07/02/2024 arretsurinfo.ch  3 min #242346

« Libérez la vérité » : Julian Assange et la défense de la liberté de la presse

Le rapporteur spécial de l'Onu sur la torture appelle le Royaume-Uni à empêcher l'extradition d'Assange

Par  Alice Jill Edwards

Le gouvernement du Royaume-Uni est appelé à réexaminer l'ordre d'extradition de M. Assange afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver la santé physique et mentale de M. Assange.

La Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la torture, Alice Jill Edwards, a exhorté aujourd'hui le gouvernement du Royaume-Uni à suspendre l'éventuelle extradition de Julian Assange vers les États-Unis d'Amérique.

Elle a demandé aux autorités britanniques d'examiner l'appel de Julian Assange fondé sur des craintes sérieuses que, s'il était extradé, il risquerait d'être soumis à un traitement assimilable à la torture ou à d'autres formes de mauvais traitements ou de peines.

"Julian Assange souffre d'un trouble dépressif récurrent et de longue date. On estime qu'il risque de se suicider. Aux États-Unis, il fait l'objet de nombreuses accusations, notamment au titre de la loi de 1917 sur l'espionnage (Espionage Act), pour la diffusion illégale présumée de câbles et de documents diplomatiques et autres par WikiLeaks. S'il est extradé, il pourrait être placé en isolement prolongé dans l'attente de son procès ou en tant que détenu. S'il est reconnu coupable, il pourrait être condamné à une peine pouvant aller jusqu'à 175 ans de prison", a déclaré M. Edwards.

"Le risque d'être placé en isolement prolongé, malgré son état de santé mentale précaire, et de recevoir une peine potentiellement disproportionnée soulève des questions relatives la compatibilité de l'extradition de M. Assange vers les États-Unis avec les obligations internationales du Royaume-Uni en matière de droits de l'homme, en particulier au titre de l'article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ainsi que des articles 3 de la Convention des Nations Unies contre la torture et de la Convention européenne des droits de l'homme", a déclaré le rapporteur spécial.

"Les assurances diplomatiques de traitement respectueux de la dignité humaine fournies par le gouvernement des États-Unis ne constituent pas une garantie suffisante pour protéger M. Assange contre un tel risque", a déclaré M. Edwards. "Elles ne sont pas juridiquement contraignantes, leur portée est limitée et la personne que les assurances visent à protéger peut n'avoir aucun recours si elles sont violées.

"J'appelle le gouvernement du Royaume-Uni à réexaminer attentivement l'ordre d'extradition de M. Assange afin d'assurer le plein respect de l'interdiction absolue et indérogeable de recourir à la torture et à d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, et à prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver la santé physique et mentale de M. Assange", a déclaré l'expert.

Un dernier appel national, après une longue bataille juridique sur l'extradition de Julian Assange, est prévu devant la High Court de Londres les 20 et 21 février.

Julian Assange fait l'objet de  18 chefs d'accusation aux États-Unis pour son rôle présumé dans l'obtention et la divulgation illégales de documents confidentiels liés à la Sécurité nationale, y compris des preuves révélant des crimes de guerre présumés. Il est détenu au Royaume-Uni depuis 2019, à la prison de Belmarsh.

Alice Jill Edwards,  Rapporteure spéciale sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article original en anglais publié le 6 février 2024 sur  Ohchr.org /Spirit Of Free Speech

 arretsurinfo.ch

 Commenter