02/02/2024 3 articles euro-synergies.hautetfort.com  8 min #242072

Le projet « Greater India » prend de l'ampleur

Le projet "Greater India" prend de l'ampleur

Leonid Savin

Source:  geopolitika.ru

Le 22 janvier, le Premier ministre indien Narendra Modi a assisté à la cérémonie d'inauguration d'un temple hindou dédié à Rama, l'un des dieux du panthéon hindou.

Le complexe du temple a été construit dans l'État d'Ayodhya sur le site de l'ancienne mosquée de Babri de l'ère moghole, qui a été détruite par les hindous en décembre 1992. Ironiquement, les enquêtes sur cet acte de vandalisme ont révélé que la destruction de la mosquée avait été planifiée par des organisations radicales hindoues, dont le Bharatiya Janata Party, aujourd'hui au pouvoir.

La cérémonie avait plusieurs significations. Tout d'abord, dans le contexte de la religion, elle symbolisait la victoire de l'hindouisme sur l'islam. Deuxièmement, elle a montré la puissance de l'Inde elle-même dans le contexte des traditions culturelles et historiques. Troisièmement, il s'agissait d'une sorte d'acte de campagne électorale de Narendra Modi et de son parti, le Bharatiya Janata Party, qui professe le nationalisme hindou.

Modi lui-même avait promis d'ériger ce temple lorsqu'il a remporté le poste de Premier ministre en 2014. Il a tenu parole et a gagné un autre dividende politique et le respect de ses partisans. Un peu plus tôt, lors d'un rassemblement le 15 septembre 2023, Modi avait promis à ses compatriotes mille ans de grandeur.

Le Pakistan a réagi négativement à l'événement, le représentant du pays à l'ONU, Munir Akram, a publié une lettre envoyée à l'organisation. Cette lettre indique que le Pakistan condamne fermement ces actions car "une telle tendance représente une menace significative pour le bien-être social, économique et politique des musulmans indiens, ainsi que pour l'harmonie et la paix dans la région".

En effet, des actions spontanées ont été menées par des nationalistes hindous dans certaines villes, qui ont accroché des drapeaux orange (la couleur des nationalistes indiens) à une mosquée d'Agra. Des émeutes ont également eu lieu dans les États du Maharashtra, du Gujarat, du Madhya Pradesh et du Kerala.

Si la rhétorique du Premier ministre peut sembler populiste, elle a souvent été l'occasion de provocations en Inde même. Modi lui-même a été associé à la montée du nationalisme hindou, qui s'est à plusieurs reprises traduit par des pogroms visant les membres d'autres religions.

En 2002, le plus grand pogrom antimusulman de l'histoire de l'Inde indépendante a eu lieu. Selon les chiffres officiels, plus d'un millier de personnes ont été tuées (dont 254 hindous), mais certains médias avancent le chiffre de deux mille musulmans tués. Beaucoup pensent que Modi n'a pas fait assez pour protéger la population musulmane.

Il convient de noter que des affrontements similaires, bien que de moindre ampleur, se produisent régulièrement dans différentes villes de l'Inde et que, lors des dernières émeutes, la police a arrêté plusieurs dizaines de radicaux à Agra.

La polarisation ne se fait pas seulement en fonction de la religion, mais aussi des idéologies politiques et des traditions locales. Cela soulève la question de savoir si l'image politique de l'Inde correspond à la réalité qui prévaut dans le pays.

Perspectives de victoire

L'idéologie du Bharatiya Janata Party et d'autres partis nationalistes défend le projet d'une Grande Inde. Ce projet s'accompagne d'amendements à la constitution du pays (dont l'un abolit l'autonomie du Jammu-et-Cachemire), d'un changement officiel du nom de l'État - Bharat au lieu d'India - et d'un intérêt pour l'expansion et l'absorption des terres voisines.

Dans sa version la plus radicale, la Grande Inde inclurait le Pakistan, le Bangladesh, le Népal et le Bhoutan. Dans une telle philosophie politique, le système même de l'État est considéré comme un mandala. Dans le bouddhisme, le mandala est un symbole d'harmonie et de plénitude, et les dessins eux-mêmes doivent être symétriques pour indiquer la perfection. Dans la politique de l'Asie du Sud-Est, le mandala a une signification légèrement différente.

Ce concept remonte à l'héritage de Kautilya (Chanakya), souvent considéré comme le Machiavel oriental. Kautilya vivait à l'époque de l'invasion d'Alexandre le Grand et, impressionné par ce qu'il voyait, écrivit des recommandations au souverain Chandragupta, connues sous le nom d'Arthashastra, ou science de la politique.

Selon la logique de Kautilya, le mandala représente alors des cercles concentriques représentés par les voisins et leurs voisins. Or, pour un pays, tous les voisins sont par nature des ennemis et les voisins des voisins sont vos amis. Les idées de Kautilya sont toujours vénérées et interprétées en Inde au plus haut niveau et dans divers domaines, de l'histoire de l'hindouisme à la stratégie militaire.

En ce qui concerne la réalité, la situation est plus compliquée et plus complexe. Le fait est qu'avant la conquête du sous-continent indien, il n'y avait jamais eu de pays aussi grand et unifié. La plus grande entité avant l'arrivée des Britanniques était le sultanat de Delhi, dirigé par des dynasties turques. Leur succès est dû au fait qu'ils ne se sont pas assimilés à la population locale comme l'avaient fait leurs prédécesseurs d'Asie centrale et de l'Oural, mais qu'ils ont conservé leur identité, bien que la culture moghole ait acquis des caractéristiques spécifiques.

Les Britanniques, quant à eux, ont utilisé les contradictions entre les différents souverains pour conquérir l'ensemble du sous-continent, ce qu'ils ont réussi à faire. Ils y sont parvenus non seulement par la force militaire, mais aussi par la corruption et divers privilèges accordés à leurs vassaux. Mais comme l'ensemble de cet immense massif n'était pas uni, même sur la base de la religion, lorsque les Britanniques sont partis, deux sujets politiques - l'Inde et le Pakistan, divisés sur le principe de la religion - ont accédé à l'indépendance.

Les Sikhs ont le plus souffert et se sont retrouvés sur la ligne de démarcation des deux nouveaux États, demeurant respectivement dans l'État du Pendjab et la province du Pendjab. Les chrétiens se sont retrouvés dispersés dans différents endroits en fonction des circonstances historiques (il convient de rappeler que l'apôtre Thomas a prêché dans le sous-continent, de sorte que le christianisme peut également être considéré comme traditionnel dans cette région).

En 1948, la principauté de Junagadh, dont le dirigeant voulait rejoindre le Pakistan, a été conquise, et en 1961, la colonie portugaise de Goa a été annexée.

Cependant, la question de la propriété du Cachemire au niveau international n'a pas encore été résolue (le territoire est divisé en deux parties, administrées respectivement par Islamabad et New Delhi). Au Ladakh, la Chine contrôle une partie du territoire. Le Pakistan et la Chine sont deux puissances nucléaires qui coopèrent assez bien, notamment pour contenir les ambitions géopolitiques de l'Inde.

Outre les minorités religieuses mentionnées ci-dessus, parmi lesquelles on compte plus de 200 millions de musulmans, il y a également ce que l'on appelle la "ceinture rouge" des Naxalites, des insurgés à l'idéologie gauchiste, qui sont actifs dans un certain nombre d'États depuis des dizaines d'années.

Par conséquent, malgré la rhétorique des autorités et les aspirations stratégiques, il sera difficile de réaliser le projet de la Grande Inde dans la pratique. Il sera également difficile d'influencer l'Inde de l'extérieur si des conflits internes éclatent dans le pays.

L'exemple des actions d'Israël en Palestine a montré qu'en dépit d'une apparente solidarité musulmane, hormis les Houthis du Yémen, le Hezbollah libanais et les mandataires de l'Iran en Syrie et en Irak, personne n'a pris de mesures décisives à l'encontre d'Israël. Israël peut choisir de ne pas respecter les décisions de la Cour internationale des Nations unies. Et personne ne peut l'y contraindre puisque la Cour ne l'autorise pas à envoyer des troupes de maintien de la paix de l'ONU. Que dire de l'Inde avec son immense armée et son appareil de sécurité, qui sait très bien mener des opérations de toutes sortes ?

Mais en ce moment, en Inde, les autorités essaient de ne pas parler des problèmes, mais de mettre l'accent sur la prospérité et la voie de l'avenir. Cette année, les élections nationales auront lieu en avril-mai. Une période aussi longue s'explique par les spécificités du système électoral et du décompte des voix.

En décembre dernier, le parti de Modi a remporté les élections dans trois États indiens, montrant que le succès était toujours de son côté. Les sondages ont montré que, sur dix Indiens, sept approuvent les performances du Premier ministre, car l'Inde a connu une croissance économique significative au cours de la décennie de règne du Bharatiya Janati - les derniers chiffres font état de 7%. Il est donc tout à fait possible que Narendra Modi remporte à nouveau les élections législatives et brigue un troisième mandat, même si l'opposition s'est réunie au sein de l'alliance INDIA et espère également une victoire.

Toutefois, quelle que soit l'issue des élections, l'Inde restera un partenaire stratégique de la Russie, car une tel partenariat est au moins bénéfique pour les deux pays. C'est ce qu'a souligné l'ambassadeur indien en Russie le 26 janvier à Moscou lors de son discours à la cérémonie en l'honneur du 65ème anniversaire de la république.

Le développement du corridor Nord-Sud, la route maritime de Chennai à Vladivostok et même la participation à la route maritime du Nord - ces projets ont été mentionnés par l'ambassadeur comme des priorités stratégiques pour l'avenir proche. Sans oublier les produits pétroliers en provenance de Russie, qui contribuent également à la croissance économique de l'Inde, ainsi que d'autres domaines dans lesquels les deux pays coopèrent traditionnellement depuis de nombreuses décennies.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
08/02/2024 eestieest.com  5 min 🇬🇧 #242430

Le projet « Greater India » prend de l'ampleur

Five Reasons For India To Recognize Somaliland

By Andrew Korybko

India's flexing of naval power in the western part of its eponymous ocean, which was prompted by the Houthis' Red Sea Crisis and Somalian pirates' exploitation of the aforesaid, brought the Gulf of Aden/Berbera to the forefront of policymakers' minds. This coincided with the Memorandum of Understanding (MoU) between Ethiopia and Somaliland that drew major attention to the latter's cause, the recognition of which could advance India's regional and global interest in the following five ways: