05/02/2024 lesakerfrancophone.fr  8 min #242241

Ukraine : Le président contre le Général.

Ukraine. Le combat des chefs continue

🇬🇧


Par  Moon of Alabama − Le 1er février 2024

La bagarre à Kiev concernant le  remplacement du commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Valeri Zaluzny, se poursuit.

CNN rapporte qu'il sera limogé dans les prochaines 48 heures.

 Zelensky devrait annoncer le limogeage du commandant en chef de l'Ukraine dans les prochains jours, alors que les dissensions sur la guerre s'aggravent, selon une source - CNN, 31 janvier 2024

Cette décision ne sera pas bien accueillie par l'électorat et, plus encore, par les soldats des forces ukrainiennes :

Un sondage publié par l'Institut de sociologie de Kiev en décembre a révélé que 88% des Ukrainiens soutenaient le général en chef. Le taux d'approbation de Zelensky, bien qu'également élevé, était considérablement plus bas, à 62%.

Ou, comme  l'indique le Washington Post :

Il est loin d'être évident qu'un nouveau commandant sera en mesure d'améliorer la situation difficile de l'Ukraine sur le champ de bataille sans augmenter de manière significative les forces et les armes - précisément ce que Zaluzhny exigeait de Zelensky, ajoutant de la tension à ce qui était déjà une relation fragile.

La popularité de Zaluzhny - tant au sein de l'armée que parmi les citoyens ordinaires - fait de son éviction un pari politique pour Zelensky. Elle présente également des risques stratégiques à un moment où la Russie intensifie ses attaques et où l'aide occidentale à la sécurité de Kiev ralentie. Le général a établi de solides relations avec ses homologues occidentaux et a souvent été en mesure de plaider directement en faveur de certains matériels et de demander des conseils sur la stratégie à adopter sur le champ de bataille.

...

Budanov et Syrsky sont tous deux considérés comme les favoris de Zelensky et d'Andriy Yermak, le chef du bureau présidentiel et le plus proche conseiller de Zelensky. Plus près du front, cependant, il semble qu'il y ait peu d'appétit pour le changement.

"Zaluzhny est une personne que 80% des militaires considèrent comme une bonne autorité", a déclaré Oleksandr, un commandant de bataillon qui se bat dans l'est de l'Ukraine.

"Pour quelle raison est-il démis de ses fonctions ? Ce n'est pas clair. Et qui le remplacera ? Syrsky ? J'espère que non. Personne dans l'armée n'aime Syrsky", a ajouté Oleksandr.

Le journal allemand Bild  cite l'une des raisons plausibles du conflit actuel :

Le journal Bild écrit que Zaluzhny voulait retirer les troupes d'Avdiivka il y a quelques semaines, mais que Zelensky a refusé et que le 30 décembre, il s'est rendu personnellement dans la ville, sur la ligne de front, pour soutenir les combattants des forces armées ukrainiennes.

Ainsi, tous les cercueils qui sont arrivés en Ukraine depuis le 30 décembre en provenance des environs d'Avdeevka sont uniquement dus à la conscience de Zelensky et à sa passion pour le narcissisme.

Avdiivka est presque encerclée et toute tentative de s'y accrocher coûtera de nombreuses et précieuses vies de soldats sans aucun avantage perceptible. Mais, tout comme pour Bakhmut, Zelenski veut s'accrocher à la ville pour pouvoir mettre en avant certains "succès" auprès de ses sponsors occidentaux.

J'avais l'impression qu'après le tumulte de lundi à Kiev, la décision de renvoyer Zaluzny était encore en suspens.

Le changement n'est intervenu qu'après l'atterrissage à Kiev de la néo conservatrice destructrice de l'Ukraine, Victoria Nuland.

Elle a fait des  prédictions embarrassantes :

Lorsqu'un journaliste lui a demandé si elle avait pris connaissance des plans de Kiev sur le champ de bataille, elle a répondu qu'à son avis, l'Ukraine allait remporter un grand succès.

"Je dois dire que je quitte Kiev ce soir plus encouragée par l'unité et la détermination, par 2024 et son importance stratégique absolue pour l'Ukraine. Je pars également plus confiante dans le fait que, même si l'Ukraine renforce ses défenses, Poutine va avoir de grosses surprises sur le champ de bataille et que l'Ukraine va remporter de très grands succès", a souligné la sous-secrétaire d'État américaine.

Cette allusion ne prévoit pas de succès sur le terrain, mais des opérations asymétriques en Russie ou en mer Noire.  Plus d'informations sur ce qui s'est passé la nuit dernière :

L'Ukraine coule un navire russe.

Au cours d'une attaque nocturne par des drones dans la région de Donuzlav, la flotte de la mer Noire a perdu l'Ivanovets MRK, construit en 1989, d'un déplacement de 493 tonnes, armé de missiles Moskit.

Le naufrage de ce navire ne changera rien à l'issue de la bataille. Les attaques contre les infrastructures pétrolières et gazières de la Russie ne changeront rien non plus.

La remarque de Mme Nuland laisse également entendre que le remplacement du général Zaluzny ne se fera pas sous la forme du général d'armée Alexander Syrski, qui est détesté par les troupes pour avoir tenu sans succès des positions à Bakhmut et ailleurs à des coûts trop élevés en hommes et en matériel.

L'allusion de Nuland aux opérations asymétriques laisse présager la nomination du chef de la direction du renseignement militaire, le major-général Kyrylo Budanov, comme remplaçant prochain de Zaluzny.

Budanov a été à l'origine d'attaques terroristes audacieuses, mais le plus souvent infructueuses, contre le territoire et les intérêts russes.

En juin 2023, The Economist  expliquait pourquoi Zelenski pourrait chercher à nommer Bundanov :

Les assistants se serrent les uns contre les autres lorsque le général prend la parole. Sous sa direction, la principale direction des services de renseignement ukrainiens, la HUR, est devenue une autorité autonome et audacieuse qui ne fait pas dans la dentelle. Elle ressemble à un gang. "Avant, nous avions des responsables, maintenant nous avons un chef", déclare un officier chevronné. Oleg, un agent qui connaît le général Budanov depuis des décennies, parle en termes élogieux de sa capacité à contaminer les autres avec sa ferveur, le comparant à un serpent "qui vous hypnotise avant de passer à l'acte. Il fait preuve de retenue, de mesure, sans jamais paniquer. Vous faites tout ce qu'il vous demande".

...

En tant que confident du président - les membres du gouvernement les appellent des âmes sœurs - le général Budanov est censé jouer un rôle de plus en plus important dans les négociations de paix en coulisses. Des sources affirment qu'il est un intermédiaire dans les discussions secrètes avec les Chinois et qu'il a également été en contact avec Yevgeny Prigozhin, le chef de l'organisation mercenaire russe Wagner.

Au cours de ces conversations, il est clair que le général Budanov a beaucoup réfléchi à l'Ukraine de l'après-guerre. L'hiver dernier, il a été question qu'il devienne ministre de la défense. Il insiste sur le fait que sa seule ambition est la victoire. Pourtant, des sondages secrets menés par le bureau de M. Zelensky montrent qu'ils envisagent d'utiliser le culte de leur héros maître-espion pour contrebalancer une rivalité perçue comme émanant de Valery Zaluzhny, le sympathique et indépendant commandant en chef de l'Ukraine. Les collègues du général Budanov se disent convaincus qu'il est destiné à jouer un rôle politique important une fois la paix revenue - s'il vit assez longtemps.

Pour les producteurs de télévision (Yermak) qui entourent l'ancien comédien Zelenski, tout est question d'audimat.

Budanov est peut-être doué pour vendre son image de terroriste prospère, mais il n'a aucune expérience de la direction d'un parti politique. Il n'a aucune expérience de la conduite d'une unité de quelque taille que ce soit au combat. On ne peut pas diriger une compagnie, un bataillon, une brigade ou une armée en se serrant les coudes avec des assistants. Il faut une réflexion stratégique à long terme, tout comme une attention particulière à la logistique quotidienne.

Diriger une armée, c'est comme diriger un immense orchestre dans un  epos de Wagner qui dure quatre ans. Avoir joué le premier violon dans un quatuor de chambre n'est pas suffisant pour cela.

Je suis certain que l'armée américaine n'est pas ravie de cette décision. Bien qu'il y ait eu quelques désaccords avec Zaluzny sur les bonnes stratégies, ces désaccords ont eu lieu entre professionnels de l'armée, ce qui permet des divergences d'opinion. Zaluzny était considéré comme un soldat professionnel expérimenté. Budanov est considéré comme un barbouze qui n'a jamais commandé une véritable armée. Ce n'est pas le même niveau.

Lorsque Zaluzny partira, il est probable que les personnes expérimentées de son équipe le  suivront :

Selon une source, les cadres supérieurs de Zaluzhnyi devraient également être démis de leurs fonctions.

Avec la nouvelle direction inexpérimentée, la situation sur le terrain deviendra rapidement un désordre catastrophique pour les forces ukrainiennes. Il y aura des priorités erronées, une mauvaise répartition des ressources et des pertes massives en hommes et en matériel.

Par contre, les attaques terroristes contre des cibles russes, des équipements industriels et des centres de population, risquent de se multiplier.

L'objectif principal des États-Unis, annoncé pour la première fois dans une étude de la RAND en 2019, reste inchangé :

 Étirer et déséquilibrer la Russie - RAND, 2019.

L'étude recommandait alors l'armement de l'armée ukrainienne comme le meilleur moyen de déséquilibrer la Russie. Depuis, nous avons assisté à l'escalade de cette stratégie. Le passage du champ de bataille au méthodes terroristes est une réponse à l'échec du premier pour compter sur les effets psychologiques du second.

Le résultat prévisible reste cependant inchangé. L'Ukraine sera écrasée, la puissance de la Russie augmentera et la perception mondiale des États-Unis en tant que partenaire fiable diminuera.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter