Il a fait un passage à la Higher School of Economics de Moscou, où il a travaillé en étroite collaboration avec l'inimitable Sergey Karaganov.

Il va sans dire que les médias européens ne veulent pas le toucher ; des cris de rage - «Poutiniste !» - s'élèvent, notamment en Norvège, où il a été une cible privilégiée de la culture de l'annulation.

De toute façon, cela n'a aucune importance. Ce qui compte, c'est que Diesen, un homme affable, d'une politesse sans faille et un érudit très pointu, s'aligne sur la crème de la crème qui pose les questions qui comptent vraiment, notamment celle de savoir si nous nous dirigeons vers un ordre mondial eurasien-westphalien.

Outre une déconstruction méticuleuse de la guerre par procuration en Ukraine, qui démonte de manière dévastatrice, avec des faits avérés, le récit officiel de l'OTAN, Diesen propose une mini-histoire concise et facilement accessible de la manière dont nous en sommes arrivés là.

Il commence par évoquer les routes de la soie : «La route de la soie était un modèle précoce de mondialisation, bien qu'elle n'ait pas abouti à un ordre mondial commun car les civilisations du monde étaient principalement reliées à des intermédiaires nomades».

La disparition de la route de la soie, en fait des routes, a été causée par la montée en puissance des puissances européennes thalassocratiques qui ont reconnecté le monde d'une manière différente. Cependant, l'hégémonie de l'Occident collectif n'a pu être pleinement réalisée qu'en appliquant le principe «diviser pour régner» dans toute l'Eurasie.

Selon Diesen, nous n'avons pas eu «cinq siècles de domination occidentale», mais plutôt trois, voire deux (voir, par exemple, les travaux d'Andre Gunder Frank). Dans une vision historique à long terme, cela n'a guère d'importance.

Ce qui est en fait le tableau d'ensemble aujourd'hui, c'est que «l'ordre mondial unique» produit par le contrôle «du vaste continent eurasien à partir de la périphérie maritime touche à sa fin».

Mackinder est renversé par un train

Diesen met le doigt sur le partenariat stratégique Russie-Chine, au sujet duquel l'écrasante majorité des intellectuels européens ne sait rien (à l'exception notable de l'historien, démographe et anthropologue français Emmanuel Todd, dont j'ai analysé le dernier livre  ici).

Diesen montre comment «la Russie peut être considérée comme le successeur des nomades mongols en tant que dernier gardien du corridor terrestre eurasien», tandis que la Chine fait revivre les anciennes routes de la soie «grâce à la connectivité économique». En conséquence, «une puissante force d'attraction eurasienne réorganise le supercontinent et le monde dans son ensemble».

Pour situer le contexte, Diesen doit faire un détour obligatoire par les fondements du Grand Jeu entre les empires russe et britannique. Ce qui ressort, c'est la façon dont Moscou pivotait déjà vers l'Asie jusqu'à la fin du XIXe siècle, lorsque le ministre des Finances russe Sergei Witte a commencé à élaborer une feuille de route révolutionnaire pour une économie politique de l'Eurasie, «en empruntant à Alexander Hamilton et Friedrich List».

Witte «voulait mettre fin au rôle de la Russie en tant qu'exportateur de ressources naturelles vers l'Europe, car cela ressemblait aux «relations des pays coloniaux avec leurs métropoles»».

Et cela implique de revenir à Dostoïevski, qui affirmait que «les Russes sont autant asiatiques qu'européens. L'erreur de notre politique depuis deux siècles a été de faire croire aux peuples d'Europe que nous étions de vrais Européens (...) Il vaudrait mieux que nous cherchions des alliances avec les Asiatiques». Dostoïevski rencontre Poutine-Xi.

Diesen doit également passer par les références obligatoires à l'obsession du «heartland» de Mackinder, qui est à la base de toute la géopolitique anglo-américaine des cent vingt dernières années.

Mackinder était effrayé par le développement des chemins de fer - en particulier le Transsibérien par les Russes - car il permettait à Moscou «d'imiter les compétences nomades des Scythes, des Huns et des Mongols» qui étaient essentielles pour contrôler la majeure partie de l'Eurasie.

Mackinder s'est particulièrement intéressé aux chemins de fer qui «servent principalement à alimenter le commerce océanique». Il ne suffit donc pas d'être une puissance thalassocratique : «Le heartland est la région à laquelle, dans les conditions modernes, la puissance maritime peut se voir refuser l'accès».

Et c'est ce qui conduit à la pierre de Rosette de la géopolitique anglo-américaine : «empêcher l'émergence d'un hégémon ou d'un groupe d'États capables de dominer l'Europe et l'Eurasie et qui pourraient menacer la puissance maritime dominante».

Cela explique tout, depuis la Première et la Seconde Guerre mondiale jusqu'à l'obsession permanente de l'OTAN d'empêcher un rapprochement solide entre l'Allemagne et la Russie, par tous les moyens nécessaires.

Le petit timonier multipolaire

Diesen offre une perspective succincte des eurasistes russes des années 1920, tels que Trubetskoi et Savitsky, qui promouvaient une voie alternative à l'URSS.

Selon eux, la thalassocratie anglo-américaine appliquant le principe «diviser pour régner» en Russie, il fallait une économie politique eurasienne fondée sur la coopération mutuelle : une préfiguration frappante de la volonté de multipolarité de la Russie et de la Chine.

Savitsky aurait pu écrire aujourd'hui : «L'Eurasie a déjà joué un rôle unificateur dans l'ancien monde. La Russie contemporaine, absorbant cette tradition», doit abandonner la guerre comme méthode d'unification.

C'est ainsi que l'on est arrivé à l'après-Maidan en 2014. Moscou a finalement compris qu'essayer de construire une Grande Europe «de Lisbonne à Vladivostok» était un non-sens. C'est ainsi qu'est né le nouveau concept de Grand partenariat eurasiatique. Sergey Karaganov, avec qui Diesen a travaillé à la Higher School of Economics, est le père de ce concept.

Le partenariat de la Grande Eurasie repositionne la Russie «de la périphérie de l'Europe et de l'Asie au centre d'une grande super-région». En bref, il s'agit d'un pivot vers l'Est et de la consolidation du partenariat Russie-Chine.

Diesen a déterré un passage extraordinaire dans les Œuvres choisies de Deng Xiaoping, qui prouve que le Petit Timonier de 1990 était un visionnaire qui préfigurait la Chine multipolaire :

«Dans l'avenir, lorsque le monde deviendra tripolaire, quadripolaire ou quintupolaire, l'Union soviétique, aussi affaiblie soit-elle et même si certaines de ses républiques se retirent d'elle, constituera toujours un pôle. Dans le monde dit multipolaire, la Chine sera elle aussi un pôle (...) Notre politique étrangère reste la même : premièrement, s'opposer à l'hégémonisme et à la politique de puissance et sauvegarder la paix dans le monde ; deuxièmement, œuvrer à l'établissement d'un nouvel ordre politique international et d'un nouvel ordre économique international».

Diesen décompose cela, notant comment la Chine a, dans une certaine mesure, «reproduit le système américain à trois piliers du début du XIXe siècle, dans lequel les États-Unis ont développé une base manufacturière, une infrastructure de transport physique et une banque nationale pour contrer l'hégémonie économique britannique».

Entrez dans l'Initiative ceinture et route (BRI) de la Chine ; l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) ; l'AIIB ; la volonté de dédollarisation ; le Système de paiement international de la Chine (CIPS) ; l'utilisation accrue du yuan dans le commerce international ; l'utilisation de monnaies nationales ; Made in China 2025 ; la route de la soie numérique ; et enfin, les BRICS 10 et la NDB, la banque de développement des BRICS.

La Russie a fait jeu égal avec certains d'entre eux - comme dans la Banque de développement de l'Eurasie (EDB) de l'Union économique eurasiatique (UEEA) et en faisant progresser l'harmonisation des arrangements financiers des projets de la BRI et de l'UEEA par l'intermédiaire de l'OCS.

Diesen est l'un des rares analystes occidentaux qui comprend réellement la volonté de multipolarité : «Les BRICS+ sont anti-hégémoniques et non anti-occidentaux, car l'objectif est de créer un système multipolaire et non d'affirmer une domination collective sur l'Occident».

Diesen affirme également que l'ordre mondial eurasien émergent est «apparemment basé sur des principes conservateurs». C'est exact, car le système chinois est imprégné de confucianisme (intégration sociale, stabilité, relations harmonieuses, respect de la tradition et de la hiérarchie), qui fait partie du sentiment aigu d'appartenir à une civilisation distincte et sophistiquée : c'est le fondement de la construction de la nation chinoise.

La Russie et la Chine ne peuvent s'effondrer

L'analyse détaillée de Diesen sur la guerre par procuration en Ukraine, «conséquence prévisible d'un ordre mondial insoutenable», est extrapolée au champ de bataille où se décide l'avenir, le nouvel ordre mondial ; c'est «soit l'hégémonie mondiale, soit la multipolarité westphalienne».

Toute personne dotée d'un cerveau sait aujourd'hui comment la Russie a absorbé et retransformé tout ce que l'Occident collectif a lancé après le début de l'opération militaire spéciale (OMS). Le problème est que la ploutocratie raréfiée qui dirige réellement le spectacle refusera toujours de reconnaître la réalité, comme le dit Diesen : «Indépendamment de l'issue de la guerre, celle-ci est déjà devenue le cimetière de l'hégémonie libérale».

L'écrasante majorité du Sud mondial voit clairement que même si ce que Ray McGovern a défini de manière indélébile comme le MICIMATT (complexe militaro-industriel-congressionnel-intelligence-médias-académie-think tank) a jeté le partenariat Russie-Chine comme les principales «menaces» - en réalité celles qui ont créé la «force gravitationnelle pour réorganiser l'ordre mondial vers la multipolarité» - ils ne peuvent pas faire tomber la Russie-Chine sur le plan géoéconomique.

Il ne fait donc aucun doute que «les conflits du futur ordre mondial continueront à être militarisés». C'est là que nous sommes à la croisée des chemins. Il n'y aura pas de voie pacifique vers l'ordre mondial westphalien. Attachez vos ceintures - le voyage sera mouvementé.

source :  Strategic Culture Foundation

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter