Pour éviter une catastrophe, Israël doit intégrer les Gazaouis en Israël et leur accorder des droits égaux

🇬🇧
[Source:  thesun.ie]
[Source :  thesun.ie

Jusqu'à présent, peu d'attention a été accordée au sort ultime des quelque 2,3 millions de personnes vivant dans l'enclave de la bande de Gaza, en Palestine. En réponse aux attaques du Hamas du 7 octobre, Israël, avec le plein soutien des États-Unis, a lancé une campagne militaire visant à détruire toutes les infrastructures de Gaza, notamment les maisons, les bâtiments, les mosquées, les églises, les hôpitaux et les routes. Israël a décidé de couper toute nourriture, eau, fournitures médicales et électricité pour Gaza, à l'exception d'une allocation minimale d'aide internationale passant par le poste frontière entre l'Égypte et Gaza.

Jusqu'à présent, plus de 22 000 personnes ont été tuées à Gaza dans la guerre lancée par Israël sous prétexte d'éliminer le Hamas, et presque tous les habitants de Gaza ont été contraints de fuir leurs foyers pour échapper à l'implacable campagne militaire. Une action urgente est nécessaire pour éviter l'une ou l'autre de deux conséquences catastrophiques pour Gaza : une Shoah ou une Nakba. Shoah est le mot hébreu pour catastrophe et fait référence à l'Holocauste ou à l'anéantissement massif que les nazis ont systématiquement perpétré contre les Juifs européens. L'autre alternative pour Gaza est le nettoyage ethnique des Palestiniens hors de Gaza, ce qui constituerait une autre Nakba. La Nakba, qui signifie catastrophe en arabe, fait référence au nettoyage ethnique de plus de 700 000 Palestiniens perpétré par les milices israéliennes et sionistes lors de la formation de l'État d'Israël.

L'une ou l'autre catastrophe, qu'il s'agisse d'une Shoah ou d'une Nakba, constituerait une violation grotesque du droit international et figurerait parmi les plus grandes atrocités de l'histoire mondiale moderne. Le droit international exige qu'Israël, en tant que puissance occupante, laisse vivre la population de Gaza, intègre les Palestiniens en Israël et leur accorde des droits égaux.

Nakba palestinienne [Source :  Morningstaronline.co.uk
Image de la Shoah. [Source :  republica.it

Contexte du soutien d'Israël au Hamas

Israël a contribué à la création du Hamas, une émanation des Frères musulmans, afin de saper Yasser Arafat et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Le diplomate Charles Freeman a déclaré : « Israël a créé le Hamas. C'était un projet du Shin Bet, qui avait le sentiment qu'il pouvait l'utiliser pour enfermer l'OLP. (1)

Israël a soutenu Cheikh Ahmed Yassin (2) en lui permettant d'établir des mosquées, des écoles et des œuvres caritatives à Gaza. Les mosquées, les œuvres caritatives et les écoles ont été utilisées comme véhicules de recrutement et pour soutenir l'organisation politique des islamistes. (3) En 1978, le gouvernement israélien a officiellement autorisé l'Association islamique de Yassin. (4) En Cisjordanie et à Gaza, Israël a favorisé la création de conseils locaux favorables à Yassin et aux Frères musulmans et opposés à l'OLP. Israël a dispensé une formation paramilitaire à jusqu'à 200 membres de ces groupes islamistes et le Shin Bet a recruté des informateurs rémunérés. (5)

Cheikh Yassine [Source :  palestine-studies.org

Israël considère la violence entre le Hamas et l'OLP comme bénéfique. Par exemple, les islamistes et l'OLP se sont affrontés dans les universités de Cisjordanie. (6) Le gouverneur militaire israélien de Gaza au début des années 1980, Yitzhak Segev, a déclaré qu'il était responsable du financement du Hamas  : « Le gouvernement israélien m'a donné un budget et le gouvernement militaire le donne aux mosquées. » (7)

En 1983, il y a eu un incident au cours duquel les critiques de Yassin soupçonnaient qu'il travaillait pour le Shin Bet israélien. Israël a arrêté Yassin pour avoir ordonné aux membres du Centre islamique de récupérer des armes et a été condamné à 13 ans de prison. Il a été libéré au bout d'un an et a affirmé que le but de la collecte des armes était de combattre d'autres factions palestiniennes plutôt qu'Israël. (8)

Israël considérait le Hamas d'un bon œil parce que son idéologie islamiste était en opposition avec le nationalisme arabe de l'OLP et pouvait être utilisée pour saper la quête de l'OLP visant à établir un État palestinien. Les islamistes s'opposaient au nationalisme, y compris à la création d'un État palestinien laïc, et se concentraient principalement sur « la nécessité d'islamiser la Palestine et le monde arabe ». (9)

Martha Kessler, analyste principale de la CIA, a déclaré : « Nous avons vu Israël cultiver l'Islam comme contrepoids au nationalisme palestinien ». (10)

[Source :  c-span.org

Durant l'Intifada palestinienne de 1987, l'OLP a accusé le Hamas et Yassin de collusion avec Israël et les régimes arabes réactionnaires. Arafat a affirmé : « Le Hamas est une créature d'Israël qui, à l'époque du Premier ministre Shamir, lui a donné de l'argent et plus de 700 institutions, parmi lesquelles des écoles, des universités et des mosquées. » (11) Arafat a également déclaré que l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin avait qualifié le soutien d'Israël au Hamas d'« erreur fatale ». (12)

Yitzhak Rabin [Source :  thefamouspeople.com

Il est important de noter qu'Israël a continué à soutenir l'existence du Hamas à Gaza pour servir de contrepoids à l'Autorité palestinienne, malgré le fait que le Hamas a lancé de nombreux attentats-suicides contre des citoyens israéliens et que le Hamas et Israël se sont livrés des guerres l'un contre l'autre. d'autres en 2008, 2012, 2014 et 2021. Israël a également soutenu le Hamas bien que l'Autorité palestinienne ait reconnu Israël depuis 1993 et ​​cherche à créer un État palestinien basé sur les frontières d'avant juin 1967 aux côtés d'Israël, tandis que le Hamas a refusé de reconnaître Israël et est considéré comme un groupe terroriste par Israël, les États-Unis et l'Union européenne.

Attentat suicide du Hamas. [Source :  news.com.au

Les dirigeants israéliens actuels réitèrent leur soutien au Hamas pour saper l'État palestinien

Pourquoi Israël considère-t-il l'Autorité palestinienne, qui reconnaît Israël et cherche à créer un État palestinien basé sur les frontières d'avant 1967, comme un handicap, mais considère-t-il le Hamas, un groupe terroriste qui tue des Israéliens et ne reconnaît pas l'État d'Israël, comme un atout ? ?

Selon l'actuel ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich, (13) « L'Autorité palestinienne est un fardeau et le Hamas est un atout. C'est une organisation terroriste, personne ne la reconnaîtra, personne ne lui accordera de statut auprès de la [Cour pénale internationale], personne ne la laissera présenter une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU.» (14)

Faisant référence au président palestinien Mahmoud Abbas et aux succès diplomatiques de l'Autorité palestinienne, Smotrich a réitéré sa conviction que le Hamas était un atout pour contrer l'Autorité palestinienne : « Abou Mazen [Abbas] nous bat dans des domaines importants... et le Hamas à ce stade, dans à mon avis, ce sera un atout. (15)

Bezalel Smotrich [Source :  timesofisrael.com

Selon un câble diplomatique de 2007, Amos Yadlin, alors chef du renseignement de l'armée israélienne, a déclaré qu'« Israël serait « heureux » si le Hamas prenait le contrôle de Gaza parce que Tsahal pourrait alors traiter Gaza comme un État hostile. » (16) Heureusement pour le gouvernement et l'armée israéliens, le Hamas a pris le contrôle de Gaza à l'Autorité palestinienne lors d'une guerre civile et a expulsé l'Autorité palestinienne de Gaza.

En 2019, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé l'importance du soutien d'Israël au Hamas afin de contrecarrer la création d'un État palestinien basé sur les frontières de juin 1967. Netanyahu, lors d'une réunion du parti Likoud, a déclaré : « Quiconque veut contrecarrer la création d'un État palestinien doit soutenir le renforcement du Hamas et transférer de l'argent au Hamas. Cela fait partie de notre stratégie : isoler les Palestiniens de Gaza des Palestiniens de Cisjordanie. » (17)

Grâce au contrôle du Hamas sur Gaza, Israël a pu déclarer qu'il ne pouvait pas parvenir à un accord sur une solution à deux États parce que les Palestiniens sont divisés entre le Hamas et l'Autorité palestinienne et que le Hamas est un groupe terroriste qui veut détruire Israël. Cette impasse permet à Israël de maintenir le contrôle de la zone C de la Cisjordanie, qui comprend les meilleures terres de Cisjordanie et est utilisée par Israël pour construire des colonies illégales réservées aux Juifs.

Barrière de sécurité en Cisjordanie séparant les maisons des colons israéliens des résidents palestiniens. [Source :  jpost.com

Pendant des années, Israël a permis au Qatar, allié stratégique des États-Unis, de livrer de l'argent au Hamas à Gaza. Le Qatar accueille également les dirigeants du Hamas qui vivent au Qatar plutôt qu'à Gaza. Pourquoi les États-Unis ont-ils un partenariat stratégique avec le Qatar si le Qatar est le soutien du Hamas ?

Qatari official Mohammed al-Emadi (left) visits Hamas leader Ismail Haniyeh in Gaza City on March 12. Israel has accused Qatar of financing Hamas weaponry but still allows Qatar to spends millions in Gaza on aid and development projects.
Le responsable qatari Mohammed al-Emadi (à gauche) rend visite au chef du Hamas Ismail Haniyeh dans la ville de Gaza le 12 mars. [Source :  npr.org

Israël a-t-il ignoré les avertissements concernant une attaque imminente du Hamas ?

Un officier du renseignement égyptien a affirmé qu'Israël avait ignoré les avertissements de l'Égypte selon lesquels le Hamas préparait « quelque chose de grand » et que le ministre égyptien du renseignement, Abbas Kamel, avait directement averti le Premier ministre Netanyahu que le Hamas préparait « quelque chose d'inhabituel, une opération terrible ».

Abbas Kamel, dont les avertissements ont été ignorés. [Source :  timesofisrael.com

En outre, des responsables égyptiens anonymes ont été choqués par «  l'indifférence » de Netanyahu et par le fait que Netanyahu ait déclaré qu'il était « submergé » par la Cisjordanie. Le Times of Israel a fait remarquer que Netanyahu se concentrait sur la Cisjordanie parce que le gouvernement israélien est composé de colons de Cisjordanie exigeant une répression sécuritaire contre les Palestiniens. (18)

Le Times of Israel a également déclaré que l'attaque du Hamas avait été un succès surprenant malgré la surveillance constante de Gaza par Israël.

«  Mais Israël semblait avoir fermé les yeux avant l'attaque surprise du groupe terroriste du Hamas, qui a franchi les barrières frontalières israéliennes et envoyé des centaines de terroristes en Israël pour mener une attaque effrontée qui a tué plus de 700 personnes et blessé. plus de 2 000.

Les agences de renseignement israéliennes ont acquis une aura d'invincibilité au fil des décennies grâce à une série de réalisations. Israël a déjoué des complots semés en Cisjordanie, aurait traqué des membres du Hamas à Dubaï et a été accusé d'avoir tué des scientifiques nucléaires iraniens au cœur de l'Iran. Même lorsque leurs efforts ont échoué, des agences comme le Mossad, le Shin Bet et les renseignements militaires ont maintenu leur mystère. (19)

Le Times of Israel a également rapporté que l'attaque du Hamas du 7 octobre avait été précédée de mois de signes avant-coureurs relevés par les soldats de surveillance de Tsahal et rejetés comme étant sans importance par les responsables des renseignements. Les soldats de surveillance fournissent des renseignements en temps réel aux soldats sur le terrain. Ils collectent des informations grâce à des caméras, des capteurs et des cartes, et sont « censés être parfaitement conscients de chaque petit changement qui se produit dans les 15 à 30 kilomètres de territoire qu'ils sont chacun chargés de surveiller ».

Mur frontalier israélien que le Hamas a franchi d'une manière ou d'une autre le 7 octobre. [Source :  bbc.com

Les responsables du renseignement examinent les renseignements et déterminent les mesures à prendre. Cependant, selon deux soldats de surveillance stationnés sur une base du kibboutz Nahal Oz, les signes avant-coureurs n'ont pas été pris au sérieux :

«  Au moins trois mois avant l'attaque, des soldats de surveillance servant sur une base à Nahal Oz ont signalé des signes indiquant que quelque chose d'inhabituel se déroulait à la frontière déjà tumultueuse de Gaza, située à un kilomètre d'eux.

Les activités rapportées par les soldats comprenaient des informations sur des membres du Hamas menant des séances d'entraînement plusieurs fois par jour, creusant des trous et plaçant des explosifs le long de la frontière. Selon les témoignages des militaires, aucune mesure n'a été prise par ceux qui ont reçu les informations. » (20)

Selon un soldat de surveillance, les militants se sont entraînés « sans arrêt  » à la barrière frontalière et la formation comprenait comment conduire un char et comment entrer en Israël par un tunnel. "'Ce n'était qu'une question de temps' jusqu'à ce que quelque chose se produise."

Un autre soldat de surveillance a déclaré que le Hamas pratiquait des exercices militaires :

« Nous nous sommes assis par équipes et avons vu le convoi de camionnettes. Nous avons vu l'entraînement, les gens tirer et rouler, s'entraîner à prendre le contrôle d'un char. La formation s'est déroulée d'une à deux fois par semaine, de tous les jours à plusieurs fois par jour", a-t-elle déclaré à la Douzième chaîne.

« Nous avons vu des patrouilles le long de la frontière, des gens avec des caméras et des jumelles. Cela s'est produit à 300 mètres de la clôture. Il y a eu beaucoup de troubles, les gens sont descendus jusqu'à la clôture et ont fait exploser une quantité scandaleuse d'explosifs, la quantité d'explosifs était folle.' » (21)

The New York Times reported that, one year before the October 7 attack, Israel obtained a 40-page report, code-named"Jericho Wall,"that detailed exactly how Hamas carried out the October 7 attack. An Israeli government official explained to The New York Times that they did not believe that Hamas was capable of actually carrying out the attack. However, Hamas followed the plan with"shocking precision."(22) The attack plan included details about the Israeli military, communications hubs, and sensitive information that led to questioning on whether there were leaks in the Israeli military. (23)

On July 6, 2023, an analyst with Israel's signals intelligence agency wrote to a group of intelligence experts that senior Hamas military officers recently observed dozens of Hamas commandos conducting training exercises. The New York Times article states:

"The training included a dry run of shooting down Israeli aircraft and taking over a kibbutz and a military training base, killing all the cadets. During the exercise, Hamas fighters used the same phrase from the Quran that appeared at the top of the Jericho Wall attack plan...

The analyst warned that the drill closely followed the Jericho Wall plan, and that Hamas was building the capacity to carry it out.

The colonel in the Gaza division applauded the analysis but said the exercise was part of a "totally imaginative" scenario, not an indication of Hamas's ability to pull it off."(24)

The New York Times stated that Israel failed to"connect the dots"and quoted a retired former senior CIA official,"The Israeli intelligence failure on Oct. 7 is sounding more and more like our 9/11."(25)

If October 7 Is Another September 11, Then Israelis Should Question If Israel Disconnected the Dots

The 9/11 intelligence failures were not a failure to connect the dots, but were actually the United States intelligence community"disconnecting the dots"to ensure that a terrorist attack occurred on U.S. soil on 9/11.

For example, the United States government granted visas to two known al-Qaeda operatives, Khalid al-Mihdhar and Nawaf al-Hazmi, who attended a senior al-Qaeda terrorist summit in early January 2000 before traveling to the United States. These two al-Qaeda operatives were known associates of the alleged mastermind of the USS Cole bombing, Walid Muhammad Salih bin Attash, known as Khallad, who the deputy head of the CIA's bin Laden station referred to as a"major league killer."Despite monitoring the Yemen al-Qaeda communications hub, listening to bin Laden's satellite phone, and closely watching the two al-Qaeda operatives, the two entered the United States and were among the"muscle hijackers"on Flight 77 that crashed into the Pentagon. (26)

The Donald C. Canestraro Declaration revealed that the CIA engaged in an illegal operation on U.S. soil in which the CIA claimed that they used Saudi intelligence to monitor and ultimately flip the two al-Qaeda operatives and that the CIA on numerous occasions failed to notify the FBI that the two al-Qaeda operatives were living openly in the United States until less than three weeks before 9/11. (27)

Nawaf al-Hazmi and Khalid al-Mihdhar. [Source:  bostonherald.com]

After finally receiving notification from the CIA that two al-Qaeda operatives were in the United States, the FBI treated the case as an intelligence matter instead of a criminal matter and placed a low priority on apprehending the two al-Qaeda operatives, and failed to apprehend them before 9/11.

Rather than support the genocide in Gaza, the Israeli public should question whether their government knowingly allowed the October 7 attacks to occur to create a pretext to wage a genocidal war on Gaza, similar to how the United States facilitated the 9/11 attacks in order to wage genocidal wars of aggression in countries such as Iraq, Afghanistan, Pakistan, Syria, Yemen and Libya. (28)

The Israeli public should carry out an independent investigation into how the Israeli government, military and intelligence agencies failed to stop the October 7 attacks and to not rely on the Israeli government, military and intelligence agencies to investigate themselves.

Tragically, after 9/11, the United States decided to not objectively investigate the 9/11 attacks, thus denying the truth to the victims' families and the public. The Israeli public should demand the truth instead of reflexively supporting the collective punishment of Gaza.

The Purpose of Israel's Attack on Gaza Is to Carry Out a Genocide and Is Not Self-Defense

Israeli politicians and military leaders have unequivocally stated that their intention is to carry out a genocide in Gaza rather than to protect Israeli citizens.

On October 7, Netanyahu ordered the Palestinians in Gaza to"get out now"as"[Israel] will be everywhere and with all our might."(29) For decades, Gaza has been known as the world's largest"open air prison"and has been subjected to blockades by Israel and Egypt. There is nowhere for the people to go. Without a doubt, Netanyahu's statement was a call for the genocide of Gaza because the people of Gaza have nowhere to run.

Two days later, Israeli Defense Minister Yoav Gallant declared,"I have ordered a complete siege on the Gaza Strip. There will be no electricity, no food, no fuel, everything is closed,"and"We are fighting human animals and we are acting accordingly."(30) The purpose of Israel's war on Gaza is not to fight and defeat Hamas, the militant group that Israel has supported for decades. Instead, the Israeli government has decided to kill the Palestinians by bombs, starvation, dehydration, disease and a lack of electricity and medical supplies.

The next day, Israeli Major General Ghassan Alian stated,"Human animals must be treated as such. There will be no electricity and no water [in Gaza], there will only be destruction. You wanted hell, you will get hell."On October 10, the IDF spokesperson Daniel Hagari declared that"'thousands of tonnes of munitions' had already been dropped on the tiny strip, adding that 'while balancing accuracy with the scope of damage, right now we're focused on what causes maximum damage.'"(31)

Yoav Gallant [Source:  themedialine.org]

On October 12, Israel ordered the more than one million Palestinians in northern Gaza to"evacuate"to southern Gaza within 24 hours and Minister of Energy and Infrastructure Israel Katz said,"Humanitarian aid to Gaza? No electrical switch will be turned on, no water hydrant will be opened and no fuel truck will enter until the Israeli abductees are returned home."He also said,"They will not receive a drop of water or a single battery until they leave the world."(32)

October 13, Israeli President Isaac Herzog declared:"It is an entire nation out there that is responsible. It is not true this rhetoric about civilians not being aware, not involved. It's absolutely not true."Israeli Defense Minister Gallant asserted:"Gaza won't return to what it was before. We will eliminate everything."(33)

Knesset Member Ariel Kallner declared,"Right now, one goal: Nakba! A Nakba that will overshadow the Nakba of (19)48. Nakba in Gaza and Nakba to anyone who dares to join!"Knesset Member Haim Katz stated,"We need to deal a blow that hasn't been seen in 50 years and take down Gaza."(34)

Ariel Kallner [Source:  timesofisrael.com]
Haim Katz [Source:  haaretz.com]

U.S. National Security State Fully Supports Israel's Genocide in Gaza

Despite the clear intention to carry out a genocide, the United States government has provided military aid to Israel and used its veto power on the UN Security Council to reject resolutions demanding a cease-fire. The Biden administration has even bypassed congressional approval to send munitions to Israel to murder Gazans. The United States is fully complicit in the genocide in Gaza.

On October 15, Secretary of State Blinken proudly declared that"We will stand with [Israel] today, tomorrow, and every day, and we're doing that in word and also in deed."National Security Council Coordinator for Strategic Communications John Kirby has reiterated that there would be no"red lines"to the United States's support for Israel. (35)

Israel's Genocide of Gaza Is Ongoing

The UN Human Rights Office of the High Commissioner declared that Israel is"seeking to permanently alter the composition of Gaza's population with ever-expanding evacuation orders and widespread and systematic attacks on civilians and civilian infrastructure."(36)

Paula Gaviria Betancur, the Special Rapporteur on the human rights of internally displaced persons (IDPs) said,"Israel has reneged on promises of safety made to those who complied with its order to evacuate northern Gaza two months ago. Now, they have been forcibly displaced again, alongside the population of southern Gaza."(37)

Noting that the overwhelming majority of housing and infrastructure in Gaza has been destroyed by Israel, Betancur stated,"The only logical conclusion is that Israel's military operation in Gaza aims to deport the majority of the civilian population en masse."(38) As previously stated, the forcible displacement of Palestinians would constitute another Nakba or catastrophe.

Israeli leaders in their own words want to carry out another Nakba. Finance Minister Smotrich has called for Israel to ethnically cleanse 90% of the Palestinians out of Gaza. Israeli newspaper Haaretz writes,"Smotrich's comments are the latest in a growing list of troubling remarks by Israeli lawmakers to seemingly support expelling Gazans en masse out of the Strip in order to ensure Israel's security after the war."(39)

Smotrich is not the only senior Israeli politician to call for Israel to carry out another Nakba. Intelligence Minister Gila Gamliel published an op-ed proposing the"voluntary resettlement"of Gazans. Haaretz also reported that Prime Minister Netanyahu suggested that he sees the ethnic cleansing of Palestinian civilians out of Gaza as"a positive outcome of the war."(40)

Displaced Palestinians in makeshift refugee camp outside Rafah—something that Netanyahu and Israel's far right see as a positive outcome of the war! [Source:  972mag.com]

In addition to Israel's desire to ethnically cleanse Gaza, the health-care situation in Gaza is catastrophic. In November, the World Health Organization warned that"more people would soon die from disease than from Israel's bombings. "[There are] no medicines, no vaccination activities, no access to safe water and hygiene and no food." (41)

According to Gaza health expert Adnan al-Wahidi, tens of thousands of families live in flooded tent encampments, while starving children wait for hours every day at food distribution centers. In addition to the crowded conditions, the lack of clean water and bathrooms is leading to the rapid spread of disease in Gaza. (42) Al-Wahidi explained that a lack of water and electricity, and an inability to dispose of or treat sewage water, could be disastrous, adding that the risk of the spread of disease has been further increased due to the halt in Gaza's child vaccination programs. (43) Al-Wahidi also estimates that about 40% of children in Gaza are suffering from malnutrition, which severely impacts children's growth and development. (44)

There are also heightened risks to pregnant and nursing women, especially those currently in shelters. In addition to the psychological trauma of being displaced and sheltering in woefully inadequate facilities, women, infants and fetuses are at risk of malnutrition because of a severe shortage of food. (45)

In addition, a Gaza doctor said that the widespread contamination of water sources and the proliferation of sewage in public areas have resulted in an increased risk of people contracting diseases such as cholera. "The absence of adequate purification infrastructure further compounds this issue, exacerbating the risk of waterborne illnesses and gastrointestinal infections." (46)

A doctor at the Al-Nasser Hospital in southern Gaza stated that, within a 24-hour period, the hospital received between 700 and 1,000 children suffering from health issues, including "skin rashes, meningitis, epidemic hepatitis, respiratory distress, and gastrointestinal infections with severe dehydration." (47)

Injured boy brought into Al-Shifa Hospital which was itself bombed by Israel after this photo was taken. [Source:  aljazeera.com]

Most Gaza hospitals are non-functional due to Israel's bombs and evacuation orders. Medical staff in the still-functioning hospitals are "overwhelmed by the continuous influx of people with severe burns and other wounds as a result of Israeli airstrikes. Hospitals are facing shortages of essential products, including orthopedic devices to stabilize bones, surgical supplies, and treatment for burns."

Dr. Ashraf al-Qidra, the spokesperson for the Gaza Health Ministry, said,

"'The health situation in hospitals in southern Gaza is catastrophic and complex as a result of the lack of clinical, medical, and human capabilities required for the number and type of wounded people,' al-Qidra continued. He also described the conditions in the shelters for displaced people as 'catastrophic and inhumane.'" (48)

Nous ne devons pas oublier que de nombreuses victimes de la Shoah aux mains des nazis sont mortes de maladie, de déshydratation, de faim et d'épuisement. C'est une tragédie et une honte qu'Israël et les États-Unis mènent une Shoah à Gaza.

Le droit international interdit les punitions collectives et exige qu'Israël protège la population de Gaza

Le droit international exige qu'Israël s'abstienne de punir collectivement la population de Gaza. Israël viole le droit international en attaquant sans discernement des civils, des maisons, des écoles, des mosquées, des églises, des hôpitaux, des abris et des infrastructures sous couvert de détruire le Hamas.

En tant que puissance occupante de Gaza, Israël est responsable de la sûreté, de la sécurité et du bien-être de la population de Gaza. Malgré le fait qu'Israël s'est désengagé de Gaza en 2005 en retirant Tsahal et en démantelant les colonies illégales, Israël continue d'occuper Gaza parce que, grâce à un bouclage terrestre, maritime et aérien, il a maintenu un contrôle effectif sur Gaza. Israël a manqué à ses obligations en vertu du droit international d'assurer la sûreté, la sécurité et le bien-être de la population de Gaza.

Israël et les États-Unis sont également liés par la Convention sur le génocide, qui leur interdit de perpétrer le génocide à Gaza qu'ils mettent actuellement en œuvre. Le génocide est défini comme l'un des actes suivants commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, en tant que tel :

  1. Tuer des membres du groupe ;
  2. Causer des dommages corporels ou psychiques graves aux membres du groupe ;
  3. Imposer délibérément au groupe des conditions d'existence susceptibles d'entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
  4. Imposer des mesures destinées à empêcher les naissances au sein du groupe ;
  5. Transférer de force les enfants du groupe vers un autre groupe. (49)

En outre, la plupart des habitants de Gaza sont des descendants de personnes qui ont été expulsées d'Israël pendant la Nakba par les milices israéliennes et sionistes lors de la formation de l'État d'Israël. En vertu du droit international, les quelque 750 000 Palestiniens expulsés pendant la Nakba et leurs descendants ont le droit de rentrer chez eux en Israël. (50)

Israël doit remplir ses obligations en vertu du droit international et permettre aux descendants des victimes de la Nakba exilées de retourner chez eux en Israël et de bénéficier de l'égalité des droits. En outre, les habitants de Gaza qui n'ont pas été victimes de la Nakba ou leurs descendants doivent être autorisés à entrer en Israël car Israël s'est engagé à détruire Gaza, qui est un territoire israélien occupé.

Les Gazaouis participent aux manifestations en 2019. [Source :  middleeastmonitor.com

Israël utilise depuis des décennies le Hamas comme un outil pour contrecarrer la création d'un État palestinien, et Israël utilise actuellement le Hamas comme prétexte pour détruire Gaza. Israël, en tant que puissance occupante, doit assurer le bien-être de la population de Gaza. Israël doit intégrer les Palestiniens de Gaza en Israël et leur fournir de la nourriture, un abri, des soins médicaux, un logement, la citoyenneté et le droit de vote, et les intégrer dans l'économie. Dans le cas contraire, le déni de l'égalité des droits fondé sur la race, l'origine ethnique ou la religion constitue un apartheid, qui constitue un crime contre l'humanité. (51)

Israël et les États-Unis sont des puissances économiques et disposent de l'argent et des ressources nécessaires pour intégrer la population de Gaza en Israël. Les États-Unis disposent d'un budget militaire atteignant 850 milliards de dollars par an et accordent à Israël environ 4 milliards de dollars d'aide militaire et économique par an. De toute évidence, il y a suffisamment d'argent pour sauver les Palestiniens de Gaza de l'anéantissement ou de l'exil et pour les intégrer en Israël. L'intégration des Palestiniens de Gaza en Israël est également réalisable parce que l'arabe est déjà une langue largement parlée en Israël et qu'Israël compte une importante minorité arabe.

La communauté internationale doit user de pressions diplomatiques, financières et militaires pour forcer les États-Unis et Israël à mettre fin au génocide à Gaza et à prodiguer immédiatement des soins à la population de Gaza. Par exemple, les Houthis au Yémen interceptent des navires dans la mer Rouge à destination d'Israël. Les milices irakiennes attaquent les bases militaires américaines en représailles à la complicité des États-Unis dans le génocide en cours en Palestine.

Des pays comme la Bolivie ont rompu leurs relations diplomatiques avec Israël en raison du génocide en cours. L'Afrique du Sud a déposé une plainte auprès de la Cour internationale de Justice contre Israël pour avoir perpétré un génocide à Gaza. Il faut exercer davantage de pression sur les États-Unis et sur Israël pour mettre fin au génocide. Si l'État de droit a un sens ou un effet, les habitants de Gaza ne doivent pas faire face ni à une Shoah ni à une Nakba.

En fin de compte, Israël a décidé qu'il ne devrait y avoir qu'un seul État entre la mer Méditerranée et le Jourdain. La solution à deux États est morte depuis des décennies, avant qu'Israël n'annonce qu'il détruirait Gaza. Plutôt que d'anéantir les Palestiniens de Gaza ou de les pousser à l'exil, Israël doit leur accorder des droits égaux et les intégrer à Israël.

Israël doit également garantir l'égalité des droits aux Israéliens et aux Palestiniens dans les territoires occupés, quelles que soient leur religion et leur appartenance ethnique. NBC News a cité un juif orthodoxe américain, Shoshana, qui a expliqué avec éloquence pourquoi les juifs devraient avoir de la compassion pour les habitants de Gaza et s'opposer au génocide en cours :

«  Je pense qu'il est de notre devoir en tant que Juifs, en tant que peuple incroyablement opprimé pendant des siècles, de défendre les personnes qui souffrent et de défendre les personnes qui souffrent, et que nous ne devrions pas nous retourner et faire le même choix. les mêmes choses qui nous ont été faites pendant des siècles. (52)

Si effectivement une Shoah ou une Nakba se produisait à Gaza, dans quelques années, les gens se demanderaient comment le monde est resté les bras croisés pendant qu'Israël et les États-Unis perpétraient un génocide contre des hommes, des femmes et des enfants innocents. J'espère que les gens se souviendront des criminels de guerre et des meurtriers de masse des gouvernements israélien et américain comme des monstres qu'ils sont réellement.


About the Author

 Joshua Shoenfeld

Joshua Shoenfeld is a writer and researcher, who is a student of deep politics and is a critic of the U.S. national security state.

Joshua can be reached at joshua.shoenfeldgmail.com

 covertactionmagazine.com

 Commenter