Ukraine : Le président contre le Général.

Ukraine : Une armée sans officiers n'a aucune chance de gagner

par Moon of Alabama

La majorité du public occidental ne connaît pas les questions militaires.

Si les gens peuvent identifier une personne portant un uniforme comme étant un soldat, ils auront des difficultés à comprendre les insignes d'unité, les insignes de grade ou les notations tactiques que portent tous les soldats ordinaires. Le manque de connaissance des détails militaires rend difficile la compréhension des reportages des médias sur les questions de première ligne.

La disposition de base d'un bataillon de première ligne en est un exemple.

Un bataillon est une unité de 400 à 1000 hommes spécialisée dans un véhicule ou une forme de combat.

Les bataillons d'infanterie pure marchent et combattent à pied ou effectuent des marches plus longues sur des camions. L'infanterie mécanisée dispose de véhicules de combat blindés qui transportent les troupes, mais aussi de quelques armes légères pour couvrir le chargement ou le déchargement des soldats. Les bataillons de chars d'assaut disposent de carcasses blindées dotées de gros canons conçus pour percer les lignes ennemies renforcées. Les bataillons d'artillerie disposent d'obusiers de gros calibre ou de missiles pour tirer à distance.

Une brigade, composée de plusieurs bataillons de différents types, peut les mélanger selon les besoins du combat en cours.

Un bataillon se compose de quatre à six compagnies. Chaque compagnie comprend trois ou quatre pelotons.

Les pelotons, généralement composés d'une trentaine d'hommes, sont dirigés par des lieutenants. La compagnie, composée de plusieurs sections, est commandée par un capitaine. Le chef de la première section d'une compagnie est souvent un lieutenant expérimenté qui fait office de commandant adjoint de la compagnie.

L'organisation supérieure, le bataillon, est dirigée par un lieutenant-colonel avec l'aide d'un état-major de bataillon. Cet état-major, divisé en quatre sections (ou plus) appelées S1 à S4, s'occupe du personnel du bataillon, de la situation de l'ennemi, du poste de commandement du bataillon de l'arrière (réserve) et de la logistique.

Ces sections sont dirigées par un lieutenant expérimenté (S1), un capitaine (S2), un major (S3) qui est également le commandant adjoint du bataillon, et un autre capitaine (S4) pour la logistique. Il peut y avoir d'autres postes d'officiers, comme le médecin du bataillon, l'officier technique ou un chef de section du renseignement militaire.

Au total, un bataillon compte plus de 12 lieutenants comme chefs de section, 4 capitaines comme chefs de compagnie, un état-major de bataillon composé d'un ou deux lieutenants expérimentés supplémentaires, d'un ou deux capitaines supplémentaires, d'un ou deux majors supplémentaires et, au sommet, d'un lieutenant-colonel.

Cela représente au total plus de 10 officiers subalternes et plus de 10 officiers plus expérimentés ou de rang plus élevé.

Examinons maintenant une ligne fugace d'un récent article du New York Times :

« Ils arrivent par vagues : L'Ukraine se défend contre un ennemi implacable (archivé) - New York Times, 4 février 2024

Aux points chauds de la ligne de front orientale, les troupes ukrainiennes sont en infériorité numérique et se retranchent.

«Ils arrivent par vagues», explique le lieutenant Oleksandr Shyrshyn, 29 ans, commandant adjoint du bataillon de la 47e brigade mécanisée, «et ils ne s'arrêtent pas»».

Un lecteur normal, peu versé dans l'organisation militaire, ne trébuchera pas sur cette phrase comme je l'ai fait.

Un lieutenant âgé de 29 ans est probablement expérimenté. Mais dans le rôle de «commandant adjoint de bataillon» ?

Qu'est-il arrivé au S3, au major et au commandant de bataillon adjoint nominal ? Qu'est-il arrivé aux six capitaines que le bataillon est censé compter ? Tous devraient être mieux formés et qualifiés pour assumer le rôle de commandant adjoint de bataillon qu'un simple lieutenant.

Ce petit détail, un lieutenant comme commandant adjoint de bataillon, m'en dit plus sur l'état du bataillon que n'importe quelle description fleurie des pertes.

Un tel bataillon est fini. Ses officiers sont pour la plupart morts ou blessés. Ses compagnies et ses pelotons sont probablement dirigés par de simples sergents. Bien qu'une telle unité puisse encore tenir quelques tranchées, elle n'est certainement plus en mesure de remplir une quelconque tâche opérationnelle. Elle ne pourra pas contre-attaquer. Elle ne sera même pas en mesure d'organiser une retraite ordonnée.

La 47e brigade mécanisée se bat actuellement dans la partie nord d'Avdeevka que les forces russes sont en train de prendre d'assaut. Au cours des deux dernières semaines, les pertes ukrainiennes en morts et en blessés graves, telles que recensées dans les  rapports quotidiens du ministère russe de la Défense, ont dépassé 800 par jour. C'est beaucoup plus que les 500 à 600 morts par jour des mois précédents.

L'état du bataillon du lieutenant Shyrshyn va dans le même sens.

Au cours de ma carrière de soldat, j'ai lu de nombreux rapports sur de petites unités qui mouraient à Stalingrad, à Koursk ou dans des batailles mineures ailleurs. Une fois le corps des officiers éliminé, les poulets sans tête qui constituent la majorité des soldats d'un tel bataillon sont susceptibles de mourir peu de temps après.

L'armée ukrainienne manque de soldats et de munitions. Elle manque d'officiers pour les former et les diriger. L'État ukrainien n'a pas les moyens de recruter et d'équiper davantage de soldats. Il ne dispose pas du corps d'officiers nécessaire pour former les nouveaux soldats. Il n'a pas les usines nécessaires pour produire des armes et des munitions.

Il est grand temps pour l'Ukraine d'abandonner ce combat inégal et de sauver la vie des soldats encore en vie.

Il est grand temps que Zelensky (et Zaloujny et d'autres) s'en aille.

source :  Moon of Alabama

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter