07/02/2024 arretsurinfo.ch  9 min #242355

Un État techno-barbare - Time's up, Israël

Par  Jeremy Salt

Réfugiés à Rafah, au sud de la Palestine (entre 1048 et 1949. (Photo de l'ONU)

En l'absence d'options pacifiques, le pendule revient à la guerre déjà menée par « l'axe de la résistance » et susceptible de s'étendre à tout moment à une guerre régionale.

Il n'y a pas de retour possible. Des dizaines de milliers de civils palestiniens assassinés, dont la moitié étaient des enfants, des milliers de morts sous les décombres, des dizaines de milliers mutilés à vie.

Il ne s'agit pas d'une guerre contre le Hamas mais d'une guerre contre les civils, l'attaque militaire du 7 octobre étant le prétexte utilisé par un commandement politique et militaire génocidaire pour anéantir une fois pour toutes la Palestine.

Des milliers d'enfants ont été tués. Des milliers d'autres ont été mutilés. Leurs membres endommagés sont coupés sans anesthésie dans les hôpitaux car il n'y en a pas. Pourtant, le lendemain, encore plus de personnes sont tuées ou mutilées. Il n'y a aucune retenue. Il n'y a pas d'indignation publique face au massacre d'enfants.

Au contraire, la majorité des Juifs israéliens soutiennent ce que fait leur armée et beaucoup souhaitent que cela aille encore plus loin. Les Palestiniens meurent de faim, mais les manifestants israéliens bloquent même les petites quantités d'aide arrivant à Gaza depuis le terminal de Nitzana. Ceci sans compter le bombardement de camions de nourriture et d'aide médicale arrivant à Gaza depuis l'Égypte.

Il ne s'agit pas seulement de Netanyahu ou de Gallant et du reste des psychopathes/sociopathes du commandement politique et militaire, mais du peuple. Ils participent tous à cette fête du sang.

Ils ne peuvent pas dire qu'ils ne savent pas ce qui se passe, car même si leurs médias suppriment les rapports quotidiens sur les atrocités, il leur suffit d'aller sur Internet ou sur les réseaux sociaux pour le savoir.

Le massacre d'enfants est si choquant, si ignoble qu'il ne sera ni oublié ni pardonné au cours des 2000 prochaines années. C'est l'Amalek de Netanyahou en action. Un État qui a sombré à un niveau aussi dépravé est en train d'écrire son propre arrêt de mort.

Les héros sont les jeunes Palestiniens qui continuent de se battre malgré tous les obstacles qui se dressent contre eux. Ils détruisent les chars avec des RPG ou courent vers eux pour fixer des explosifs sur leurs flancs.

Des vidéos de propagande montrent les soldats israéliens courant sur le sable ou tirant sur des objets particuliers depuis les fenêtres, mais ils s'appuient surtout sur des frappes de missiles, comme ils l'ont fait dans le sud du Liban en 2006.

Ils n'osent pas s'aventurer dans les tunnels. Leur commandement militaire revendique des victoires, mais le Hamas et les autres groupes de résistance ripostent avec autant de force qu'il y a quatre mois.

Les « prisonniers du Hamas » sont des civils qui ont été rassemblés et humiliés à des fins de propagande. Si les Israéliens avaient tué en grand nombre le Hamas ou d'autres combattants, ils montreraient les corps, mais nous n'en avons pas encore vu.

Les atrocités atteignent chaque jour un nouveau niveau. Des dizaines de civils sont massacrés, les mains liées derrière le dos avec des inscriptions en hébreu sur les cravates, leurs corps enfermés dans des sacs poubelles en plastique et jetés sous les décombres.

Les tireurs d'élite tuent quiconque se déplace dans ce qui n'est rien d'autre qu'un entraînement au tir. Des meurtriers déguisés en médecins, infirmières et patients tuent trois jeunes hommes - dont un paralysé depuis des mois - alors qu'ils dorment dans leur lit d'hôpital. L'accusation selon laquelle ils préparent une action terroriste est un mensonge grotesque.

Leur camouflage est d'une qualité de jeu de quatrième ordre et inutile de toute façon car il n'y a rien dans l'hôpital, pas d'armes ni d'hommes armés, pour les empêcher de monter à l'étage en uniforme pour commettre leur meurtre.

Les universités, écoles et hôpitaux sont détruits. L'ancien patrimoine culturel de Gaza a été anéanti en quatre mois de frappes de missiles. Pendant que les gens meurent de faim, les soldats israéliens se moquent des enfants dont ils ont détruit les salles de classe et se moquent et rient tandis que les bâtiments qu'ils ont minés s'effondrent. En Cisjordanie également, ils tuent même des enfants sans scrupule.

Gaza n'est pas une aberration mais est totalement conforme à l'idéologie du sionisme et aux crimes odieux commis depuis 1948. La « nation en démarrage » a utilisé la science pour se transformer en un État techno-barbare. La mentalité est tribale et primitive, l'électronique la plus avancée au monde, c'est pourquoi la pénétration du Hamas dans la clôture de Gaza le 7 octobre a provoqué un choc et une rage meurtrière qui n'ont pu être effacés qu'avec l'effusion du sang palestinien.

Gaza est une preuve supplémentaire - s'il en faut - que le sionisme est une entreprise catastrophiquement ratée. L'idée de créer un État juif dans une partie du Moyen-Orient composée à plus de 90 % de non-juifs était erronée dès le départ et n'aurait jamais dû être autorisée.

Le sionisme a ruiné la vie des Juifs au Moyen-Orient pendant plus de 2000 ans.

Cela a ruiné la vie des Palestiniens et a amené le Moyen-Orient à un point permanent de guerre régionale. Il a ghettoïsé les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie et, ce faisant, s'est transformé en un ghetto juif. Le

La Libye est décrite comme un État en faillite, mais ce n'est pas la Libye qui a échoué. Ce sont les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne dont les attaques aériennes ont transformé un État prospère en ce qu'ils appellent un État en faillite. Mais où réside réellement l'échec si ce n'est dans le comportement bandit de ces trois États ? En comparaison, Israël est entièrement responsable de son statut mondial d'État paria n'obéissant qu'aux siennes. De plus, elle ne peut être ce qu'elle veut être que parce qu'elle vit en dehors du droit international.

Non seulement Israël n'a aucun respect pour le droit international, mais il n'a aucun respect pour l'institution qui a soutenu sa création en 1947, l'ONU. Il n'a jamais respecté les conditions inscrites dans le plan de partition et considère effectivement l'ONU comme un ennemi dangereux. Nous le voyons aujourd'hui dans ses tentatives de détruire l'UNRWA, l'organisation qui a contribué à maintenir les Palestiniens en vie depuis 1948.

Après avoir assassiné plus de 150 membres du personnel de l'ONU et bombardé des écoles de l'ONU, Israël a accusé une infime poignée de ses employés de soutenir l'attaque militaire du Hamas du 7 octobre. N'ayant rien fait pour empêcher les massacres commis chaque jour à Gaza, les États-Unis et leur camp ses partisans ont immédiatement suspendu leur aide à l'UNRWA.

Voyant que la population de Gaza est déjà proche de la famine, ces États sont désormais accusés de complicité de génocide. Lorsque la Belgique est allée dans l'autre sens et a effectivement accru son soutien à l'UNWRA, Israël a bombardé son bureau de Gaza. De manière vindicative, il a également détruit le centre de santé de l'UNRWA lors d'une frappe de missile.

Il fut un temps où Israël bénéficiait du soutien du monde, en grande partie parce que le monde ne savait pas mieux. Cependant, au cours des 50 dernières années, le monde a rattrapé la vérité : Israël était un implant impérial, un pieu enfoncé au cœur même du Moyen-Orient pour le diviser et servir les intérêts impériaux.

Sans la protection britannique, les sionistes n'auraient pas pu poser un pied sur le sol en Palestine : pour les communautés juives du monde entier, ils seraient restés un groupe dissident fanatique sans avenir.

Il n'existe désormais aucune option pour une paix acceptable pour Israël, ni deux États ni un seul, à moins qu'il ne s'agisse d'un État juif. Le colon sioniste sud-africain Abba Eban avait l'habitude de dire que les Palestiniens ne perdaient jamais une occasion de perdre une opportunité. C'était une ligne astucieuse mais une inversion de la vérité, à savoir que ce sont les sionistes qui ont gâché toutes les opportunités qui se présentaient à eux.

Dans les années 1960, les Palestiniens étaient prêts à un État laïc pour tous. Même le président égyptien Nasser était prêt à négocier avec Israël. Dans les décennies qui ont suivi, l'OLP, les États-Unis et les États arabes ont tous présenté leurs propres propositions de paix, toutes généreuses envers Israël, toutes tombées en poussière parce qu'Israël les a ignorées, ou a joué avec elles, ou a posé des conditions de « paix » qu'aucun Palestinien ne pouvait accepter..

Le « processus de paix » des années 1990 n'a fait qu'offrir à Israël le temps de consolider son emprise sur les territoires conquis en 1967. Pour les Palestiniens, ce fut le plus grand désastre depuis 1948, menant droit au mur et à la catastrophe qui se déroule actuellement à Gaza. En outre, alors que les pogroms dans la zone de colonisation juive russe au 19ème Si le siècle a duré quelques jours tout au plus, le pogrom en Cisjordanie perpétré par des soldats et des colons dure depuis plus d'un demi-siècle.

En l'absence d'options pacifiques et la voie diplomatique dans laquelle les Palestiniens se sont engagés de bonne foi il y a des décennies est épuisée, le pendule revient à la guerre déjà menée par « l'axe de la résistance » et susceptible de s'élargir à tout moment à une guerre régionale.

Avec ses provocations quotidiennes, cela semble être ce que veulent des éléments du gouvernement israélien, englobant la guerre de Gaza dans une guerre beaucoup plus vaste et en sauvant la tête de Netanyahu au prix possible de millions de vies.

En 1917, Arthur Balfour a confronté le Moyen-Orient à un problème infernal. La situation s'est aggravée d'année en année. Gaza est horrible, mais Gaza est loin d'être la fin de l'histoire car cet État dément possède des armes nucléaires, lui permettant d'emmener tout le monde avec lui s'il s'effondre.

Loin de vouloir sauver les Palestiniens, les États-Unis et leurs partisans s'alignent aux côtés de leurs assassins. Les États-Unis fournissent les armes pour que les massacres puissent continuer. Ils contribuent tous à affamer les Palestiniens en réduisant l'aide à l'UNRWA. Ils justifient le génocide par le « droit » de légitime défense. Ils disent même partager les valeurs d'Israël. Leur complicité devrait également les amener sur le banc des accusés.

Jérémy Salt

- Jeremy Salt a enseigné pendant de nombreuses années à l'Université de Melbourne, à l'Université du Bosphore à Istanbul et à l'Université Bilkent d'Ankara, spécialisé dans l'histoire moderne du Moyen-Orient. Parmi ses publications récentes figure son livre de 2008, The Unmaking of the Middle East. Une histoire du désordre occidental dans les pays arabes (University of California Press).

Article original en anglais  publié sur  Palestinechronicle/ News-24.fr

Votre email...

 arretsurinfo.ch

 Commenter